• Accueil
  • > Archives pour le Jeudi 5 novembre 2009

L’épître aux Philippiens

Posté par diaconos le 5 novembre 2009

Cette lettre ressemble à une lettre ordinaire antique (Dénèque, Cicéron) ou moderne. Elle ne présente pas d’ argumentation théologique centrée sur une question fondamentale (Rm : la justice de Dieu ; 1 Co : l’existence chrétienne; 2 Co : la condition de l’apôtre; Ga : l’Évangile de Dieu).

L’épître aux Philippiens se présente comme une lettre conventionnelle : les thèmes touchant à la personne et aux préoccupations de l’apôtre sont le remerciement pour la part que les Philippiens prennent à l’œuvre apostolique de Paul, l’annonce de l’envoi de Timothée, l’annonce du retour d’Épaphrodite ainsi que des nouvelles personnelles de la captivité de Paul.

Le thème constant de l’épître visant les destinataires est la poursuite de l’œuvre de Dieu dans la communauté jusqu’au jour du Christ.

L’épître se compose de trois parties

  1. Première partie de 1,12 à 2, 18.
  2. La deuxième partie (3, 1-4,1) est une invitation aux Philippiens à l’imiter et à participer à sa joie.
  3. La troisième partie (4, 10 à 20) exprime la joie que signifie pour l’apôtre la participation des philippiens à son œuvre apostolique.

Chacune des parties se termine par un appel des philippiens à la joie. (2, 12-18 et 4,1)

La fonction de la première partie est d’interpréter théologiquement la participation des Philippiens au ministère apostolique. (1, 3-11)

Le corps de la lettre commence en 1, 12 et donne des nouvelles de son apostolat.

Ce récit fonde une double demande :

  1. d’abord que les Philippiens tiennent bon dans la foi de l’Évangile (1,27-30)
  2. ensuite que les Philippiens comblent la joie de l’apôtre  en vivant comme il sied sous la seigneurie du Crucifié. (2, 1-11)

2, 12-18 conclut en leur recommandant de mettre en œuvre leur salut.

Les deux mots de recommandation pour Timothée et Épaphrodite constituent une première transition. (2, 19-30)

La seconde partie (3, 1-4, 1) présente l’existence de l’apôtre comme un paradigme pour l’interprétation de l’existence croyante.

Une seconde transition est constituée par les demandes à Évodie, à Syntyche et au fidèle collègue (4, 2-3), par un nouvel appel aux Philippiens et par une répétition des exhortations de Ph 3, 1-4.

La troisième partie (4, 10-20) est assez symétrique de la première.

La lecture de l’épître fait apparaître trois problèmes…

  1. Une double mise en garde contre les mauvais missionnaires et une multitude de gens.
  2. Plusieurs éléments pourraient conclure une lettre.
  3. Après la double finale, la lettre de remerciement (4, 10-20) fait l’impression d’un élément surajouté.

À qui cette lettre est-elle destinée ?

La lettre aurait  été composée à Rome (Paul est en prison) ,  au début de l’an 60. Elle aurait été rédigée par un scribe ( Épaphrodite) et elle fut envoyée ensuite à la communauté chrétienne de Philippes, ville essentiellement romaine (situation importante d’un point de vue stratégique et commercial). L’argumentation de l’épître établit entre l’apôtre et sa communauté une relation qui est systématiquement médiatisée par l’œuvre de Dieu, elle met aussi en évidence que l’apôtre ne se présente ni comme modèle, ni comme idéal de perfection.

◊  ◊  ◊

Liens externes

◊ L’épître aux Philippiens  : cliquez ici → Texte intégral de l’épître aux Philippiens

◊  Découvrir l’épître aux Philippiens : cliquez ici →   Travail à faire en groupe

Publié dans Catéchèse, Enseignement, épîtres | Pas de Commentaire »

 

Salem alikoum |
Eazy Islam |
Josue |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | AEP Gresivaudan 4ieme 2007-08
| Une Paroisse virtuelle en F...
| VIENS ECOUTE ET VOIS