Récit de la vocation d’Abraham et son arrivée au pays promis (Gn 12,l-9)

Posté par diaconos le 17 mars 2011

La vocation d’Abraham

Avant-propos

 En lisant ce récit de la vocation d’Abraham demande-toi quels appels Dieu te lance à travers cet exemple.

01 Le Seigneur lui dit : « Pars de ton pays, laisse ta famille et la maison de ton père, va dans le pays que je te montrerai.

02 Je ferai de toi une grande nation, je te bénirai, je rendrai grand ton nom, et tu deviendras une bénédiction.

03 Je bénirai ceux qui te béniront, je maudirai celui qui te méprisera. En toi seront bénies toutes les familles de la terre. »

04 Abram partit, comme le Seigneur le lui avait dit, et Loth partit avec lui. Abram avait soixante-quinze ans lorsqu’il sortit de Harrane.

05 Il prit sa femme Saraï, son neveu Loth, tous leurs biens, et les serviteurs qu’ils avaient acquis à Harrane ; ils se mirent en route pour Canaan et ils arrivèrent dans ce pays.

06 Abram traversa le pays jusqu’à Sichem, au Chêne de Moré. Les Cananéens étaient alors dans le pays.

07 Le Seigneur apparut à Abram et lui dit : « Voilà le pays que je donnerai à ta descendance. » Et là, Abram bâtit un autel au Seigneur qui lui était apparu.

08 De là, il se rendit dans la montagne, à l’est de Béthel, et il planta sa tente, ayant Béthel à l’ouest, et Aï à l’est. À cet endroit, il éleva un autel au Seigneur et il invoqua le nom du Seigneur

09 Puis, de campement en campement, Abram s’en alla vers le Néguev.

« Copyright AELF – Paris – 1980 – Tous droits réservés ».

   Source de l’image : cliquez ici →  Interbible.free.fr : les traditions patriarcales

images.jpgÀ l’appel du Seigneur (verset 1), Abraham rompit avec ses liens familiaux, avec sa culture, sa religion, son terroir (Haranne), pour partir vers un pays que le Seigneur lui indiqua (Pays de Canaan) en toute confiance dans la promesse que le Seigneur lui fit.(versets 2 et 3)

  • Grâce à la foi, Abraham obéit à l’appel de Dieu : il partit vers un pays qui devait lui être donné comme héritage. Et il partit sans savoir où il allait. (He 11,8)

Dès le début de l’Histoire sainte, l’objectif a été fixé. La bénédiction que le Seigneur donna à la famille précise d’Abraham rejaillira sur toutes les familles du monde entier. (verset 3b)

Dans un monde divisé, où chacun défend sa propriété, le Seigneur a choisit un homme, sans terre pour préparer le Royaume dans lequel tous les peuples seront rassemblés. Dès ce moment le Seigneur a choisit les pauvres pour sauver le monde. C’est à eux que le Seigneur promet, comme à Abraham, la Cité Sainte , celle dont Dieu lui-même est le bâtisseur et l’architecte. (He 11,10b)

Le Dieu d’Abraham est donc le Dieu de tous.

Haranne était devenu son pays, puisque la famille de son père s’y était définitivement établie. (verset 4)

Abraham dut marcher par la foi et se mettre en route, sans connaître le but du voyage. Néanmoins, Dieu lui a indiqué au moins la direction dans laquelle il devait marcher (verset 5).

Abraham suivit les pistes des caravanes de Damas, traversa le pays du Nord au Sud, jusqu’à un  lieu nommé Sichem, une vallée fertile située au centre du pays et où a été fondée plus tard la ville de Sichem. (verset 6a)

  • Grâce à la foi, Abraham vint séjourner comme étranger dans la Terre promise ; c’est dans un campement qu’il vivait, ainsi qu’Isaac et Jacob, héritiers de la même promesse que lui. (He 11,9)

Dans la vallée de Sichem, il y avait un chêne connu sous le nom « Chêne de Moré » (verset 6b) où Dieu apparut à Abraham .(verset 7)

Dieu avait promis de lui montrer le pays : eh bien, ce pays, le voilà ! (verset 7a)

Alors, Abraham éleva un autel pour  consacrer à son Dieu cette terre promise. (verset 7b)

Abraham continua sa marche vers le Sud, il se rendit dans la montagne, à l’est de Luz (verset 8a) : « Abraham  nomma ce lieu-là Béthel  » (Ge 28,19)    Abraham, après avoir élevé un autel, il consacra de nouveau la contrée à son Dieu  et mena une vie nomade sur cette terre  promise.

Note : cependant, ce n’est pas lui, c’est sa postérité qui en prit  possession. Encore un appel à sa foi !

Sommes-nous prêts, comme Abraham, à quitter le monde familier de la foi des siècles passés pour accepter la confrontation avec l’incroyance généralisée, avec les problèmes nouveaux que soulèvent pour la foi, les progrès techniques et scientifiques, les découvertes de la médecine, les revendications des jeunes, la soif de justice des peuples de l’Afrique en particulier et des gens du quart monde ?

Liens externes

◊ Histoire biblique  → La promesse de Dieu à Abraham

◊ Abraham expliqué aux enfants →   Abraham

Du site Idées Caté → Deuxième dimanche de Carême : autour d’Abraham

♣ Catéchèse paroissiale →  LA FOI D’ABRAHAM (Gn 12-25)

Laisser un commentaire

 

Salem alikoum |
Eazy Islam |
Josue |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | AEP Gresivaudan 4ieme 2007-08
| Une Paroisse virtuelle en F...
| VIENS ECOUTE ET VOIS