• Accueil
  • > Archives pour février 2009

3. Sonntag der Fastenzeit – Lesejahr B (Joh 2,13-25)

Posté par diaconos le 26 février 2009

Dritten FastensonntagJesus hat den Tempel von Jerusalem geliebt und geehrt; er hat ihn das Haus seines Vaters genannt. Eben deshalb erträgt er es nicht, dass dieser Tempel durch Geschäftemacher entwürdigt wird. Nach seiner Vollmacht gefragt, antwortet Jesus mit einem verborgenen Hinweis auf seinen Tod und seine Auferstehung am dritten Tag. Das haben die Jünger erst später verstanden; nachdem Jesus vonden Toten auferstanden war, hat der Heilige Geist sie an dieses Wort erinnert.

◊  ◊ ◊ ◊ ◊

◊ Johannes setzt die Erzählung von der Tempelaktion, anders als die anderen Evangelisten, an den Anfang der Wirksamkeit Jesu.  Im zweiten Teil des Textes wird ausdrücklich ein Zusammenhang zwischen Tod und Auferstehung hergestellt.

«  Das Paschafest der Juden war nahe, und Jesus zog nach Jerusalem hinauf. Im Tempel fand er die Verkäufer von Rindern, Schafen und Tauben und die Geldwechsler, die dort saßen. Er machte eine Geißel aus Stricken und trieb sie alle aus dem Tempel hinaus, dazu die Schafe und Rinder; das Geld der Wechsler schüttete er aus, und ihre Tische stieß er um.

Zu den Taubenhändlern sagte er: Schafft das hier weg, macht das Haus meines Vaters nicht zu einer Markthalle! Seine Jünger erinnerten sich an das Wort der Schrift: Der Eifer für dein Haus verzehrt mich. Da stellten ihn die Juden zur Rede: Welches Zeichen lässt du uns sehen als Beweis, dass du dies tun darfst? Jesus antwortete ihnen: Reißt diesen Tempel nieder, in drei Tagen werde ich ihn wieder aufrichten. Da sagten die Juden: Sechsundvierzig Jahre wurde an diesem Tempel gebaut, und du willst ihn in drei Tagen wieder aufrichten? Er aber meinte den Tempel seines Leibes. Als er von den Toten auferstanden war, erinnerten sich seine Jünger, dass er dies gesagt hatte, und sie glaubten der Schrift und dem Wort, das Jesus gesprochen hatte. Während er zum Paschafest in Jerusalem war, kamen viele zum Glauben an seinen Namen, als sie die Zeichen sahen, die er tat. Jesus aber vertraute sich ihnen nicht an, denn er kannte sie alle und brauchte von keinem ein Zeugnis über den Menschen; denn er wusste, was im Menschen ist. » (Joh 2,13-25)
carme2009.jpg

Publié dans Carême, Catéchèse, DESSINS ET BIBLE, Page jeunesse | Pas de Commentaire »

Écouter Dieu, c’est essentiel !

Posté par diaconos le 26 février 2009

Troisième semaine de Carême

 Prière communautaire et Méditation     →  Écouter Dieu, c’est essentiel !

——————–

1. Chant : Seigneur avec toi, nous irons au désert

 Seigneur avec toi, nous irons au désert, poussés, comme toi, par l’Esprit.

 Et nous mangerons la Parole  de Dieu, et nous choisirons notre Dieu.

Et nous fêterons notre Pâque au désert. Nous vivrons le désert avec toi.

Seigneur, nous irons au désert pour guérir, poussés comme toi par l’Esprit.

Et tu ôteras de nos cœurs le péché, et tu guériras notre mal.

 Et nous fêterons notre Pâque au désert. O Seigneur qui nous donne la vie !

Seigneur, nous irons au désert pour prier, poussés comme toi par l’Esprit

Et nous goûterons le silence de Dieu, et nous renaîtrons dans la joie

Et nous fêterons notre Pâque au désert. Nous vivrons dans la force de Dieu.

