Moïse descend du Sinaï et offre des sacrifices à Dieu. (Ex 24, 3-8)

Posté par diaconos le 30 mai 2009

Du livre de l’Exode au chapitre 24

03i  En descendant du Sinaï, Moïse vint rapporter au peuple toutes les paroles du Seigneur et tous ses commandements. Le peuple répondit d’une seule voix : « Toutes ces paroles que le Seigneur a dites, nous les mettrons en pratique.

04  Moïse écrivit toutes les paroles du Seigneur ; le lendemain matin, il bâtit un autel au pied de la montagne, et il dressa douze pierres pour les douze tribus d’Israël.

05  Puis il chargea quelques jeunes Israélites d’offrir des holocaustes, et d’immoler au Seigneur de jeunes taureaux en sacrifice de paix.

06  Moïse prit la moitié du sang et le mit dans des bassins ; puis il aspergea l’autel avec le reste du sang.

07  Il prit le livre de l’Alliance et en fit la lecture au peuple. Celui-ci répondit : « Tout ce que le Seigneur a dit, nous le mettrons en pratique, nous y obéirons. »

08  Moïse prit le sang, en aspergea le peuple, et dit : « Voici le sang de l’Alliance que, sur la base de toutes ces paroles, le Seigneur a conclue avec vous. »

Copyright AELF – 1980 – 2006 – Tous droits réservés

Étude du texte

En choisissant pour son peuple les Hébreux qu’il a délivrés d’Égypte, Dieu s’engage envers eux par une alliance. Appelé à se prononcer à son tour, le peuple prend lui aussi l’engagement de vivre dans l’obéissance aux commandements de l’Alliance.

Moïse, descendu du Sinaï, vint rapporté  au peuple toutes les instructions qui lui ont été données  par Dieu (toutes les paroles et toutes les lois qui doivent former le code de l’alliance). Le peuple déclara unanimement accepter ces lois (He 24, 3). Après cela, Moïse les mit par écrit, afin qu’elles soient comme le monument de la volonté de Dieu, règle de la conduite future du peuple (He 24, 4a).

L’autel représente la table sacrée dressée pour Dieu et sur laquelle il recevra les offrandes qui lui seront présentées par Israël (He 24, 4b).

Les douze pierres, représentant les douze tribus, étaient rangées autour de l’autel. Elles devaient être pour le peuple le mémorial de cette cérémonie (He 24, 4c). (1)

Cette alliance conclue dans le sang dont une partie est versée sur l’autel (He 24, 6) symbolise Dieu et l’autre sur le peuple (He 24, 8a). Le sang étant porteur de la vie, c’est donc un pacte de vie qui lie Dieu à son  peuple.

« Voici le sang de l’Alliance » (He 24, 8b)  » : conformément à la coutume antique, le sang des victimes est répandue sur les deux parties en cause dans le contrat.

Le sens de ce rite est toujours actuel, même s’il doit se traduire autrement aujourd’hui : Moïse a servi d’intermédiaire entre Dieu et  son peuple. Jésus, surtout, est ce médiateur qui rapproche de Dieu des hommes.

Ce sont presque les mêmes mots que Jésus a repris pour exprimer la nouvelle alliance en son propre sang. À la fin du dernier repas  avec ses disciples (jeudi saint), Jésus pris dans ses mains une coupe remplie de vin et après avoir rendu grâce à Dieu il la bénit et la donna à ses disciples en disant : « Prenez, et buvez-en tous, car ceci est la coupe de mon sang ,voici le sang de l’alliance nouvelle et éternelle, qui sera versé pour vous et pour la multitude en rémission des péchés. Vous ferez cela, en mémoire de moi. » 

Écouter ensemble la Parole de Dieu, et y répondre ensemble est aussi un rite d’Alliance : c’est la première partie de la messe (liturgie de la Parole).

La messe signifie l’Alliance que Dieu a faite pour chacun de nous. Donc, tu peux être certain que tu n’est jamais seul : tu as Dieu avec toi, Il est ton allié. Ne te décourage pas, tu as un allié sûr.

