• Accueil
  • > Archives pour juillet 2009

Le pain de la vie éternelle (Jn 6, 51-58)

Posté par diaconos le 30 juillet 2009

De l’Évangile de Jésus-Christ selon saint Jean au chapitre six

51i  Après avoir nourri la foule avec cinq pains et deux poissons, Jésus disait : « Moi, je suis le pain vivant, qui est descendu du ciel : si quelqu’un mange de ce pain, il vivra éternellement. Le pain que je donnerai, c’est ma chair, donnée pour que le monde ait la vie. »
52  Les Juifs discutaient entre eux : « Comment cet homme-là peut-il nous donner sa chair à manger ? »
53  Jésus leur dit alors : « Amen, amen, je vous le dis : si vous ne mangez pas la chair du Fils de l’homme, et si vous ne buvez pas son sang, vous n’aurez pas la vie en vous.
54  Celui qui mange ma chair et boit mon sang a la vie éternelle ; et moi, je le ressusciterai au dernier jour.
55  En effet, ma chair est la vraie nourriture, et mon sang est la vraie boisson.
56  Celui qui mange ma chair et boit mon sang demeure en moi, et moi je demeure en lui.
57  De même que le Père, qui est vivant, m’a envoyé, et que moi je vis par le Père, de même aussi celui qui me mangera vivra par moi.
58  Tel est le pain qui descend du ciel : il n’est pas comme celui que vos pères ont mangé. Eux, ils sont morts ; celui qui mange ce pain vivra éternellement. »

Copyright AELF – 1980 – 2006 – Tous droits réservés

♣ 

Parole de Jésus rapportée par saint Jean : « Moi, je suis le pain vivant, qui est descendu du ciel : si quelqu’un mange de ce pain, il vivra   éternellement. Le pain que je donnerai, c’est ma chair, donnée pour que le monde ait la vie. » (Jn 6, 51) – Ce pain c’est sa chair, qu’il donnera pour la vie du monde. Il faut remarquer ce verbe au futur, indiquant un acte à venir, tandis que, jusqu’ici, Jésus a constamment parlé au présent (Voir Jn 6, 41-50). « Donner sa chair et son sang » (versets 53 à  56) ne peut désigner autre chose que sa mort, et une mort violente, dans laquelle son sang sera répandu. (Ép  2, 15 ; He 10, 20 ; 1P 3, 18)

Le moyen, pour nous approprier les fruits de la passion et de mort de Jésus, c’est d’entrer avec lui, par la foi, dans une communion intime et personnelle.

 « Le pain que je donnerai, c’est ma chair, donnée pour que le monde ait la vie. » (Jn 6, 51b)

Pourquoi Jésus parle-t-il tout à coup de l’avenir ? Ici, Jésus fait allusion à l’Eucharistie qu’il instituera plus tard au Cénacle le soir du Jeudi Saint, veille de sa passion et de sa mort sur la croix.

Le Cénacle est le lieu de l’institution de ce très saint Sacrement. C’est là que le Christ prit le pain dans ses mains, qu’il le rompit et le donna à ses disciples en disant : « Prenez et mangez-en tous :  ceci est mon corps, livré pour vous  » (Mt 26, 26 ; Lc 22, 19 ; 1 Co 11, 24). Puis il prit dans ses mains le calice du vin et il leur dit :  » Prenez et buvez-en tous, car ceci est la coupe de mon sang, le sang de l’Alliance nouvelle et éternelle, qui sera versé pour vous et pour la multitude en rémission des péchés. » ( Mc 14, 24 ; Lc 22, 20; 1 Co 11, 25).

L’institution de l’Eucharistie a anticipé d’une manière sacramentelle les événements qui se sont réalisés peu après, à partir de l’agonie à Gethsémani.

