• Accueil
  • > Archives pour le Mardi 25 janvier 2011

Quand vous dites « OUI » que ce soit un « OUI », quand vous dites « NON », que ce soit un « NON ». (Mt 5, 37)

Posté par diaconos le 25 janvier 2011

Introduction

Les exigences de Jésus vont plus loin que celles de la Loi de Moïse. Au lieu d’un code rigide, Jésus nous lance un appel incessant à nous donner et à nous donner davantage.

Extrait de l’Évangile de Matthieu au chapitre cinq

Comme les disciples s’étaient rassemblés autour de Jésus sur la montagne, il leur disait :

17 « Ne pensez pas que je suis venu abolir la Loi ou les Prophètes : je ne suis pas venu abolir, mais accomplir.

18 Amen, je vous le dis : Avant que le ciel et la terre disparaissent, pas une lettre, pas un seul petit trait ne disparaîtra de la Loi jusqu’à ce que tout se réalise.

19 Donc, celui qui rejettera un seul de ces plus petits commandements, et qui enseignera aux hommes à faire ainsi, sera déclaré le plus petit dans le Royaume des cieux. Mais celui qui les observera et les enseignera sera déclaré grand dans le Royaume des cieux.

20 Je vous le dis en effet : Si votre justice ne surpasse pas celle des scribes et des pharisiens, vous n’entrerez pas dans le Royaume des cieux.

21 Vous avez appris qu’il a été dit aux anciens : Tu ne commettras pas de meurtre, et si quelqu’un commet un meurtre, il en répondra au tribunal.

22 Eh bien moi, je vous dis : Tout homme qui se met en colère contre son frère en répondra au tribunal. Si quelqu’un insulte son frère, il en répondra au grand conseil. Si quelqu’un maudit son frère, il sera passible de la géhenne de feu.

23 Donc, lorsque tu vas présenter ton offrande sur l’autel, si, là, tu te souviens que ton frère a quelque chose contre toi,

24 laisse ton offrande là, devant l’autel, va d’abord te réconcilier avec ton frère, et ensuite viens présenter ton offrande.

25 Accorde-toi vite avec ton adversaire pendant que tu es en chemin avec lui, pour éviter que ton adversaire ne te livre au juge, le juge au garde, et qu’on ne te jette en prison.

26 Amen, je te le dis : tu n’en sortiras pas avant d’avoir payé jusqu’au dernier sou.

27 Vous avez appris qu’il a été dit : Tu ne commettras pas d’adultère.

28 Eh bien moi, je vous dis : Tout homme qui regarde une femme et la désire a déjà commis l’adultère avec elle dans son coeur.

29 Si ton oeil droit entraîne ta chute, arrache-le et jette-le loin de toi : car c’est ton intérêt de perdre un de tes membres, et que ton corps tout entier ne soit pas jeté dans la géhenne.

30 Et si ta main droite entraîne ta chute, coupe-la et jette-la loin de toi : car c’est ton intérêt de perdre un de tes membres, et que ton corps tout entier ne s’en aille pas dans la géhenne.

31 Il a été dit encore : Si quelqu’un renvoie sa femme, qu’il lui donne un acte de répudiation.

32 Eh bien moi, je vous dis : Tout homme qui renvoie sa femme, sauf en cas d’union illégitime, la pousse à l’adultère ; et si quelqu’un épouse une femme renvoyée, il est adultère.

33 Vous avez encore appris qu’il a été dit aux anciens : Tu ne feras pas de faux serments, mais tu t’acquitteras de tes serments envers le Seigneur.

34 Eh bien moi, je vous dis de ne faire aucun serment, ni par le ciel, car c’est le trône de Dieu,

35 ni par la terre, car elle est son marchepied, ni par Jérusalem, car elle est la Cité du grand Roi.

36 Et tu ne jureras pas non plus sur ta tête, parce que tu ne peux pas rendre un seul de tes cheveux blanc ou noir.

37 Quand vous dites ‘oui’, que ce soit un ‘oui’, quand vous dites ‘non’, que ce soit un ‘non’. Tout ce qui est en plus vient du Mauvais.
« Copyright AELF – Paris – 1980 – Tous droits réservés ».

