• Accueil
  • > Archives pour le Vendredi 4 septembre 2009

Qui est le plus grand ? » (Mc 9, 34b)

Posté par diaconos le 4 septembre 2009

De l’´évangile de Marc au chapitre 9

30   Et partant de là, Jésus traversait la Galilée avec ses disciples, et il ne voulait pas qu’on le sache.
31  Car il les instruisait en disant : « Le Fils de l’homme est livré aux mains des hommes ; ils le tueront et, trois jours après sa mort, il ressuscitera. »
32  Mais les disciples ne comprenaient pas ces paroles et ils avaient peur de l’interroger.
33  Ils arrivèrent à Capharnaüm, et, une fois à la maison, Jésus leur demandait : « De quoi discutiez-vous en chemin ? »
34  Ils se taisaient, car, sur la route, ils avaient discuté entre eux pour savoir qui était le plus grand.
35  S’étant assis, Jésus appela les Douze et leur dit : « Si quelqu’un veut être le premier, qu’il soit le dernier de tous et le serviteur de tous. »
36  Prenant alors un enfant, il le plaça au milieu d’eux, l’embrassa (1), et leur dit :

37  « Celui qui accueille en mon nom un enfant comme celui-ci, c’est moi qu’il accueille. Et celui qui m’accueille ne m’accueille pas moi, mais Celui qui m’a envoyé. »

Copyright AELF – 1980 – 2006 – Tous droits réservés

◊  ◊  ◊

 Le point de départ de Jésus n’est pas précisé (Mc 9, 30a). La dernière mention géographique le situait dans l’extrême nord de la Palestine : la région de Césarée-de-Philippe (Mc 8, 27). C’est donc dans le sens nord-sud que Jésus traversa la Galilée avec ses disciples. C’est le commencement de la marche de Jésus vers Jérusalem ; cette dernière marche le conduit vers son destin sanglant (sa passion et sa crucifixion).

La raison pour laquelle Jésus ne voulait pas attirer l’attention sur lui dans la Galilée  (Mc 9, 30b) est indiquée  au verset 31 : « Car il les instruisait en disant… »

Jésus voulait se réserver un temps de retraite avec ses disciples, afin de leur donner ses instructions, d’abord sur sa fin prochaine (verset 31), puis sur divers sujets d’une grande importance. (v 33 à v 37).

Les disciples ne comprirent rien au sujet de sa mort et de sa résurrection et ils ne posèrent plus de question à ce sujet (Mc 9, 32).

Chaque fois que Jésus annonce sa passion (Mc 8, 31 : Mc 9, 31), Marc souligne l’incompréhension de ses disciples (Mc 8, 32 ; Mc 9, 32). Ensuite l’évangéliste montre que Jésus leur donne  une leçon appropriée sur le thème : « Comment marcher à la suite de Jésus en étant fidèle à son abaissement » (Mc 8, 34-9, 1 ; Mc 9, 35-37).

Marcher à la suite de Jésus et être fidèle à son abaissement, c’est : « Par la charité, faites-vous serviteurs les uns des autres (1P4, 10-11). Jésus insiste souvent sur cette humilité qui caractérise le vrai serviteur de Dieu : « Devenez comme un petit enfant pour entrer dans le Royaume » (Mt 18, 3-Mt 19, 14 ; Mc 10, 15 ; Lc 18, 17) - « Quiconque veut être grand devra être votre serviteur » (Mc 9, 35 – Mt 20, 26-27 ; Mc 10, 43-44 ; Lc 22, 24-27). 

Les deux dernières phrases de cette péricope (versets 35 et 37) sont importantes. Ces paroles  expriment le fondement de la dignité de la personne humaine anoblie par le Christ.

  « Celui qui accueille en mon nom un enfant comme celui-ci, c'est moi qu'il accueille. Et celui qui m'accueille ne m'accueille pas moi, mais Celui qui m'a envoyé. »

 

Accueillir au nom de Jésus un enfant , symbole ici des pauvres et de tous les exclusc’est accueillir le Christ (Mc 37a). (1)

C’est la réponse de Jésus à la question que se posaient les disciples en chemin :  « Qui est le plus grand ? » (Mc 9, 34b)

Jésus conclut sa leçon par un mot sur l’accueil : « Celui qui m’accueille ne m’accueille pas moi, mais Celui qui m’a envoyé. » (M9, 37b)

La grandeur d’une personne se mesure à la qualité du service qu’0elle rend aux plus petits, aux plus défavorisés : nous serons jugés sur ce critère (Mt 25, 31).  Agir ainsi n’est pas une servitude puisque c’est Jésus qu’on sert en les servant et, à travers Jésus , Celui qui l’a envoyé (Celui que Jésus appelle familièrement « Abba ».

 (1) Ce geste allait à l’encontre des moeurs de l’époque. La société antique ne portait pas de sollicitude à l’égard des enfants : les enfants étaient tenus pour des êtres insignifiants. Les enfants étaient eclus de la communauté religieuse à cause de leur ignorance de la Loi.

lwf0003web.gif

Liens externes

◊ Liturgie de la Parole avec des enfants : cliquez ici →  25° dimanche ordinaire

◊  Le dernier de tous et le serviteur de tous : cliquez ici →  Qui est le plus grand ?

◊ Préparer la messe avec les enfants : cliquez ici →  25e dimanche ordinaire, année B

Publié dans Catéchèse, Liturgie, Temps ordinaire | Pas de Commentaire »

 

Salem alikoum |
Eazy Islam |
Josue |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | AEP Gresivaudan 4ieme 2007-08
| Une Paroisse virtuelle en F...
| VIENS ECOUTE ET VOIS