« Celui qui mange ma chair et boit mon sang a la vie éternelle ; et moi, je le ressusciterai au dernier jour. » (Jn 6, 54) – En recevant  ce saint Sacrement nous nous approprions réellement la personne du Christ, c’est à dire,  tout son être, par une communion intime et vivante avec lui, et nous avons dès ce moment, une vie impérissable, la vie éternelle.

« Contempler le Christ exige que l’on sache le reconnaître partout où il se manifeste, dans la multiplicité de ses modes de présence, mais surtout dans le Sacrement vivant de son corps et de son sang. L’Église vit du Christ eucharistique, par lui elle est nourrie, par lui elle est illuminée. L’Eucharistie est un mystère de foi, et en même temps un « mystère lumineux  »

Extrait de la lettre encyclique « ECCLESIA DE EUCHARISTIA » du Pape Jean-Paul II  

 Le don de Dieu, qu’il s’agisse de sa Parole ou du corps du Christ ne produit des fruits que pour ceux et celles qui persévèrent. Les sacrements que nous recevons font mûrir la vie de Dieu en nous ; ils agissent au plus profond de notre être. Nous nous décourageons souvent à la vue de nos défauts, bien que nous recevions les sacrements (Eucharistie, Réconciliation) 

Comment croire que nous avons besoin de l’Eucharistie ? Jésus nous dit pourquoi il est venu : Il est venu de Dieu (Jn 6, 57a) pour nous donner la vie même de Dieu.

◊  ◊  ◊

Liens externes

◊  Liturgie de la Parole avec les enfants : cliquez ici → 20° dimanche ordinaire

  Ouvrons l’Évangile de Jean au chapitre 6, 51-59… Cliquez →   20e dimanche dans l’année B

♥   Évangile d’une grand mère, cliquez ici →  Jésus annonce l’Eucharistie qui est le pain de vie.

♣   Discours sur le Pain de vie, cliquez ici  → Le pain de vie

Publié dans Catéchèse, Dieu, Prières, Temps ordinaire | Pas de Commentaire »

Voulez-vous partir, vous aussi ? (Jn 6, 67)

Posté par diaconos le 29 juillet 2009


De l’Évangile de Jésus-Christ selon saint Jean au chapitre six (versets 61-69)

60 Jésus avait dit dans la synagogue de Capharnaüm : « Celui qui mange ma chair et boit mon sang a la vie éternelle. » Beaucoup de ses disciples, qui avaient entendu, s’écrièrent : « Ce qu’il dit là est intolérable, on ne peut pas continuer à l’écouter ! » 61   Jésus connaissait par lui-même ces récriminations des disciples. Il leur dit : « Cela vous heurte ? 62  Et quand vous verrez le Fils de l’homme monter là où il était auparavant ?… 63   C’est l’esprit qui fait vivre, la chair n’est capable de rien. Les paroles que je vous ai dites sont esprit et elles sont vie. 64   Mais il y en a parmi vous qui ne croient pas. » Jésus savait en effet depuis le commencement qui étaient ceux qui ne croyaient pas, et celui qui le livrerait. 65   Il ajouta : « Voilà pourquoi je vous ai dit que personne ne peut venir à moi si cela ne lui est pas donné par le Père. » 66   A partir de ce moment, beaucoup de ses disciples s’en allèrent et cessèrent de marcher avec lui. 67   Alors Jésus dit aux Douze : « Voulez-vous partir, vous aussi ? » 68   Simon-Pierre lui répondit : « Seigneur, vers qui pourrions-nous aller ? Tu as les paroles de la vie éternelle. 69   Quant à nous, nous croyons, et nous savons que tu es le Saint, le Saint de Dieu. »

Copyright AELF – 1980 – 2006 – Tous droits réservés

♣ 

L’enseignement de Jésus sur le Pain de vie réclamait une adhésion de foi à sa personne. Ses auditeurs se sont heurtés (Jn 6, 61) de l’entendre se prétendre le Pain descendu du ciel. (Mystère de l’Incarnation). Jésus leur demande ce qu’il en sera quand ils le verront remonter au ciel (lors de sa Résurrection et de son Ascension)

Pour plusieurs, ce que Jésus a dit à la synagogue de Capharnaüm (Jn 6, 60a) sur le Pain de vie  paraît avoir dépassé la mesure de leur intelligence et de leur force. Leur observation : « Ce qu’il dit là est intolérable, on ne peut pas continuer à l’écouter ! «  (Jn 6, 60b), ne signifie pas seulement que cette parole  leur paraît difficile à comprendre, mais plutôt impossible à accepter : qui peut l’écouter et la mettre en pratique ?