◊   ◊   ◊

À ses disciples rassemblés autour de lui, Jésus leur affirma : « Ne pensez pas que Je suis venu abolir la Loi de Moïse  ou les Prophètes : je ne suis pas venu abolir, mais accomplir ». (verset 17)

La Loi et les prophètes : c’était une manière courante de désigner toute la Bible (Ancien Testament). 

Jésus est venu parmi nous pour parfaire cette Loi et chose étonnante, dans ce discours, il ne parle pas de pratiques à observer, de jeûnes, de prières à faire ni de bonnes actions à accomplir par lesquelles on mériterait son salut.

Dans ce sermon sur la montagne, Jésus ne parle pas des commandements. Il affirme avec force que la religion de l’Ancien Testament était une étape temporaire , mais nécessaire de l’histoire du salut. Tout doit se réaliser ! (verset 18)

Quelle est donc cette justice supérieure qui doit surpasser celle des scribes et des pharisiens ?Et comment devrions-nous interpréter la Loi ?

La justice chrétienne trouve sa source en Jésus, le Christ.

Jésus a introduit la nouvelle Loi par ces mots :  « Vous avez appris… Eh bien moi, je vous dis…  » (v 21-v 22) Cette revendication de Jésus a dépasser toutes les morales, y compris la Loi donnée par Dieu à Moïse n’est légitime que s’il est l’égal de Dieu.

Jésus fit comprendre à ses disciples quelle est dans son étendue et sa profondeur la vraie justice, telle que l’établit la loi saisie non dans sa lettre mais dans son esprit.  Il le leur  montra par une série d’exemples empruntés à la loi morale.

  • Premier exemple : l’interprétation du cinquième commandement ↔ Pardonne !

La loi dit : Tu ne tueras point, et le meurtrier est punissable par le jugement. Mais moi je vous dis que la colère ou des paroles de mépris ou de haine contre un frère sont une violation de la loi et méritent la condamnation. Aucun acte de piété n’est possible dans ces sentiments : va premièrement te réconcilier avec ton frère. Sois promptement d’accord avec ton adversaire, tandis qu’il en est temps, de peur que tu ne sois condamné. (v 21 – v 26)

  • Second exemple : l’Interprétation du sixième commandement ↔ Sois  fidèle !

La loi dit : Tu ne commettras point adultère ; mais moi je vous dis que regarder une femme avec convoitise, c’est violer le commandement. C’est dans le cœur qu’il faut déraciner le mal, fût-ce par un sacrifice pareil à celui de s’arracher un œil ou de se couper une main. Ainsi encore, la loi permet le divorce ; mais moi je vous dis que quiconque répudie sa femme, sauf en cas d’union illégitime l’expose à devenir adultère. (v 27-v 32)

  • Troisième exemple : affirme la vérité par un oui ou par un non !

La loi interdit le parjure et ordonne de tenir fidèlement les serments ; mais moi je vous dis : Ne jurez point du tout, ni par des objets sacrés, ni par des choses terrestres ; mais contentez-vous d’affirmer la vérité par un oui ou un non. (v 33- v 37)

Ta parole doit avoir une valeur en elle-même !

Oui,  si c’est oui… non, si c’est non …

♦  Ce surpassement de la Loi ancienne, que Jésus nous propose, ne peut-être vécu  qu’avec  lui, avec sa grâce et  avec son amour,

 ◊  ◊   ◊

Liens externes

◊ Liturgie de la Parole avec des enfants → Parle sans hypocrisie : un oui qui soit un oui, un non qui soit non !

◊  La Loi nouvelle proposée par Jésus→ La morale nouvelle (Mt 5, 17-37)

Publié dans Catéchèse, comportements | Pas de Commentaire »

 

Salem alikoum |
Eazy Islam |
Josue |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | AEP Gresivaudan 4ieme 2007-08
| Une Paroisse virtuelle en F...
| VIENS ECOUTE ET VOIS