Je suis le bon pasteur, le vrai berger. (Jn 10, 11)

Posté par diaconos le 14 avril 2009

De l’Évangile de Jean au chapitre dix…

 

Catéchèse

11i  Jésus disait aux Juifs : « Je suis le bon pasteur, le vrai berger. Le vrai berger donne sa vie pour ses brebis.
12  Le berger mercenaire, lui, n’est pas le pasteur, car les brebis ne lui appartiennent pas : s’il voit venir le loup, il abandonne les brebis et s’enfuit ; le loup s’en empare et les disperse.
13  Ce berger n’est qu’un mercenaire, et les brebis ne comptent pas vraiment pour lui.
jsus-dit-je-suis-le-bon-pasteur-le-vrai-berger-selon-jean-10-1118-3-63814  Moi, je suis le bon pasteur ; je connais mes brebis, et mes brebis me connaissent,
15  comme le Père me connaît, et que je connais le Père ; et je donne ma vie pour mes brebis.

16  J’ai encore d’autres brebis, qui ne sont pas de cette bergerie : celles-là aussi, il faut que je les conduise. Elles écouteront ma voix : il y aura un seul troupeau et un seul pasteur.
17  Le Père m’aime parce que je donne ma vie pour la reprendre ensuite.
18  Personne n’a pu me l’enlever : je la donne de moi-même. J’ai le pouvoir de la donner, et le pouvoir de la reprendre :

rtie de la vie quotidienne.  La fonction de berger était un métier de confiance et à risques. On pouvait craindre des brigands mais aussi le carnassier, comme le loup par exemple, lequel n’hésitait pas à s’approcher du troupeau pour y prendre un agneau égaré ou une brebis affaiblie.

Pour devenir un  bon berger, il fallait faire un long apprentissage sur le terrain. Homme rude, le berger ne devait craindre ni les hommes ni les fauves. Habitué à vivre avec les bêtes, il les connaissait et les secourait en cas de besoin. Il était pour elles comme un père. Chaque matin, à son passage, il les appelait et, quittant spontanément leurs bergeries, elles le suivaient avec confiance.

Dans cet extrait de l’évangile de Jean, Jésus nous présente deux sortes de bergers : à l’encontre de bergers à gages qui se conduisent par intérêt et abandonnent les brebis devant le danger, Jésus est en relation personnelle avec chacune et donne sa vie pour elles. D’autre part, Jésus reconnaît pour siennes les brebis qui ne sont pas dans la bergerie.

Dans l’enseignement de Jésus, la place du berger est importante. Notamment dans les 138bweb.gifparaboles où le berger n’hésite pas à abandonner le troupeau pour aller à la recherche de la brebis perdue (Mt 18,12), ou encore lorsqu’il se présente comme celui qui sépare les brebis des boucs (Mt 25,32). Jésus perçoit sa mission comme celle d’un berger envoyé vers les brebis égarées pour les ramener à la maison du Père (Mt 15,24), lui-même étant comme un agneau sans tache, tondu et mis à mort. Identification donc du berger avec l’agneau pascal. Mission que Jésus délègue à ses disciples : « Je vous envoie comme des brebis au milieu des loups «  (Mt 10,16) et qu’il réitère lors de la restauration de Pierre après son triple reniement : « Fais paître mes brebis » (Jn 21,16).

Dans ce texte, la relation entre le Pasteur et ses brebis est mise en parallèle avec la relation que Jésus entretient personnellement avec son Père. (Jn 10, 14-15)

Jésus, le bon berger, le bon pasteur  est à comprendre dans le sens qu’il nous regarde tous, sans exception, comme un bien précieux à préserver. C’est à la vraie vie et au vrai bonheur qu’il veut nous conduire. Pour Jésus, il n’y a aucune personne perdue, méprisée, malade ou blessée, qui ne doive être secourue. Jésus se veut un pasteur universel.

Notre propre vocation ne saurait être moindre. Nous sommes responsables des personnes qui nous sont confiées, vers qui nous sommes envoyés, de ceux et de celles qui attendent une main secourable. Nous avons tous une tâche pastorale à accomplir.

Envers ceux et celles dont nous sommes responsables (parents, enfants, élèves…), notre attitude est-elle  celle du mercenaire ou celle du vrai pasteur ?

◊ Note :  texte (21 versets), plan et notes détaillées…cliquez ici → faux et vrai bergers

Liens externes

Je suis le bon berger

  • Image de prévisualisation YouTube

Une Réponse à “Je suis le bon pasteur, le vrai berger. (Jn 10, 11)”

  1. modeste dit :

    merci

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

 

Salem alikoum |
Eazy Islam |
Josue |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | AEP Gresivaudan 4ieme 2007-08
| Une Paroisse virtuelle en F...
| VIENS ECOUTE ET VOIS