Jésus connut en lui-même les murmures des disciples parce qu’il les connaissait tous et n’avait besoin d’être renseigné sur personne ; car il savait Lui ce qu’il y a dans l’homme (Jn 2, 24-25). Il vit aussitôt qu’ils avaient pour cause une défaillance de leur foi : « Cela vous heurte ? «  (Jn  6, 61b) C’est là, pour vous, une occasion de chute et de défection ?  » (verset 66)

Pour Jésus, nous le voyons, la foi heurte ! La foi ne va pas de soi ! Elle choque même. La vraie profession de foi, c’est de faire ce que Jésus a dit de faire. Et le mystère central de la foi, c’est l’Eucharistie.

Beaucoup de disciples de Jésus s’éloignent alors du maître, mais au nom de ceux qui restent Pierre lui promet fidélité. (Jn 6, 69)

Jésus force les gens à se poser des questions sur son identité. Mieux vaut se poser des questions que d’appartenir au groupe de ceux et de celles qui ne s’en posent pas, croyant déjà le connaître.

La première annonce de l’Eucharistie a divisé les disciples, tout comme l’annonce de la Passion les a scandalisés :  » Ce langage-là est trop fort ! Qui peut l’écouter ? «   L’Eucharistie et la croix sont des pierres d’achoppement. C’est le même mystère, et il ne cesse d’être occasion de division.

 » Voulez-vous partir, vous aussi ? «  (Jn 6,67) : Cette question de Jésus retentit à travers les âges, invitation de son amour à découvrir que c’est Lui seul qui a  » les paroles de la vie éternelle  » (Jn 6,68) et qu’accueillir dans la foi le don de son Eucharistie, c’est l’accueillir Lui-même.

Dans les conflits actuels entre beaucoup de disciples qui s’en vont, et ceux qui restent avec Jésus ; dans les conflits entre parents et enfants souvenons nous de cette parole de Jésus : « Voulez-vous parti, vous aussi ?  »

Lorsque nous nous rassemblons pour la célébration eucharistique nous célébrons dans le pain consacré la présence réelle et effective du Christ glorieux. C’est pourquoi la célébration eucharistique est, chaque fois qu’elle est célébrée, la fête du Saint-Sacrement du Corps et du Sang du Christ.

lwf0003web.gif

Liens externes

Liturgie de la Parole avec des enfants   Choisir Jésus : cliquez ici → Le choix de la foi

◊  Partage d’Évangile : cliquez ici →  Allez-vous me laisser, vous aussi 

Publié dans Enseignement | Pas de Commentaire »

Moi et les miens, nous voulons servir le Seigneur.(Jos 24, 15b)

