« Chantez au Seigneur un chant nouveau » (Ps 97)

Posté par diaconos le 30 avril 2009

Psaume 97

1Chantez au Seigneur un chant nouveau, car il a fait des merveilles ; par son bras très saint, par sa main puissante, il s’est assuré la victoire.

2Le Seigneur a fait connaître sa victoire et révélé sa justice aux nations ;
3il s’est rappelé sa fidélité, son amour, en faveur de la maison d’Israël ; la terre tout entière a vu la victoire de notre Dieu.

4Acclamez le Seigneur, terre entière, sonnez, chantez, jouez ;
5jouez pour le Seigneur sur la cithare, sur la cithare et tous les instruments ;
6au son de la trompette et du cor, acclamez votre roi, le Seigneur !

7Que résonnent la mer et sa richesse, le monde et tous ses habitants ;
8que les fleuves battent des mains, que les montagnes chantent leur joie,
9à la face du Seigneur, car il vient pour gouverner la terre, pour gouverner le monde avec justice et les peuples avec droiture

Copyright AELF – 1980 – 2006 – Tous droits réservés

  • Thème développé dans ce psaume
    • Après avoir fait allusion à une grande délivrance, dans laquelle éclate la fidélité du Seigneur envers Israël (versets 1 à 3), le psalmiste invite la terre entière à louer le Seigneur (versets 4 à 6). Même les créatures inanimées vont tressaillir de joie en présence du Seigneur, qui vient juger la terre (versets 7 à 9).

  • Plan
    • Proclamation solennelle : le chant nouveau (v1a) et son contenu (v1b-v3)
    • Le grand choeur et l’orchestre du Temple (v4 à v8)
    • Proclamation solennelle : la venue du Seigneur (v9)
  • Étude du texte biblique
    • Le Seigneur a fait des miracles et des merveilles pour son peuple, c’est pourquoi il faut  chanter sa louange car c’est par son bras et sa puissance (verset 1) que ces miracles sont intervenus. Au nombre des merveilles opérées par le  Seigneur en faveur d’Israël, il y a la sortie d’Égypte des Hébreux sous la conduite de Moïse (Ex 13, 17-14, 22a)  et le retour de Babylone (538 av. J-C) après un exil de quarante-neuf ans. Les actions salvatrices du Seigneur pour son peuple constituent le contenu du chant nouveau. Le mot « victoire » qui se trouve trois fois dans la proclamation solennelle (versets 1 à 3) évoque surtout le retour des exilés à Jérusalem. Le retour des Hébreux de leur exil marque la maitrise du Seigneur sur le déroulement de l’histoire.

    • À la proclamation solennelle des actions salvatrices du Seigneur succède l’acclamation par le choeur et l’orchestre du Temple (versets 4 à 8). La harpe, les instruments à corde, la trompette droite et le cor (corne de bélier) étaient les instruments de musique utilisés dans le Temple lors des cérémonies religieuses.

      • Verset 6 : « au son de la trompette et du cor, acclamez votre roi, le Seigneur ! » -  La trompette droite en argent était utilisée par les  prêtres ; c’est la seule mention de cet instrument dans les Psaumes. Le cor était fait d’une corne de bélier (mentionné aussi en Ps  47, 6b ; Ps 81, 4a et Ps  150, 3a). Cor et clameur retentissaient à la guerre : « Quand on sonnera de la corne retentissante et que vous entendrez le son de la trompette, tout le peuple poussera un grand cri, et la muraille de la ville croulera sous elle » (Jos 6, 5) et dans les cérémonies religieuses :  « au septième mois, le premier jour du mois, il y aura pour vous une sainte convocation : vous ne ferez aucune œuvre servile, ce sera pour vous le jour des fanfares « (Nb 29, 1).

    • La proclamation solennelle (verset 9) annonce la venue du Seigneur à la fin des temps. Ce sera l’aube d’une ère nouvelle où règnera la justice (verset 9b) et où il n’y aura plus de violence.

