Psaume 15 : l’hôte du Seigneur

Posté par diaconos le 22 juin 2010

01 Seigneur, qui séjournera sous ta tente ? Qui habitera ta sainte montagne ?

02 Celui qui se conduit parfaitement,  qui agit avec justice et dit la vérité selon son coeur.

03 Il met un frein à sa langue, ne fait pas de tort à son frère et n’outrage pas son prochain.

04 A ses yeux, le réprouvé est méprisable mais il honore les fidèles du Seigneur. S’il a juré à ses dépens, il ne reprend pas sa parole.

05 Il prête son argent sans intérêt,  n’accepte rien qui nuise à l’innocent. Qui fait ainsi demeure inébranlable.

« Copyright AELF – Paris – 1980 – Tous droits réservés ».

 ◊  ◊  ◊

Les orientaux sont prêts à défendre leurs hôtes en cas d’attaque. Ici, dans ce poème, c’est un homme qui est l’hôte du Seigneur. Le psaume quinze faisait partie de la liturgie d’entrée et il était  chanté par un gardien du Temple de Jérusalem pendant que les fidèles attendaient à la porte de l’édifice.

L’orant adresse au Seigneur la demande d’entrée dans le Temple (verset 1) désigné ici parle mot « tente » en souvenir de la tente qui abritait l’Arche d’Alliance  contenant les tables de la Loi   données à Moïse sur le mont Sinaï. À l’époque de la vie nomade, l’Arche d’Alliance était abritée sous une tente lors des haltes.

La sainte montagne désigne l’endroit où était construit  le Temple de Jérusalem ; dans d’autres textes ce lieu est désigné par « la colline de Sion ».

À cette demande, le Seigneur répond par l’intermédiaire d’un prêtre du Temple (verset 2-5b). Le verset 2 contient à lui seul l’essentiel de la réponse du Seigneur : se conduire parfaitement, agir avec justice et dire la vérité. Le verset 3 apporte quelques recommandations : mettre un frein à sa langue ↔ bannir la médisance, ne pas offenser l’autre ni l’outrager.

Le verset 4, on pourrait le  traduire ainsi : « Il est à ses propres yeux méprisable, digne d’être rejeté » – Il signifie que le seul critère valable pour juger les personnes est leur valeur pour le Dieu de l’Alliance. De plus, ce verset recommande  de respecter les serments (verset 4b). 

Le verset 5 rappelle  d’abord l’obligation de prêter sans intérêt (verset 5a) : il était interdit à l’Israélite de prêter à ses compatriotes contre intérêt →   » Si tu prêtes de l’argent à quelqu’un de mon peuple, à un pauvre parmi tes frères, tu n’agiras pas envers lui comme un usurier : tu ne lui imposeras pas d’intérêts. » (Livre de l’Exode, chapitre 22, verset 24) ; ensuite, il traite de la corruption (verset 5b) moyennant des cadeaux de toutes sortes et dans sa troisième partie (verset 5c) il affirme que quiconque observe ces recommandations demeure inébranlable.

 

  • Note 1 Quand le gardien du Temple finissait la proclamation des conditions d’entrée, les portes s’ouvraient et les pèlerins étaient autorisés à entrer dans l’édifice.

  • Note  2 Jésus dira la même chose (Mt 7, 1-24) et conclura par ces paroles :  » Tout homme qui écoute ce que je vous dis là et le met en pratique est comparable à un homme prévoyant qui a bâti sa maison sur le roc. » (Mt 7, 25)

lwf0003web.gif

Publié dans Psaumes | Pas de Commentaire »

A.D.A.L. pour le 16ième dimanche du temps ordinaire, année C

Posté par diaconos le 21 juin 2010

16° dimanche du temps ordinaire, année C                                                                                             A.D.A.L.

Lectures bibliques et commentaires : cliquez ici → Gn 18, 1-10aPsaume 14  ;  Co 1, 24-28  ;  Lc 10, 38-42

Chant d’entrée (Suggestion) : Peuple de bienheureux (W 111) ; Nous chanterons pour toi Seigneur ( K 38) ; Peuple de Dieu marche joyeux ( K 180) ;; Si le Père vous appelle(T 154) ; Sur les chemins du monde ( G 127) ; Signes par milliers ( K 226) ou un autre de votre répertoire.

