• Accueil
  • > Archives pour le Jeudi 6 août 2009

Les évangiles canoniques

Posté par diaconos le 6 août 2009

Ce que nous savons de la vie de Jésus nous a été conservé sous un nom unique : l’Évangile. Après l’évènement de la Pentecôte, les apôtres ont prêché, racontant la vie, la mort et la résurrection de Jésus. Ces récits  répétés par les apôtres et par leurs disciples prirent rapidement une forme plus ou moins arrêtée. De bonne heure on se mit à les rédiger, afin de conserver la figure de Jésus.  C ‘est ainsi que, comme l’annonce Luc dans les premiers mots de son évangile, se constituèrent plusieurs notices sur la vie du Christ :  » Puisque plusieurs ont entrepris de composer un récit des faits qui ont été pleinement certifiés parmi nous, conformément à ce que nous ont transmis ceux qui, dès le commencement, ont été témoins oculaires et ministres de la parole ; il m’a semblé bon, à moi aussi, qui ai suivi avec exactitude toutes ces choses dès l’origine, de te les écrire dans leur ordre, très excellent Théophile ;  afin que tu reconnaisses la certitude des enseignements que tu as reçus. » (Lc 1, 1-4)

La plus importante de ces  rédactions fut l’écrit du publicain Matthieu, appelé aussi Lévi. Celui-ci réunit les discours de Jésus dans un livre écrit en araméen, dialecte issu de l’hébreu et dans
lequel Jésus s’était exprimé. Mais l’évangile de Matthieu, tel que nous le possédons, est une traduction en grec de ces discours, replacés dans le cadre où ils furent prononcés d’après les renseignements puisés dans l’évangile de Marc. Il a dû être composé, sous sa forme actuelle, vers l’an 66. Ce livre eut un tel retentissement dans les premières communautés chrétiennes, que Papias, évêque d’Hiérapolis, qui écrivait tout au début du second siècle, dit que chacun s’efforçait de le traduire .

Le second évangéliste, Marc, était cousin de Barnabé , compagnon de l’apôtre Paul ; il fit plusieurs voyages avec Paul puis s’attacha à Pierre. Il rédigea son évangile dans les années 55 à 60. L’évangile de Marc est le plus ancien.
Mathieu et Luc ont largement puisé dans cet évangile pour rédiger le leur. Une importante part de l’évangile de Marc se retrouve dans celui de Matthieu (523 versets sur 621 !) et de Luc (364 versets venant de Marc).  Papias de HiérapolisMarc, devenu l’interprète de Pierre, écrivit, telles qu’il se les rappelait, les actions faites et les paroles   dites par le Christ ; car lui-même n’avait ni

entendu ni suivi le Seigneur (Il était l’un des premiers convertis au christianisme par l’apôtre Pierre). nous a conservé, au sujet de Marc, le témoignage suivant, émanant du presbytre Jean, l’ami et le continuateur de l’apôtre Jean à Éphèse et ce témoignage montre avec quel souci de la vérité l’enseignement des apôtres avait été mis par écrit.

Luc, l’auteur du troisième évangile, était un païen d’origine grecque, converti par l’apôtre Paul. C’était un homme de science ; il voulut faire oeuvre d’historien et mettre en ordre les renseignements qu’il avait pu recueillir sur la vie et l’oeuvre de Jésus. Et la valeur historique du livre des Actes, second ouvrage de Luc, nous est un garant de la valeur de sa biographie de Jésus. Son livre a été rédigé avant l’an 64, car le livre des Actes, écrit après l’Évangile, s’arrête avant la dernière année de la vie de Paul, mort en 64.

Entre la résurrection de Jésus et la rédaction de  ces évangiles, il s’est écoulé à peine trente ans.

Ces trois récits ont une origine commune : ils racontent tous trois une même histoire tout en suivant le même plan. C’est pour cette raison qu’on les appelle « Les évangiles synoptiques ». Mais chacun renferme une partie qui lui est personnelle..

1. Dans l’évangile de Matthieu, il y a en propre le recueil des discours (sermon sur la montagne, prédication au bord de la mer, harangue contre les pharisiens, prédiction de la ruine de Jérusalem)

2. Dans celui de  Marc, il y a en propre les souvenirs de l’apôtre Pierre.

3. Dans celui de Luc, il y a en propre l’histoire de l’enfance de Jésus et le récit des voyages de Jésus en Samarie, dans la Galilée, la Pérée, la Judée et le long du Jourdain.

Ces évangiles ont une même source (La tradition orale) , mais ont  des destinataires différents :

  1. L’évangile de Matthieu est destiné au peuple juif.
  2. L’évangile  de Luc s’adresse aux païens.
  3. L’évangile de Marc, qui ne renferme ni les références aux prophéties ni les grands discours de Jésus au peuple et à ses chefs qui donnent à l’évangile de Matthieu sa physionomie judaïsante, mais qui, par contre ajoute des explications détaillées sur les moeurs juives qui ne se trouvent pas chez Matthieu et qui sont évidemment à l’adresse de lecteurs païens, peut être considéré comme un trait d’union entre les deux formes précédentes.

Dans ces évangiles les souvenirs de la Passion constituent le témoignage central de la prédication apostolique ; ils consacrent à ce dénouement à peu près la moitié de leur narration. 

Le quatrième évangile a été écrit par l’apôtre Jean, fils de Zébédé. Quand Jean mourut vers l’an 95, ses disciples publièrent son évangile. L’évangile de Jean, chronologiquement parlant, est donc le plus récent. Au premier abord il est  déconcertant. Sa manière de situer et de conduire les événements de la vie de Jésus est très différente de celle des trois premiers évangélistes.

  • Quatre points communs avec les évangiles synoptiques méritent d’être signalés : 1. Le même genre littéraire – 2. Quelques unités narratives communes – 3. Quelques logia communs – 4. L’histoire de la Passion.

À ces quatre points communs s’opposent quatre différences substantielles : Le plan de son évangile est différent de celui des synoptiques, un nombre appréciable de récits en propre, les discours que Jésus a fait constituent la matière principale des chapitres un à dix-sept et le thème principal de son récit est la révélation de la gloire de Jésus.
Son évangile a un but très précis : «  Mais ceux-là y ont été mis afin que vous croyiez que
Jésus est le Messie, le Fils de Dieu, et afin que, par votre foi, vous ayez la vie en son nom. » 
  (Jn 20, 31)
C’est l’évangile de Jean  qui affirme clairement l’existence de Jésus en Dieu de toute éternité.

Publié dans Enseignement, évangiles, Histoire, Nouveau Testament | Pas de Commentaire »

 

Salem alikoum |
Eazy Islam |
Josue |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | AEP Gresivaudan 4ieme 2007-08
| Une Paroisse virtuelle en F...
| VIENS ECOUTE ET VOIS