• Accueil
  • > Homélies
  • > Rendons grâce à Dieu qui aime passionnément ses enfants.

Rendons grâce à Dieu qui aime passionnément ses enfants.

Posté par diaconos le 14 octobre 2011

31ième dimanche ordinaire A

Références bibliques et commentaires → Ml 1, 14 – 2,10  ;  Psaume 130 ; 1 Th. 2,7-13Mt 23, 1-12

Homélie                    Rendons grâce à Dieu qui  aime passionnément ses enfants. 

Dans la première lecture, tirée du livre de Malachie (entre 480 et 460 avant l’arrivée de Jésus Christ), le prophète donne un avertissement très sévère aux prêtres de son temps : « Si vous n’écoutez pas, si vous ne prenez pas à coeur de glorifier mon Nom, déclare le Seigneur de l’univers, j’enverrai sur vous la malédiction, je maudirai les bénédictions que vous prononcerez. » (Mal 2,1)

Et  il précise sa pensée par la suite en montrant aux prêtres comment ils ont déformé l’image du vrai Dieu dans leur action envers le peuple et pour cela, il emploie des expressions très parlantes et très dures : « Vous vous êtes écartés de la route, vous avez fait de la Loi une occasion de chute pour la multitude, vous avez perverti mon Alliance avec vous… » (Mal 2.8)

Les prêtres en  ne suivant pas les chemins du Seigneur ont donc présenté une fausse image de Dieu, ils ont détourné la Loi divine de son but premier, ils ont culpabilisé les gens en faisant de la Loi une occasion de chute, ils ont fait de Dieu un Dieu qui punit,  un juge sévère.

Dieu n’est pas cela  : il est le Père de tous, il est  notre Créateur et nous n’avons  pas à nous  trahir les uns les autres,  mais plutôt,  à nous aimer les uns les autres d’un amour fraternel baignant et prenant sa source dans l’amour de Dieu pour tous. La Loi  devient alors non pas  une occasion de chute mais une occasion d’aimer Dieu et de s’aimer comme des enfants d’une même famille.

En son temps, Malachie a délivré le message que Dieu lui a inspiré. Ce message de fidélité dans les grandes et dans les petites choses vaut encore pour tout  chrétien aujourd’hui.

Matthieu, dans son évangile note que Jésus voit  que les pharisiens ne pratiquent pas ce qu’ils enseignent : « Ils disent et ne font pas… (Mt 23, 3b), ils agissent toujours pour être remarqués… ils aiment les places d’honneur… les premiers rangs… les salutations… le titre de Rabbi » (Mt 23, 7)

 Orgueil, vanité et surtout hypocrisie ! Bien pire, et en cela ils rejoignent les prêtres du temps de Malachie :  « Ils lient de pesants fardeaux et en chargent les épaules des gens mais eux-mêmes ne veulent pas les remuer du doigt. » (Mt 23, 4)

La seconde lecture, tirée de la lettre de Paul aux Thessaloniciens (début de l’année 51 après Jésus Christ), nous révèle que l’Apôtre est un pasteur  qui est tout le contraire des prêtres du temps de Malachie et des scribes et pharisiens du temps de Jésus. : « Avec vous, nous avons été pleins de douceur, comme une mère entoure de soins ses nourrissons. » ( Th2, 7b)

Débordant d’affection pour eux, Paul voudrait leur « donner non seulement l’Évangile » mais « tout ce qu’il est… car vous nous êtes devenus très chers ». (Th. 2, 8 )

Paul est véritablement et totalement un pasteur passionné de Dieu et des gens, un homme donné complètement à la mission que le Seigneur lui a confiée. Ce qu’il  recherche, c’est la gloire de Dieu et le bien des gens.

Pour nous, aujourd’hui, l’enseignement de Malachie, de Paul et de Jésus est sûr. Il vaut en premier lieu pour les prêtres, du Pape aux diacres, et aussi pour tous ceux et celles qui portent la responsabilité de l’enseignement de la Parole au milieu du Peuple de Dieu. Elle est grande la responsabilité des annonceurs de la Parole des personnes ordonnées dans et pour le Peuple de Dieu.

Quelle image de Dieu projetons-nous  dans notre enseignement, dans notre comportement de tous les jours. Est-ce celle d’un Dieu «  bras de fer » ou celle d’un Dieu rempli de bonté pour ses enfants ?

Est-ce celle d’un Dieu perpétuellement juge ou celle d’un Père bien aimant, compatissant, miséricordieux, toujours prêt à nous donner des chances et à nous relever quand nous tombons ?

Est-ce celle d’un Dieu qui rassemble ses enfants dans sa grande famille ou celle d’un Dieu qui disperse et divise, qui éloigne au lieu de rapprocher ?

En résumé, aujourd’hui, profitons de ce rappel pour regarder l’image de Dieu que nous projetons nous-mêmes à travers nos paroles, nos actes, notre exemple et nos comportements. Mais, comme saint Paul, rendons grâce à Dieu qui  aime passionnément ses enfants et qui nous a donné son Fils unique, mort et ressuscité pour nous sauver !

Amen

lwf0004.gif Michel Houyoux, diacre permanent

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

 

Salem alikoum |
Eazy Islam |
Josue |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | AEP Gresivaudan 4ieme 2007-08
| Une Paroisse virtuelle en F...
| VIENS ECOUTE ET VOIS