Moïse descend du Sinaï et offre des sacrifices à Dieu. (Ex 24, 3-8) dans Ancien testament Michel-Houyoux-Diacre-permanent

Michel Houyoux Diacre permanent

La messe signifie aussi l’Alliance qui nous lie avec les autres. Tu n’es pas seul à être  allié de Dieu.

L’envoi en mission : « Allez dans la paix du Christ »  – La messe n’a pas son but en elle-même. Elle nous renvoie à notre vie ordinaire, où nous avons à vivre la Parole de Dieu et à coopérer à sa volonté. C’est là le sens de ces paroles.

(1) Voir aussi  Josué 4.2-3,9 et 1 Rois 18.31

◊  ◊  ◊

Avec mes salutations amicales et fraternelles

Publié dans Ancien testament, Dieu, Histoire du Salut, L'Église, Liturgie, Méditation | Pas de Commentaire »

Le Christ est le grand prêtre du bonheur qui vient.(He 9, 11-15)

Posté par diaconos le 28 mai 2009

Fête du Saint Sacrement – Année B

Avant propos

C’est par le sang de la Croix que nous avons été sauvés. Jésus Christ est le signe de la Nouvelle Alliance qui nous réconcilie avec Dieu. Que ce sang versé pour nous vivifie notre amour.

Extrait de la lettre aux Hébreux  (He 9, 11-15)

11  Le Christ, lui, est le grand prêtre du bonheur qui vient. La tente de son corps est plus grande et plus parfaite que celle de l’ancienne Alliance ; elle n’a pas été construite par l’homme, et n’appartient donc pas à ce monde.

12  C’est par elle qu’il est entré une fois pour toutes dans le sanctuaire du ciel en répandant, non pas le sang des animaux, mais son propre sang : il a obtenu ainsi une libération définitive.

13  S’il est vrai qu’une simple aspersion avec du sang d’animal, ou avec de l’eau sacrée, rendait à ceux qui s’étaient souillés une pureté extérieure pour qu’ils puissent célébrer le culte,

14  le sang du Christ, lui, fait bien davantage : poussé par l’Esprit éternel, Jésus s’est offert lui-même à Dieu comme une victime sans tache ; et son sang purifiera notre conscience des actes qui mènent à la mort pour que nous puissions célébrer le culte du Dieu vivant.

15  Voilà pourquoi il est le médiateur d’une Alliance nouvelle, d’un Testament nouveau : puisqu’il est mort pour le rachat des fautes commises sous le premier Testament, ceux qui sont appelés peuvent recevoir l’héritage éternel déjà promis.

Copyright AELF – 1980 – 2006 – Tous droits réservés

Catéchèse 

Les prêtres en Israël étaient choisis parmi les descendants d’Aaron. Il formaient la classe sacerdotale. Intermédiaires entre Dieu et les hommes, ils offraient des sacrifices  (animaux) à Dieu pour leurs propres péchés et pour ceux du peuple. Pour les Juifs, le grand  prêtre était la personne consacrée qui protégeait le peuple du châtiment mérité par ses péchés. Le grand prêtre est le représentant des hommes devant Dieu.

Jésus Christ aussi est prêtre, non en vertu de l’appartenance  à la classe sacerdotale d’Israël, mais par le choix de Dieu qui en a fait l’unique médiateur entre lui et nous.  Le Christ est donc le grand prêtre parfait : Il est notre seul médiateur auprès de son Père. Le Christ est le grand prêtre unique et céleste et la perfection du sacrifice, qui pour cette raison, n’est offert qu’une fois (He 9, 12a)

Dieu et homme tout à la fois, il connaît notre faiblesse, mais aussi le profond amour de Dieu pour nous.

Jésus Christ, vrai Dieu et vrai homme, par son sacrifice de la croix, a trouvé un terrain d’entente qui permette à Dieu et aux hommes de renouer le dialogue : c’est celui de l’amour. Jésus Christ, monté au ciel avec son corps ressuscité (Ascension), demeure éternellement le pont jeté entre Dieu et tous les hommes.