    Chantons au Seigneur un chant nouveau car l’humanité a trouvé le chemin de la libération et du salut dans la venue de Jésus, Dieu fait Homme et dans sa résurrection.

◊ Dans le texte ci-dessus, cliquez sur les mots écrits en bleu pour des compléments d’informations.

Publié dans Psaumes | Pas de Commentaire »

Année paulinienne : Fiches d’animation autour de saint Paul

Posté par diaconos le 29 avril 2009

Auteurs  : Yves Guillemette, prêtre et collaborateurs (Canada)

 

Saint Paul → Fiches d’animation

À la demande de l’Office de l’éducation du diocèse de Montréal, Yves Guillemette a réuni une petite équipe pour préparer des fiches d’animation autour de saint Paul. Elles sont destinées à des groupes de partage qui, pour la plupart, sont nés des démarches préparatoires au Congrès eucharistique.

La démarche proposée est articulée de la manière suivante :

  1. Une mise en route à partir d’une réalité de l’expérience humaine.
  2. Un texte autobiographique de base qui reflète un aspect de la vie de saint Paul.
  3. Une lecture attentive de ce texte pour y découvrir ce que saint Paul dit de lui-même.
  4. Un dialogue entre notre expérience et celle de Paul, pour découvrir comment le texte nous rejoint dans notre expérience de vie chrétienne.

L’animation

La personne chargée de l’animation s’assure que les participants puissent s’exprimer en toute liberté. Son rôle n’est pas d’enseigner mais d’accompagner les autres membres du groupe dans une démarche de lecture du texte biblique avec sa double dimension de compréhension et d’actualisation.

saint Paul

Présentation (.doc)

1. Une rencontre bouleversante (.doc)

2 : Le courage de proclamer la parole (.doc)

3 : Prendre soin les uns des autres (.doc)

4 : Le rapport entre «nous» et «eux» (.doc)

5 : Une vie unifiée (.doc)

Lire également → Saint Paul (série de 12 articles) par Yves Guillemette, prêtre

Ci-dessus, cliquez sur les titres en bleu pour voir les documents.

lwf0003web.gif

  • Article publié sur ce site avec l’aimable autorisation de Monsieur Doane, Bibliste et responsable de la rédaction du site “Interbible.org” . Merci et bonne découverte.

  • Source de l’article, cliquez ici → INTERBIBLE : le portail de la pastorale biblique , site biblique francophone qui propose un temps d’arrêt en compagnie des Écritures Saintes.

Merci à Interbible. org pour cet article.

Publié dans Catéchèse, Enseignement, épîtres, Histoire, Rencontrer Dieu | Pas de Commentaire »

Dieu est Amour (Jn 15, 9-17)

Posté par diaconos le 28 avril 2009

 

6ième dimanche de Pâques, année B

Pour les lectures bibliques, cliquez ici →  Ac 10, 25-48 ; Psaume ; 1 Jn 4, 7-10 ; Jn 15, 9-17

Dieu est Amour

« Dieu est Amour. » Ces trois petits mots nous révèlent la vraie nature de Dieu. Dieu est amour, d’abord à l’intérieur de sa propre nature divine constituée de trois personnes qui ne cessent de communiquer entre elles, qui ne font que cela, s’aimer.

Dieu nous a  créés à sa propre image. Nous sommes des êtres faits pour aimer et pour être aimés. Le drame, c’est justement quand cet amour fait défaut, quand il est mal donné ou mal reçu. Les médias sont pleins de ces histoires d’amour qui ont mal commencé ou mal tourné…

Jésus nous a laissé, comme un testament, deux grandes affirmations : « Comme le Père m’a aimé, moi aussi je vous ai aimés » et « Aimez-vous les uns les autres comme je vous ai aimés  » Nous sommes aimés de Dieu. Quelle immense vérité ! Quel énorme bonheur !

