• Accueil
  • > Archives pour le Jeudi 3 mars 2011

Le premier dimanche du Carême, année A

Posté par diaconos le 3 mars 2011

 AVANT-PROPOS

Redécouvrir et vivre l’essentiel, ce trésor de notre foi  nous est offert par tous les textes de l’Écriture et le message est simple : Dieu sauve. Telle est d’ailleurs la signification du nom de Jésus. « Rends-moi la joie d’être sauvé » (psaume 51), chantait le psalmiste. La conversion et le pardon des péchés inaugurent une nouvelle époque dans la vie : tel est le retour de l’enfant prodigue (Lc 15, 32), le verbe qui marque ce nouveau départ est celui qui désigne l’acte créateur  : « créer ». Le principe qui anime cette vie nouvelle est l’Esprit de Dieu. L’épisode des tentations de Jésus (évangile – Mt 4, 1-11)  au désert, où le démon ne lui épargne aucune mise à l’épreuve, nous enseigne la volonté de Jésus de nous rejoindre et de nous sauver. Le mal est présent et actif autour de nous, sous diverses formes, il nous tente, nous assaille de mensonges et de propositions alléchantes, s’efforce de nous faire dévier du chemin que nous voulons prendre (première lecture). Le mal veut par tous les moyens nous détourner du bien. Et pour le faire, il prend parfois l’allure d’un bien ! Il annonce de belles promesses ! Le plus souvent, il s’adresse à des personnes en situation (socialement, financièrement…) délicate.

Et si nous prenions une première résolution…

 

à vivre ensemble, concrètement, cette première semaine de Carême ?

Suggestion 

Ayons pour nous-mêmes et pour les autres une plus grande vigilance et décidons d’être plus attentif à la Parole de Dieu.

La première lecture est tirée du livre de la Genèse au chapitre 2,7-9.3,1-7.

Commentaire : Ce nom GENÈSE (commencement) est donné au Livre qui raconte les commencements de l’humanité. De tout temps les hommes se sentent déchirés par le mal en eux et autour d’eux. Cependant, tout au fond d’eux-mêmes, ils se sentent attirés vers le bien et le bonheur car ils se savent créés pour cela… Les premiers chapitres de la Genèse retracent ce drame et cette espérance… Un jour, Dieu détruira la source de la tentation. l’auteur de  ces lignes, qui furent écrites au temps de Salomon, au dixième siècle avant J.C., cherche à répondre aux questions que tout le monde se pose : pourquoi le mal ? Pourquoi la mort ?

Alors le Seigneur Dieu modela l’homme avec la poussière tirée du sol ; il insuffla dans ses narines le souffle de vie, et l’homme devint un être vivant. Le Seigneur Dieu planta un jardin en Éden, à l’orient, et y plaça l’homme qu’il avait modelé. Le Seigneur Dieu fit pousser du sol toute sorte d’arbres à l’aspect attirant et aux fruits savoureux ; il y avait aussi l’arbre de vie au milieu du jardin, et l’arbre de la connaissance du bien et du mal. Le serpent était le plus rusé de tous les animaux des champs que le Seigneur Dieu avait fait. Il dit à la femme : « Alors, Dieu vous a dit : ‘Vous ne mangerez le fruit d’aucun arbre du jardin’» La femme répondit au serpent : « Nous mangeons les fruits des arbres du jardin. Mais, pour celui qui est au milieu du jardin, Dieu a dit : ‘Vous n’en mangerez pas, vous n’y toucherez pas, sinon vous mourrez.’ » Le serpent dit à la femme : « Pas du tout ! Vous ne mourrez pas ! Mais Dieu sait que, le jour où vous en mangerez, vos yeux s’ouvriront, et vous serez comme des dieux, connaissant le bien et le mal. » La femme s’aperçut que le fruit de l’arbre devait être savoureux, qu’il avait un aspect agréable et qu’il était désirable, puisqu’il donnait l’intelligence. Elle prit de ce fruit, et en mangea. Elle en donna aussi à son mari, et il en mangea. Alors leurs yeux à tous deux s’ouvrirent et ils connurent qu’ils étaient nus. Ils attachèrent les unes aux autres des feuilles de figuier, et ils s’en firent des pagnes.