Le véritable don du Sang donnant à l’homme de participer à la vie même de Dieu, c’est celui qu’a accompli le Christ. Celui-ci nous arrache à l’emprise du mal en nous proposant de vivre de son Amour. Par ce qui devient le véritable sacrifice, Il permet à tous  de retrouver leur véritable rapport à Dieu : c’est l’Alliance nouvelle.  (He 9, 15a)

 Dans le texte ci-dessus, cliquez sur les mots écrits en bleu pour d’autres renseignements (liens externes).

Publié dans Catéchèse, épîtres, fêtes religieuses, Méditation | 1 Commentaire »

Saint Antoine de Padoue, prêtre et docteur de l’Église (1195-1231)

Posté par diaconos le 19 mai 2009

Le 13 juin, l’Église dans sa liturgie célèbre la mémoire de saint Antoine de Padoue.

Antoine naquit à Lisbonne (Portugal) en 1195 dans une famille noble et militaire. Au cours de ses 340pxantoniuspadua.jpgpremières années de formation, il fit de brillantes études chez  les chanoines du Dôme ensuite au lwf0001web.jpgmonastère de Santa Cruz de Coimbra (Photo) où il fut ordonné prêtre en 1220. En 1221, il était à Assise près du futur saint François, dont le projet de vie évangélique l’avait séduit.

Ses dons exceptionnels de prédicateur le firent envoyé en France, où se répandaient les doctrines cathares. Antoine connaissait très bien la théologie et ses prédications rencontrèrent un succès important, favorisant la conversion de nombreux hérétiques. Il fonda un monastère à Brive- la-Gaillarde (sud-ouest de la France), où il fit de nombreuses conversions. De retour en Italie (1227), il fut élu  provincial d’Italie du Nord, tout en continuant ses prêches et ses controverses avec les albigeois. En 1231, il fut envoyé à Padoue où il poursuivit ses prédications durant le Carême. Il mourut d’épuisement le 13 juin 1231 à Arcelles (banlieue de Padoue). Le rayonnement de ses paroles et de ses actes a eu une portée internationale  jusqu’à nos jours.

Dans le texte ci-dessus, cliquez sur les mots en bleu pour d’autres renseignements

lwf0003web.gif

Prions

Dieu éternel et tout- puissant, tu as voulu que ton peuple trouve en saint Antoine de Padoue un grand prédicateur de l’Évangile et un défenseur des pauvres ; permets qu’avec son aide, et fidèles à ses leçons de vie chrétienne, nous ressentions dans toutes nos épreuves le bienfait de son secours.

Notre Père qui es aux cieux…

Gloire au Père, et au Fils, et au Saint-Esprit, au Dieu qui est, qu était et qui vient, pour les siècles des siècles. Amen

lwf0003web.gif

Liens externes

Publié dans fêtes religieuses, Liturgie, Prières, Vierge Marie | 2 Commentaires »

Bien-aimés de Dieu , Trinité d’amour (Mt 28, 16-20)

Posté par diaconos le 17 mai 2009

 

 

Fête de la SAINTE TRINITÉ

 Bien-aimés de Dieu , Trinité d’amour        

Lectures bibliques, cliquez ici   Dt 4, 32-34Psaume 32  – Rm 8, 14-17Mt 28, 16-20

Les hasards du calendrier font que, souvent, nous célébrons le même jour la fête de la Sainte Trinité et la fête des mères ou celle des pères (Cette année, en France, c’est la fête des mères). Dans les deux cas, il s’agit d’une fête de famille ! Nous pouvons ainsi saisir l’occasion de reconnaître les dons de la « Famille divine », comme ce que nous devons, sur un autre plan, à nos pères et à nos mères. Ces dons peuvent se résumer dans trois bienfaits essentiels :

le don de la vie, don de Dieu créateur. En son Fils, il nous appelle à la vie éternelle : « Jesuis venu pour que les hommes aient la vie et qu’ils l’aient en abondance » (Jn 10, 10).