Animateur de la célébration : Au nom du Père et du Fils et du Saint- Esprit.           Tous : Amen

Animateur de la célébration : Que Dieu, le Père  de Jésus Christ, notre sauveur, nous affermisse par la foi et qu’il nous donne d’être son peuple dans le monde.

Tous : Béni soit Dieu maintenant et toujours !

Monition d’accueil par…………………………………………….

Voici le jour que le Seigneur a fait, le premier jour de la semaine. L’Église chante son sauveur, mort et ressuscité pour tous les hommes. Nous qui appartenons à cette Église, le corps du Christ, veillons à célébrer ce temps de prière par une même foi et dans la joie du Christ vivant.

Croire à la parole de Dieu comme Abraham, vouloir la faire entendre à tout homme, écouter avec amour cette parole comme Marie de Béthanie, l’accueillir en toute simplicité, comme Jésus le demande à Marthe, telle est la démarche que nous propose les lectures choisies pour cette célébration.

Animateur de la célébration : Frères et sœurs, Jésus vient à notre rencontre et croyant mieux le recevoir, nous nous activons, sans prendre le temps de nous mettre en attitude d’écoute pour sa visite. Seigneur accorde-nous ton pardon.

Enfants ou lecteur : ………………………………………………

    Seigneur Jésus, regarde celles et ceux qui voudraient te servir.   (Chant)

     Ô Christ, regarde celles et ceux qui voudraient te prier. ( Chant)

       Seigneur Jésus, regarde celles et ceux qui voudraient te rencontrer. (Chant)

Animateur de la célébration :Que Dieu tout- puissant nous fasse miséricorde ; qu’il nous pardonne nos péchés et nous conduise à la vie éternelle.                     

Tous : Amen

Gloire à Dieu ( Chant de louange)

Animateur de la célébration : Sois favorable à tes fidèles, Seigneur,  et multiplie les dons de ta grâce : entretiens en eux la foi, l’espérance et la charité, pour qu’ils soient attentifs à garder tes commandements. Par Jésus Christ, ton Fils, notre Seigneur et notre Dieu, qui règne avec toi et le Saint Esprit, maintenant et pour les siècles des siècles.

Tous : Amen

Liturgie de la Parole

Animateur de la célébration :Dormir, nous nourrir. Deux besoins vitaux. Inviter à sa table celui qui vient de faire un grand voyage, lui offrir de se reposer pour refaire ses forces, voilà l’hospitalité qu’offrait déjà Abraham aux trois voyageurs de passage ! Son accueil est empressé et plein de ferveur. Il se hâte de leur préparer à manger. Leur venue est pour lui un événement, revivons cette scène relatée dans le  livre de la Genèse, qui met sous nos yeux une hospitalité extraordinaire..

Première lecture par……………………………………….                                (Gn 18, 1-10a)

Animateur de la célébration : Nous rencontrons maintenant le petit psaume 14 : il a beaucoup de choses à nous dire. Des générations de croyants l’ont entendu réciter par un gardien du Temple de Jérusalem, pendant qu’ils attendaient dehors,  anxieux, à la porte du Temple. N’entrait pas qui voulait dans les sanctuaires de l’Antiquité ! Les fidèles devaient se purifier avant de se présenter devant la divinité. Ce psaume évoque les cérémonies d’entrée.

Le psaume 14 (15)  est lu par…………………………………     (ou chanté par la chorale)                             ( Ps 14 )

sansnomweb3.jpg
Refrain pour le psaume (chorale)

Animateur de la célébration : Dans la deuxième lecture, tirée de la lettre de saint Paul aux chrétiens de Colosse, lettre écrite en captivité, l’apôtre y exprime qu’il est plein de joie à la pensée de l’efficacité que Dieu a donné à sa prédication.. Écoutons attentivement ce passage…

Deuxième lecture par……………………………………………                     ( Co 1, 24-28)

Acclamation (verset : Ap 3, 20 par un lecteur) :                                             chant par la chorale.

L’animateur de la célébration dit alors :  “De l’Évangile de Jésus Christ selon saint Luc”

Cette personne lit ensuite l’Évangile du jour  à  Luc 10, 38-42

Si c’est une personne laïque qui proclame l’Évangile, elle omet la salutation initiale et aussi l’acclamation finale.

