• Accueil
  • > Carême
  • > Croire, c’est adhérer à Jésus Lumière ! (Jn 9,1-41)

Croire, c’est adhérer à Jésus Lumière ! (Jn 9,1-41)

Posté par diaconos le 1 avril 2011

Homélie                                                              

Lectures bibliques et commentaires →    1 S 16,1.6-7.10-13  ;  Psaume 22  ;   Ép. 6,8.14   ;  Jn 9,1-41

Croire, c’est adhérer à Jésus Lumière !

Nous jugeons sur les apparences : les records de l’athlète, la beauté ou le jeu d’un acteur, la réussite scolaire ou sociale… . Dieu, lui, voit le cœur. C’est par notre  cœur que nous  entrons en relations avec les autres et avec Dieu ; c’est notre  cœur bon ou mauvais qui déterminera notre  comportement dans tout ce qui fait notre existence. Voilà ce que Dieu regarde, qui nous échappe si souvent, et c’est pourquoi les choix de Dieu nous déconcertent fréquemment. La première lecture, tirée du livre de Samuel en est une bonne illustration : Comme responsable de son peuple, Dieu choisit David, le dernier-né de Jessé, le huitième, le petit blond aux beaux yeux, celui qui faisait paître le petit bétail. Le Seigneur dit à Samuel : « C’est lui ! Donne-lui l’onction. » Samuel, le prophète lui donna l’onction au milieu de ses frères. C’est ainsi que l’Esprit du Seigneur s’empara du jeune adolescent et resta sur lui à partir de ce jour-là, à tel point qu’il devint une lumière pour son peuple. David, le plus grand des rois d’Israël, fut d’abord le petit dernier. Il est pour nous, la figure de Jésus, Messie des humbles, lumière de l’aveugle. 

Comme le psalmiste faisait de Dieu son Berger, comme le jeune David pouvait aussi le bénir, chantons le Christ, notre berger : qu’il nous mène jusqu’à l’eau vive de sa Pâque ! (ps. 22)

Soyons assez lucides pour reconnaître ce qui est capable de plaire à Dieu et laissons-nous éclairer par la véritable lumière pour devenir à notre tour lumière pour nos frères en témoignant d’une vie  de bonté, de justice et de vérité (2ième  lecture). Est-ce bien ainsi que nous comprenons l’exigence missionnaire de notre baptême ? Ne serions-nous pas retombés dans nos ténèbres passées par notre routine, notre tiédeur, nos reniements ?

Le fond  de cet évangile consacré à la guérison miraculeuse d’un aveugle-né est  la connaissance, tant scientifique que religieuse et dans cet extrait,  nous retrouvons dix fois l’expression « savoir », « ne pas savoir » ou « ignorer », toujours conjuguée au présent.

Par ce miracle, Jésus donne la vue à un homme qui ne l’avait  jamais eue, puisqu’il était aveugle depuis sa naissance. En faisant ce miracle, Jésus veut nous faire comprendre que lui seul, parce qu’il est la Lumière du monde, peut donner la vraie vue à l’homme, la vraie vue qui est la vue de la foi !  Car la foi est véritablement une vision, une vision anticipée de la Gloire future du Ciel, une vision réduite à un point lumineux perdu dans l’obscurité de ce monde transitoire…

Tout au long de cet évangile de l’aveugle-né, personne ne sait qui estJésus, hormis ses disciples.  L’aveugle-né, une fois guéri,pense que Jésus est un prophète, un prophète parlant au nom de Dieu, etil se hasarde même à le dire.  Certains pharisiens se posent desquestions, mais aucun ne semble convaincu.  En fait tout le monde apeur, peur d’être jeté hors de la synagogue, peur surtout de cesurnaturel, qui, parce qu’il est au-dessus de la nature, nous estinconnu…  Il n’y a vraiment que l’ancien aveugle qui n’a pas peur : neva-t-il pas jusqu’à oser inviter les pharisiens à devenir disciples deJésus ?

Celui qui a recouvré la vue n’a pas peur parce que, dans son corps, il vient d’éprouver cette vision de Dieu que lui donnera ensuite la foi. En voyant, l’ancien aveugle sent déjà en lui cette douce confiance que procure la foi aimante qui rattache au Seigneur tout-puissant.  Même s’il ne sait pas et ne croit pas encore que c’est Dieu qui l’a guéri, il éprouve en lui cette présence de sa toute-puissance dans le simple fait de voir et d’exercer son sens de la vision : ce simple fait bannit de lui toute peur !

L’aveugle-né a vu et a cru.  L’apôtre Thomas a vu et a cru.  Et Jésus nous dit maintenant : « Heureux ceux qui croient sans avoir vu ! » (Jn. 20, 29) C’est la foi qui donne la vision, et non pas la vision qui donne la foi. Croire, c’est adhérer à Jésus Lumière !

Amen !

 lwf0004.gif Michel Houyoux, diacre permanent

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

 

Salem alikoum |
Eazy Islam |
Josue |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | AEP Gresivaudan 4ieme 2007-08
| Une Paroisse virtuelle en F...
| VIENS ECOUTE ET VOIS