C’est pourquoi Jésus peut dire à ses disciples : « Aimez-vous les uns les autres  » Aimez-vous de cet amour que vous recevez du Père et que je vous ai montré à travers mes paroles, mes actions et toute ma vie, y compris ma mort et ma résurrection.

Comment s’aimer les uns les autres ?

En ce domaine, il n’y a pas de recettes toutes faites. Les évangiles nous montrent l’amour du Seigneur pour les gens :   son amour est universel, c’est à dire, offert à tous sans exclusion aucune. Quand on aime vraiment et quand on se sait aimé, on grandit et l’autre se sent posé dans l’existence. À nous de faire de même ! Regardons comme l’amour descend bien de Dieu : le Père aime Jésus, Jésus nous aime et nous, à sa demande (Évangile), répercutée par Jean (Deuxième lecture), nous nous efforçons de nous aimer les uns les autres. Essayons de le faire  à la manière de Dieu, comme Dieu lui-même et son Fils l’ont fait avec nous. Cela veut dire de nous aimer les uns les autres avec  profusion, comme Jésus, jusqu’au don de notre vie si nécessaire.

Aimer jusqu’à donner notre vie. « Voici mon corps livré, mon sang versé ; faites cela en mémoire de moi, faites cela comme moi ! » La mesure de l’amour, c’est de donner sans mesure. S’aimer les uns, les autres…. . Qui ai-je à aimer ? De qui suis-je responsable ? Qui attend de moi quelque chose ? Quelle est mon attitude envers mon entourage, ma famille, mes collègues de travail ?

L’apôtre  Pierre ( première lecture) est le premier  stupéfait  avec les Juifs qui l’accompagnaient, de voir que le centurion de l’armée royale se jette à ses genoux et que  même les païens reçoivent à profusion le don de l’Esprit. Dieu donne sans mesquinerie, généreusement, abondamment et il nous invite à faire pareil.

Nous sommes appelés, avec ce que nous sommes et là où nous sommes, à donner, à nous donner et à pardonner… et à recommencer sans jamais nous arrêter. Que notre cœur soit à la mesure du cœur de Dieu ! Et que notre main, si possible, le soit également ! Nous ne regretterons jamais d’avoir été bons et même trop bons. Mais nous regretterons toujours d’avoir fermé notre main et notre cœur quand d’autres les ouvraient pour recevoir de nous. « Comme le Père m’a aimé, moi aussi je vous ai aimés. Aimez-vous les uns les autres comme je vous ai aimés »

Amen.

 lwf0004.gif Michel Houyoux, diacre permanent

Publié dans Dieu, Homélies, Temps pascal | Pas de Commentaire »

Saint Claude La Colombière (1641-1682)

Posté par diaconos le 26 avril 2009

Claude La Colombière naquit  en France, à Saint-Symphorien d’Ozon, en 1641,  À dix-huit ans, il  entra dans la claudelacolombiere.jpgCompagnie de Jésus. Après son ordination, en 1669, il se consacra à l’enseignement de la rhétorique et à la prédication. Il aida efficacement sainte Marguerite-Marie Alacoque à étendre le culte du Sacré-Cœur. Il fut béatifié par Pie XI en 1929 et canonisé par le pape Jean-Paul II le 31 mai 1992. L’Église en fait mémoire dans sa liturgie le 15 février.

lwf0003web.gif

Prière au Sacré Coeur

Auteur : Père Claude  La Colombière s.j.              

Sacré Cœur de Jésus, apprenez-moi le parfait oubli de moi-même, puisque c’est la seule voie par où l’on peut entrer en Vous.

Puisque tout ce que je ferai à l’avenir sera à Vous, faites en sorte que je ne fasse rien qui ne soit digne de Vous.

Enseignez-moi ce que je dois faire pour parvenir à la pureté de Votre Amour, duquel Vous m’avez donné le désir.

 Je sens en moi une grande volonté de Vous plaire et une grande impuissance d’en venir à bout sans une grande lumière et un secours très particulier que je ne puis attendre que de Vous.

