• Accueil
  • > Archives pour le Dimanche 2 octobre 2011

27ème dimanche du temps ordinaire, année A

Posté par diaconos le 2 octobre 2011

 

images.jpgBonjour chers amis et chères amies dans le Christ, nous sommes la vigne du Seigneur, nous sommes l’Église de Dieu et nous restons entièrement libres de ne porter aucun fruit. Mais retenez bien ceci : Dieu se réserve le dernier mot et, dès à présent, les personnes qui font le bien autour d’elles trouvent leur récompense dans la paix du coeur.

Voici les lectures pour dimanche prochain, quelques commentaires et dans la rubrique « À voir aussi sur ce site », mon homélie que je vous offre ainsi que quelques pistes intéressantes pour la catéchèse

Recevez chers amis et chères amies mes salutations amicales et fraternelles

 lwf0004.gif Michel Houyoux, diacre permanent

—————————————————————————————————————–

La première lecture est tirée du livre d’Isaïe, chapitre 5, 3-7

Commentaire :dans cet extrait du livre d’Isaïe au chapitre cinq, malgré de lourdes déceptions, Dieu aime son peuple comme un vigneron aime sa vigne.

Je chanterai pour mon ami le chant du bien-aimé à sa vigne. Mon ami avait une vigne sur un coteau plantureux. Il en retourna la terre et en retira les pierres, pour y mettre un plant de qualité. Au milieu il bâtit une tour et creusa aussi un pressoir. Il en attendait de beaux raisins, mais elle en donna de mauvais.Et maintenant, habitants de Jérusalem, hommes de Juda, soyez donc juges entre moi et ma vigne ! Pouvais-je faire pour ma vigne plus que je n’ai fait ? J’attendais de beaux raisins, pourquoi en a-t-elle donné de mauvais ? Eh bien, je vais vous apprendre ce que je vais faire de ma vigne : enlever sa clôture pour qu’elle soit dévorée, ouvrir une brèche dans son mur pour qu’elle soit piétinée. J’en ferai une pente désolée ; elle ne sera ni taillée ni sarclée, il y poussera des épines et des ronces ; j’interdirai aux nuages d’y faire tomber la pluie. La vigne du Seigneur de l’univers, c’est la maison d’Israël. Le plant qu’il chérissait, ce sont les hommes de Juda. Il en attendait le droit, et voici l’iniquité ; il en attendait la justice, et voici les cris de détresse

Textes liturgiques © AELF, Paris

—————————————————————————————————————————————-

Psaume 79, versets 9, 13, 15 et 19

Commentaire : le Psalmiste qui réalise la destruction de la Vigne plantée par le Seigneur est plein de détresse et son chant implore le Seigneur de venir visiter sa Vigne afin de la faire revivre… C’est un Psaume de confiance dans la détresse… Les versets 2 à 8 représente le Seigneur comme berger et les versets ci-dessous le montre comme un vigneron. L’entièreté de cette oeuvre évoque l’histoire d’ Israël : il naquit à la sortie d’Égypte et pris plus tard possession de la Terre promise. L’extrait présenté ici constitue la partie principale du psaume.

La Vigne que tu arraches d’Égypte, tu la transplantes en écartant les nations ; elle déploie ses sarments jusqu’à la mer, et ses rejets vers le Fleuve.
Pourquoi as-tu percé sa clôture : tous les passants y grappillent en chemin ; le sanglier des forêts la ravage et les bêtes des champs la broutent.
Dieu de l’univers, reviens : regarde du ciel et vois : interviens pour cette vigne qu’a plantée ta main puissante.
Plus jamais nous n’irons loin de toi : Seigneur, Dieu de l’univers, fais-nous revenir ;
que ton visage s’éclaire : alors, nous serons sauvés.

Textes liturgiques © AELF, Paris

—————————————————————————————————————–

La deuxième lecture est tirée de la lettre de saint Paul Apôtre aux Philippiens, chapitre 4, 6-9

Commentaire : la paix de Dieu qui surpasse tout ce que l’on peut imaginer gardera votre coeur, tel est le message de cet extrait de la lettre que Paul, apôtre du Christ, adressa aux chrétiens de Philippes.

Frères, ne soyez inquiets de rien, mais, en toute circonstance, dans l’action de grâce priez et suppliez pour faire connaître à Dieu vos demandes. Et la paix de Dieu, qui dépasse tout ce qu’on peut imaginer, gardera votre coeur et votre intelligence dans le Christ Jésus.

Enfin, mes frères, tout ce qui est vrai et noble, tout ce qui est juste et pur, tout ce qui est digne d’être aimé et honoré, tout ce qui s’appelle vertu et qui mérite des éloges, tout cela, prenez-le à votre compte. Ce que vous avez appris et reçu, ce que vous avez vu et entendu de moi, mettez-le en pratique. Et le Dieu de la paix sera avec vous.

Textes liturgiques © AELF, Paris

—————————————————————————————————————————————-

De l’Évangile de Jésus-Christ selon Saint Matthieu au chapitre 21,  33-43.

