• Accueil
  • > Archives pour septembre 2011

Pardonne-nous nos offenses comme nous pardonnons aussi à ceux qui nous ont offensés !

Posté par diaconos le 6 septembre 2011

 

Homélie 24ième dimanche A        

Lectures bibliques et commentaires →    Si 27,30-28,9 ; Psaume 102 (103) ; Rm 14, 7-9 ; Matthieu 18:21-35

Pardonne-nous nos offenses comme nous pardonnons aussi à ceux qui nous ont offensés !

Ce vingt-quatrième dimanche du temps ordinaire pourrait bien s’intituler « le dimanche du pardon ». La Parole de Dieu de ce jour nous met en présence de cette réalité profondément humaine et authentiquement chrétienne qu’est  le pardon : elle nous fait réfléchir sur les obstacles au pardon et sur les chemins qui nous y conduisent.

Tôt ou tard, dans votre vie, la question du pardon se pose. Car tôt ou tard, quelqu’un vous fait du mal d’une manière ou d’une autre.

Rancune et colère ! Nous voici en terre familière et sur la route du quotidien. La rancune est une plante bien entretenue dont les fruits de colère et de vengeance sont de toutes les saisons ! Rancunes et colères des personnes, rage de faire payer très cher l’offense reçue ou le tort causé…    .  Jamais, je n’oublierai ! Il me le paiera !  Malheur à qui blesse notre vanité, jette une ombre sur notre image de marque, touche aux avoirs qui nous collent à la peau ! Pardon impossible !

Pour un problème de clôture, c’est la tension… . Que de rancœurs ressassées,  de ressentiments entretenus entre parents, enfants, entre conjoints, entre voisins et collègues du travail… Même au seuil des églises, nous voyons des gens qui refusent de se saluer, mais ils chantent ensemble le « Notre Père » qui les condamne : « Pardonnez-nous nos offenses comme nous pardonnons à ceux et à celles qui nous ont offensés.  »

Deux siècles, avant Jésus Christ, Ben Sirac, le Sage (Première lecture) qui  observa longuement la personne humaine et contempla aussi longuement Dieu,  en arriva rapidement à déceler trois grands ennemis du pardon  : la rancune, la colère et la vengeance et il rappela à ses lecteurs deux vérités profondes toujours très actuelles pour notre génération.

  • D’abord ne garde pas dans ton cœur tous ces sentiments négatifs qui s’appellent haine, rancune, désir de vengeance, colère, refus de pardonner… .

  • Ensuite, si tu gardes ces poisons dans ton cœur, comment peux-tu compter sur le pardon des autres et comment peux-tu chercher celui de Dieu ? À tous ces ennemis de la paix intérieure et avec les autres, Ben Sirac n’a qu’un mot : « Pardonne… si tu veux être pardonné par ton Dieu. »

Pardonnez à votre  prochain le tort qu’il vous a fait ; alors, à votre prière vos péchés seront remis.

Dans l’Évangile de ce jour, la question que Pierre pose au Seigneur,  est d’une pertinence et d’une actualité toujours aussi brûlante : « Quand mon frère commettra des fautes contre moi,,  combien de fois dois-je lui pardonner ? » Pierre propose un chiffre au Seigneur : « Jusqu’à sept fois ? ».

Jésus refuse d’entrer dans ses calculs. C’est le sens de sa réponse : « Jusqu’à soixante-dix  fois sept fois ! »

 Jésus justifie par là  un pardon sans limite : « Tu dois pardonner tout le temps ! »

Vis à vis de Dieu, nous sommes tous dans la situation de ce serviteur qui doit à son maître une somme fantastique. Par un amour incompréhensible, Dieu nous a remis cette dette. Et, cependant¸ quand il nous faut pardonner, nous hésitons et très souvent nous tranchons par le marchandage ou le refus. Cependant, à la messe, nous chantons : « Seigneur prends pitié de nous », tout en ayant trop souvent trop peu pitié des autres ! 

Dieu pardonne avec la même patience et la même générosité que ce roi dont parle Jésus dans la parabole. Son pardon suppose cependant que la leçon porte en nous du fruit. À nous aussi de comprendre et d’avoir pitié, de pardonner  et de remettre les dettes de nos frères. « Pardonne-nous comme nous pardonnons aussi à ceux qui nous ont offensés. »

 lwf0004.gif Michel Houyoux, diacre permanent

Publié dans Homélies, Temps ordinaire | Pas de Commentaire »

Le bonheur matériel n’a pas de stabilité ! (psaume 48)

Posté par diaconos le 2 septembre 2011

◊ Ce psaume est l’un des plus anciens documents bibliques ayant trait à une récompense future.

01 Au maître chantre. Des fils de Koré.

02 Écoutez ceci, tous les peuples, entendez bien, habitants de l’univers,

03 gens illustres, gens obscurs, riches et pauvres, tous ensemble.

04 Ma bouche dira des paroles de sagesse, les propos clairvoyants de mon coeur ;

05 l’oreille attentive aux proverbes, j’exposerai sur la cithare mon énigme.

06 Pourquoi craindre aux jours de malheur ces fourbes qui me talonnent pour m’encercler,

07 ceux qui s’appuient sur leur fortune et se vantent de leurs grandes richesses ?

08 Nul ne peut racheter son frère ni payer à Dieu sa rançon :

09 aussi cher qu’il puisse payer, toute vie doit finir.

10 Peut-on vivre indéfiniment sans jamais voir la fosse ?

11 Vous voyez les sages mourir : comme le fou et l’insensé ils périssent, laissant à d’autres leur fortune.

12 Ils croyaient leur maison éternelle,  leur demeure établie pour les siècles ; sur des terres ils avaient mis leur nom.

