• Accueil
  • > Archives pour le Mercredi 21 juillet 2010

Être riche en vue de Dieu (Lc 12, 13-21)

Posté par diaconos le 21 juillet 2010

De l’évangile selon Luc au chapitre douze

13 Du milieu de la foule, un homme demanda à Jésus : « Maître, dis à mon frère de partager avec moi notre héritage. »

14 Jésus lui répondit : « Qui m’a établi pour être votre juge ou pour faire vos partages ? »

15 Puis, s’adressant à la foule : « Gardez-vous bien de toute âpreté au gain ; car la vie d’un homme, fût-il dans l’abondance, ne dépend pas de ses richesses. » 16 Et il leur dit cette parabole : « Il y avait un homme riche, dont les terres avaient beaucoup rapporté. 17 Il se demandait : ‘Que vais-je faire ? Je ne sais pas où mettre ma récolte.’ 18 Puis il se dit : ‘Voici ce que je vais faire : je vais démolir mes greniers, j’en construirai de plus grands et j’y entasserai tout mon blé et tout ce que je possède. 19 Alors je me dirai à moi-même : Te voilà avec des réserves en abondance pour de nombreuses années. Repose-toi, mange, bois, jouis de l’existence.’

20 Mais Dieu lui dit : ‘Tu es fou : cette nuit même, on te redemande ta vie. Et ce que tu auras mis de côté, qui l’aura ?’

094dweb.gif

21 Voilà ce qui arrive à celui qui amasse pour lui-même, au lieu d’être riche en vue de Dieu. »

◊  ◊  ◊

Un homme de la foule réclame l’intervention de Jésus dans un partage. Jésus refuse. (versets 13 et 14)

Jésus profite de l’incident pour mettre ses auditeurs en garde contre l’avarice. Il raconte la parabole de l’homme riche qui contemple avec satisfaction les produits de ses champs et se promet des années de jouissance et à qui Dieu redemande son âme cette même nuit. Telle est la condition de celui qui amasse pour lui-même et qui ne possède pas Dieu. (versets 15 à 21)

La pensée des pauvres, du bien qu’il pourrait faire, n’aborde pas même l’esprit  du riche ; son égoïsme est complet :  il s’agit de jouir, et c’est à son âme (versets 18 et 19),  qu’il adresse son discours satisfait : Tu as pour beaucoup d’années de biens, repose-toi, mange, bois et réjouis-toi. Le bonheur terrestre est complet !

Ni les biens ni leur surabondance n’assurent la vie ; ni la vie du corps qui est dans les mains de Dieu (verset 20),  ni la vie de l’âme qui ne peut être garantie en aucune manière par la possession de biens matériels.

Les grandes, comme les petites richesses, risquent de nous empêcher de prendre l’Évangile au sérieux. Ne cherchons-nous pas parfois à justifier par l’évangile nos prises de position sur la propriété privée, sur la libre concurrence, sur le type de société que nous voulons faire naître ?

Pour être riche, en vue de Dieu, quelle conversion avons-nous à faire : pauvreté, disponibilité de vie, don de nous-mêmes, respect des plus démunis, accueil de l’étranger ?

Liens externes

◊  Catéchèse → Le riche insensé

◊  Liturgie de la parole avec des enfants : « Avoir conscience du prix des choses  » – Cliquez ici → 18° dimanche ordinaire

Publié dans Catéchèse, Liturgie, Temps ordinaire | Pas de Commentaire »

 

Salem alikoum |
Eazy Islam |
Josue |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | AEP Gresivaudan 4ieme 2007-08
| Une Paroisse virtuelle en F...
| VIENS ECOUTE ET VOIS