• Accueil
  • > Archives pour le Lundi 19 janvier 2009

Saint Jean Bosco, prêtre (1815-1888)

Posté par diaconos le 19 janvier 2009

Le 31 janvier, l’Église, dans sa liturgie,  célèbre la mémoire de saint Jean Bosco.

Durant son enfance, sa maman (veuve) lui  apprit  à aimer, à prier la Vierge Marie et à avoir Saint Jean Bosco, prêtre (1815-1888) dans Disciples de Jésus 160px-Don_Bosco_scrittoe_Torino_1865-68souvent recours à elle. Ordonné prêtre en juin 1841, Jean Bosco se consacra aux jeunes des quartiers pauvres et abandonnés de Turin, notamment aux jeunes ouvriers. On l’appelle  » Don Bosco « .

Il fonda le 26 janvier 1854 la Société de Saint François de Sales ( les membres sont appelés Salésiens), chargée de l’éducation des enfants pauvres, ainsi nommée en hommage à François de Sales. Elle sera approuvée en 1869 par Pie IX.

En 1872, avec Marie-Dominique Mazzarello, Jean Bosco fonda l’Institut des Filles de Marie-Auxiliatrice (ou Salésiennes). Ces deux communautés se mettront au service des jeunes dans de nombreux pays.

Jean Bosco mourut le 31 janvier 1888 et  fut canonisé le premier avril 1934 par le pape  Pie XI.

Cliquez sur les termes écrits en bleu, dans le texte ci-dessus, pour plus de détails sur d’autres sites. En cliquant sur les termes en bleu de ces pages, vous accédez à d’autres explications. Allez-y ! Surfez !

lwf0003web.gif

Lettre de l’Abbé Jean Bosco à ses confrères

Avant tout, si nous voulons nous montrer les amis du vrai bien de nos élèves et les amener à faire leur devoir, nous ne devons jamais oublier que nous représentons les parents de cette chère jeunesse qui fut toujours le tendre sujet de mes occupations, de mes études, de mon ministère sacerdotal, et de notre congrégation salésienne.

Que de fois, mes chers fils, dans ma longue carrière, j’ai dû me persuader de cette grande vérité ! Il est toujours plus facile de s’irriter que de patienter, de menacer un enfant, que de le persuader. Je dirai même qu’il est plus facile, pour notre impatience et pour notre orgueil, de châtier les récalcitrants que de les corriger, en les supportant avec fermeté et douceur.

Je vous recommande la charité que saint Paul employait envers les nouveaux convertis à la religion du Seigneur, et qui le faisait souvent pleurer et supplier quand il les voyait peu dociles et répondant mal à son zèle.

Écartez tout ce qui pourrait faire croire qu’on agit sous l’effet de la passion. Il est difficile, quand on punit, de conserver le calme nécessaire pour qu’on ne s’imagine pas que nous agissons pour montrer notre autorité ou pour décharger notre emportement.

Considérons comme nos enfants ceux sur lesquels nous avons un pouvoir à exercer. Mettons-nous à leur service, comme Jésus qui est venu pour obéir, non pour commander. Redoutons ce qui pourrait nous donner l’air de vouloir dominer, et ne les dominons que pour mieux les servir.

C’est ainsi que Jésus se comportait avec ses apôtres, supportant leur ignorance, leur rudesse et même leur manque de foi. Il traitait les pécheurs avec gentillesse et familiarité, au point de susciter chez les uns l’étonnement, chez d’autres le scandale, et chez beaucoup l’espoir d’obtenir le pardon de Dieu. C’est pourquoi il nous a dit d’apprendre de lui à être doux et humbles de cœur.

Puisqu’ils sont nos enfants, éloignons toute colère, quand nous devons corriger leurs manquements, ou du moins modérons-la pour qu’elle semble tout à fait étouffée.

Pas d’agitation dans notre cœur, pas de mépris dans nos regards, pas d’injures sur nos lèvres. Ayons de la compassion pour le présent, de l’espérance pour l’avenir : alors vous serez de vrais pères, et vous accomplirez un véritable amendement.

Dans les cas très graves, il vaut mieux vous recommander à Dieu, lui adresser un acte d’humilité, que de vous laisser aller à un ouragan de paroles qui ne font que du mal à ceux qui les entendent, et d’autre part ne procurent aucun profit à ceux qui les méritent.

