• Accueil
  • > Archives pour novembre 2011

Psaume 85 : Prière du fidèle au jour de l’abattement

Posté par diaconos le 30 novembre 2011

 En l’an 538 avant Jésus – Christ  Cyrus, roi des Mèdes et des Perses, autorisa le retour des exilés de Babylone à Jérusalem et ordonna la reconstruction du temple:  » La première année de Cyrus, roi de Perse, pour que soit  accomplie la parole proclamée par Jérémie,  le Seigneur inspira Cyrus, roi de Perse. Et celui-ci fit publier dans tout son royaume – et même consigner par écrit :

Chemin de vie

Montre-moi ton chemin, Seigneur, mon Dieu Que je marche suivant ta vérité Unifie mon cœur pour qu’il craigne ton nom

 « Ainsi parle Cyrus, roi de Perse : Le Seigneur, le Dieu du ciel, m’a donné tous les royaumes de la terre ; et il m’a chargé de lui bâtir un temple à Jérusalem, en Judée. Tous ceux d’entre vous qui font partie de son peuple, que leur Dieu soit avec eux, et qu’ils montent à Jérusalem, en Judée, qu’ils bâtissent le temple du Seigneur, le Dieu d’Israël, le Dieu qui est à Jérusalem. En tout lieu où résident ceux qui restent d’Israël, que la population leur vienne en aide : qu’on leur fournisse argent, or, dons en nature, bétail,qu’on y joigne des offrandes volontaires pour le temple de Dieu qui est à Jérusalem. » (Livre d’esdras, chapitre 1, versets 1 à 4)

Après son retour de captivité, le peuple d’Israël subit de nombreuses brimades. Ce psaume a été composé après le retour de captivité.

Source de l’image →  Pasto 972
Texte
01 -Au maître de chant. Des fils de Coré.
02 Tu as aimé, Seigneur, cette terre, tu as fait revenir les déportés de Jacob ;
03 tu as ôté le péché de ton peuple, tu as couvert toute sa faute ;
04 tu as mis fin à toutes tes colères, tu es revenu de ta grande fureur.
05 Fais-nous revenir, Dieu, notre salut, oublie ton ressentiment contre nous.
06 Seras-tu toujours irrité contre nous, maintiendras-tu ta colère d’âge en âge ?
07 N’est-ce pas toi qui reviendras nous faire vivre et qui seras la joie de ton peuple ?
08 Fais-nous voir, Seigneur, ton amour, et donne-nous ton salut.
09 J’écoute : que dira le Seigneur Dieu ?  Ce qu’il dit, c’est la paix pour son peuple et ses fidèles ; qu’ils ne reviennent jamais à leur folie !
10 Son salut est proche de ceux qui le craignent, et la gloire habitera notre terre.
11 Amour et vérité se rencontrent, justice et paix s’embrassent ;
12 la vérité germera de la terre et du ciel se penchera la justice.
13 Le Seigneur donnera ses bienfaits, et notre terre donnera son fruit.
14 La justice marchera devant lui, et ses pas traceront le chemin.
Copyright AELF – Paris – 1977 – Tous droits réservés -
Ce psaume commence par une action de grâces (versets 2 à 4), continue dans les larmes (versets 5 à 8 ) et se termine par l’annonce d’un monde nouveau (verset 10).
La première section présente le triste état d’Israël après son retour d’exil. Sa misère matérielle inspira le psalmiste : il supplie Dieu de venir en aide à son peuple : « Fais nous revenir Dieu, notre salut » (verset 5a). Ce que le priant demande à Dieu, c’est la restauration d’Israël. Et pour que le dialogue puisse être renoué entre Dieu et son peuple, le psalmiste introduit dans sa prière une deuxième demande :  » Oublie ton ressentiment contre nous  » (verset 5b).
Le psalmiste est convaincu que Dieu exaucera sa prière : Dieu reviendra faire vivre son peuple et il sera de nouveau dans la joie. (verset 7)
Le verset 8 fait la transition entre la première section (versets 2 à 8 ) et la deuxième section  (versets 9 à 14)

lwf0003web.gif

Liens externes

◊ Étude détaillée du psaume 85 → Prière pour la paix
◊ De la série « Chemin de vie »  →  Émission 641 – Psaumes 85:1 – 88:15
◊ Du site Interbible.org → L’attente du salut qui vient

Publié dans Religion | Pas de Commentaire »

Deuxième dimanche de l’Avent, année B

Posté par diaconos le 29 novembre 2011

Convertissez-vous !