« Copyright AELF – Paris – 1980 – Tous droits réservés ».

—————————————————————————————————————–

Psaume 51 3-6.12-14.17.

 

Commentaire : le priant demande l’intervention de Dieu bon et miséricordieux.  Ce Psaume est la grande prière juive de la Pénitence. Sans doute que Jésus et Marie ont prié ce Psaume. Conscient de son péché, le fidèle demande à Dieu de changer son coeur en le pénétrant de son Esprit Saint. Rendons  grâce au Seigneur pour le pardon qu’il nous offre en permanence !  Cependant, il reste encore une chose à faire et que Dieu attend de nous : pardonner à notre tour, sans délai, ni conditions… et çà, c’est tout un programme !

Pitié pour moi, mon Dieu, dans ton amour, selon ta grande miséricorde, efface mon péché. Lave-moi tout entier de ma faute, purifie-moi de mon offense.
Oui, je connais mon péché, ma faute est toujours devant moi. Contre toi, et toi seul, j’ai péché, ce qui est mal à tes yeux, je l’ai fait. Ainsi, tu peux parler et montrer ta justice, être juge et montrer ta victoire.
Crée en moi un coeur pur, ô mon Dieu, renouvelle et raffermis au fond de moi mon esprit. Ne me chasse pas loin de ta face, ne me reprends pas ton esprit saint.
Rends-moi la joie d’être sauvé ; que l’esprit généreux me soutienne. Seigneur, ouvre mes lèvres, et ma bouche annoncera ta louange.

« Copyright AELF – Paris – 1980 – Tous droits réservés ». 

—————————————————————————————————————–

La deuxième lecture est tirée de la lettre de saint Paul Apôtre aux Romains au chapitre 5, versets 12 à 19.

Commentaire : Adam préfigurait celui qui devait venir », nous dit Paul ; il parle d’Adam au passé, parce qu’il fait référence au livre de la Genèse, et à l’histoire du fruit défendu, mais pour lui, le drame d’Adam n’est pas une histoire du passé ; cette histoire est la nôtre au quotidien ; nous sommes tous Adam à nos heures ; les rabbins disent : « chacun est Adam pour soi

Dans cet extrait,Paul établit un contraste entre Adam et le Christ. Il pose la question: « Comment une seule personne peut-elle sauver le monde entier? » Paul montre que, selon la manière de Dieu de faire les choses, une seule personne peut  affecter les autres. Il commence au verset 12 et poursuit au moyen d’une comparaison, puis il ne termine sa pensée qu’au verset 18. Ce passage de la lettre aux Romains a  été importante dans la théologie chrétienne, parce qu’elle enseigne que tout le monde est pécheur à cause du péché d’Adam : c’est la doctrine du péché originel.

Par un seul homme, Adam, le péché est entré dans le monde, et par le péché est venue la mort ; et ainsi, la mort est passée en tous les hommes, du fait que tous ont péché. Avant la loi de Moïse, le péché était déjà dans le monde. Certes, on dit que le péché ne peut être sanctionné quand il n’y a pas de loi ; mais pourtant, depuis Adam jusqu’à Moïse, la mort a régné, même sur ceux qui n’avaient pas péché par désobéissance à la manière d’Adam. Or, Adam préfigurait celui qui devait venir. Mais le don gratuit de Dieu et la faute n’ont pas la même mesure. En effet, si la mort a frappé la multitude des hommes par la faute d’un seul, combien plus la grâce de Dieu a-t-elle comblé la multitude, cette grâce qui est donnée en un seul homme, Jésus Christ. Le don de Dieu et les conséquences du péché d’un seul n’ont pas la même mesure non plus : d’une part, en effet, pour la faute d’un seul, le jugement a conduit à la condamnation ; d’autre part, pour une multitude de fautes, le don gratuit de Dieu conduit à la justification. En effet, si, à cause d’un seul homme, par la faute d’un seul homme, la mort a régné, combien plus, à cause de Jésus Christ et de lui seul, régneront-ils dans la vie, ceux qui reçoivent en plénitude le don de la grâce qui les rend justes. Bref, de même que la faute commise par un seul a conduit tous les hommes à la condamnation, de même l’accomplissement de la justice par un seul a conduit tous les hommes à la justification qui donne la vie. En effet, de même que tous sont devenus pécheurs parce qu’un seul homme a désobéi, de même tous deviendront justes parce qu’un seul homme a obéi.