Homélie : cliquez ici pour l’homélie → Dieu s’invite…Comment l’accueillerons-nous ? (Lc 10, 38-42)

Credo récité ou chanté

 

La prière universelle est introduite par l’animateur de la célébration :

Marthe et Marie reçoivent Jésus dans leur maison. Seigneur vient chez nous maintenant. Entends les prières de tes enfants qui implorent ton aide pour tous les hommes.

Refrain 

 sansnomweb21.jpg

Enfants ou lecteur…………………………………………

·        Nous te prions, Seigneur, pour celles et ceux qui ont fait le choix de te donner leur vie. Que leur épanouissement dans l’accomplissement de leur vocation soit fécond.  (Refrain)

·        Nous te confions, Seigneur, celles et ceux qui mettent leur intelligence et leur travail au service de la santé d’autrui. Refrain)

·        Nous te prions, Seigneur, pour celles et ceux qui,  inlassablement, accompagnent et soutiennent leur entourage, leur famille. Qu’elles se reposent en ton amour. (Refrain)

·        Seigneur Jésus, nous te prions pour que notre communauté se consolide dans la prière, l’accueil et dans l’entraide, afin d’écouter ceux et celles qui te cherchent.  (Refrain

 

Animateur de la célébration : Seigneur Jésus, c’est dans le don de soi que ton amour peut se révéler au monde. Fais que nous vivions avec toi, pour annoncer avec sagesse la Bonne Nouvelle. Nous te le demandons à toi qui es vivant pour l’éternité des siècles et des siècles.

Tous : Amen.

Action de grâce et le Notre Père

Animateur de la célébration :Frères et sœurs, en ce dimanche le Christ ressuscité se tient au milieu de nous et c’est lui qui inspire notre prière rendons–lui grâce pour son amour et pour sa grâce.

Chant en l’honneur de Dieu :

Suggestion : Que tes œuvres sont belles (A 219) ;  Peuple de prêtres (C 49) ; Terre entière (I 33) ; Peuple de Dieu, marche joyeux ; Chantons à Dieu ce chant nouveau (L 211)  Peuple, criez de joie (M 27) ou un autre chant de votre répertoire.

Louanges de la création (Cantique des trois enfants)

Enfants, lecteur et  lectrice (à tour de rôle… ) : ……………………………………………………

·        Béni sois-tu, Seigneur, Dieu de nos pères :  à toi, louange et gloire éternellement !

Tous : à toi, louange et gloire éternellement !

·        Béni soit le nom très saint de ta gloire : à toi louange et gloire éternellement !

Tous : à toi, louange et gloire éternellement !

·        Béni sois-tu dans ton saint temple de gloire : à toi louange et gloire éternellement !

Tous : à toi, louange et gloire éternellement !

·        Béni sois-tu sur le trône de ton règne : à toi louange et gloire éternellement !

Tous : à toi, louange et gloire éternellement !

·        Béni sois-tu, toi qui sonde les abîmes : à toi louange et gloire éternellement !

Tous : à toi, louange et gloire éternellement !

·        Toi qui sièges au-dessus des Kéroubim : à toi louange et gloire éternellement !

Tous : à toi, louange et gloire éternellement !

·        Béni sois-tu au firmament dans le ciel : à toi louange et gloire éternellement !

Tous : à toi, louange et gloire éternellement !

·        Toutes les œuvres du Seigneur, bénissez-le : à toi louange et gloire éternellement !

Tous : à toi, louange et gloire éternellement !

Animateur de la célébration : Confions maintenant à Dieu notre Père nos intentions particulières  et les mains levées vers Dieu, prolongeons notre louange en redisant la prière que nous avons reçue du Christ Jésus.

Notre Père…Chanté ou récité.

L’animateur de la célébration introduit le signe de paix : Soyons unis les uns aux autres dans le Christ et partageons la paix qui vient de lui !

La personne qui a été désignée va après  le geste de paix au tabernacle chercher le pain consacré et il l’apporte sur l’autel. Elle s’incline ensuite profondément ou fait une génuflexion.

→ Il est bon de prévoir à ce moment un temps de recueillement qu’on introduira ainsi :

Animateur de la célébration : Recueillons-nous dans le silence. Préparons-nous à accueillir le corps du Christ ; qu’il nous rassemble aussi en un seul corps !

Agneau de Dieu chanté par la chorale.

