• Accueil
  • > Archives pour le Dimanche 30 août 2009

« Pour les gens, qui suis-je ? » (Mc 8, 27b)

Posté par diaconos le 30 août 2009

De l’Évangile de Jésus-Christ selon saint Marc au chapitre 8

27  Jésus s’en alla avec ses disciples vers les villages situés dans la région de Césarée-de-Philippe. Chemin faisant, il les interrogeait : « Pour les gens, qui suis-je ? »
28  Ils répondirent : « Jean Baptiste ; pour d’autres, Élie ; pour d’autres, un des prophètes. »
29  Il les interrogeait de nouveau : « Et vous, que dites-vous ? Pour vous, qui suis-je ? » Pierre prend la parole et répond : « Tu es le Messie. »
30  Il leur défendit alors vivement de parler de lui à personne.
31  Et, pour la première fois, il leur enseigna qu’il fallait que le Fils de l’homme souffre beaucoup, qu’il soit rejeté par les anciens, les chefs des prêtres et les scribes, qu’il soit tué, et que, trois jours après, il ressuscite.
32  Jésus disait cela ouvertement. Pierre, le prenant à part, se mit à lui faire de vifs reproches.
33  Mais Jésus se retourna et, voyant ses disciples, il interpella vivement Pierre : « Passe derrière moi, Satan ! Tes pensées ne sont pas celles de Dieu, mais celles des hommes. »
34  Appelant la foule avec ses disciples, il leur dit : « Si quelqu’un veut marcher derrière moi, qu’il renonce à lui-même, qu’il prenne sa croix, et qu’il me suive.
35  Car celui qui veut sauver sa vie la perdra ; mais celui qui perdra sa vie pour moi et pour l’Évangile la sauvera.

Copyright AELF – 1980 – 2006 – Tous droits réservés

——————————————————————————————————————————-

Matthieu (Mt 16, 13-17) et Luc (Lc 9, 18-22) rapportent aussi ces questions de Jésus et la confession de Pierre.

« Pour les gens qui suis-je ? » (Mc 8, 27b) – Nous sommes en présence d’un sondage d’opinion. C’est devenu une habitude de voir dans nos journaux des sondages d’opinion sur ce que pensent les gens des hommes politiques, de l’école, de ce qu’il faut faire pour sauver la sécurité sociale, du retour de Justine Henin sur les courts, etc… Acceptons-nous la question de Jésus, le Christ : « Pour les gens qui suis-je ? » Les réponses des disciples révèlent que pour l’opinion publique, Jésus est considéré comme un très grand homme ; il est pris pour un porte-parole de Dieu (Mc 8, 28).

La seconde question est étonnante :  » Pour vous, qui suis-je ? » (Mc 8, 29a) - À une telle question, personne ne peut plus se réfugier derrière des statistiques ; chacun doit exprimer une opinion personnelle. Chacun est désormais contraint à un aveu qui l’engage.

À nous aussi, aujourd’hui, ces deux questions sont posées : Que dit-on de Jésus autour de nous ? Regardez , par exemple, ce que vous avez vécu ce mois dans votre quartier… Jésus en avez-vous entendu parlé ?  Est-il encore considéré ?

La seconde question s’adressait à un groupe. La réponse est donnée par un seul, Pierre : « Tu es le messie »(Mc 8, 29b). Le messie, c’est celui qui était attendu pour achever l’histoire, celui que tous les prophètes annonçaient, celui qui devait donner le sens de toute vie humaine.

Jésus félicite Pierre pour sa réponse  : « Heureux es-tu, Simon, fils de Jona ; parce que ce ne sont pas la chair et le sang qui t’ont révélé cela, mais c’est mon Père qui est dans les cieux. » (Mt 16, 17)  

Jésus ne dit pas : « Bien répondu ! »  ni : « OUI, c’est bien moi le messie ! » Jésus dit que la réponse de Pierre vient du Père. Comment le sait-il ? Par sa réponse, Jésus prétend implicitement jouir d’une intimité particulière avec celui qu’il appelle Abba (Papa). Cette intimité particulière entre Jésus et son Père, c’est l’Esprit Saint, commun au Père et au Fils. Le souffleur de la réponse de Pierre n’est autre que l’Esprit Saint !

Aussitôt après, Jésus interdit à ses disciples d’annoncer qu’il est le messie, ce qu’il vient pourtant d’approuver (Mc 6, 30 ; Mt 16, 20 ; Lc 9, 21). Jésus ne veut ni exciter de fausses espérances messianiques parmi le peuple, ni provoquer avant le temps la haine de ses adversaires. À l’heure du martyre, il déclarera lui-même solennellement qui il est (Mt  26, 63,64).

Maintenant que ses disciples ont cru en lui et l’ont confessé comme le Christ, le Fils de Dieu, Jésus va leur en parler ouvertement, afin de dissiper si possible dans leur esprit les fausses idées messianiques qu’ils entretenaient encore, et de les préparer à partager ses humiliations et ses douleurs : l’annonce de sa passion (Mc 8, 31 ; Mt 16, 21 ; Lc 9, 22)

Voici le grand tournant de l’Évangile. Jésus, quittant la Galilée va désormais monter vers Jérusalem, très consciemment, pour y être tué ! La croix se profile déjà à l’horizon. Marc nous rapporte, dans son évangile,  trois fois des annonces de plus en plus précises de la Passion du Seigneur (Mc 8, 31 ; Mc 9, 31 ; Mc 10, 33)

À chaque fois que Jésus leur parlera de cette éventualité, il annoncera aussi par trois fois sa résurrection.

Après nous avoir demandé « Qui dites-vous que je suis ? »,  Jésus nous demande : « Qui dites-vous que vous êtes ? « …

Quel sens donnez-vous à votre vie ? Pour quoi est faite votre vie ? Pour la garder ? Ou la donner ? Pour aimer ? Ou pour quoi ? (Mc 8, 34.35)

◊  ◊  ◊

070cweb.gif

« Si quelqu’un veut marcher derrière moi, qu’il renonce à lui-même, qu’il prenne sa croix, et qu’il me suive «  (évangile de Marc 8, 34)

Liens externes

 ♣ La profession de foi de Pierre, cliquez ici →  24° dimanche ordinaire

 ♣ Liturgie avec des enfants, cliquez ici → Vingt quatrième dimanche ordinaire, année B

  ♥   Catéchèse, cliquez ici →   24e dimanche dans l’année B

Publié dans Catéchèse, Enseignement, Méditation | 1 Commentaire »

 

Salem alikoum |
Eazy Islam |
Josue |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | AEP Gresivaudan 4ieme 2007-08
| Une Paroisse virtuelle en F...
| VIENS ECOUTE ET VOIS