• Accueil
  • > Archives pour le Mercredi 12 octobre 2011

29ième dimanche du temps ordinaire, année A

Posté par diaconos le 12 octobre 2011

Bonjour chers amis et chères amies dans le Christ, les lectures bibliques choisies pour ce dimanche nous apprennent que Dieu ne prononce aucune exclusive. Il se sert de tous les hommes pour sa cause. Au centre de nos obligations et de nos services, seule la charité peut nous distinguer des autres. Voici les lectures pour dimanche prochain, quelques commentaires et en annexe, dans la rubrique « Divers », mon homélie que je vous offre. Recevez chers amis et chères amies mes salutations amicales et fraternelles.

 lwf0004.gif Michel Houyoux, diacre permanent

—————————————————————————————————————–

La première lecture est tirée du livre d’Isaïe au chapitre  45,1.4-6.

Commentaire :  Le Peuple de Dieu est en exil à Babylone, un royaume décadent qui sera absorbé par la Perse dont le Roi Cyrus est renommé pour son humanité… Ce roi mit fin à l’empire babylonien en 539 av. J.-C. après une campagne foudroyante. Libéral et tolérant, il permit l’année suivante, aux juifs exilés de rentrer dans leur patrie. C’est donc par un roi païen que le Seigneur libéra son peuple de l’esclavage.

Ainsi donc le monde athée et incroyant peut être signe de Dieu si nous lisons dans la foi le message de Dieu dont il est porteur pour nous.
Parole du Seigneur au roi Cyrus, qu’il a consacré, qu’il a pris par la main, pour lui soumettre les nations et désarmer les rois, pour lui ouvrir les portes à deux battants, car aucune porte ne restera fermée : à cause de mon serviteur Jacob et d’Israël mon élu, je t’ai appelé par ton nom, je t’ai décerné un titre, alors que tu ne me connaissais pas. Je suis le Seigneur, il n’y en a pas d’autre : en dehors de moi, il n’y a pas de Dieu. Je t’ai rendu puissant, alors que tu ne me connaissais pas, pour que l’on sache, de l’orient à l’occident, qu’il n’y a rien en dehors de moi. Je suis le Seigneur, il n’y en a pas d’autre.

Extrait de la Traduction Liturgique de la Bible – © AELF, Paris

—————————————————————————————————————————————-

Psaume 96,1.3.4-5.7-8.9-10.

Commentaire : Le Psaume 96 est le cantique nouveau (verset 1) que fait entendre l’humanité, et avec elle la création tout entière, à la gloire du Seigneur dont le règne s’établit sur la terre. Avec le psalmiste, avec Jésus qui demande de rendre à Dieu ce qui est à Dieu, chantons le Seigneur : il maîtrise l’histoire et il invite tous les peuples à le reconnaître.

Étude du psaume 96, cliquez ici Psaume 96 : “Dieu, roi et juge”

Chantez au Seigneur un chant nouveau, chantez au Seigneur, terre entière, racontez à tous les peuples sa gloire, à toutes les nations ses merveilles !
Il est grand, le Seigneur, hautement loué, redoutable au-dessus de tous les dieux : néant, tous les dieux des nations ! Lui, le Seigneur, a fait les cieux.
Rendez au Seigneur, familles des peuples, rendez au Seigneur la gloire et la puissance, rendez au Seigneur la gloire de son nom. Apportez votre offrande, entrez dans ses parvis,
adorez le Seigneur, éblouissant de sainteté : tremblez devant lui, terre entière. Allez dire aux nations : « Le Seigneur est roi ! » Le monde, inébranlable, tient bon. Il gouverne les peuples avec droiture.

Extrait de la Traduction Liturgique de la Bible – © AELF, Paris

——————————————————————————————————————————————————————

La deuxième lecture est tirée de la première lettre aux Thessaloniciens au chapitre 1, 1-5.

Commentaire : les Thessaloniciens vivaient dans un environnement païen ; par le sérieux de sa foi, de son espérance et de sa charité, cette petite communauté de chrétiens à donner au monde un vrai visage de l’Église. Si la foi, la charité et l’espérance de cette communauté ont été si vaillantes, c’est à Dieu qu’elle le doit. Remercions Dieu de nous avoir choisi, nous personnellement et notre communauté chrétienne, comme signe de sa présence agissante dans le monde.