Source : Liturgie des Heures, tome 1,  pages 1379 et 1380

♥ Une vocation… , au service des jeunes :  cliquez ici →  De l’éducation des enfants

lwf0003web.gif

Prions

Prière à  saint Jean Bosco

O saint Jean Bosco, père et maître de la jeunesse, toi qui, docile à l’Esprit, as transmis à la famille salésienne le trésor de la prédilection pour les petits et pour les pauvres, apprends-nous à être pour eux chaque jour les signes et les porteurs de l’amour de Dieu, et fais grandir en nos cœurs les sentiments mêmes du Christ Bon Pasteur.

Demande pour tous les membres de ta famille, la bonté du cœur, la ténacité au travail, la sagesse du discernement,  le courage de donner un témoignage d’Église, la générosité missionnaire.

Obtiens-nous la grâce de rester fidèles à l’Alliance que le Seigneur a scellée avec nous, et fais que, conduits par Marie, nous parcourions joyeusement, avec les jeunes la voie qui conduit à l’Amour. Amen.
Source :  http://www.coopdonbosco.be

Prière de l’Église 

Dieu qui a suscité saint Jean Bosco pour donner à la jeunesse un maître et un père, inspire-nous le même amour qui nous fera chercher le salut de nos frères en ne servant que toi seul.

Notre Père qui es aux cieux, …     Je vous salue Marie…   Gloire au Père et…

Amen

lwf0003web.gif

Liens externes

◊ Bibliographie : cliquez ici →  Saint Jean Bosco

♣ ♣ ♣ 

Don Bosco et famille salésienne

Qui est Don Bosco ? Cliquez sur ce lien → Don Bosco

En cliquant sur les titres de la page d’accueil de ce site , vous ouvrirez les documents : une information très complète, très riche  sur Don Bosco. Allez-y ! Et bonne découverte.

lwf0004.vignette4 Fête religieuse dans Enseignement

Michel Houyoux, diacre permanent

Publié dans Disciples de Jésus, Enseignement, fêtes religieuses, L'Église, Liturgie, Prières, Rencontrer Dieu | Pas de Commentaire »

Aujourd’hui, écouterez-vous sa Parole ? (Mc 1, 21-28)

Posté par diaconos le 19 janvier 2009

4ième dimanche ordinaire, année B

Lectures bibliques  et commentaires, cliquez →Dt 18, 15-20 ; Psaume ; 1 C0 7, 32-35 ; Mc 1, 21-28

Aujourd’hui, écouterez-vous sa Parole ?

Jésus, accompagné de ses disciples, arrive à Capharnaüm et  l’évangéliste Marc nous le présente assez vite en action.  Jésus veut annoncer le Royaume de Dieu et il ne le fait pas seulement avec des mots, il le fait aussi en actes. Avec lui, on passe au même instant de l’enseignement à la réalisation : ce qu’il dit, Jésus le réalise ; pour lui, le dire et le faire  sont une même réalité et c’est en cela que réside sa force, l’autorité qui saisit de frayeur ceux qui l’entourent…

Qui est-t-il donc pour agir ainsi, pour que sa seule parole ait un tel pouvoir ?

Cette journée passée à Capharnaüm  un jour de Sabbat est riche d’enseignements : dans la synagogue de cette ville, il va prendre  la parole  et y enseigner avec une autorité  qui surprend ses auditeurs. Bien plus, il va y signer son enseignement par la guérison d’un possédé tout en refusant la publicité.

Aujourd’hui encore, Jésus c’est deux choses, véritablement divines :

1° Ce sont des Paroles, un enseignement, un message… c’est du neuf pour tous.

2° Ce sont des signes, des actes de Jésus, des sacrements… la puissance de Dieu.

En guérissant cet homme, Jésus ne fait pas seulement acte de bonté mais montre qu’il est venu entreprendre un combat gigantesque contre le Mal à l’œuvre dans le monde. L’esprit mauvais qui interpelle Jésus le sait bien : « Que nous veux-tu,  Jésus de Nazareth ? Es-tu venu pour nous perdre ? » La Parole et les actes de Jésus manifestent qu’il est le Messie et donc que son autorité s’enracine en Dieu.