Posté par diaconos le 27 juillet 2009

Du livre de Josué  au chapitre vingt-quatre, versets 1 à 18

01  Josué réunit toutes les tribus d’Israël à Sichem ; puis il appela les anciens d’Israël, avec les chefs, les juges et les commissaires ; ensemble ils se présentèrent devant Dieu. 02  Josué dit alors à tout le peuple : « Ainsi parle le Seigneur, le Dieu d’Israël : Vos ancêtres habitaient au-delà de l’Euphrate depuis toujours, jusqu’à Térah , père d’Abraham et de Nahor, et ils servaient d’autres dieux. 03  Alors j’ai pris votre père Abraham au-delà de l’Euphrate, et je lui ai fait traverser toute la terre de Canaan ; j’ai multiplié sa descendance, et je lui ai donné Isaac. 04  A Isaac, j’ai donné Jacob et Ésaü. A Ésaü, j’ai donné en possession la montagne de Séir. Jacob et ses fils sont descendus en Égypte.
05  J’ai envoyé ensuite Moïse et Aaron, et j’ai frappé l’Égypte par tout ce que j’ai accompli au milieu d’elle. Ensuite, je vous en ai fait sortir.
06  Donc, j’ai fait sortir vos pères de l’Égypte, et vous êtes arrivés à la mer ; les Égyptiens poursuivaient vos pères avec des chars et des guerriers jusqu’à la mer des Roseaux.
07  Vos pères crièrent alors vers le Seigneur, qui étendit un brouillard épais entre vous et les Égyptiens, et fit revenir sur eux la mer, qui les recouvrit. Vous avez vu de vos propres yeux ce que j’ai fait en Égypte, puis vous avez séjourné longtemps dans le désert.
08  Je vous ai introduits ensuite dans le pays des Amorites qui habitaient au-delà du Jourdain. Ils vous ont fait la guerre, et je les ai livrés entre vos mains : vous avez pris possession de leur pays, car je les ai anéantis devant vous.
09  Puis Balac, fils de Cippor, roi de Moab, se leva pour faire la guerre à Israël, et il envoya chercher Balaam, fils de Béor, pour vous maudire.
10  Mais je n’ai pas voulu écouter Balaam : il a même dû vous bénir, et je vous ai sauvés de la main de Balac.
11  Ensuite, vous avez passé le Jourdain pour atteindre Jéricho ; les chefs de Jéricho vous ont fait la guerre, ainsi que de nombreux peuples, mais je les ai livrés entre vos mains.
12  J’ai envoyé devant vous des frelons, qui ont chassé les deux rois amorites ; ce ne fut ni par ton épée ni par ton arc.
13  Je vous ai donné une terre qui ne vous a coûté aucune peine, des villes dans lesquelles vous vous êtes installés sans les avoir bâties, des vignes et des oliveraies dont vous profitez aujourd’hui sans les avoir plantées.
14  Craignez donc le Seigneur et servez-le dans l’intégrité et la fidélité. Écartez les dieux que vos pères ont servis au-delà de l’Euphrate et en Égypte ; servez le Seigneur.
15  S’il ne vous plaît pas de servir le Seigneur, choisissez aujourd’hui qui vous voulez servir : les dieux que vos pères servaient au-delà de l’Euphrate, ou les dieux des Amorites dont vous habitez le pays. Moi et les miens, nous voulons servir le Seigneur. »
16  Le peuple répondit : « Plutôt mourir que d’abandonner le Seigneur pour servir d’autres dieux !
17  C’est le Seigneur notre Dieu qui nous a fait monter, nous et nos pères, du pays d’Égypte, cette maison d’esclavage ; c’est lui qui, sous nos yeux, a opéré tous ces grands prodiges et nous a protégés tout le long du chemin que nous avons parcouru, chez tous les peuples au milieu desquels nous sommes passés.
18  Et même le Seigneur a chassé devant nous tous ces peuples, ainsi que les Amorites qui habitaient le pays. Nous aussi, nous voulons servir le Seigneur, car c’est lui notre Dieu.

Copyright AELF – 1980 – 2006 – Tous droits réservés

◊ ◊ ◊

Historique : Les nomades libérés d’Égypte ont retrouvé en Palestine d’autres tribus déjà installées.

Reconnaissance d’un seul Dieu :   Josué a rassemblé les douze tribus d’Israël à Sichem (au centre de la Palestine) où sont établies les tribus de Joseph , plus fortes et plus attachées aux traditions de Moïse. (Jos 24, 1) Et c’est en ce lieu que l’Alliance célébrée par Moïse sera renouvelée.