Faites en moi Votre Volonté, Seigneur : je m’y oppose, je le sens bien ; mais je voudrais bien, ce me semble, ne pas m’y opposer.

C’est à Vous à tout faire, divin Cœur de Jésus Christ ; Vous aurez toute la gloire de ma sanctification si je me fais saint ; cela me paraît plus clair que le jour ; mais ce sera pour Vous une grande gloire, et c’est pour cela seulement que je veux désirer la perfection.

Prière extraite de l’Acte d’offrande, Retraite spirituelle, 1684.

lwf0003web.gif

À méditer : La raison pour laquelle on n’est jamais content…

“ La raison pour laquelle on n’est jamais content, c’est qu’on ne fait pas réflexion à ce qu’on a, mais à ce qu’on n’a pas. On ne regarde pas, disait saint Basile, un nombre infini de personnes qui sont plus pauvres ; on a les yeux sur un qui est plus riche que nous. On fait tout le contraire à l’égard des biens spirituels dont on est moins avide. On considère ceux qui ont moins de vertu (Lc 18, 11). On regarde ce qu’on a acquis. De là vient qu’on est bientôt content de soi et de sa vertu, au lieu qu’il nous faudrait jeter les yeux sur ce qui nous manque, sur ceux qui sont plus saints que nous, et cela allumerait en nous une sainte ardeur de nous avancer ”  (Claude  la Colombière)

♥ 

Citation → « Mémoire de la consécration du genre humain au Sacré-Cœur de Jésus »

Auteur :  Jean-Paul II, du Vatican le 4 juin 1999

 » L’amour du Christ nous presse  » (2 Co 5, 14), pour que nous fassions connaître et aimer le Sauveur, qui a versé son sang pour les hommes.  » Pour eux, je me consacre moi-même, afin qu’ils soient, eux aussi, consacrés dans la vérité  » (Jn 17, 19). J’encourage donc vivement les fidèles à adorer le Christ, présent dans le Saint-Sacrement de l’autel, le laissant guérir nos consciences, nous purifier, nous illuminer et nous unifier. Dans la rencontre avec Lui, les chrétiens puiseront la force pour leur vie spirituelle et pour leur mission dans le monde. En effet, dans le cœur à cœur avec le divin Maître, découvrant l’amour infini du Père, ils seront de vrais adorateurs en esprit et en vérité. Leur foi en sera ravivée; ils entreront dans le mystère de Dieu et seront profondément transformés par le Christ. Dans les épreuves et dans les joies, ils conformeront leur vie au mystère de la Croix et de la Résurrection du Sauveur (cf. Concile oecuménique Vatican II, Gaudium et spes, 10). Ils deviendront chaque jour davantage des fils dans le Fils. Alors, par eux, l’amour se répandra dans le cœur des hommes, pour que se construise le Corps du Christ qui est l’Église et que s’édifie aussi une société de justice, de paix et de fraternité. Ils seront des intercesseurs de l’humanité tout entière, car toute âme qui s’élève vers Dieu élève aussi le monde et contribue mystérieusement au salut gratuitement offert par notre Père des cieux. J’invite donc tous les fidèles à poursuivre avec piété leur dévotion au culte du Sacré-Cœur de Jésus. » – Fin de citation

lwf0003web.gif

Liens externes

◊  Biographie, cliquez ici → Claude La Colombière, s.j. (1641-1682)

◊  Le serviteur fidèle et parfait ami de Jésus, cliquez ici →La Théologie du Cœur de Jésus

◊  Extraits de ses Ecrits spirituels : cliquez sur ce lien →  http://www.jesuites.com

Publié dans Dieu, Enseignement, fêtes religieuses, Histoire, Méditation | 1 Commentaire »

1234
 

Salem alikoum |
Eazy Islam |
Josue |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | AEP Gresivaudan 4ieme 2007-08
| Une Paroisse virtuelle en F...
| VIENS ECOUTE ET VOIS