La parole du Christ fait-elle aussi autorité dans nos vies ? Allons à la suite du Christ pour combattre le mal sous toutes ses formes : la maladie, la faim, la solitude, l’injustice, l’égoïsme personnel ou collectif ? Chaque jour, écouterons-nous la Parole  comme le psaume nous y invite : « Aujourd’hui, ne fermons pas notre cœur, mais écoutons la voix du Seigneur » (Psaume 94)

La Parole de Dieu est toujours nouveauté et ouverture, souffle puissant et liberté rendue. Elle fait renaître. Elle donne sens à la  vie. Et elle nous remet à neuf. 

L’apôtre Paul (deuxième lecture) nous exhorte à plaire au Seigneur et dans  cet extrait de sa première lettre aux Corinthiens, il le fait de manière un peu déconcertante, en semblant donner franchement sa préférence aux célibataires ! Selon son argumentation, ceux qui ne sont pas mariés, hommes ou femmes, n’ont en quelque sorte que le Seigneur à penser… À l’inverse, ceux qui sont mariés ont à plaire à leur conjoint. La question de fond qui est posée est de s’attacher au Seigneur et de lui plaire. Et ceci n’est pas réservé qu’aux célibataires, même si la vie consacrée, comme ce nom l’indique, permet évidemment d’accorder au Seigneur plus de temps et de disponibilité.

Plaire au Seigneur : comment faire concrètement cette semaine ? Que changer dans notre comportement, dans notre vie quotidienne ?

Rencontrant Jésus Christ, au cœur de l’eucharistie, nous avons l’occasion  de nous laisser à la fois enseigner avec autorité  et guérir de toutes nos faiblesses.

 lwf0004.gif Michel Houyoux, diacre permanent

Publié dans Homélies, Temps ordinaire | Pas de Commentaire »

Que nous veux-tu Jésus de Nazareth ? Es-tu venu pour nous perdre ? (Mc 1, 21-28)

Posté par diaconos le 19 janvier 2009

Jésus, accompagné de ses disciples, arrive à Capharnaüm et  l’évangéliste Marc nous le présente assez vite en action…

Extrait de l’évangile de Marc au chapitre 1

21  Jésus, accompagné de ses disciples, arrive à Capharnaüm. Aussitôt, le jour du sabbat, il se rendit à la synagogue, et là, il enseignait.
22  On était frappé par son enseignement, car il enseignait en homme qui a autorité, et non pas comme les scribes.
23  Or, il y avait dans leur synagogue un homme tourmenté par un esprit mauvais, qui se mit à crier :
24  « Que nous veux-tu, Jésus de Nazareth ? Es-tu venu pour nous perdre ? Je sais fort bien qui tu es : le Saint, le Saint de Dieu. »
25  Jésus l’interpella vivement : « Silence ! Sors de cet homme. »
26  L’esprit mauvais le secoua avec violence et sortit de lui en poussant un grand cri.
27  Saisis de frayeur, tous s’interrogeaient : « Qu’est-ce que cela veut dire ? Voilà un enseignement nouveau, proclamé avec autorité ! Il commande même aux esprits mauvais, et ils lui obéissent. »
28  Dès lors, sa renommée se répandit dans toute la région de la Galilée.

Copyright AELF – 1980 – 2006 – Tous droits réservés

◊ Que nous veux-tu Jésus de Nazareth ? Es-tu venu pour nous perdre ?

Entendons bien cette question posée par un des hommes assis dans la synagogue de Capharnaüm qui vient d’écouter la prédication de Jésus : aussitôt après son arrivée à Capharnaüm, Jésus entre dans la synagogue ; c’est un jour de sabbat, il enseigne, et tous sont surpris de sa doctrine, quand un homme possédé d’un esprit mauvais (le démon) s’écrie : Es-tu venu pour nous perdre ? Nous savons qui tu es : le Saint de Dieu. Jésus ordonne à l’esprit de se taire et de sortir de cet homme ; il obéit après avoir agité violemment le possédé et avoir poussé un grand cri. Cette guérison provoque l’étonnement et les discussions des témoins. La renommée de Jésus se répand.

La parole de Jésus et ses actes montrent suffisamment que Jésus est le Saint de Dieu, c’est à dire  le Messie et donc que son autorité s’enracine en Dieu.

◊ Que nous veux-tu Jésus de Nazareth ? Es-tu venu pour nous perdre ?

