• Accueil
  • > Archives pour le Vendredi 13 février 2009

Je suis venu pour qu’ils aient la vie et, en abondance

Posté par diaconos le 13 février 2009

Deuxième semaine de Carême

Prière communautaire et  méditation.

 Je suis venu pour qu’ils aient la vie  et, en abondance

Chant: N’aie pas peur

Refrain : N’aie pas peur, laisse-toi regarder par le Christ ;  laisse-toi regarder, car il t’aime. (bis)

1.      Il a posé sur moi son regard, un regard plein de tendresse. Il a posé sur moi son regard, un regard plein de promesse.  ®

2.      Il a posé sur moi son regard et m’a dit : « Viens et suis-moi » Il a posé sur moi son regard et m’a dit : « Viens ne crains pas ! » ®

3.      Il a posé sur moi son regard et ses yeux en disaient long. Il a posé sur moi son regard, c’était celui du pardon. ®

Salutation par le célébrant : Au nom du Père, et du Fils et du Saint Esprit.

Bienvenue à vous, frères et sœurs, en  cette église. Nous sommes à nouveau réunis ce soir, pour vivre ensemble ce temps de prière communautaire et de méditation

Pendant le Carême, nous redécouvrons le mot conversion, c’est un retournement…Vers où ? Mais vers soi-même ! Au cours de ce Carême, que chacun prenne le temps de se retrouver, pour mieux sentir ce qu’il est et pour vivre ce qu’il se sent appelé à devenir.

Nous redécouvrons aussi le mot tentation, figurez-vous. Comme tout le monde, nous sommes fragiles, limités, indécis, tiraillés. Mais, c’est dans ces moments  de tentation que nous avons le plus de chance de rencontrer le Seigneur.

 Le Carême est  aussi ce temps privilégié pour être davantage plus solidaire. Aimons nous retrouver dans des groupes humains, des assemblées chrétiennes qui s’engagent collectivement pour les autres. Le salut des hommes ne passe-t-il pas très souvent par plus de solidarité, par une vraie compréhension de l’autre, par des gestes qui prennent l’allure de partage véritable ?

Lecteur ou lectrice…………………………………………………………………..

Du livre de Jérémie au chapitre 18 : Ils ont dit : « Venez, formons un complot contre Jérémie ! L’enseignement n’est pas prêt de se perdre faute de prêtre, ni le conseil, faute de sage, ni la parole divine  faute de prophète. Venez, frappons-le à coups de langue, sans prêter l’oreille à tous ses propos. »

Jérémie est un prophète, un porte-parole de Dieu. Or, c’est à cause de cette parole qu’il est persécuté. Cela nous fait penser à toutes les personnes qui subissent les contrecoups de leurs engagements au service de Dieu ou au service de leur prochain. Nous te  prions  Seigneur pour toutes les personnes qui sont persécutées, critiquées, déconsidérées à cause de leur action ou de leur parole. Frapper quelqu’un à coups de langue…Redoutable pouvoir de la langue qui peut détruire quelqu’un. Calomnie, médisance… ces coups là font du mal, comme les coups de poings ou de couteaux. Ils détruisent parfois davantage. Occasion pour nous  de nous  demander si nous sommes assez vigilants sur nos paroles. N’y a-t-il point de personnes à qui je fais mal par mes paroles ?

Dieu notre Père, contre toi nous avons péché. Ce qui est mal à tes yeux, nous l’avons fait. Donne-nous la grâce de ton pardon, source d’eau vive pour vivre et pour aimer. .

Nous récitons une dizaine de chapelet à cette intention.

Lecteur ou lectrice…………………………………………………………………

De l’Évangile de Matthieu au chapitre 20… : Au moment de monter à Jérusalem, Jésus  prit à part les douze et pendant la route, il leur dit : « Voici que nous montons à Jérusalem. Le Fils de l’homme sera livré aux chefs des prêtres et aux scribes. Ils le condamneront à mort et le livreront aux païens pour qu’ils se moquent de lui, le flagellent et le crucifient, et, le troisième jour, il ressuscitera. »  (Mt 20, 17-19)

Jésus sait ce qu’il l’attend. Décidé, calme, libre, il monte à Jérusalem. Si toi, Seigneur, tu es passé par là, aide-moi à comprendre un peu. Pourquoi ? Et pour quoi ?

Pour Jésus, la mort n’est pas un point final et il apporte à tous cette même espérance : une vie nouvelle surgit de la mort. Est-ce que je crois vraiment au mystère pascal ?

Attiré par le superflu, mêlant le bien et le mal, nous te perdons de vue, Seigneur, nous venons humblement te demander pardon.

 Récitons une dizaine de chapelet et implorons le Seigneur de nous aider dans cette montée vers Pâques.

Lecteur ou lectrice …………………………………………………………………

De l’Évangile de Luc, au chapitre 16 … : Il y avait un homme riche, qui s’habillait de pourpre et de fine toile et faisait, chaque jour, bonne chère. Il y avait encore un pauvre nommé Lazare, qui s’étendait à sa porte, couvert de plaies. Il aurait bien voulu se nourrir de ce qui tombait   de la table du riche. Mais les chiens eux-mêmes venaient lécher ses ulcères.

C’est Jésus qui utilise ces mots et fait cette description. La même situation existe toujours aujourd’hui. Il y a des nantis, des gens qui dépensent de manière scandaleuse…et des pauvres qui n’ont pas le nécessaire pour vivre humainement. Cela est affreusement criant entre peuples riches et peuples pauvres. Jésus nous montre du doigt cette situation. Ouvrons donc nos yeux sur les inégalités.

