32ème dimanche du temps ordinaire, année A

Posté par diaconos le 2 novembre 2011

Bonjour chers amis et chères amies dans le Christ, les textes bibliques retenus pour cette célébration liturgique nous présentent les rendez-vous de Dieu.

  • Première rencontre pour rencontrer le Seigneur par la foi : Dieu vient au devant de nous. Celui qui le cherche le trouvera. (Sg. 6, 12-16)

  • Deuxième rencontre au moment même de notre mort : notre espérance c’est de savoir que nous ressusciterons un jour. (1 Th. 4, 13-18)

Avec un esprit et un coeur en éveil, préparons ces rendez-vous et ayons confiance : toutes les personnes qui aiment Jésus vivront éternellement : « Jésus, nous le croyons, est mort et ressuscité ; de même, nous le croyons, ceux qui se sont endormis en Jésus, Dieu les prendra avec lui. » (1 Th. 4,14)

Voici les textes bibliques et quelques commentaires  :  Sg 6, 12-16  ;   Psaume 62   ;  Th. 4, 13-18  ;  Mt 24, 42-44   et en annexe à ce feuillet liturgique, mon homélie que je vous offre ainsi que quelques pistes utiles pour la catéchèse ou pour parler de Dieu avec vos enfants.

Recevez chers visiteurs mes salutations amicales et fraternelles

lwf0004.gif Michel Houyoux, diacre permanent

La première lecture est tirée du livre de la Sagesse au chapitre six

 Commentaire : l’auteur de ce livre  nous invite à accueillir la Sagesse qui vient de Dieu comme une amie qui prévient nos désirs, allant devant nous et nous accompagnant dans notre recherche. La Sagesse divine se laisse trouver facilement par les personnes qui la cherchent avec loyauté, seule condition pour être digne d’elle. Cette vérité et cette sagesse de vie, c’est le Christ, ami de tous ceux et celles qui cherchent la vérité d’un coeur loyal.

Texte La Sagesse est resplendissante, elle est inaltérable .Elle se laisse aisément contempler par ceux qui l’aiment, elle se laisse trouver par ceux qui la cherchent. Elle devance leurs désirs en se montrant à eux la première. Celui qui la cherche dès l’aurore ne se fatiguera pas : il la trouvera assise à sa porte. Ne plus penser qu’à elle prouve un parfait jugement, et celui qui veille en son honneur sera bientôt délivré du souci. Elle va et vient pour rechercher ceux qui sont dignes d’elle ; au détour des sentiers, elle leur apparaît avec un visage souriant ; chaque fois qu’ils pensent à elle, elle vient à leur rencontre.

Copyright AELF – Paris – 1980 – Tous droits réservés

Psaume 62, 2, 3-4, 5-6, 7-8

 Commentaire : Ce psaume décrit la prière comme étant le désir ardent de Dieu. Le deuxième verset en est un résumé.  Les autres versets s’y rattachent autant le contenu théologique que symbolique. En bref, il est question ici d’un croyant qui aspire de toutes ses forces à retourner au Temple de Jérusalem où il a connu l’intimité avec Dieu dans une prière fervente.
R/ Mon âme a soif de toi, Seigneur, mon Dieu.

  1. Dieu, tu es mon Dieu, je te cherche dès l’aube : mon âme a soif de toi ; après toi languit ma chair, terre aride, altérée, sans eau.

  2. Je t’ai contemplé au sanctuaire, ‘ai vu ta force et ta gloire. Ton amour vaut mieux que la vie : u seras la louange de mes lèvres !

  3. Toute ma vie je vais te bénir, et lever les mains en invoquant ton nom. Comme par un festin je serai rassasié ; la joie sur les lèvres, je dirai ta louange.

  4. Dans la nuit, je me souviens de toi et je reste des heures à te parler. Oui, tu es venu à mon secours : je crie de joie à l’ombre de tes ailes.