Animateur de la célébration : Le Christ Jésus nous a livré son corps et chaque messe en fait mémoire. Aujourd’hui, en attente d’une célébration eucharistique, recevons dans la foi le corps du Christ, l’Agneau de Dieu qui enlève le péché du monde (Montrez aux fidèles le pain eucharistique !)

Heureux les invités au Repas du Seigneur ! … “Saisi de pitié” pour les pécheurs que nous sommes, il est allé jusqu’au bout de l’amour : Voici l’Agneau de Dieu qui enlève le péché du monde.

Tous : Seigneur, je ne suis pas digne de te recevoir, mais, dis seulement une parole et je serai guéri.

Communion   (éventuellement)

Suggestions de Chants pour la communion : La Sagesse a dressé notre table (Syl F 502) ; Tu es le Dieu fidèle (D 163) ; Pain rompu pour un monde nouveau ( D 283) ; En marchant vers toi Seigneur (D 380) ; Pain des merveilles (D 203) ; Pain de Dieu, pain rompu (D 284) ; Peuple de frères (T 122) ;  Ouvre nos yeux (G 79) ou selon votre répertoire.

Prière de conclusion présentée par…………………

Dieu fidèle et bon, jamais tu n’abandonnes tes enfants, mais tu ne cesses de nous rassembler afin que nous soyons ton peuple, en ton Fils premier-né. Donnes-nous de vivre chaque jour dans l’unité et dans la paix, dans l’amour fraternel et dans la justice, au nom de jésus Christ, notre Seigneur, pour les siècles des siècles. Que chacun de nous garde précieusement en son cœur la parole que Dieu lui a adressée personnellement aujourd’hui.

Suggestion pour le chant final : Allez dans le monde entier (Z 95-3) Sur les chemins du monde (G 127) Seigneur, tu nous aimes ( M 25) ou selon votre répertoire.

Animateur de la célébration : (Pas de bénédiction à donner ici !)    Que Dieu tout-puissant nous bénisse : le Père, le Fils, et le Saint Esprit. Amen ! (Chaque fidèle fait le signe de la croix)

Allons, dans la paix du Christ !

Tous : Nous rendons grâce à Dieu.

Ce texte tient compte des  directives  des évêques des diocèses francophones de notre pays pour les liturgies de la Parole animées par des laïcs (guide liturgique pour les assemblées dominicales   animées par des laïcs aux éditions C.I.P.L. 40, rue  des Prémontrés B 4000 Liège).  

 lwf0004.gif Michel Houyoux, diacre permanent

Publié dans A.D.A.L., Temps ordinaire | Pas de Commentaire »

Laissons-nous enseigner par l’attitude de Jésus. (Lc 10, 38-42)

Posté par diaconos le 20 juin 2010

Extrait de l’évangile de Luc au chapitre dix

38 Alors qu’il était en route avec ses disciples, Jésus entra dans un village. Une femme appelée Marthe le reçut dans sa maison.

39 Elle avait une soeur nommée Marie qui, se tenant assise aux pieds du Seigneur, écoutait sa parole.

40 Marthe était accaparée par les multiples occupations du service. Elle intervint et dit : « Seigneur, cela ne te fait rien ? Ma soeur me laisse seule à faire le service. Dis-lui donc de m’aider. »

41 Le Seigneur lui répondit : « Marthe, Marthe, tu t’inquiètes et tu t’agites pour bien des choses.

42 Une seule est nécessaire. Marie a choisi la meilleure part : elle ne lui sera pas enlevée. »

 « Copyright AELF – Paris – 1980 – Tous droits réservés ».

Catéchèse

Verset 38a → Alors qu’il était en route avec ses disciples, Jésus entra dans un village.

N’oublions pas sur quelle route nous sommes avec Jésus. Il s’agit de cette grande montée à Jérusalem qui prend tant de place dans le récit de Luc. Pas moins de dix longs chapitres. Dans l’extrait précédent, nous étions sur la route de Jéricho, à 30 kilomètres de Jérusalem. Ici,  nous nous arrêtons dans un village qui n’est pas nommé, mais qui est Béthanie, à trois kilomètres du centre de la capitale. Au cours de cette route, l’évangéliste Luc nous montre Jésus parlant longuement à ses amis afin de les préparer, sans doute, au temps proche où il ne sera plus avec eux. C’est dire l’importance des épisodes et des paroles qui jalonnent cette montée à Jérusalem.

