• Accueil
  • > Archives pour le Lundi 14 juillet 2008

Un cœur qui écoute ?

Posté par diaconos le 14 juillet 2008

Homélie 17ième dimanche ordinaire A                                                                                            R 1. 3, 5.7-12 ; Ps 118 ; Rm 8, 28-30 ; Mt 13, 44-52

 Pour les lectures bibliques, cliquez sur ces titres ici   →  Première Lecture   ; Psaume ; Deuxième Lecture ; Évangile

  Un cœur qui écoute ?

« Le Royaume des cieux est semblable à un trésor caché dans un champ : l’homme qui l’a découvert le cache à nouveau. Dans sa joie, il va vendre tout ce qu’il possède, et il achète ce champ. » (Mt 13, 44) Êtes-vous d’accord avec cette manière de faire ? Si vous tombiez sur une telle chance, une occasion pareille, n’en feriez-vous pas autant ?

Oui, dans nos vies nous sommes capables de faire des sacrifices énormes pour une chose qui nous tient à cœur : étudiants qui travaillent  sans désemparer à l’approche d’un examen ou d’un concours ardemment désiré… sportifs qui se privent de quantité de choses pour progresser et battre un record… pères et mères de famille qui se sacrifient pour leurs enfants…

Pour Jésus, le Royaume de Dieu est une réalité si précieuse qu’il vaut la peine de tout sacrifier pour le découvrir et en vivre.

Et ces paraboles de l’Évangile de Matthieu, nous disent : le Royaume est là, tout proche : c’est une chance à saisir. Posséder ce trésor impose des renoncements, mais ils sont faits dans un élan de joie car acquérir ce trésor vaut bien tous les sacrifices.

Les paraboles du trésor caché et de la perle précieuse veulent nous faire comprendre d’abord la valeur absolue du Royaume, représenté par ce trésor et cette perle. Ce n’est que lorsque nous comprenons ce caractère absolu que nous sommes capables d’établir des priorités justes dans nos vies, et faire les sacrifices nécessaires pour entrer en possession de ce Royaume.

La venue du Royaume n’est pas une menace, c’est une Bonne Nouvelle ! La parabole du filet, avec le tri des poissons, nous dit simplement que si ce trésor sans prix ne m’intéresse pas je n’y aurais pas droit. Ç’aura été alors mon choix : Dieu nous aime trop pour ne pas respecter notre liberté.

L’idée fondamentale est toujours la même dans toutes les paraboles du Royaume : ce royaume est déjà ici, mais il n’est pas encore pleinement réalisé. Nous ne le possédons pas encore pleinement. Il ne s’agit pas cependant d’attendre passivement la venue de ce royaume, mais de travailler à sa construction, Et cela exige le renoncement à tout ce qui n’est pas le Royaume.

Si nous comprenons la valeur de ce trésor, nous nous détacherons de tout le reste pour acheter le terrain où il se trouve. Si nous nous rendons compte combien précieuse est cette perle, nous n’hésiterons pas à tout vendre pour nous la procurer.

Déjà Jésus nous a rappelé dans le Sermon sur la montagne que le cœur d’un chrétien ne peut être divisé entre Dieu et l’argent, entre Dieu et une quelconque idole. Dans ce contexte il est bon d’entendre encore l’histoire du roi Salomon (1ère lecture). Salomon a eu ses grandeurs et ses faiblesses. Mais ce que le Peuple d’Israël a retenu le plus de lui fut sa sagesse et sa capacité de faire régner la justice dans son royaume. Au début de son règne, il eut une vision dans laquelle Dieu lui disait : « Demande ce que tu voudras et je te le donnerai ».  (1 R 3, 5b) Et quelle fut la réponse de Salomon ?

« Donne à ton serviteur un cœur attentif pour qu’il sache gouverner ton peuple et discerner le bien et le mal. »  (1 R 3, 9) Salomon a dû décider de ce qui était vraiment important. Il n’a demandé ni de longs jours, ni la richesse, ni la mort de ses ennemis mais de savoir discerner le bien et le mal et un cœur intelligent et sage.

Nous sommes nous-mêmes placés à tout instant devant des choix à faire : où vont nos priorités ? Vers ce qui nous concerne égoïstement ou vers ce qui va nous permettre de mieux aider les autres ? Il y a des situations dans la vie ou les choix a faire sont clairs, par exemple lorsqu’il s’agit de choisir entre le bien et le mal. Le bon choix peut demander du courage, mais il n’est pas difficile de savoir quel est le choix à faire. Il y a beaucoup de situations où les choses ne sont pas si claires, et où, pour acquérir le bien ultime, il faut renoncer à de nombreux biens partiels. Ces situations exigent une grande dose de sagesse. Cette sagesse, c’est l’Esprit de Dieu – l’Esprit de Jésus.

 » …à la fin du monde ; les anges viendront séparer les méchants des justes, et les jetteront dans la fournaise  et là il y aura des pleurs et des grincements de dents » (Mt 13, 49-50)

Avertissement d’une extrême gravité ! La bonté de Dieu n’est pas complicité avec le mal. Nous avons trop tendance à oublier qu’il y aura un jugement. Nos comportements ne sont pas neutres, dit Jésus. Et il est urgent de nous convertir.

« Avez-vous compris tout cela ? (Mt 13, 51)

Question fondamentale  N’y a-t-il pas en chacun de nous des recoins de notre vie où nous n’avons pas envie de comprendre ? N’y a-t-il pas des situations que nous ne voulons pas trop confronter avec l’Évangile ?

Demandons à Dieu la grâce d’être guidés par sa  Sagesse, qui seule peut nous donner la lumière et la force nécessaires pour vendre tout afin d’acquérir la perle précieuse de son  royaume.

Amen.

.lwf0004.gif   Michel Houyoux, Diacre permanent

Publié dans Homélies, Nouveau Testament | 4 Commentaires »

 

Salem alikoum |
Eazy Islam |
Josue |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | AEP Gresivaudan 4ieme 2007-08
| Une Paroisse virtuelle en F...
| VIENS ECOUTE ET VOIS