• Accueil
  • > Archives pour le Mardi 29 mars 2011

Je crois, Seigneur ! (Jn 9,38a)

Posté par diaconos le 29 mars 2011

01 Jésus vit sur son passage un homme qui était aveugle de naissance.

02 Ses disciples l’interrogèrent : « Rabbi, pourquoi cet homme est-il né aveugle ? Est-ce lui qui a péché, ou bien ses parents ? »

03 Jésus répondit : « Ni lui, ni ses parents. Mais l’action de Dieu devait se manifester en lui.

04 Il nous faut réaliser l’action de celui qui m’a envoyé, pendant qu’il fait encore jour ; déjà la nuit approche, et personne ne pourra plus agir.

05 Tant que je suis dans le monde, je suis la lumière du monde. »

06 Cela dit, il cracha sur le sol et, avec la salive, il fit de la boue qu’il appliqua sur les yeux de l’aveugle,

07 et il lui dit : « Va te laver à la piscine de Siloé » (ce nom signifie : Envoyé). L’aveugle y alla donc, et il se lava ; quand il revint, il voyait.

08 Ses voisins, et ceux qui étaient habitués à le rencontrer – car il était mendiant – dirent alors : « N’est-ce pas celui qui se tenait là pour mendier ? »

09 Les uns disaient : « C’est lui. » Les autres disaient : « Pas du tout, c’est quelqu’un qui lui ressemble. » Mais lui affirmait : « C’est bien moi. »

10 Et on lui demandait : « Alors, comment tes yeux se sont-il ouverts ? »

11 Il répondit : « L’homme qu’on appelle Jésus a fait de la boue, il m’en a frotté les yeux et il m’a dit : ‘Va te laver à la piscine de Siloé.’ J’y suis donc allé et je me suis lavé ; alors, j’ai vu. »

12 Ils lui dirent : « Et lui, où est-il ? » Il répondit : « Je ne sais pas. »

13 On amène aux pharisiens cet homme qui avait été aveugle.

14 Or, c’était un jour de sabbat que Jésus avait fait de la boue et lui avait ouvert les yeux.

15 A leur tour, les pharisiens lui demandèrent : « Comment se fait-il que tu voies ? » Il leur répondit : « Il m’a mis de la boue sur les yeux, je me suis lavé, et maintenant je vois. »

16 Certains pharisiens disaient : « Celui-là ne vient pas de Dieu, puisqu’il n’observe pas le repos du sabbat. » D’autres répliquaient : « Comment un homme pécheur pourrait-il accomplir des signes pareils ? » Ainsi donc ils étaient divisés.

17 Alors ils s’adressent de nouveau à l’aveugle : « Et toi, que dis-tu de lui, puisqu’il t’a ouvert les yeux ? » Il dit : « C’est un prophète. »

18 Les Juifs ne voulaient pas croire que cet homme, qui maintenant voyait, avait été aveugle. C’est pourquoi ils convoquèrent ses parents

19 et leur demandèrent : « Cet homme est bien votre fils, et vous dites qu’il est né aveugle ? Comment se fait-il qu’il voie maintenant ? »

20 Les parents répondirent : « Nous savons que c’est bien notre fils, et qu’il est né aveugle.

21 Mais comment peut-il voir à présent, nous ne le savons pas ; et qui lui a ouvert les yeux, nous ne le savons pas non plus. Interrogez-le, il est assez grand pour s’expliquer. »

22 Ses parents parlaient ainsi parce qu’ils avaient peur des Juifs. En effet, les Juifs s’étaient déjà mis d’accord pour exclure de la synagogue tous ceux qui déclareraient que Jésus est le Messie.

