• Accueil
  • > Archives pour le Vendredi 18 avril 2008

“Question posée par l’épître aux Galates”

Posté par diaconos le 18 avril 2008

Auteur Michel Houyoux, diacre permanent * Étude du texte « Ga 3, 1-4,11″, travail publié en 2002.

Question en jeu dans cette épître

Le texte est construit autour d’une seule question posée par Paul aux communautés qu’il a fondées:  » Est-ce par suite de la pratique de la loi que vous avez reçu l’Esprit ou par l’acceptation de la loi ? (Ga 3,2) L’objet de cette épître n’est pas seulement de proclamer la vérité de la La conversion de Paul justification par la foi en contraste avec des œuvres de la loi, mais de la défendre contre les efforts de Satan qui cherchait à l’ensevelir. La venue de la foi n’est autre que la venue du Christ.
La réponse de Paul est sévère. Elle peut vraiment paraître très négative vis à vis des pratiques religieuses. Faire trop crédit aux règles et pratiques d’une religion, c’est s’enfermer dans un système, un ordre dans lequel nous attendons, même sans le dire, la récompense de nos bonnes actions. La foi, au contraire, c’est se livrer à Dieu et à son mystère.

Cette question a-t-elle eu de l’importance dans la vie de l’Église ?

Cette épître est considérée comme la grande charte de l’Église. L’enseignement de Paul a donné le coup d’envoi pour l’identification propre du Christianisme, un mouvement qui prône a justification par la foi et qui n’est plus une simple branche du judaïsme. Pierre et Jacques veulent adresser aux non-juifs le message du Messie dans le strict respect de la loi de Moise. Pour Paul, la conversion au judaïsme n’est pas nécessaire. Cette opinion déclencha alors un scandale et sera promise à un bel avenir: un siècle après la mort de Paul, la grande majorité des chrétiens avait abandonné la pratique de la Loi, rendant définitive la rupture entre le judaïsme et le christianisme.

 

C’est grâce à la controverse que cette vérité s’est implantée. (La Loi et la Grâce selon l’épître aux Galates. étude de Raymond Boivin)

Luther aimait particulièrement cette épître qui fut sans conteste une des armes les plus efficaces lors de la Réforme protestante du 16e siècle. La doctrine de la justification était centrale pour la Réforme luthérienne du XVIe siècle. Elle était considérée comme le premier article, l’article capital à la fois « guide et juge pour tous les autres domaines de la doctrine chrétienne « . On y défendait et affirmait surtout l’acception réformatrice et la valeur particulière de la doctrine de la justification face à la théologie et à l’Eglise catholique romaine de l’époque qui, de leur côté, affirmaient et défendaient une doctrine de la justification aux accents différents. Du côté de la Réforme, on considérait cette question comme étant le point de cristallisation de toutes les polémiques. Les confessions de foi luthériennes et le Concile de Trente de l’Église catholique romaine ont prononcé des condamnations doctrinales qui restent en vigueur aujourd’hui et dont les conséquences sont causes de séparation entre les Églises.

Extrait de l’étude de Raymond Boivin : « La Loi et la Grâce selon l’épître aux Galates »

« Tout a commencé lorsque des chrétiens juifs, des judaïsant, ont enseigné les Galates de la sorte: pour réellement être considéré comme faisant parti du peuple de Dieu, il fallait, après avoir cru au Seigneur Jésus, accomplir les œuvres de la loi. 1/s devaient donc se faire circoncire et suivre les prescriptions de la loi mosaïque. Ce message étant contraire à celui qu’ils avaient reçu de leur père spirituel, l’apôtre Paul, il fallait donc discréditer celui-ci. Boice décrit bien la calomnie dont fut alors victime l’ouvrier fidèle : « Actually, they asserted, he wasmerely an evangelist who, after he had received some knowledge of Christianity, turned to his wn devices and, in order to please the Gentiles, taught an easy gospel that was opposed to that of the apostolic model (Ga 1,10). They said that Paul must teach as the disciples taught or be rejected » . Lorsque Paul eût vent de cette influence néfaste pour l’église qu’il avait fondée, il écrivit alors l’épître aux Galates, une lettre pleine de fougue qui montre bien le cœur de l’apôtre. Celui ci doit donc d’abord défendre son apostolat pour ensuite soutenir la saine doctrine de la justification par lafoi et non par les œuvres de la loi. C’est dans cet écrit que l’on peut vraiment voir tout l’esprit combatif qui pouvait animer l’apôtre des gentils. Fin de citation.

À suivre la semaine prochaine  » Actualité de cette question dans la vie de l’Église »
Voir aussi la première partie dans les archives (11avril 2008) : « Présentation de l’épître aux Galates »

 

 

Publié dans Enseignement, épîtres, Histoire du Salut, L'Église, Religion | 4 Commentaires »

 

Salem alikoum |
Eazy Islam |
Josue |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | AEP Gresivaudan 4ieme 2007-08
| Une Paroisse virtuelle en F...
| VIENS ECOUTE ET VOIS