Bravo pour l’esprit de décision ! (Lc 16, 1-13)

Posté par diaconos le 28 août 2010

01 Jésus disait encore à ses disciples : « Un homme riche avait un gérant qui lui fut dénoncé parce qu’il gaspillait ses biens.

02 Il le convoqua et lui dit : ‘Qu’est-ce que j’entends dire de toi ? Rends-moi les comptes de ta gestion, car désormais tu ne pourras plus gérer mes affaires.’

03 Le gérant pensa : ‘Que vais-je faire, puisque mon maître me retire la gérance ? Travailler la terre ? Je n’ai pas la force. Mendier ? J’aurais honte.

04 Je sais ce que je vais faire, pour qu’une fois renvoyé de ma gérance, je trouve des gens pour m’accueillir.’

05 Il fit alors venir, un par un, ceux qui avaient des dettes envers son maître. Il demanda au premier : ‘Combien dois-tu à mon maître ? -

06 Cent barils d’huile.’ Le gérant lui dit : ‘Voici ton reçu ; vite, assieds-toi et écris cinquante.’

07 Puis il demanda à un autre : ‘Et toi, combien dois-tu ? – Cent sacs de blé.’ Le gérant lui dit : ‘Voici ton reçu, écris quatre-vingts.’

08 Ce gérant trompeur, le maître fit son éloge : effectivement, il s’était montré habile, car les fils de ce monde sont plus habiles entre eux que les fils de la lumière.

09 Eh bien moi, je vous le dis : Faites-vous des amis avec l’Argent trompeur, afin que, le jour où il ne sera plus là, ces amis vous accueillent dans les demeures éternelles.

10 Celui qui est digne de confiance dans une toute petite affaire est digne de confiance aussi dans une grande. Celui qui est trompeur dans une petite affaire est trompeur aussi dans une grande.

11 Si vous n’avez pas été dignes de confiance avec l’Argent trompeur, qui vous confiera le bien véritable ?

12 Et si vous n’avez pas été dignes de confiance pour des biens étrangers, le vôtre, qui vous le donnera ?

13 Aucun domestique ne peut servir deux maîtres : ou bien il détestera le premier, et aimera le second ; ou bien il s’attachera au premier, et méprisera le second. Vous ne pouvez pas servir à la fois Dieu et l’Argent. »

« Copyright AELF – Paris – 1980 – Tous droits réservés ». 

◊   ◊   ◊

Un homme riche avait un gérant dont les malversations lui furent dénoncées (verset 1). Il le convoqua et lui demanda de rendre les comptes de sa gestion  et le releva de son poste (verset 2).

Quelle situation désespérée pour ce gérant malhonnête, qui ne voit pas comment se convertir à un autre métier (verset 3).

Le gérant, renvoyé sans indemnités, examina alors les divers partis qu’il lui restait à prendre, et reconnut que le meilleur serait de s’assurer des amis qui le recevraient dans leurs maisons. Il fit venir les débiteurs de son maître et leur demanda d’écrire de nouveaux billets, sur lesquels leurs dettes furent réduites dans des proportions diverses. (versets 3 à 7) 

Il a agit avec audace et rapidité. « Bravo, s’écrie Jésus, pour cet esprit de décision !  » (verset 8a) Mais ce gérant vient de voler honteusement son maître !

 Remarquez que Jésus n’a pas dit bravo pour l’escroquerie

Il a dit  bravo pour l’esprit de décision.

Jésus proposa cette histoire (parabole) en exemple à ses disciples pour leur faire comprendre qu’ils sont, pour la prudence, inférieurs aux enfants de ce siècle (verset 8).

Conseil donné aux disciples

Vous-mêmes, vous êtes-vous décidés aussi rapidement pour…

saisir la grâce de la conversion qui vous est offerte ?

131eweb.gif

 Pour vous aussi le temps presse, bientôt il sera trop tard ! 

◊ Voulez-vous un exemple concret de conversion à faire ? 

  • Votre argent dont vous risquez toujours de faire un si mauvais emploi, qu’attendez-vous pour vous en dépouiller au service des pauvres. Vous hésitez ? N’avais-je pas raison de dire :  « Bravo pour l’esprit de décision ?

Comprenez-vous le sens de la parabole maintenant ?

L’argent n’est qu’un exemple de bien que Dieu nous confie à gérer. Sur quel point particulier as-tu à te convertir, à ce  propos ?

 Ne soyons pas des exploiteurs de la misère. Mettons notre temps, notre argent, notre intelligence et notre courage au service de Dieu, c’est à dire au service des malheureux. 

Les biens qui nous sont confiés, comme ceux qu’administrait le gérant de cette parabole, ne sont pas à nous, mais à Dieu.

Si, comme lui, nous ne sommes pas fidèles dans l’usage que nous en faisons, Dieu pourrait-il nous confier le bien véritable ? (verset 11) 

Les biens de la terre sont à Dieu, qui les confie à qui il veut, pour un temps, et ils restent toujours pour nous des biens extérieurs.

Enfin, Jésus nous met en garde → Jésus déclare que  quiconque veut servir Mammon, c’est à dire ce démon qui  préside aux divers péchés que fait commettre l’amour de l’argent, s’exclut du service de Dieu. (verset 13)

 

lwf0003web.gif

Liens externes

◊  Liturgie de la Parole avec des enfants → Dieu ou l’argent

◊ Catéchèse : cliquez ici → Parabole du gérant malhonnête

◊ Un site de catéchèse à découvrir absolument: cliquez ici → Éveil à la foi des tout petits

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

 

Salem alikoum |
Eazy Islam |
Josue |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | AEP Gresivaudan 4ieme 2007-08
| Une Paroisse virtuelle en F...
| VIENS ECOUTE ET VOIS