 

2.      Salutation par……………………………………………………………..

 Bienvenue frères et sœurs, ici, en notre église. Nous sommes réunis pour vivre ensemble un temps de prière communautaire et de méditation sur  le thème « Écouter Dieu, c’est essentiel ! » Il n’y a pas de Carême sans le terme vers lequel il nous conduit : la sainte nuit de Pâques.

Le Carême est un temps de grande importance spirituelle pour l’Église et pour chaque chrétien. Nous répondons aujourd’hui à l’appel pressant de l’Église à nous convertir, à écouter attentivement la Parole, à prier et à partager nos biens. Nous nous préparerons ainsi à la fête de Pâques, mais surtout à vivre le mystère pascal tous les jours.

Dans l’Évangile d’aujourd’hui, Jésus présente la vie chrétienne comme un combat : « Qui n’est pas avec moi, est contre moi ! » Souvent, hélas, nous sommes chrétiens à moitié, dans un grand mélange d’acceptations et de refus. C’est déjà ce que reprochait le prophète Jérémie aux fidèles de son temps.

 

3. Lecteur ou lectrice…………………………………………………………          (Jr 7, 23-28)

Du livre de Jérémie, au chapitre septième…    : Écoutez ma voix : je serai votre Dieu et vous serez mon peuple. Si vous marchez dans les chemins que je vous ordonne, vous connaîtrez le bonheur. Mais ils n’ont pas écouté, ils n’ont pas prêté l’oreille ; ils ont préféré suivre leurs mauvais penchants, si bien qu’ils ont reculé au lieu d’avancer. Depuis le jour où vos pères sont sortis du pays d’Égypte jusqu’à ce jour, je vous ai envoyé sans me lasser mes serviteurs, tous les prophètes. Mais vous ne m’avez pas écouté, vous n’avez pas prêté l’oreille, vous avez raidi votre nuque et vous avez fait le mal plus que vos pères. Tu auras beau dire tout cela, ils ne t’écouteront pas ; tu les appelleras et ils ne te répondront pas !  Alors, tu leur diras : « Vous êtes bien la nation qui n’a pas écouté la voix de Yahvé son Dieu et ne s’est pas laissé instruire. Votre fidélité s’est perdue »

Célébrant :  Le thème de l’écoute est essentiel ! Écouter, écouter Dieu : Ce mot est répété quatre fois dans ce texte de Jérémie. Oui, ce n’est pas seulement lorsque nous assistons à la messe ou lorsque nous prions que Dieu nous parle. Il y a une Parole que j’ai à écouter à chaque moment de ma journée, chaque jour, dans mon travail, dans mes rencontres, dans mes responsabilités, dans les évènements. Mais trop souvent, je ne sais pas écouter Dieu là… Rends-nous attentif Seigneur.

Chant. « Tu es notre Dieu et nous sommes ton peuple »

4. Lecteur ou lectrice…………………………………………………………………………..

« Suivez jusqu’au bout la route que je vous prescris, afin que vous soyez heureux » Il y a bien un lien solide entre la fidélité à Dieu et la joie. Cependant ceci n’est pas à prendre dans un sens matériel. « Je ne te promets pas de te rendre heureuse en ce monde » disais la Vierge Marie à Bernadette Soubirous. Pourtant, si nous prêtions  attention, nous découvririons qu’il existe bien dans notre conscience, une joie réelle  lorsque nous avons la conviction d’avoir fait tout ce que nous pouvions..

 Il faut entretenir en soi cette joie là. Prions le Seigneur, pour que tous ceux et celles qui essaient d’être fidèles éprouvent aussi au fond d’eux-mêmes, même dans leurs épreuves, cette intime satisfaction. Aide-nous à ne plus être tristes ou plus exactement, à n’être tristes que d’une chose : de nos péchés.