23 Voilà pourquoi les parents avaient dit : « Il est assez grand, interrogez-le ! »

24 Pour la seconde fois, les pharisiens convoquèrent l’homme qui avait été aveugle, et ils lui dirent : « Rends gloire à Dieu ! Nous savons, nous, que cet homme est un pécheur. »

25 Il répondit : « Est-ce un pécheur ? Je n’en sais rien ; mais il y a une chose que je sais : j’étais aveugle, et maintenant je vois. »

26 Ils lui dirent alors : « Comment a-t-il fait pour t’ouvrir les yeux ? »

27 Il leur répondit : « Je vous l’ai déjà dit, et vous n’avez pas écouté. Pourquoi voulez-vous m’entendre encore une fois ? Serait-ce que vous aussi vous voulez devenir ses disciples ? »

28 Ils se mirent à l’injurier : « C’est toi qui es son disciple ; nous, c’est de Moïse que nous sommes les disciples.

29 Moïse, nous savons que Dieu lui a parlé ; quant à celui-là, nous ne savons pas d’où il est. »

30 L’homme leur répondit : « Voilà bien ce qui est étonnant ! Vous ne savez pas d’où il est, et pourtant il m’a ouvert les yeux.

31 Comme chacun sait, Dieu n’exauce pas les pécheurs, mais si quelqu’un l’honore et fait sa volonté, il l’exauce.

32 Jamais encore on n’avait entendu dire qu’un homme ait ouvert les yeux à un aveugle de naissance.

33 Si cet homme-là ne venait pas de Dieu, il ne pourrait rien faire. »

34 Ils répliquèrent : « Tu es tout entier plongé dans le péché depuis ta naissance, et tu nous fais la leçon ? » Et ils le jetèrent dehors.

35 Jésus apprit qu’ils l’avaient expulsé. Alors il vint le trouver et lui dit : « Crois-tu au Fils de l’homme ? »

36 Il répondit : « Et qui est-il, Seigneur, pour que je croie en lui ? »

37 Jésus lui dit : « Tu le vois, et c’est lui qui te parle. »

38 Il dit : « Je crois, Seigneur ! », et il se prosterna devant lui.

39 Jésus dit alors : « Je suis venu en ce monde pour une remise en question : pour que ceux qui ne voient pas puissent voir, et que ceux qui voient deviennent aveugles. »

40 Des pharisiens qui se trouvaient avec lui entendirent ces paroles et lui dirent : « Serions-nous des aveugles, nous aussi ? »

41 Jésus leur répondit : « Si vous étiez des aveugles, vous n’auriez pas de péché ; mais du moment que vous dites : ‘Nous voyons !’ votre péché demeure.

« Copyright AELF – Paris – 1980 – Tous droits réservés ».

Le chemin de la foi n’est pas facile : nous le constatons dans ce récit de la guérison de l’aveugle-né, la timidité de ses parents le parti-pris des ennemis de Jésus

Ce miracle que Jésus a accompli illustre bien sa parole : « Je suis la lumière du monde. »  (versets 1 à 5)

 Source de l’image →  Site Web pour cette image

La guérison de l'aveugle né (Jn 9, 1-41)Jésus est la lumière : l’aveugle voit la lumière du jour. (versets 6 et 7)  Jésus est la lumière, mais les gens se divisent à son égard. Certaines personnes s’ouvrent à la lumière, mais d’autres restent aveugles et refusent de croire à Jésus. L’évangéliste Jean nous relate les réactions des voisins et des badauds face au miracle. : ils sont dans le doute sur son identité, et lui demandent comment il a été guéri. Il fait le récit de sa guérison, affirme que c’est Jésus qui l’a guéri, mais ne peut dire où il est (versets 8 à 12)

C’était un jour de sabbat que Jésus lui avait rendu la vue. (verset 14)

Enquête des pharisiens

L’aveugle ayant été amené aux pharisiens, il fut interrogé par ceux-ci :  il raconta comment la guérison a été opérée. Les pharisiens furent  divisés ; les uns se heurtèrent  à la violation du sabbat, les autres considérèrent le miracle. Ils demandèrent à l’aveugle son opinion sur Jésus. Il le tint pour un prophète.  (versets 15 à 17)