Nous, Paul, Silvain et Timothée, nous nous adressons à vous, l’Église de Thessalonique qui est en Dieu le Père et en Jésus Christ le Seigneur. Que la grâce et la paix soient avec vous. A tout instant, nous rendons grâce à Dieu à cause de vous tous, en faisant mention de vous dans nos prières. Sans cesse, nous nous souvenons que votre foi est active, que votre charité se donne de la peine, que votre espérance tient bon en notre Seigneur Jésus Christ, en présence de Dieu notre Père. Nous le savons, frères bien-aimés de Dieu, vous avez été choisis par lui. En effet, notre annonce de l’Évangile chez vous n’a pas été simple parole, mais puissance, action de l’Esprit Saint, certitude absolue : vous savez comment nous nous sommes comportés chez vous pour votre bien.

Extrait de la Traduction Liturgique de la Bible – © AELF, Paris

—————————————————————————————————De l’Évangile de l’Évangile de Jésus-Christ selon saint Matthieu au chapitre 22,15-21.

images1.jpgCommentaire :dans cet extrait de l’Évangile de Jésus Christ selon Matthieu, nous voyons Jésus renoncer à sa popularité en affirmant qu’on doit payer l’impôt à l’occupant romain, ou il prêche la révolte en déclarant que l’on ne doit pas le payer. C’est cette seconde attitude que les juifs attendaient de Jésus.  S’il faut rendre à César ce qui lui revient, que faut-il rendre à Dieu ? Nous devons rendre à Dieu ce qui est à son image, à savoir l’humanité, créée à l’image de Dieu. En participant à l’Eucharistie, guidés par s0n fils Jésus qui est son image : il est l’image du Dieu invisible, le premier né par rapport à toute créature (Cp 1, 15), nous rendons à Dieu ce qui est à Dieu.

Texte 
Les pharisiens se concertèrent pour voir comment prendre en faute Jésus en le faisant parler. Ils lui envoient leurs disciples, accompagnés des partisans d’Hérode : « Maître, lui disent-ils, nous le savons : tu es toujours vrai et tu enseignes le vrai chemin de Dieu ; tu ne te laisses influencer par personne, car tu ne fais pas de différence entre les gens. Donne-nous ton avis : Est-il permis, oui ou non, de payer l’impôt à l’empereur ? »
Mais Jésus, connaissant leur perversité, riposta : « Hypocrites ! Pourquoi voulez-vous me mettre à l’épreuve ?
Montrez-moi la monnaie de l’impôt. » Ils lui présentèrent une pièce d’argent. Il leur dit : « Cette effigie et cette légende, de qui sont-elles ? -
De l’empereur César », répondirent-ils. Alors il leur dit : « Rendez donc à César ce qui est à César, et à Dieu ce qui est à Dieu. »

Extrait de la Traduction Liturgique de la Bible – © AELF, Paris

—————————————————————————————————————————————-

Divers

◊  Homélie :  Cliquez iciPour ou contre Jésus ? (Mt 22, 15-21)

Catéchèse

Pour les jeunes, cliquez ici →  “Rendez à César ce qui est à César et à Dieu ce qui est à Dieu.” (Mt 22, 21)

Liens externes

C’est la fête de…

Le 15 octobre, l’Église célèbre la mémoire de sainte Thérèse d’Avila.

Sainte Thérèse d’Avila : bibliographie, citations, prière…  : cliquez ici    Sainte Thérèse d’Avila (15 mars 1515-4 octobre 1582) – Mémoire

◊  Catéchèse proposée par l’Église catholique de Bruxelles →  Question piégée

◊  Du blog de Coolus (Le lapin bleu) →      Année A – Temps Ordinaire 29ème Dimanche

◊  Du mouvement des Cursillos (Canada) → Mt 22, 15-21

Publié dans La messe du dimanche, Temps ordinaire | Pas de Commentaire »

 

Salem alikoum |
Eazy Islam |
Josue |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | AEP Gresivaudan 4ieme 2007-08
| Une Paroisse virtuelle en F...
| VIENS ECOUTE ET VOIS