Préparez le chemin du Seigneur, rendez droits ses sentiers.

Bonjour chers amis et chères amies dans le Christ. Ce temps de l’Avent nous invite à l’espérance :  voici que va venir  Celui qui nous sauvera. Il nous apportera la vraie charité et nous fera devenir des hommes au sens chrétien du mot. Il y a quelque 2ooo  ans que Jean-Baptiste criait dans le désert : « Préparez le chemin du Seigneur, rendez droits ses sentiers. »  Ce message, déjà exprimé au livre d’Isaïe, s’adresse à nous tous : il nous faut préparer le chemin du Seigneur : il s’agit de nous tourner vers Jésus, le Christ et de marcher à sa suite ; c’est cela la conversion que nous avons à faire.

Préparer le chemin du Seigneur, aplanir sa route dans notre entourage c’est un pardon à donner, une injustice à réparer, quelques services à assurer bénévolement…

Voici les lectures pour dimanche prochain, quelques commentaires et dans la rubrique « compléments » mon homélie que je vous offre.

Recevez, chers amis et chères amies, mes salutations amicales et fraternelles

 lwf0004.gif Michel Houyoux, diacre permanent

La première lecture est tirée du livre d’Isaïe au chapitre quarante

Commentaire - La deuxième partie du livre d’Isaïe débute par cet appel pressant : « Consolez, consolez mon peuple ! »  Consolez ce peuple, c’est l’assurer  qu’il n’est pas abandonné de Dieu à cause de son péché. Le consoler, c’est lui révéler la tendresse de Dieu qui porte sur son coeur ses enfants comme le bon berger le fit  lorsqu’il retrouva sa brebis qui était perdue. Nous trouvons dans cet extrait, pour la première fois dans l’Ancien testament, le mot « évangéliser »  dans le sens « proclamer cette bonne nouvelle » qui est tout à la fois l’annonce du pardon , la promesse de la libération de l’esclavage et la révélation de l’amour de Dieu pour tous.

Texte

01 Consolez, consolez mon peuple,dit votre Dieu.
02 Parlez au coeur de Jérusalem et proclamez que son service est accompli,que son crime est pardonné,et qu’elle a reçu de la main du Seigneur double punition pour toutes ses fautes.
03 Une voix proclame :« Préparez à travers le désert le chemin du Seigneur.Tracez dans les terres arides une route aplanie pour notre Dieu.
04 Tout ravin sera comblé,toute montagne et toute colline seront abaissées,les passages tortueux deviendront droits,et les escarpements seront changés en plaine.
05 Alors la gloire du Seigneur se révélera et tous en même temps verront que la bouche du Seigneur a parlé. »
06 Une voix dit : « Proclame ! »et je dis : « Que dois-je proclamer ?- Toute créature est comme l’herbe,toute sa grâce est comme la fleur des champs :
07 l’herbe se dessèche et la fleur se fane quand passe le souffle du Seigneur.En effet, le peuple est comme l’herbe.
08 L’herbe se dessèche et la fleur se fane,mais la parole de notre Dieu demeure pour toujours. »
09 Monte sur une haute montagne,toi qui portes la bonne nouvelle à Sion. Élève la voix avec force,toi qui portes la bonne nouvelle à Jérusalem. Élève la voix, ne crains pas.Dis aux villes de Juda :« Voici votre Dieu. »
10 Voici le Seigneur Dieu :il vient avec puissance et son bras est victorieux.Le fruit de sa victoire l’accompagne et ses trophées le précèdent.
11 Comme un berger, il conduit son troupeau :son bras rassemble les agneaux,il les porte sur son coeur, et il prend soin des brebis qui allaitent leurs petits.
« Copyright AELF – Paris – 1980 – Tous droits réservés ».
Psaume 85 ( versets 8 à 14)
Commentaire : le chemin que Dieu nous trace, c’est celui de la  paix, une harmonie entre les dons du ciel et celui de la paix.Cette section du psaume 85  est un oracle du bonheur transmis par un prêtre du temple au peuple en attente d’un sauveur. Dès le début, il est question de paix  (verset 9b). Le verset 10 ouvre l’oracle sur un monde nouveau parlant d’un Dieu désireux d’entrer en contact avec les humains. La bonté et la vérité, la justice et la paix…,  le péché, la  folie de l’homme (verset 9), a séparé la bonté de la vérité, la justice de la paix. Comment pouvons-nous témoigner de la bienveillance au coupable, sans fermer les yeux sur nos  fautes et voiler ainsi la vérité ?
Texte
R/ Fais-nous voir, Seigneur, ton amour, et donne-nous ton salut.