Ensemble, récitons une dizaine de notre chapelet à cette intention…

5. Lecteur ou lectrice………………………………………………………

En ce temps de carême, sainte Marie, la mère de Jésus, nous invite et nous prie d’ouvrir notre cœur à ses messages, à ses paroles, à son cœur. En tant que Mère, la Vierge Marie ne peut cesser d´appeler, ne peut cesser d´aimer ses enfants. Puisse le désir de la rencontre avec Dieu et avec son amour naître en nous. Désirons davantage cette rencontre. Rappelons-nous que Dieu prend au sérieux nos désirs et nos prières.

A travers Marie, Jésus frappe aujourd´hui à la porte de notre cœur : « Voici, je me tiens à la porte et je frappe ; si quelqu’un entend ma voix et ouvre la porte, j’entrerai chez lui pour souper, moi près de lui et lui près de moi. » (Ap 3,20)

Il faut écouter la voix de Dieu et prier avec saint Augustin qui a demandé d´entendre le Seigneur frapper à la porte de son cœur. En ce temps de grâce du carême, il nous faut tout spécialement écouter la voix de Dieu qui nous parle à travers sa parole dans l´ÉCRITURE Sainte, à travers des personnes, des événements et des situations de notre vie, à travers des choses petites et simples qui nous arrivent chaque jour. Il est important d´ouvrir les yeux de notre cœur et de notre esprit, de demander au Seigneur de les ouvrir.

C´est pourquoi, en ce temps, il nous faut décider de lire l´ÉCRITURE Sainte, d´aller plus souvent à la Messe, de prendre une décision concrète, de couper les liens qui nous attachent au mal, à la haine, à la paresse, au bougonnement et à tout autre mal.

Récitons une dizaine de notre chapelet à nos intentions particulières….

6. Célébrant → De l’Évangile de Luc au chapitre onze…

Jésus chassait un démon. Le possédé était muet. Quand il eut chassé le démon, le muet parla et la foule resta émerveillée. C’est par le chef des démons qu’il chasse les démons…disaient certains. D’autres, pour l’embarrasser, lui demandaient un signe qui vienne vraiment du Ciel. Mais Jésus savait ce qu’ils pensaient et il leur dit : « Tout royaume divisé contre lui-même va à sa ruine : les différents partis s’écroulent l’un après l’autre. Si vous dites que je m’appuie sur Béelzéboul pour chasser les démons, Satan est divisé ; donc son pouvoir ne durera pas. Et si c’est Béelzéboul qui m’aide à faire sortir les démons, qui donc aide les gens de chez vous quand ils les font sortir ? Ce sont eux qui jugeront vos paroles. C’est par le doigt de Dieu que je chasse les démons. Donc le royaume de Dieu est venu jusqu’à vous. Quand l’homme fort, en armes, garde sa maison, ses biens sont en sûreté. Mais qu’un plus fort que lui survienne et le batte, il lui enlève toutes ses armes. Qui n’est pas avec moi est contre moi. Qui n’amasse pas avec moi, dissipe. »

Célébrant Chaque fois qu’il est question de démons dans l’Evangile, nous avons comme une gêne. Nous sommes parfois obligés de constater que le mal a des racines extrêmement profondes et qui nous dépassent… .. Il y a des violences, des forces destructives au travail, qu’aucune personne ne semble maîtriser. Jésus est venu s’attaquer à ces forces mauvaises. Jésus sauve-moi de mes démons… délivre-nous du mal.

« C’est par le chef des démons que Jésus chasse les démons… disaient certains » Jésus a été calomnié, accusé. C’est un comble. Le démon est capable de ces coups-là, de se masquer à ce point là, de faire dire par des gens que Jésus est un possédé du démon.

La division, la mésentente, ne sont-ils  pas non plus un des signes de Satan ? Notre monde est tragiquement marqué par un esprit de ce genre, qui empêche des couples de se comprendre, des parents et des enfants de se parler, des groupes humains entiers de se reconnaître.