Verset 38b → Une femme appelée Marthe le reçut dans sa maison.  Verset 39 a → Elle avait une sœur nommée Marie.

Elles avaient aussi un frère nommé Lazare. Les évangiles en parle trois fois.

Saint Jean, dans son évangile, nous dit : « Jésus aimait Marthe et sa sœur Marie ainsi que Lazare. »  Et, à l’occasion du deuil qui marqua leur famille, Jean a retenu que Jésus pleura. Une autre fois, on voit Marthe en train de servir un autre repas et Marie aux pieds de Jésus. Ces détails nous révèlent que Jésus avait des amies et des amis. C’est aussi dans cette maison qu’il revint chaque soir de sa dernière semaine avant de mourir.

Voici donc au moins un endroit où Jésus a pu apprécier la douceur de l’amitié.

Verset 40b → Marthe intervint et dit : “ Seigneur, cela ne te fait rien ? Ma sœur me laisse seule à faire le service. Dis–lui donc de m’aider. ”

Marthe est utile. Son service est indispensable. Jésus est honoré aussi par tout amour qui se met au service des autres. …

Nous vous offrons Seigneur, les multiples tâches ménagères, si humbles, si pleines d’amour d’innombrables femmes dans le monde entier, dans toutes les civilisations.

Verset 41a → Le Seigneur répondit ... Ce qu’il va dire est important et doit se recevoir dans la foi. Tout le récit précédent monte vers la déclaration qui va suivre.

… “  Marthe, Marthe, tu t’inquiètes et tu t’agites pour bien des choses.(Verset 41b)

Jésus trouve que Marthe se soucie et s’agite trop. C’est un de ses thèmes favoris. Il avait déjà dit que les soucis de la vie peuvent étouffer la Parole semée dans un cœur (Luc 8, 14). Il demandera à ses apôtres de ne pas se soucier de leur vêtement (Luc 12, 22-26).

Ami ! n’oublie pas l’essentiel, dit Jésus.

Accueillons du Seigneur l’invitation qu’il nous fait de savoir nous ralentir un peu. Nous passons notre temps à courir, à galoper, à nous affairer. Le temps des vacances celui des congés payés pourrait devenir davantage un temps pour retrouver notre équilibre, pour “ vivre ” au lieu de courir ! Ami ! Je te le répète, n’oublie pas l’essentiel, dit Jésus.

Verset 42 → Une seule chose est nécessaire. Marie à choisi la meilleure part ; elle ne lui sera pas enlevée. ”

Quel est donc cet unique nécessaire ?

C’est de faire ce que faisait Marie : “ Assise aux pieds du Seigneur, elle écoutait sa Parole. ” En affirmant de manière radicale et forte, que là est l’unique essentiel de l’homme, Jésus fait une révélation.

La Parole de Dieu devrait passer avant tout autre souci temporel. Jésus nous a donné dans d’autres occasions, la même exigence. “ L’homme ne vit pas seulement de pain. ” (Luc4,4).

Ami ! n’oublie pas l’essentiel, dit Jésus.

Écouter la Parole de Dieu ! Voilà notre premier devoir. C’est dit Jésus la seule nécessité absolue, radicale. Ne pas écouter sa Parole, c’est bâtir sa maison sur le sable. (Luc 6, 47-49)

Le Christ ne pourrait-t-il pas me dire comme à Marthe : “ Tu t’inquiètes et tu t’agites pour bien des choses. Uns seule chose est nécessaire » ?

◊ ◊ ◊

Liens externes

◊ Liturgie de la Parole avec des enfants : cliquez ici → 16° dimanche ordinaire, année C

◊ Réflexion sur les textes bibliques : cliquez ici → 16° dimanche ordinaire, année C

◊  Mots croisés bibliques : cliquez ici → Marthe et Marie accueillent Jésus chez elles.

Publié dans Catéchèse | Pas de Commentaire »

Dieu s’invite…Comment l’accueillerons-nous ? (Lc 10, 38-42)

Posté par diaconos le 19 juin 2010

16ième dimanche du temps ordinaire                  Gn 18, 1-10a ; Ps 14 (15), ; Co 1, 24-28 ; Lc 10, 38-42

Dieu s’invite…Comment l’accueillerons-nous ?

