Seconde vision de la Jérusalem céleste (Ap 21, 9-24)

Posté par diaconos le 27 mars 2010

Extrait du livre de l’Apocalypse au chapitre vingt et un 

9 Un des sept anges qui avaient les sept coupes pleines des sept dernières plaies vint alors me parler :  il disait : Viens, je te montrerai l’Épouse, la femme de l’Agneau.

10 Il m’entraîna par l’esprit sur une grande et haute montagne ; il me montra la cité sainte, Jérusalem, qui descendait du ciel, d’auprès de Dieu.

11 Elle resplendissait de la gloire de Dieu, elle avait l’éclat d’une pierre très précieuse, comme le jaspe cristallin.

12 Elle avait une grande et haute muraille, avec douze portes gardées par douze anges ; des noms y étaient inscrits :ceux des douze tribus des fils d’Israël.

13 Il y avait trois portes à l’orient, trois au nord, trois au midi, et trois à l’occident.

14 La muraille de la cité reposait sur douze fondations portant les noms des douze Apôtres de l’Agneau.

15 Celui qui parlait avec moi avait un roseau d’or pour mesurer la cité, ses portes, et sa muraille.

16 La cité est disposée en carré :sa longueur est égale à sa largeur. Il mesura la cité avec le roseau : douze mille stades ; sa longueur, sa largeur et sa hauteur sont égales.

17 Puis il mesura sa muraille :cent quarante-quatre coudées, suivant les mesures communes des hommes qu’employait l’ange.

18 Le matériau de la muraille était du jaspe, et la cité était en or pur semblable à du cristal pur.

19 Les assises de la muraille de la cité étaient ornées de toutes sortes de pierreries. La première assise était de jaspe, la deuxième de saphir, la troisième de calcédoine, la quatrième d’émeraude,

20 la cinquième de sardoine,la sixième de cornaline,la septième de chrysolithe, la huitième de béryl,la neuvième de topaze, la dixième de chrysoprase, la onzième d’hyacinthe, la douzième d’améthyste.

21 Les douze portes étaient douze perles, chaque porte faite d’une seule perle, et la place de la cité était d’or pur comme du cristal transparent.

22 Dans la cité, je n’ai pas vu de temple, car son Temple, c’est le Seigneur, le Dieu tout-puissant, et l’Agneau.

23 La cité n’a pas besoin de la lumière du soleil ni de la lune, car la gloire de Dieu l’illumine, et  sa source de lumière, c’est l’Agneau.

24 Les nations se dirigeront à sa lumière et les rois de la terre lui apporteront ses richesses.

« Copyright AELF – Paris – 1980 – Tous droits réservés ».

◊  ◊  ◊

Cet extrait de l’Apocalypse de Jean nous fait entrevoir le but ultime, qui est la cohabitation de Dieu avec toute l’humanité, dans une nouvelle Jérusalem qui sera toute entière temple de Dieu.

Derrière l’image de la Jérusalem céleste, Jean, dans sa vision, décrit le peuple de Dieu que le Christ ressuscité rassemble des quatre coins de l’horizon. Elle est introduite (versets 9 à 10a) par les mêmes termes que la description de la chute de Babylone :  «  L‘un des sept anges qui avaient les sept coupes vint et me parla, disant : Viens, je te montrerai…Et il me transporta en esprit…. (Ap 17,1)

La ville est bâtie comme une pyramide (verset 16). Par sa muraille, symbole de sécurité (versets 12a-17), il n’y a plus de crainte, même pas la plus secrète de toute personne lorsqu’elle sent que la vie lui échappe. L’éclat de la ville est celui du jaspe, et le jaspe recouvre ses murs (verset 18).

La nouvelle Jérusalem, c’est un peuple saint, parce-que Dieu lui-même et le Christ y demeurent. Ce peuple est ouvert aux quatre coins de l’horizon, pour indiquer sa perspective universelle. Il s’est édifié sur le témoignage des douze apôtres et il est apostolique.