Prendre par la main : Cette expression de la chanson d’Yves DUTHEIL exprime bien le précieux et affectueux accompagnement dont nous avons été l’objet. Nos parents nous ont pris par la main , portés dans leurs bras, serrés sur leur cœur. Ils nous ont protégés et consolés. Dieu, Père de tendresse, nous a pris par la main  et nous a fait entrer dans sa « famille ». Par le baptême, « au nom du Père, du Fils et du Saint-Esprit », il a fait de nous ses « héritiers, héritiers avec le Christ ». (2ième lecture : Rm 8, 17a)

Transmettre un patrimoine : celui des valeurs humaines et spirituelles. La mission éducatrice des parents est, en effet, de transmettre les valeurs qu’ils ont eux-mêmes reçues en y ajoutant celles qu’ils ont acquises et faites leurs. Par son Fils, Jésus,  le Père nous a transmis les valeurs  infinies de sa vie : « De sa plénitude, tous, nous avons reçu, et grâce sur grâce… La grâce et la vérité nous sont venues par Jésus-Christ » (Jn 1, 16-17). Le message évangélique central : « Aimez-vous les uns les autres comme je vous ai aimés »  (Jn 13, 34-35) ; n’est pas seulement un précepte à pratiquer ; c’est la transmission de la valeur  suprême qui fait vivre Dieu Père, Fils et Esprit, car Dieu est Amour 

Fêtons donc Dieu notre Père et célébrons  le mystère de Dieu en lui-même, pour lui-même. Nous sommes renvoyés au cœur de notre foi chrétienne ! Le ministère public de Jésus commence avec son baptême dans les eaux du Jourdain.  Plus tard,  lors de sa dernière apparition à ses disciples, après sa Résurrection, au moment de les quitter,  il leur commande d’aller enseigner toutes les nations, d’en faire des disciples et de les baptiser « au nom du Père, et du Fils, et du Saint-Esprit ». (évangile Mt 28, 19)

Le baptême de Jésus dans le Jourdain fut le moment de la première et claire manifestation dans le Nouveau Testament, et donc dans toute la Révélation du Dieu Père, Fils et Esprit. Lorsque Jésus descendit dans les eaux du fleuve, pour y être baptisé par Jean, comme le faisaient les foules qui descendaient de Jérusalem, l’Esprit descendit sur lui sous la forme d’une colombe, et il entendit la voix du Père disant: « Tu es mon fils bien-aimé, en qui j’ai mis mes complaisances. » (Mc 1, 11 ; Mt 3, 17 ; Lc 3, 22))

 Jésus nous enseigne que son Père et Lui sont un, unis par l’Esprit d’amour qui leur est commun.  Et, il nous révèle que nous aussi nous sommes appelés à vivre la même relation.  Cet appel devient une réalité à travers le baptême que nous avons reçu. Il y a donc une relation essentielle entre le mystère de la Trinité, que nous célébrons aujourd’hui et le baptême.  Par le baptême nous devenons fils/filles du Père, dans le Fils, par l’Esprit d’amour qui nous est donné.  L’Esprit descend alors sur nous et la voix du Père nous dit à nous aussi : « Tu es mon fils/ma fille bien-aimé(e) en qui j’ai mis toutes ma complaisance ».

Dieu est amour, Dieu est communauté de personnes s’aimant dans l’unité du saint Esprit. Ceux et celles qui me voient vivre, moi, qui ai été baptisé dans la trinité d’amour,  peuvent –elles pressentir au nom de « Qui »  j’ai été baptisé ?  Il ne suffit pas d’être baptisé ! Il faut encore se montrer disciple de Jésus par tous les actes de la vie.

 Célébrer, c’est chanter la louange, rendre grâce, bénir, adorer, et c’est aussi « parler. » Chacun d’entre nous peut et doit rendre témoignage de sa foi au Dieu unique et Trinité, dans sa vie de tous les jours. Amen.

 lwf0004.gif Michel Houyoux, diacre permanent

Publié dans fêtes religieuses, Homélies, homélies particulières | Pas de Commentaire »

123
 

Salem alikoum |
Eazy Islam |
Josue |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | AEP Gresivaudan 4ieme 2007-08
| Une Paroisse virtuelle en F...
| VIENS ECOUTE ET VOIS