13  L’homme comblé ne dure pas : il ressemble au bétail qu’on abat.

14 Tel est le destin des insensés et l’avenir de qui aime les entendre :

15 troupeau parqué pour les enfers et que la mort mène paître. A l’aurore, ils feront place au juste ; dans la mort, s’effaceront leurs visages : pour eux, plus de palais !

16 Mais Dieu rachètera ma vie aux griffes de la mort : c’est lui qui me prendra.

17 Ne crains pas l’homme qui s’enrichit, qui accroît le luxe de sa maison :

18 aux enfers il n’emporte rien ; sa gloire ne descend pas avec lui.

19 De son vivant, il s’est béni lui-même : « On t’applaudit car tout va bien pour toi ! »

20 Mais il rejoint la lignée de ses ancêtres qui ne verront jamais plus la lumière.

21  L’homme comblé qui n’est pas clairvoyant ressemble au bétail qu’on abat.

« Copyright AELF – Paris – 1980 – Tous droits réservés ».

Ce psaume est un poème de sagesse traitant de la question de la rétribution. Le verset 13 qui est repris au verset 21 divise ce poème en deux parties.

  • Première partie : versets 01 à 12
  • Deuxième partie :versets 14 à 20

Dans ce poème,  c’est le sépulcre, le Schéol, qui donne au psalmiste la solution à la question de la rétribution : le méchant y disparaît, sans que rien puisse l’en racheter et  le juste a confiance  en Dieu, qui saura le délivrer du schéol. La destruction du méchant est la pensée dominante du psaume, auquel elle fournit un lugubre refrain (versets 13 et 21). La foi à la délivrance du juste apparaît, sur ce fond sombre :  « Mais Dieu rachètera ma vie aux griffes de la mort : c’est lui qui me prendra. » (verset 16)

Nous sommes tous invités à écouter les paroles de la Sagesse que dira le psalmiste : « Écoutez ceci tous les peuples… Ma bouche dira des paroles de sagesse.  » (versets 2 à 5)

Tout d’abord la grande illusion de la richesse, c’est de croire qu’elle peut exempter la mort. Aucun argent ne peut empêcher la mort. Tous insensés et sages, riches et pauvres, devront mourir. Personne ne pourra échapper à la mort.  (versets 6 à 9)

Nul ne peut racheter son frère ni payer à Dieu sa rançon : aussi cher qu’il puisse payer, toute vie doit finir.

« L’homme ne peut racheter son frère. » (verset 8a) -  Il s’agit du rachat qui préserverait du Schéol.

« … aussi cher qu’il puisse payer, toute vie doit finir. » (verset 9)  Ce verset explique pourquoi un homme ne peut racheter son frère ; on se le représente faisant des démarches dans ce but, mais obligé d’y renoncer. On peut racheter un guerrier tombé entre les mains de l’ennemi ; mais auprès de Dieu, qui fait descendre au sépulcre, toutes les richesses du monde resteront impuissantes  : nul ne peut payer à Dieu sa rançon ! (verset 8b)

Les sages meurent comme les fous et les insensés » (verset 11). L’insensé est celui qui possède la connaissance , mais il ne connaît pas les réalités éternelles tandis que les fous sont les personnes qui ne prennent même pas en considération les réalités présentes. Ici le psalmiste, après avoir énoncé une loi concernant tous les hommes, revient au riche orgueilleux dont la folie consiste à se glorifier de ses richesses : ils périront laissant à d’autres leur fortune. (verset 11b). Tous connaîtront le même sort : la mort et le shéol.

À l’heure de la mort, les riches devront tout abandonner, avant de tomber dans l’oubli : leur richesse n’a qu’une valeur illusoire :   » Ils croyaient leur maison éternelle,  leur demeure établie pour les siècles ; sur des terres ils avaient mis leur nom. » (verset 12)

L’homme riche ne dure pas : il ressemble au bétail qu’on abat car il est insouciant et manque d’intelligence quand il est question de sa destinée éternelle. (verset 13)

La deuxième partie de ce psaume nous parle encore du shéol mais son enseignement est plus nuancé.

 Mais Dieu rachètera ma vie aux griffes de la mort : c’est lui qui me prendra. (verset 16)

Ce verset nous apprend une grande nouveauté : la certitude que le sort de l’homme juste ne sera pas celui du méchant. Dieu le prendra du sein même du Schéol, par un enlèvement semblable à celui d’Élie. Si l’homme ne peut racheter son frère, Dieu peut racheter son serviteur. C’est la foi à la résurrection qui est clairement exprimée ici. Le méchant sera  livré sans espoir au Schéol, que toutes les richesses de la terre et tous les efforts des hommes ne sauraient l’en racheter.

Le croyant sait que Dieu le fera sortir même de la mort.

Dieu a le pouvoir de racheter les justes de la mort.  « Pourquoi craindre aux jours de malheur ces fourbes qui me talonnent pour m’encercler. «   Ce verset revient maintenant, sous forme de conclusion et d’exhortation : « Ne crains pas l’homme qui s’enrichit, qui accroît le luxe de sa maison. » (verset 17)

Il ne faut pas craindre la prospérité du méchant car aux enfers il ne pourra rien  emporter. (verset 18).

Liens externes

◊  Étude détaillée du psaume 48 → Commentaire du psaume 48

◊ Méditons et prions à partir du psaume 48 →  Une méditation réaliste et confiante sur la mort

Publié dans Psaumes | Pas de Commentaire »

12
 

Salem alikoum |
Eazy Islam |
Josue |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | AEP Gresivaudan 4ieme 2007-08
| Une Paroisse virtuelle en F...
| VIENS ECOUTE ET VOIS