Cette cité est le but de l’humanité : c’est à elle qu’aspirent les justes, les pauvres, les coeurs purs, ceux et celles qui pleurent :  » Les nations se dirigeront à sa lumière… » (verset 24a)

Rassembler ce peuple saint et apostolique dans l’unité, c’est le programme que le Christ a confié à son Église, qui est pour le monde le signe de ce projet de Dieu. L’espace spirituel de nos églises est étendu dans le monde entier, car dès lors que deux ou trois sont réunis au nom de Jésus, Jésus demeure auprès d’eux et il est pour tous : lumière, gloire et temple.

Lien externe

◊  Étude détaillée (notes et commentaires) : cliquez ici → Descrition de la  Jérusalem céleste

3 Réponses à “Seconde vision de la Jérusalem céleste (Ap 21, 9-24)”

  1. Michel Houyoux dit :

    Les premiers mots de l’Apocalypse de Jean sont : « Voici la révélation de Jésus Christ » (Ap. 1, 1) C’est là l’une des clés de ce livre, dont l’objectif est de faire connaître qui est Jésus Christ, ce qu’il fit et ce qu’il fera pour l’humanité. L’ouvrage est prophétique dans le sens « dévoilement de la Parole ». Jean lorsqu’il parle d’évènements contemporains, il les situait dans ses visions avec des images fortes, fantastiques. Ainsi lorsqu’il parle de pierres, il met par écrit ce qu’il perçoit dans son imaginaire. Donc ces pierres mentionnées dans l’Apocalypse sont les fruits de sa vision. Vous comprendrez mieux ce livre si vous interprétez ces visions, ces chiffres et ces symboles selon les règles de la littérature apocalyptique. Alors vous comprendrez que cette révélation de Jésus Christ n’est ni difficile, ni terrifiante, mais pleine de joies et d’espoir.
    Avec mes salutations amicales et fraternelles.
    Michel Houyoux, diacre permanent

  2. diaconos dit :

    Septième vision: LE JUGEMENT ET LE RENOUVELLEMENT DE TOUTES CHOSES (chapitres 19,11 à 22,5)
    Le mot jaspe, dont il est question dans l’Apocalypse au chapitre 21, verset 11, désigne probablement, d’après l’emploi qu’en font les Septante, le diamant.
    Aujourd’hui on appelle ainsi une pierre opaque analogue à l’agate.

    L’éclat de la nouvelle Jérusalem est celui du Japse, et le Japse recouvre ses murs. (Ap 4, 3), c’était la couleur attribuée à Dieu.
    « La nouvelle Jérusalem resplendissait de la gloire de Dieu, elle avait l’éclat d’une pierre très précieuse, comme le jaspe cristallin. » (Ap 21, 11)

    Le japse cristallin mentionné au verset 11 du chapitre 21 de l’Apocalypse de Jean n’était probablement pas la pierre qui porte aujourd’hui ce nom : le jaspe est une roche sédimentaire contenant de 80 à 95 % de silice, pouvant aussi contenir de l’argile, plus ou moins translucide à opaque mais n’est pas une pierre cristalline.
    Ce japse mentionné dans l’apocalypse de Jean serait une pierre brillante, probablement le diamant. (Voir aussi à Ex 28, 17-20 ; Ex 39, 10-13 et Ez 28, 13 : ici il s’agit bien d’une variété de Japse : espèce d’agate, opaque, de couleurs variées, brillant de reflets métalliques., non cristalline. On le trouve en Asie-Mineure, en Perse et en Inde.)

  3. Dumont dit :

    Je cherche quelle sorte de jaspe est présentée dans le texte de l’Apocalypse ch.21v.11 puisqu’il s’agit d’une variété de jaspe cristalline ou transparante selon les versions. En fait le mot grec est: krustallizonti κτυσταλλυζοντι. Merci par avance pour les renseignements que vous allez me fournir.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

 

Salem alikoum |
Eazy Islam |
Josue |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | AEP Gresivaudan 4ieme 2007-08
| Une Paroisse virtuelle en F...
| VIENS ECOUTE ET VOIS