Mais heureusement le doigt de Dieu est là, quand le mal recule. Est-ce que je sais le voir ? La dimension du combat contre le mal est aujourd’hui collective : il faut combattre avec d’autres, en équipe, et pour les autres… voilà donc un vrai programme dynamique et fort … pour un Carême dynamique et fort !

Cessons d’être à moitié chrétien. , écoutons cette parole forte de Jésus : « Qui n’est pas avec moi est contre moi. Qui n’amasse pas avec moi dissipe. » Jésus parle ainsi de ceux et de celles qui refusent de prendre position face à son message et prétendent rester neutres : ils ne le rejoignent pas et plus tard ils le critiqueront.

Célébrant Heureuse la mère qui t’a porté, la femme qui t’a nourrit ! Heureux plutôt qui entend la Parole de Dieu et qui la garde.

Tous :       Mon âme exalte le Seigneur, exulte mon esprit en Dieu mon Sauveur !

Il s’est penché sur son humble servante, désormais tous les âges me diront  bienheureuse.

Le puissant fit pour moi des merveilles ; saint est son nom !

Son amour s’étend d’âge en âge sur ceux qui le craignent.

Déployant la force de son bras, il disperse les superbes.

Il renverse les puissants de leurs trônes, il élève les humbles.

Il comble de biens les affamés, renvoie les riches les mains vides.

Il relève Israël son serviteur, il se souvient de son amour.

De la promesse faite à nos pères, en faveur d’Abraham et de sa race à jamais.

7. Prière d’intercession par……………………………………………………….

Lecteur : Dieu notre Père, convertis-nous à la loi nouvelle de ton Christ.

Tous : Père, allume en nous le feu de son amour.

Lecteur : Il a proclamé la Bonne Nouvelle, il a passé parmi nous en faisant le bien.

Tous : Père, allume en nous le feu de son amour.

Lecteur : Il a nourrit les foules au désert, il s’est livré dans le pain et le vin.

Tous : Père, allume en nous le feu de son amour.

Lecteur : Ila guéri les malades, il a pardonné les péchés.

Tous : Père, allume en nous le feu de son amour.

Lecteur : Il a maîtrisé la mer et les vents, il a prié pour la foi de Pierre.

Tous : Père, allume en nous le feu de son amour.

Lecteur : Il a pleuré sur Jérusalem, il a ressuscité Lazare.

Tous : Père, allume en nous le feu de son amour.

8. Célébrant : Redisons la prière que Jésus lui-même nous a enseignée pour l’âme la plus délaissée du Purgatoire….                            

Tous : Notre Père…

Célébrant  : Nous t’en supplions humblement Seigneur, à mesure qu’approche le jour où nous fêterons notre salut, accorde-nous une plus grande générosité  pour nous préparer à célébrer le mystère pascal.

Chant final :  Tu es là au cœur de nos vies…

Bénédiction : Le Seigneur soit avec vous !                 Tous : Et avec votre esprit :

                        Que Dieu tout puissant vous bénisse le Père, le Fils (+) et le Saint Esprit.

Tous : Amen !

 lwf0004.gif Michel Houyoux, diacre permanent

Publié dans Carême, conversion, Dieu, Liturgie, Méditation, Prières | 2 Commentaires »

Dieu se donne gratuitement ! (Jn 2, 13-25)

Posté par diaconos le 25 février 2009

Homélie pour le 3ième dimanche du Carême, année B

Lectures bibliques et commentaires, cliquez sur les titres ci-dessous…

  Ex 20, 1-17 ; Psaume 18 ; 1 Co, 22-25 ; Jn 2, 13-25
                                

Dieu se donne gratuitement !