02 Tu as aimé, Seigneur, cette terre, tu as fait revenir les déportés de Jacob ;
03 tu as ôté le péché de ton peuple, tu as couvert toute sa faute ;
04 tu as mis fin à toutes tes colères, tu es revenu de ta grande fureur.
05 Fais-nous revenir, Dieu, notre salut, oublie ton ressentiment contre nous.
06 Seras-tu toujours irrité contre nous, maintiendras-tu ta colère d’âge en âge ?
07 N’est-ce pas toi qui reviendras nous faire vivre et qui seras la joie de ton peuple ?
08 Fais-nous voir, Seigneur, ton amour, et donne-nous ton salut.
09 J’écoute : que dira le Seigneur Dieu ? + Ce qu’il dit, c’est la paix pour son peuple et ses fidèles ; * qu’ils ne reviennent jamais à leur folie !
10 Son salut est proche de ceux qui le craignent, et la gloire habitera notre terre.
11 Amour et vérité se rencontrent, justice et paix s’embrassent ;
12 la vérité germera de la terre et du ciel se penchera la justice.
13 Le Seigneur donnera ses bienfaits, et notre terre donnera son fruit.
14 La justice marchera devant lui, et ses pas traceront le chemin.
« Copyright AELF – Paris – 1980 – Tous droits réservés ».
La deuxième lecture est tirée de la deuxième lettre de Pierre au chapitre trois
Commentaire : dans cet extrait de sa deuxième lettre adressée à l’ensemble des chrétiens , dans une perspective résolument catholique, Pierre les invite à vivre sans relâche dans la sainteté en attendant l’accomplissement de la promesse du Seigneur : son retour définitif.
Frères bien-aimés, il y a une chose que vous ne devez pas oublier : pour le Seigneur, un seul jour est comme mille ans, et mille ans sont comme un seul jour. Le Seigneur n’est pas en retard pour tenir sa promesse, comme le pensent certaines personnes ; c’est pour vous qu’il patiente : car il n’accepte pas d’en laisser quelques-uns se perdre ; mais il veut que tous aient le temps de se convertir. Pourtant, le jour du Seigneur viendra comme un voleur. Alors les cieux disparaîtront avec fracas, les éléments en feu seront détruits, la terre, avec tout ce qu’on y a fait, sera brûlée. Ainsi, puisque tout cela est en voie de destruction, vous voyez quels hommes vous devez être, quelle sainteté de vie, quel respect de Dieu vous devez avoir, vous qui attendez avec tant d’impatience la venue du jour de Dieu (ce jour où les cieux embrasés seront détruits, où les éléments en feu se désagrégeront). Car ce que nous attendons, selon la promesse du Seigneur, c’est un ciel nouveau et une terre nouvelle où résidera la justice. Dans l’attente de ce jour, frères bien-aimés, faites donc tout pour que le Christ vous trouve nets et irréprochables, dans la paix.
« Copyright AELF – Paris – 1980 – Tous droits réservés ».
De l’Évangile de Marc au chapitre un
Commentaire : Commencement de la Bonne Nouvelle de Jésus Christ, le fils de Dieu : c’est par ces mots que Marc  commença la rédaction de son Évangile né de traditions orales concernant Jésus de Nazareth  et qui progressivement furent consignées par écrit. Il a rédigé son évangile pour des chrétiens d’origine païenne à qui il veut proclamer le mystère du Christ, le fils de Dieu, en rapportant les paroles et les actes par lesquels il s’est révélé aux hommes. Dans les versets 1 à 13, l’évangéliste Marc nous donne en trois tableaux, les trois orientations de son évangile :
Versets 1 à 7 : l’annonce de la venue d’un sauveur ;  versets  9 à 10 : Jésus le fils de Dieu sur qui repose l’esprit Saint ; versets 11 à 13 : en Lui et par Lui s’accomplit la réconciliation de toute la création avec Dieu.
Texte    Commencement de la Bonne Nouvelle de Jésus Christ, le Fils de Dieu.
Il était écrit dans le livre du prophète Isaïe : Voici que j’envoie mon messager devant toi, pour préparer la route. À travers le désert, une voix crie : Préparez le chemin du Seigneur, aplanissez sa route. Et Jean le Baptiste parut dans le désert. Il proclamait un baptême de conversion pour le pardon des péchés.
Toute la Judée, tout Jérusalem, venait à lui. Tous se faisaient baptiser par lui dans les eaux du Jourdain, en reconnaissant leurs péchés. Jean était vêtu de poil de chameau, avec une ceinture de cuir autour des reins, et il se nourrissait de sauterelles et de miel sauvage. Il proclamait : « Voici venir derrière moi celui qui est plus puissant que moi. Je ne suis pas digne de me courber à ses pieds pour défaire la courroie de ses sandales. Moi, je vous ai baptisés dans l’eau ; lui vous baptisera dans l’Esprit Saint. »
« Copyright AELF – Paris – 1980 – Tous droits réservés ».