 

Copyright AELF – Paris – 1980 – Tous droits réservés

La deuxième lecture est tirée de la première lettre aux Thessaloniciens au chapitre quatre

 Commentaire : les Thessaloniciens croyaient que Jésus est ressuscité, mais l0rsqu’il s’agissait de leurs défunts, ils ne croyaient plus puisqu’ils doutaient alors de leur sort. Leur foi, devenue fragile, leur faisser douter d’une vie au delà de la mort. Dans cet extrait, Paul leur  rappela que le chrétien est un homme d’espérance, une espérance inébranlable puisqu’elle s’appuie sur la résurrection de Jésus.

Frères, nous ne voulons pas vous laisser dans l’ignorance au sujet de ceux qui se sont endormis dans la mort ; il ne faut pas que vous soyez abattus comme les autres, qui n’ont pas d’espérance.Jésus, nous le croyons, est mort et ressuscité ; de même, nous le croyons, ceux qui se sont endormis, Dieu, à cause de Jésus, les emmènera avec son Fils.Car, sur la parole du Seigneur, nous vous déclarons ceci : nous les vivants, nous qui sommes encore là pour attendre le retour du Seigneur, nous ne devancerons pas ceux qui se sont endormis.
Au signal donné par la voix de l’archange, à l’appel de Dieu, le Seigneur lui-même descendra du ciel, et les morts unis au Christ ressusciteront d’abord.
Ensuite, nous les vivants, nous qui sommes encore là, nous serons emportés sur les nuées du ciel, en même temps qu’eux, à la rencontre du Seigneur. Ainsi, nous serons pour toujours avec le Seigneur.
Retenez ce que je viens de dire, et réconfortez-vous les uns les autres.

Copyright AELF – Paris – 1980 – Tous droits réservés

De l’Évangile de Jésus Christ selon Matthieu, au chapitre vingt-cinq

Commentaire : en nous racontant cette histoire, Jésus veut nous faire comprendre que nous devons être prêt à rencontrer Dieu à tout instant, même dans la nuit qui symbolise souvent dans la Bible l’opacité d’un monde livré au péché, même lorsque le Christ semble tarder à venir, ce qui évoque pour l’évangéliste Matthieu la tentation de désespérer du Seigneur aux moments de crise dans nos vies.

Jésus parlait à ses disciples de sa venue ; il disait cette parabole :  Le Royaume des cieux sera comparable à dix jeunes filles invitées à des noces, qui prirent leur lampe et s’en allèrent à la rencontre de l’époux.Cinq d’entre elles étaient insensées, et cinq étaient prévoyantes : les insensées avaient pris leur lampe sans emporter d’huile, tandis que les prévoyantes avaient pris, avec leur lampe, de l’huile en réserve.Comme l’époux tardait, elles s’assoupirent toutes et s’endormirent.

Au milieu de la nuit, un cri se fit entendre : ‘Voici l’époux ! Sortez à sa rencontre.’Alors toutes ces jeunes filles se réveillèrent et préparèrent leur lampe. es insensées demandèrent aux prévoyantes : ‘Donnez-nous de votre huile, car nos lampes s’éteignent.’Les prévoyantes leur répondirent : ‘Jamais cela ne suffira pour nous et pour vous ; allez plutôt vous en procurer chez les marchands.’Pendant qu’elles allaient en acheter, l’époux arriva. Celles qui étaient prêtes entrèrent avec lui dans la salle des noces et l’on ferma la porte.Plus tard, les autres jeunes filles arrivent à leur tour et disent : ‘Seigneur, Seigneur, ouvre-nous !’ Il leur répondit : ‘Amen, je vous le dis : je ne vous connais pas.’ Veillez donc, car vous ne savez ni le jour ni l’heure. »

Copyright AELF – Paris – 1980 – Tous droits réservés

♦  ♦ ♦

Annexe

◊  Homélie →  Amen, je vous le dis : je ne vous connais pas.(Mt 24, 12)

Liens externes

Laisser un commentaire

 

Salem alikoum |
Eazy Islam |
Eazy Islam |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | AEP Gresivaudan 4ieme 2007-08
| AEP Gresivaudan 4ieme 2007-08
| Une Paroisse virtuelle en F...