Les pharisiens ne crurent pas que cet homme qui voyait avait été aveugle ; ils convoquèrent ses parents pour le vérifier (verset 18).  Ils attestèrent que c’est bien leur fils, et qu’il est né aveugle, mais n’osèrent rien dire au sujet de sa guérison, par crainte des Juifs qui avaient décidé d’exclure de la synagogue les adhérents de Jésus. (versets 19 à 22)

Ses parents ne voulant pas se compromettre par peur de leurs réactions  dirent alors : «  Il est assez grand, interrogez-le ! » (verset 23b)

Les pharisiens, ayant rappelé l’aveugle, l’adjurèrent de donner gloire à Dieu et lui déclarèrent que Jésus est un violateur de la loi. Ils le questionnèrent de nouveau sur l’acte de Jésus. Il s’en référa à ce qu’il avait déjà dit. Ayant deviné qu’ils cherchaient quelques chose qui puisse servir à accuser Jésus, l’aveugle guéri passa de la défensive à l’offensive ; sa parole devint ironique et il  leur demanda s’ils voulaient, eux aussi, eux, les savants, les magistrats du peuple, devenir ses disciples !  Ils répondirent par des injures. (versets 24 à 27)

L’évangéliste n’a rien rapporté de leurs injures, il ne mentionne que leur argumentation : « Toi, nous le voyons bien maintenant, tu es disciple de cet homme là , mais nous, nous ne reconnaissons pour maître que Moïse.  » (versets 28 et 29)

C’est ce qui est étonnant, répliqua l’aveugle, car il m’a ouvert les yeux ; or Dieu n’exauce pas les pécheurs ; si donc Jésus ne venait pas de Dieu, il ne pourrait rien faire. Les pharisiens reprochèrent à l’aveugle de prétendre les enseigner, lui qui était né tout entier dans le péché, et ils le chassèrent. (versets 30  à 34.)

Les pharisiens qui croyaient voir grâce à la lumière de la Loi s’aveuglèrent, l’aveugle de naissance qui a été guéri par Jésus a reçu de Lui la lumière de la foi. Ce qu’il exprima par cette belle et courte profession de foi : « Je crois, Seigneur ! » (verset 38a)

N’ayant dès lors, dans son  cœur, plus d’autre sentiment que celui de l’adoration, il se prosterna devant Jésus.

Si dans l’acte de foi l’intelligence doit chercher à comprendre, elle ne peut que nous aveugler si notre esprit n’est pas disponible pour accueillir la lumière du Christ

Beaucoup de personnes pensent que la foi est une utopie, qu’elle cache la réalité et que le réel a pour limite la matière : ce qui peut se toucher, se voir, se compter, se mesurer.

Les personnes qui croient en Dieu voient les mêmes choses que d’autres voient et connaissent ; mais en plus, elles saisissent quelques chose qui échappe à celles qui n’ont pas la foi.

Que notre foi soit une compromission pour le Christ, quelles que soient les réactions de notre entourage.

lwf0003web.gif

 Archive

◊ Cliquez ici pour ouvrir →   Dessins, proposés aux jeunes, pour illustrer la page du 4ième dimanche du Carême

Liens externes

  Liturgie de la Parole avec les enfants → La préférence va aux petits

Catéchèse pour la quatrième semaine de Carême →  L’aveugle-né

Du site  http://lapinbleu.over-blog.net →   Année A – Carême 4ème Dimanche

♥  Du site  http://www.idees-cate.com →    L’aveugle-né.

Publié dans Catéchèse, Foi, Rencontrer Dieu | Pas de Commentaire »

 

Salem alikoum |
Eazy Islam |
Josue |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | AEP Gresivaudan 4ieme 2007-08
| Une Paroisse virtuelle en F...
| VIENS ECOUTE ET VOIS