On sonne à notre porte…, nous allons ouvrir et nous nous trouvons en face d’amis que nous n’attendions pas. Dans l’accueil de ceux-ci va se vérifier la qualité de notre hospitalité. En les recevant comme s’ils étaient attendus, nous leur témoignons notre amitié et la joie sincère de passer avec eux quelques heures agréables. Nous les invitons à notre table et nous faisons le maximum pour bien les recevoir.

La première lecture, tirée du livre de la Genèse, a mis sous nos yeux cette scène montrant la générosité d’Abraham et son sens aigu de l’hospitalité. La spontanéité d’Abraham qui court à la rencontre des visiteurs se présentant chez lui au moment le plus chaud du jour, sa déférence à leur égard, l’organisation de la réception imprévue et l’abondance de la nourriture sont les signes de sa générosité accueillante.

Abraham reçoit et écoute le Seigneur venu le visiter. Son accueil est un acte de foi. Et nous, savons-nous reconnaître le passage de Dieu à travers nos rencontres quotidiennes ? Quelle hospitalité réservons-nous dans notre maison, dans notre cœur  et dans notre temps, au pauvre, au petit, à l’opprimé, à l’immigré ? Dans le service de Dieu et dans celui de nos frères, nous donnons-nous chichement ou généreusement ?

Jésus aimait les relations humaines. Il a connu l’amitié. Il a apprécié l’hospitalité. Songeons à ces haltes à Béthanie ! L’Évangile d’aujourd’hui nous rappelle combien nos relations ne doivent pas passer à côté de l’essentiel : l’écoute de la Parole de Dieu. Dieu donne toujours à qui le reçoit. Accueillir sa Parole est toujours source de fécondité.

Une femme appelée Marthe reçut Jésus dans sa maison. Elle avait une sœur nommée Marie, qui se tenant assise aux pieds du Seigneur, écoutait sa Parole (Lc 10, 38b-39)

Marthe est la figure la plus marquante du  récit évangélique que nous venons d’écouter :  Jésus est son hôte ; c’est elle qui le reçoit dans sa maison. Marie se trouve là, mais elle aussi est une invitée de Marthe. Jésus n’est pas un hôte ordinaire. Même pour ses amis les plus chers, il demeure un « étranger » ; mais quand il vient quelque part, il apporte la Parole de Dieu à ceux qui le reçoivent, et c’est cette Parole qui compte plus que tout.

La grande familiarité avec laquelle Marthe parle à Jésus indique bien qu’il y ait eu  entre eux une relation profonde qui ne peut exister qu’entre deux personnes qui s’écoutent mutuellement.

Dans le service de l’hospitalité, il y a divers éléments essentiels : il faut recevoir l’hôte, converser avec lui, lui préparer un repas et lui offrir divers services. Il n’y a pas de véritable hospitalité sans tous ces éléments.. Marthe et Marie se partagent l’ensemble de ces éléments de l’hospitalité. Lorsque Jésus dit à Marthe qui est en train de le servir que Marie a choisi la bonne part, il ne parle pas d’une supériorité objective. Il dit simplement que Marie a choisi la partie la plus agréable du service de l’hospitalité, et que cela ne lui sera pas enlevé. Quant à Marthe, qui fait tout le service onéreux, comme Jésus le fera lui-même à la dernière Cène, il l’invite à le faire sans préoccupations et sans nervosité. Tout ce que font les deux, Marthe et Marie, constitue le service intégral de l’hospitalité. Les deux se complètent. Aucune n’est supérieure à l’autre.

La première lecture et l’évangile nous enseignent que Dieu ne veut pas seulement nous appeler à sa table, mais qu’il veut aussi être invité à la nôtre. Il veut être notre hôte, comme il fut l’hôte de Marthe qui le reçut dans sa maison. Il se présente à nous dans la personne de l’étranger, du pauvre, des rejetés, des réfugiés et des sans abris. Si nous écoutons sa Parole, Lui et son Père feront en nous leur demeure.

Amen

lwf0004.gif Michel Houyoux, diacre permanent

Publié dans Homélies, Religion, Temps ordinaire | Pas de Commentaire »

1234
 

Salem alikoum |
Eazy Islam |
Josue |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | AEP Gresivaudan 4ieme 2007-08
| Une Paroisse virtuelle en F...
| VIENS ECOUTE ET VOIS