Après avoir accompli son premier miracle à Cana en Galilée, Jésus se rendit à Jérusalem et monta au Temple pour prier et pour prêcher la Bonne Nouvelle qu’Il est venu apporter sur terre. Mais quelle ne fut pas sa surprise en voyant le Temple de Dieu, son Temple, rempli de marchands et de trafiquants de toutes sortes ! Dieu, dans la personne de Jésus, vient dans sa propre maison, et qu’y trouve-t-il ? Des gens en prières ? Des lévites en train d’accomplir leur ministère ? Non pas ! Mais bien des marchands, des trafiquants, des gens qui ne semblent se soucier que d’une seule chose : amasser de l’argent pour leur vie sur terre, au lieu de prier pour que le Père les accueille dans sa demeure du Ciel ! Le monde à l’envers, dirions-nous !

Il fit un fouet avec des cordes, et les chassa tous du Temple ainsi que leurs brebis et leurs bœufs ; il jeta par terre la monnaie des changeurs, renversa leurs comptoirs, et dit aux marchands de colombes : « Enlevez cela d’ici. Ne faites pas de la maison de mon Père une maison de trafic. » (Jn 2, 15-16)

Une erreur à éviter serait de penser que Jésus, en chassant les vendeurs du Temple, manifeste un violent mépris pour le commerce et les commerçants. L’acte prémédité du Christ (il a fallu qu’il trouve des cordes, qu’il fasse un fouet, ce qui demande du temps) signifie tout autre chose : c’est tout le culte du Temple, toute la religion qui est devenue un commerce, un marchandage, une histoire de « donnant, donnant ». Et c’est cela que Jésus conteste violemment.

Au Temple, on venait pour offrir des sacrifices. Les riches offraient, par exemple, un bœuf, un taureau ; les moins riches offraient un agneau et les pauvres, une paire de colombes. Mais ces offrandes étaient des gestes intéressés : on donnait pour recevoir. On espérait bien que, grâce à cette offrande, on recevrait en retour l’aide de Dieu pour telle ou telle affaire, ou pour obtenir la santé, ou pour toute autre requête.

Avons-nous dépasser ce stade là  ? Pas si sûr ! En réalité, trop souvent, nous  pensons que nous devons  mériter quelque chose, et que Dieu ne donne rien gratuitement.. Jésus est venu nous révéler une chose essentielle : Dieu donne gratuitement. Il se donne, même, gratuitement, sans aucun mérite de notre part. Nous avons à passer de la religion du « Donnant, donnant » à la religion accueil de la grâce, accueil du don gratuit de Dieu.

La grande certitude de toute la Bible, c’est que Dieu veut l’homme heureux, et il lui en donne le moyen, un moyen bien simple : il suffit d’écouter la Parole de Dieu inscrite dans la Loi et d’en vivre (Première lecture). Le chemin est balisé, les commandements sont comme des poteaux indicateurs sur le bord de la route, pour alerter notre regard sur un danger éventuel : « Le commandement du Seigneur est limpide, il clarifie le regard ». (psaume 18)

C’est dans la relation avec Dieu que la foi se vit car la résurrection,  finalement,  c’est partout où deux ou trois sont réunis au  nom du Christ qu’une fois encore nous découvrons que nous ne pouvons ni contrôler, ni négocier, ni acheter ce qui donne sens à nos vies. Notre foi doit se vivre  dans l’abandon et la confiance totale en Dieu.

 lwf0004.gif Michel Houyoux, diacre permanent

Publié dans Carême, Dieu, Homélies | Pas de Commentaire »

Mercredi des Cendres (Der Aschermittwoch)

Posté par diaconos le 24 février 2009

 

Le Mercredi des Cendres

 

Publié dans Carême, conversion, DESSINS ET BIBLE, Page jeunesse, Rencontrer Dieu | Pas de Commentaire »

123456
 

Salem alikoum |
Eazy Islam |
Josue |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | AEP Gresivaudan 4ieme 2007-08
| Une Paroisse virtuelle en F...
| VIENS ECOUTE ET VOIS