« Copyright AELF – Paris – 1980 – Tous droits réservés ».

De l’Évangile de Jésus-Christ selon saint Matthieu au chapitre 4, versets 1 à 11.

Commentaire :  ce récit des tentations de Jésus dans le désert, après son baptême, nous est raconté par les  évangiles  de Matthieu, de Marc et de Luc, mais dans chaque cas avec des nuances assez différentes, correspondant au message théologique que chacun des évangélistes veut transmettre. Les tentations que rencontre Jésus au désert sont celles qu’il rencontrera tout au long de sa vie publique, de la part des Pharisiens et des Docteurs de la Loi aussi bien que de la part du peuple.  L’identité de l’adversaire et son projet se révèlent surtout dans la troisième tentation, qui résume toutes les autres et que Jésus repousse de la façon la plus radicale.  C’est la tentation du pouvoir. Il y a une différence très grande entre autorité et pouvoir.  Tout au long de sa vie publique, Jésus a parlé et agi avec autorité.  Il a toujours refusé le pouvoir

Alors Jésus fut conduit au désert par l’Esprit pour être tenté par le démon. Après avoir jeûné quarante jours et quarante nuits, il eut faim. Le tentateur s’approcha et lui dit : « Si tu es le Fils de Dieu, ordonne que ces pierres deviennent des pains. » Mais Jésus répondit : « Il est écrit : Ce n’est pas seulement de pain que l’homme doit vivre, mais de toute parole qui sort de la bouche de Dieu. » Alors le démon l’emmène à la ville sainte, à Jérusalem, le place au sommet du Temple et lui dit : « Si tu es le Fils de Dieu, jette-toi en bas ; car il est écrit : Il donnera pour toi des ordres à ses anges, et  ils te porteront sur leurs mains, de peur que ton pied ne heurte une pierre. » Jésus lui déclara : « Il est encore écrit : Tu ne mettras pas à l’épreuve le Seigneur ton Dieu. » Le démon l’emmène encore sur une très haute montagne et lui fait voir tous les royaumes du monde avec leur gloire. Il lui dit : « Tout cela, je te le donnerai, si tu te prosternes pour m’adorer. » Alors, Jésus lui dit : « Arrière, Satan ! car il est écrit : C’est devant le Seigneur ton Dieu que tu te prosterneras, et c’est lui seul que tu adoreras. » Alors le démon le quitte. Voici que des anges s’approchèrent de lui, et ils le servaient.

« Copyright AELF – Paris – 1980 – Tous droits réservés ».

Une histoire de chèvre dans le Carême, ça c’est vraiment drôle, et pourtant… 

Clique ici pour la suite (archive 2008) →  Tu es très important pour moi !

lwf0003web.gif

Liens externes

◊ Liturgie de la Parole avec  des enfants →  Premier dimanche de carême, année A

◊ Une catéchèse en famille → Les tentations au désert

Mérite d’être connu → Le blog du lapin bleu

Publié dans Carême, Catéchèse, La messe du dimanche, Liturgie | Pas de Commentaire »

 

Salem alikoum |
Eazy Islam |
Josue |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | AEP Gresivaudan 4ieme 2007-08
| Une Paroisse virtuelle en F...
| VIENS ECOUTE ET VOIS