À l’assemblée de Sichem, Josué tente d’unifier des groupes disparates par la reconnaissance du même Dieu. (Jos 24, 15) Josué leur donna le choix entre les dieux babyloniens importés par certaines tribus, les dieux du pays honorés par d’autres, ou le Seigneur.

Pour Josué et les tribus délivrées de l’esclavage d’Égypte, le choix est fait : un  seul Dieu s’est manifesté. Un seul les a conduits vers la liberté et les a protégés par sa force. Lui seul est Dieu et il n’y en a pas d’autre ! (Jos 24, 17)

L’unité du peuple a pour fondement la reconnaissance du Dieu unique. (Jos 24, 18)

Historique : Le souvenir de l’Alliance de Sichem maintiendra le désir d’unité et de fidélité au Seigneur pendant les jours difficiles qui suivront la mort de Josué.

Cette période d’instabilité est appelée « Période des Juges« . Ce furent des siècles obscurs à tout point de vue ou pendant longtemps on a pu penser que le feu du Sinaï (Dieu révèle son nom) s’était éteint.

◊  ◊ ◊

Et nous, aujourd’hui ? « Nous aussi, nous voulons servir le Seigneur, car c’est lui notre Dieu. » (Jos 24, 18b) Le peuple a répondu en reconnaissant l’action de Dieu et en choisissant de le servir. Toute l’histoire d’Israël est jalonnée de telles profession de foi. De la même manière, nous aujourd’hui, nous sommes invités à redire à Dieu notre attachement à lui.

 Histoire : Pour d’autres renseignements (liens externes), cliquez sur les mots écrits en bleu

Publié dans Ancien testament, Dieu, Foi, Histoire | Pas de Commentaire »

Sainte Marthe – Mémoire

Posté par diaconos le 23 juillet 2009

Le 29 juillet, l’Église fait, dans sa liturgie, mémoire de sainte Marthe.  Marthe apparaît trois fois dans l’Évangile…

  1. On la voit participer au repas de Béthanie où, avec Marie sa soeur, elle accueille Jésus dans sa maison. (Jn 12, 2 ; Lc 10, 38-41)
  2. On la voit aussi lors de la résurrection de son frère Lazare, où elle professe sa foi en Jésus. (Jn 11, 1-44 ; Jn 12, 1-2 )
  3. On la voit encore participant au banquet offert à Jésus six jours avant la Pâque.

En chaque circonstance, le récit souligne son rôle de maîtresse de la maison.

Prière à sainte Marthe

Ô admirable Sainte Marthe, j’ai recours à vous, et je compte entièrement sur votre aide dans mes besoins, et surtout sur votre assistance dans mes épreuves.
Comme remerciement, je vous promets de propager partout cette prière.
Consolez moi dans mes soucis et difficultés, je vous supplie humblement, Par l’immense joie qui a rempli votre âme, lorsque vous receviez le Sauveur du monde dans votre demeure de Béthanie.

Je vous prie d’intercéder pour moi et ma famille, afin que nous gardions Dieu dans notre coeur, et qu’ainsi nous méritions d’obtenir le remède à nos nécessités, spécialement dans la situation actuelle qui m’accable. Je vous en supplie, auxiliatrice dans tous les besoins, aidez moi à surmonter les difficultés, vous qui avez si victorieusement combattu le démon. Amen

Source  Cliquez sur ce lien →  Prier.be : site francophone consacré à la prière et à la méditation

◊  ◊ ◊

Prière de l’Église

Dieu éternel et tout puissant, puisque ton Fils acceptait l’hospitalité que sainte Marthe lui offrait dans sa maison, apprends-nous à son exemple, à servir le Christ en chacun de nos frères pour que tu nous reçoives dans la demeure des cieux. Ainsi-soit-il.

Publié dans fêtes religieuses, Prières | 1 Commentaire »

1234
 

Salem alikoum |
Eazy Islam |
Josue |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | AEP Gresivaudan 4ieme 2007-08
| Une Paroisse virtuelle en F...
| VIENS ECOUTE ET VOIS