Commentaire : L’histoire de la vigne et du vin est si ancienne qu’elle se confond avec l’histoire de l’homme ;  et la plus vieille œuvre littéraire connue, un récit babylonien vieux de 4000 ans, parle déjà du vin.  La Bible fait remonter la culture de la vigne à Noé, qui fut le premier agriculteur : « Noé, homme de la terre, commença à planter une vigne. Il but du vin, s’enivra et se coucha nu au milieu de sa tente… » (Extrait du livre de la Genèse, chapitre 9, versets 20 et 21.

 En Palestine, on connaissait bien la culture de la vigne. Le vin était la boisson courante dans ce pays à cause de l’eau manquante ou polluée. Nous pouvons dès lors comprendre que Jésus ait employé  cette image comprise de tous pour illustrer certaines vérités.
Cette Vigne de la Parabole, qui doit donner des fruits (verset 33), représente le Royaume de Dieu et les vignerons, c’est le peuple d’Israël tout entier, qui en avait reçu la charge, puisque Jésus termine en disant : « Le Royaume de Dieu vous sera enlevé pour être donné à un peuple qui lui fera produire son fruit » (verset 43).
Cette vigne symbolise également tout ce que le Seigneur a mis en nous pour que notre vie ne soit pas inutile et que nous portions les fruits que le Seigneur attend de nous dans notre milieu de vie.

« Le propriétaire de la vigne la donna en fermage à des vignerons. » (verset 33b) : Pour Jésus qui veut illustrer l’Histoire du Peuple choisi par Dieu, ceux à qui Dieu a loué sa Vigne sont les Prêtres et les Anciens du Peuple ainsi que les Scribes… enfin, tous ceux qui interprétèrent les Commandements de Dieu. Nous pouvons aussi appliquer cette Parabole à chacun de nous que Dieu a choisi pour en rencontrer d’autres à travers nous. C’est à soi qu’on fait du bien quand on se dévoue pour les autres.

À chacun de nous, le Seigneur a confié une mission, là où nous vivons afin que la grande Vigne du Seigneur produise selon son Plan divin (verset 34). Qu’est-ce que nous avons fait jusqu’ici ?… Que ferons-nous ?…  Demandons-nous  quelle est notre fidélité aux appels du Seigneur, soit au sein de notre famille, soit dans notre milieu de travail et de loisirs… Il nous envoie des serviteurs ou pour nous aider ou pour nous instruire des volontés du Maître… Comment les recevons-nous ? (versets 35 à 39)

 La semence de leurs paroles tombe-t- elle sur le bord de la route, dans les épines ou les roches ou bien dans une terre qui donnera du cent pour un ?

Jésus disait aux chefs des prêtres et aux pharisiens : « Ecoutez cette parabole[1] : Un homme était propriétaire d’un domaine ; il planta une vigne[2], l’entoura d’une clôture[3], creusa un pressoir[4] et bâtit une tour[5]. Puis il la loua à des vignerons[6], et partit en voyage[7]. Quand arriva le moment de la vendange[8], il envoya ses serviteurs auprès des vignerons pour se faire remettre le produit de la vigne[9]. Mais les vignerons se saisirent des serviteurs, frappèrent l’un, tuèrent l’autre, lapidèrent le troisième[10]. De nouveau, le propriétaire envoya d’autres serviteurs plus nombreux que les premiers ; mais ils furent traités de la même façon[11]. Finalement, il leur envoya son fils, en se disant[12] : Ils respecteront mon fils[13]. Mais, voyant le fils, les vignerons se dirent entre eux : Voici l’héritier[14] : allons-y ! tuons-le, nous aurons l’héritage[15] ! Ils se saisirent de lui, le jetèrent hors de la vigne et le tuèrent[16]. Eh bien, quand le maître de la vigne viendra, que fera-t-il de ces vignerons ? » On lui répondit : « Ces misérables, il les fera périr misérablement[17]. Il louera la vigne à d’autres vignerons, qui en remettront le produit en temps voulu.[18] » Jésus leur dit : « N’avez-vous jamais lu dans les Ecritures : La pierre qu’ont rejetée les bâtisseurs est devenue la pierre angulaire[19]. C’est là l’œuvre du Seigneur, merveille à nos yeux ![20] Aussi, je vous le dis : Le Royaume de Dieu vous sera enlevé pour être donné à un peuple qui lui fera produire son fruit[21]. »

Textes liturgiques © AELF, Paris

Cliquez sur les nombres en bleu pour des commentaires utiles en catéchèse.

—————————————————————————————————————————————-

À voir aussi sur ce site

Homélie, cliquez ici Quels fruits portons-nous ? (Mt 21,33-43)

Catéchèse, cliquez ici La parabole des vignerons assassins (Mt 21, 33-43)

Nous fêtons aujourd’hui…, cliquez ici Sainte Thérèse de l’enfant Jésus (Thérèse Martin : 1873-1897)- Mémoire

Publié dans La messe du dimanche | Pas de Commentaire »

 

Salem alikoum |
Eazy Islam |
Josue |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | AEP Gresivaudan 4ieme 2007-08
| Une Paroisse virtuelle en F...
| VIENS ECOUTE ET VOIS