• Accueil
  • > Archives pour le Vendredi 16 octobre 2009

La deuxième épître aux Thessaloniciens

Posté par diaconos le 16 octobre 2009

Peu de temps après avoir écrit la première épître, Paul apprend que de nouvelles difficultés ont surgi dans l’assemblée des Thessaloniciens.

Elles sont de deux ordres :

  • Une grave question troublait les Thessaloniciens. Le jour du Seigneur n’était-il pas déjà arrivé ? Leurs tribulations pouvaient le laisser croire et de faux docteurs l’affirmaient.

  • Les désordres mentionnés dans la première lettre (1 Th 5,14) n’ont pas cessé. Au contraire, ils se sont multipliés, sans que nous en connaissions la cause exacte (voir 2 Th 3, 10).

Comment comprendre les liens très étroits qui unissent la première et la deuxième lettre de Paul aux Thessaloniciens ?

C’est la question de la venue du Christ à la fin des temps qui domine la lettre. Le passage de 2 Th 2, 1-12 a exercé une très forte influence sur l’élaboration d’une eschatologie chrétienne.

Le corps de la lettre couvre l’essentiel des chapitres 2 et 3 (2,1-3,13). Il est divisé en trois parties :

  1. (2Th 2,1-12) révèle les circonstances historiques qui ont amené à la rédaction de la lettre.

  2. La deuxième partie (2 Th 2, 13-3,5) donne une impression d’hétérogénéité.

  3. La troisième partie (2 Th 2, 3, 6-13) a pour élément central une exhortation au sujet de tout frère qui a une vie désordonnée et contraire à la tradition : « Frères, au nom du Seigneur Jésus Christ, nous vous ordonnons d’éviter tous ceux d’entre vous qui vivent dans l’oisiveté et ne suivent pas la tradition que vous avez reçue de nous. » (2 Th 3, 6). Elle insiste principalement sur le rôle de Paul et le présente comme modèle à suivre : «  Vous savez bien, vous, ce qu’il faut faire pour nous imiter. Nous n’avons pas vécu parmi vous dans l’oisiveté ; et le pain que nous avons mangé, nous n’avons demandé à personne de nous en faire cadeau. Au contraire, dans la fatigue et la peine, nuit et jour, nous avons travaillé pour n’être à la charge d’aucun d’entre vous. Bien sûr, nous en aurions le droit ; mais nous avons voulu être pour vous un modèle à imiter. Et quand nous étions chez vous, nous vous donnions cette consigne : si quelqu’un ne veut pas travailler, qu’il ne mange pas non plus. » (2Th 3, 7-10)

La lettre reflète le problème du retard de la parousie, en se servant entre autres, de la figure d’un antagoniste du Christ (l’homme de l’impiété) ; figure inconnue de Paul. Cette lettre accentue fortement la dimension de la double rétribution au sein du jugement eschatologique; par contre, 1 Th n’évoque pas du tout cette dimension critique. La différence essentielle entre les concepts eschatologiques de 1 et 2 Th peut se résumer ainsi : l’eschatologie paulinienne se caractérise par la tension dialectique entre le « déjà » et le « pas encore », tandis que la structure d’argumentation de 2 Th est celle du « pas encore » mais dans l’avenir.

L’auteur a utilisé trois procédés rédactionnels pour composer sa lettre : la reprise ou l’imitation, l’élimination et l’adjonction.

En trois passages, son auteur  révèle de quelle façon il voit la situation de la communauté destinataire : persécution (1,4), incertitude quand au moment de la venue du Christ (2,2), présence de « désordonnés » (3,6-11). La parousie du Christ céleste, a provoqué trouble et incertitude auprès des destinataires. Le but de cette deuxième lettre de Paul à la communauté de Thessalonique  est de calmer les esprits. Cette lettre révèle que nous avons affaire à un conflit d’interprétation au sein de la tradition paulinienne.

Liens externes

◊ La deuxième épître aux Thessaloniciens : cliquez ici →  2 Thessaloniciens  (texte intégral)

◊ Commentaires : cliquez ici → 2 Thessaloniciens

Publié dans Enseignement, épîtres | Pas de Commentaire »

 

Salem alikoum |
Eazy Islam |
Josue |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | AEP Gresivaudan 4ieme 2007-08
| Une Paroisse virtuelle en F...
| VIENS ECOUTE ET VOIS