lwf0003web.gif

Compléments

◊ homélie pour le deuxième dimanche de l’Avent →  Préparez le chemin du Seigneur !

◊ Catéchèse →  « Préparez dans le désert le chemin du Seigneur » (Is 40, 1-5.9-11) »

◊   Liturgie →    Célébration communautaire de l’Avent (1 ) : « Viens, Seigneur Jésus ! Oh oui ! Viens ! »

◊ Liturgie →  Célébration communautaire de l’Avent (2) : Préparez les chemins du Seigneur.

Liens externes

◊ Liturgie de la Parole avec des enfants →  2° dimanche de l’avent, année B

◊ Du blog de Coolus, le curé qui dessine des lapins bleus → Temps de l’Avent :  2ème Dimanche

◊ Du site idées-caté.com → Préparer l’Avent avec les lectures des quatre dimanches de l’Avent: Année B 

Publié dans La messe du dimanche, Temps de l'Avent | Pas de Commentaire »

Sainte Lucie, vierge et martyre (+ 304)

Posté par diaconos le 26 novembre 2011

Sainte Lucie de SyracuseLe treize décembre, l’Église fait mémoire de Lucie de Syracuse qui souffrit le martyre en l’an 304 sous le règne de l’empereur Dioclétien. Son nom est un dérivé du latin lux (lumière). Les sources officielles reconnues par l’Église concernant sa vie sont  le Bréviaire   (Liturgie des Heures- tome I, pages 1304 à 1306) et le Martyrologe romain (Les Cahiers de Cassiciacum ).

Prions

Prière du pape Jean XXIII 

Ô glorieuse Sainte-Lucie, toi qui as uni à la profession de foi la gloire du martyre, obtiens-nous de professer ouvertement les vérités de l’Évangile et de marcher fidèles aux enseignements du Sauveur.

Ô Vierge de Syracuse,  sois la lumière de notre vie et le modèle de toutes nos actions, de façon à ce qu’après t’avoir imitée sur terre, nous puissions jouir, avec toi, de la vision du Seigneur. Amen.

Sainte Lucie, vierge et martyre

Extrait de la Liturgie des Heures, tome 1 pages 1304 à 1306

Lucie est une vierge martyre de Syracuse, qui dut périr dans les années sanglantes de la persécution de Dioclétien (304). Les Siciliens ont porté à travers le monde le culte de la sainte au nom de lumière. Saint Ambroise : Traité sur la virginité

Bien que ce texte soit tiré d’un traité sur la virginité, il s’adresse à tous les baptisés.

Tu fais partie du peuple saint, et certainement tu fais partie des vierges, puisque tu éclaires la grâce de ton corps par la splendeur de ton âme. Donc, établie « dans ta chambre pendant la nuit », médite sans relâche sur le Christ et espère à tous moments sa venue.

Telle que le Christ t’a désirée, c’est ainsi que le Christ t’a choisie. Aussi entre-t-il chez toi sans obstacle, et il ne peut y manquer, lui qui a promis qu’il y entrerait. Embrasse donc celui que tu as cherché; approche-toi de lui et tu recevras sa lumière; retiens-le, demande-lui de ne pas s’en aller si vite, supplie-le de ne pas s’éloigner. En effet, la parole de Dieu court rapidement; elle ne se laisse pas saisir par la nonchalance, ni retenir par la paresse. Que ton âme, à son appel, aille à sa rencontre; et qu’elle persévère sur le chemin tracé par le parole céleste, car celle-ci passe rapidement.

Que dit-elle donc l’épouse du Cantique ? [ Cantique des Cantiques. Livre de A. T. ] « Je l’ai cherché mais je ne l’ai pas trouvé; je l’ai appelé mais il ne m’a pas
écoutée. » Ne crois pas que tu déplaises parce qu’il est parti si vite, toi qui as appelé, qui as demandé : il permet que nous soyons éprouvés. Et que dit-il dans l’Évangile aux foules qui lui demandent « de ne pas les quitter » ? — « Aux autres villes aussi, il faut que j’annonce la Bonne Nouvelle de la parole de Dieu, car c’est pour cela que j’ai été envoyé. » Mais, même s’il te semble qu’il s’éloigne de toi, sors, et cherche-le encore.