Le Carême est le moment d’une collecte mondiale contre la faim et pour le développement. C’est une goutte d’eau dans un immense problème, et c’est stricte justice.

Prions le Seigneur pour ceux et celles qui n’ont plus d’espoir ; qu’au cœur de leur détresse, des frères et des sœurs soient lueurs de confiance et d’espérance et leur révèlent ton visage. Récitons une dizaine de chapelet à cette intention.

Chant : Chant : Seigneur avec toi, nous irons au désert…

Seigneur avec toi, nous irons au désert, poussés, comme toi, par l’Esprit.(bis)

Et nous mangerons la Parole de Dieu, et nous choisirons notre Dieu.

Et nous fêterons notre Pâque au désert. Nous vivrons le désert avec toi !

 ◊

Seigneur nous irons au désert pour guérir, poussés comme toi par l’Esprit. (bis)

Et tu ôteras de nos cœurs le péché, et tu guériras notre mal.

Et nous fêterons notre Pâque au désert ; Ô Seigneur qui nous donne la vie !

Seigneur, nous irons au désert pour prier, poussés comme toi par l’Esprit. (bis)

Et nous goûterons le silence de Dieu, et nous renaîtrons dans la joie.

Et nous fêterons notre Pâque au désert : nous vivrons la folie de la croix.

Célébrant →  Psaume 31, 5-6.14-15

La première strophe du psaume 30 (31)  est un chant de confiance

 Chant :   Tu m’arraches au filet qu’ils m’ont tendu ; oui,  c’est toi mon abri.  En tes mains je remets mon esprit ; tu me rachètes Seigneur, Dieu de vérité.

Les mains de Dieu s’ouvrent pour accueillir, protéger et guérir. Puisqu’il en est ainsi, le psalmiste

n’hésite pas à mettre dans la main de Dieu ce qu’il a de plus précieux : « son esprit » Seule la mort peut lui ravir ce bien fondamental. C’est dire qu’en se remettant totalement à Dieu, le psalmiste anticipe symboliquement l’heure de sa mort.

Jésus, en citant sur la croix la prière du psalmiste, donne à son Père, un suprême témoignage d’amour filial et à nous, un dernier exemple à suivre : Poussant alors un grand cri, Jésus dit : « Père,  je remets mon esprit entre tes mains » Et sur ces mots, il expira.

Et c’est ainsi que Jésus, à l’heure de son agonie sur la croix,  exprima  sa confiance en Dieu son Père. Depuis ce jour, ces paroles constituent la prière du soir par excellence. Puissions-nous nous habituer  à prononcer ces paroles pour les redire au soir de notre  vie.

La deuxième strophe est un chant de douleur…exprimant la souffrance physique, la souffrance morale

Chant J’entends les calomnies de la foule : de tous côtés c’est l’épouvante : Ils ont tenu       conseil contre moi, ils s’accordent pour m’ôter la vie.

Dans la  troisième strophe, en plus de se savoir déjà en sécurité, le fidèle demande maintenant que le Seigneur tourne vers lui son visage rayonnant. Cette prière se fonde sur la foi en la présence divine dans le Temple de Jérusalem.

Chant :   Moi, je suis sûr de toi Seigneur,  je dis. « Tu es mon Dieu ! » Mes jours sont dans ta main : délivre-moi des mains hostiles qui s’acharnent.

Prière d’intercession

Lecteur : Jour après jour, cherchons le Seigneur ; qu’il mette en nous le désir de le suivre.

Tous : Seigneur, fais-nous connaître tes chemins.

Lecteur : Tu nous invites à la pénitence, tu nous appelles à la vie.

Tous : Seigneur, fais-nous connaître tes chemins.

Lecteur : Enseigne-nous le jeûne que tu préfères : ouvrir les prisons, nourrir les affamés.

Tous : Seigneur, fais-nous connaître tes chemins.

Lecteur : Apprends-nous à donner sans retour ce que nous avons et ce que nous sommes.

Tous : Seigneur, fais-nous connaître tes chemins.

Lecteur : Donne-nous de marcher dans la voie de la pauvreté où tu conduisais Marie, ta servante.

Tous : Seigneur, fais-nous connaître tes chemins.

Lecteur : pour nos défunts ou à nos intentions particulières,  redisons  avec confiance, la prière que nous avons reçue de Jésus …

Tous â Notre Père…

Chant de conclusion  →Changer vos cœurs (G 162)     

Refrain                 Changez vos cœurs, croyez en la bonne nouvelle !

                              Changez de vie, croyez que Dieu vous aime !

1° « Je ne viens pas pour condamner le monde ; je viens pour que le monde soit sauvé. »

2° « Je ne viens pas pour les bien portants ni pour les justes ; je viens pour les malades et les  pêcheurs. »

3° « Je ne viens pas pour juger les personnes ; je viens pour leur donner la vie de Dieu »

Célébrant : Prions, Donne à ta famille, Seigneur, de progresser en faisant toujours ce qui est bon ; assure-lui le nécessaire en cette vie pour la conduire aux biens du Royaume.

Bénédiction

Célébrant : Le Seigneur soit avec vous.         Tous : Et avec votre Esprit

Que Dieu tout-puissant vous bénisse le Père, le Fils (+) et le Saint-Esprit   

Tous : Amen

 lwf0004.gif Michel Houyoux, diacre permanent

Publié dans Carême, conversion, Liturgie, Méditation, Prières | Pas de Commentaire »

 

Salem alikoum |
Eazy Islam |
Josue |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | AEP Gresivaudan 4ieme 2007-08
| Une Paroisse virtuelle en F...
| VIENS ECOUTE ET VOIS