Ces deux questions expriment le même sentiment, celui de ne vouloir rien avoir à faire avec Jésus, venu pour perdre, détruire le royaume des ténèbres. Les démons savent cela, ( Mt 8, 29) parce qu’ils savent que Jésus est le Saint de Dieu, celui que Dieu a sanctifié (Jn 10, 36),  le SAINT par excellence. (Actes 4, 27 – Apocalypse 3, 7)

105aweb.gifJésus adresse la parole au démon : « Tais-toi et sors de lui ! « (Mc 1, 25)

Jésus  le distingue de l’homme que ce démon faisait parler : sors de lui. Le silence que Jésus impose au démon se rapporte surtout à la confession que ce dernier vient de faire : Tu es le Saint de Dieu. Jésus rejette ainsi un témoignage qui lui vient du royaume de Satan.

Jésus veut annoncer le Royaume de Dieu et il ne le fait pas seulement avec des mots, il le fait aussi en actes. Avec lui, on passe au même instant de l’enseignement à la réalisation : ce qu’il dit, Jésus le réalise ; pour lui, le dire et le faire  sont une même réalité et c’est en cela que réside sa force, l’autorité qui saisit de frayeur ceux qui l’entourent…

Qui est-t-il donc pour agir ainsi, pour que sa seule parole ait un tel pouvoir ?

Aujourd’hui encore, Jésus c’est deux choses, véritablement divines :

  1. Ce sont des Paroles, un enseignement, un message… c’est du neuf pour tous.
  2. Ce sont des signes, des actes de Jésus, des sacrements… la puissance de Dieu.

La parole du Christ fait-elle aussi autorité dans nos vies ? Allons à la suite du Christ pour combattre le mal sous toutes ses formes : la maladie, la faim, la solitude, l’injustice, l’égoïsme personnel ou collectif ? Chaque jour, écouterons-nous la Parole  comme le psaume nous y invite : « Aujourd’hui, ne fermons pas notre cœur, mais écoutons la voix du Seigneur » (Psaume 94)

La Parole de Dieu est toujours nouveauté et ouverture, souffle puissant et liberté rendue. Elle fait renaître. Elle donne sens à la  vie. Et elle nous remet à neuf. 

Le Christ s’offre à ton  amitié, il s’offre à faire de toi un être de communion. Lui répondras-tu : « Es-tu venu pour me perdre ? « . Prie  l’Esprit Saint de te  donner force et lumière pour redire au Christ vainqueur : »Je sais qui tu es, le Saint de Dieu, et que tu viens pour me sauver, pour nous sauver. « Que me veux-tu, Jésus de Nazareth ? »  Seigneur, que veux-tu de moi ? »

Pour plaire au Seigneur, que feras-tu concrètement cette semaine ?

lwf0003web.gif

Aimes-tu dessiner ?

  • Clique sur le dessin de ton choix pour le voir plus grand, l’imprimer et le colorier.

  • Souhaites-tu montrer ton dessin dans la rubrique “Page jeunesse”, et y faire figurer ta photo, signaler ton âge et ta localité ? Il te suffit de me les faire parvenir par mail en “document attaché” à l’adresse : “michel.houyoux@outlook.fr” . Fais-toi aider par un membre de ta famille si tu n’en sors pas. Tu peux y mentionner ton prénom, ton âge, ta localité (pays ?) et aussi un petit commentaire en rapport avec le thème proposé. Avec un peu d’imagination, tu peux réaliser de jolis dessins. Pour voir les dessins en plus grand, clique deux fois dessus.

  • Aimerais-tu colorier d’autres dessins bibliques ? Dans la colonne de droite, sous le titre “Catégories”, clique sur le titre “Dessins et Bible” et choisis ceux que tu aimes colorier.

Que nous veux-tu Jésus de Nazareth ? Es-tu venu pour nous perdre ? (Mc 1, 21-28) dans Catéchèse lwf0004.vignette3Michel Houyoux, diacre permanent

lwf0003web.gif

Liens externes

Publié dans Catéchèse, Homélies | Pas de Commentaire »

 

Salem alikoum |
Eazy Islam |
Josue |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | AEP Gresivaudan 4ieme 2007-08
| Une Paroisse virtuelle en F...
| VIENS ECOUTE ET VOIS