Et qui d’autre que la saint Église peut t’enseigner comment retenir le Christ ? Mais elle te l’a déjà enseigné, si tu comprends ce que tu lis : « À peine avais-je dépassé les gardes [ obtacles à la connaissance surnaturelle et amoureuse de Dieu ], j’ai trouvé celui que mon cœur aime; je l’ai saisi et ne le lâcherai plus. »

L’âme qui cherche ainsi le Christ, celle qui trouve le Christ, peut dire : « Je l’ai saisi et ne le lâcherai plus; je le ferai entrer dans la maison de ma mère, dans la chambre de celle qui m’a conçue. » Qu’est-ce que la maison de ta mère et sa chambre, sinon l’intimité la plus profonde de ton être ? Garde-la, cette maison, purifie-la dans ce qu’elle a de plus secret. Ainsi, lorsque ta maison [ ton âme ] sera sans aucune tache, elle s’élèvera comme une demeure spirituelle pour être un sacerdoce saint, cimentée sur la pierre angulaire [ le Christ ], et le Saint Esprit y habitera.

L’âme qui cherche ainsi le Christ, celle qui l’implore ainsi, n’est pas abandonnée par lui; bien plus, il vient souvent la visiter car « il est avec nous jusqu’à la fin du monde. »

Prière de l’Église

Permets , nous t’en prions Seigneur, que l’intercession de sainte Lucie ranime notre ferveur, afin que nous puissions chanter aujourd’hui son martyre et contempler sa gloire auprès de toi.

Notre Père… – Je vous salue Marie…  -  Gloire su Père …

Liens externes

◊  Pureté du coeur et des sens →    Sainte Lucie de Syracuse, vierge et martyre

◊  Sainte Lucie de Syracuse →  LA LÉGENDE DORÉE – Abbaye Saint-Benoît  – tome 1

◊  Sainte Lucie  →  Les Saints et les maladies des yeux

◊ La consécration religieuse (page 13)  →  La virginité est bien plus que cela…

 

Publié dans Religion | Pas de Commentaire »

Quelques objets symbolisant le ministère diaconal.

Posté par diaconos le 25 novembre 2011

Voici quelques objets symbolisant le ministère diaconal.

Ils expriment des facettes du ministère des diacres au milieu des autres chrétiens et de ceux et celles qui

Proclamer la Parole de Dieu

Le diacre dans la liturgie

cherchent à bâtir un monde plus solidaire.

  1. Un journal : c’est dans le quotidien de la vie et non dans une bulle que le diacre accueille et construit avec d’autres le Royaume de Dieu.

  2. La Bible : le journal dans une main, la Bible dans l’autre main car la Parole de Dieu éclaire et stimule les choix de vie personnelle et communautaire. Elle nous dit que Dieu nous précède sur les chemins de la fraternité.

  3. Le Saint-Chrême, l’huile parfumée dont on marque les baptisés : le diacre en lien avec le prêtre participe à cette entrée symbolique d’un enfant dans l’Église.

  4. Une custode qui permet de porter la communion aux malades et aux personnes âgées : sans en avoir le monopole, le diacre est appelé à visiter les personnes fragilisées et à porter le Pain de Vie aux personnes qui désirent le recevoir.

  5. Le pain et le vin qui servent pour le repas eucharistique : avec eux le diacre dépose sur l’autel les joies et les souffrances des gens qu’il a rencontrés dans tous les milieux de vie. À côté du prêtre, il est par excellence le serviteur de la coupe car le Jésus, le Christ, le serviteur de Dieu a versé son Sang en aimant jusqu’à l’extrême. Le diacre, sacrement de ce Christ serviteur-diacre, est appelé à donner le goût de ce service en étant proche des plus petits. Une mission sacrée !

Source de l’image →   Diocèse de Liège – Bistum Lüttich

Pour découvrir le site du diocèse de Liège, cliquez sur le lien ci-dessus

Publié dans Diacres, Messages | Pas de Commentaire »

12345
 

Salem alikoum |
Eazy Islam |
Josue |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | AEP Gresivaudan 4ieme 2007-08
| Une Paroisse virtuelle en F...
| VIENS ECOUTE ET VOIS