• Accueil
  • > Archives pour décembre 2011

A.D.A.L. pour le premier janvier

Posté par diaconos le 28 décembre 2011

Solennité de sainte Marie, mère de Dieu

Liturgie de la Parole animée par des laïcs

Sainte Marie, la mère du Sauveur

Sainte Marie, mère de Jésus, le Fils de Dieu

Rappel  : Il ne peut y avoir d’assemblée sans prêtre dans l’église où est célébrée la messe le même dimanche ( y compris le samedi soir) ! L’assemblée dominicale est  animée par une équipe de laïcs en lien avec le prêtre chargé de la paroisse.

Au coeur des textes liturgiques… 

Textes bibliques →  Nb 6, 22-27  ; Ps 66 ; Ga 4, 4-4-7   ; Lc 2, 16-21

CHANT D’OUVERTURE

Suggestion pour un chant d’ouverture → Avec Marie ta mère (v286) -  Toi Notre Dame (V153)- Mon âme chante le Seigneur (v193) ou un autre chant de votre répertoire.

Animateur de la célébration : Au nom du Père et du Fils et du saint Esprit

Tous : Amen

MONITION D’ACCUEIL

Animateur de la célébration : Cette nuit, nous sommes passés d’une année à l’autre. Ouvrons maintenant cette année nouvelle avec Jésus, fils de Marie, fils de Dieu. Alors que nous avons formé des voeux de bonheur les uns pour les autres, l’Église dans le monde entier, nous fait participer au désir  de Dieu : la paix pour toutes les personnes de bonne volonté.

Tous : Et avec votre esprit.

Un membre de l’équipe liturgiqueBénissons le Seigneur à cause de la Vierge Marie !   En dehors du nom de Jésus,   il n’est pas sur terre de nom plus grand que celui de Marie : en elle le Seigneur a pu accomplir en plénitude son œuvre de grâce. Nous te saluons, Mère très sainte : tu as mis au monde le Roi qui gouverne le ciel et la terre pour les siècles sans fin.

PRÉPARATION PÉNITENTIELLE

Animateur de la célébration  → La splendeur de Marie nous fait prendre conscience du mal et du péché  qui nous abîment et nous retiennent…

Seigneur Jésus,  tu as pris chair en la Vierge Marie,  sur la croix, tu nous l’as donnée pour mère,  tu l’as accueillie auprès de toi, dans ta gloire.
De nous qui sommes encore en route…

-       Seigneur, prends pitié (chant)
-       O Christ, prends pitié (chant)
-       Seigneur, prends pitié. (chant)
Que Dieu tout-puissant nous fasse miséricorde,  qu’il nous pardonne nos péchés et nous conduise à la vie éternelle.

Tous : AMEN !

GLOIRE À DIEU : chanté par la chorale (en latin ou en français) ou récité

PRIÈRE D’OUVERTURE

Animateur de la célébrationDieu tout-puissant, par la maternité virginale de la bienheureuse Marie, tu as offert au genre humain les trésors du salut éternel ;  accorde-nous de sentir qu’intervient en notre faveur celle qui nous permit d’accueillir l’auteur de la vie, Jésus Christ, ton fils, notre Seigneur et notre Dieu qui vit et règne avec toi et le saint Esprit pour les siècles des siècles. Amen.

LITURGIE DE LA PAROLE

Dans une célébration animée par des laïcs, le siège de la présidence ne sera pas occupé !  

Première lecture (Livre des Nombres au chapitre 6, versets 22 à 27) par ………………………………………………

Introduction → Avec la vierge Marie, que le monde entier soit béni et vive en paix.

Texte Le Seigneur dit à Moïse : « Voici comment Aaron et ses descendants béniront les fils d’Israël : ‘Que le Seigneur te bénisse et te garde ! Que le Seigneur fasse briller sur toi son visage,  qu’il se penche vers toi !
Que le Seigneur tourne vers toi son visage, qu’il t’apporte la paix !’  C’est ainsi que mon nom sera prononcé sur les fils d’Israël, et moi, je les bénirai. »

Psaume 66 : chanté par la chorale ou récité par…………………………………………………………………………..

Introduction → Dans nos rapports et jusque dans nos récoltes que Dieu nous fasse bonne figure, chante le psalmiste. Tels sont aussi nos voeux en ce premier jour de l’an.
Texte   Que son visage s’illumine pour nous ; et ton chemin sera connu sur la terre, ton salut, parmi toutes les nations. Que les nations chantent leur joie, car tu gouvernes le monde avec justice ; sur la terre, tu conduis les nations. La terre a donné son fruit ; Dieu, notre Dieu, nous bénit. Et que la terre tout entière l’adore !

Deuxième lecture → Lettre de saint Paul Apôtre aux Galates  (Ga4, -7) par…………………………………………….

Introduction →  Devenus frères du Christ, nous pouvons appeler Dieu  » Père » comme Jésus nous la enseigné : « Quand vous prier, dites « Père » (Mt 6, 9)

Texte   Frères, lorsque les temps furent accomplis, Dieu a envoyé son Fils ; il est né d’une femme, il a été sous la domination de la Loi de Moïse  pour racheter ceux qui étaient sous la domination de la Loi et pour faire de nous des fils.  Et voici la preuve que vous êtes des fils : envoyé par Dieu, l’Esprit de son Fils est dans nos coeurs, et il crie vers le Père en l’appelant « Abba ! ».  Ainsi tu n’es plus esclave, mais fils, et comme fils, tu es héritier par la grâce de Dieu..

Acclamation  (Chant de l’Alleluia)

Lecteur ou lectrice : ……………………………………………………………….

Alléluia ! Alléluia ! Jadis, par les prophètes, les bergers ont été les premiers à visiter le Christ et sans doute à entendre Marie, sa mère raconter les merveilles de Dieu. Alléluia !

Reprise de l’Acclamation.

L’animateur de la célébration dit alors : “De l’Évangile de Jésus Christ selon saint Luc

Cette personne lit ensuite l’Évangile du jour  à  Lc 2, 16-21
Si c’est une personne laïque qui proclame l’Évangile, elle omet la salutation initiale et aussi l’acclamation finale.

Texte   Évangile de Jésus-Christ selon saint Luc 2, 16-21
Quand les bergers arrivèrent à Bethléem, ils découvrirent Marie et Joseph, avec le nouveau-né couché dans une mangeoire.  Après l’avoir vu, ils racontèrent ce qui leur avait été annoncé au sujet de cet enfant. Et tout le monde s’étonnait de ce que racontaient les bergers. Marie, cependant, retenait tous ces événements et les méditait dans son coeur. Les bergers repartirent ; ils glorifiaient et louaient Dieu pour tout ce qu’ils avaient entendu et vu selon ce qui leur avait été annoncé.
Quand fut arrivé le huitième jour, celui de la circoncision, l’enfant reçut le nom de Jésus, le nom que l’ange lui avait donné avant sa conception.

Homélie → Solennité de Sainte Marie Mère de Dieu (Premier janvier)

Credo récité ou chanté (en latin ou en français)

PRIÈRE UNIVERSELLE

Animateur de la célébration  → On nous dit de Marie qu’elle retenait tous les évènements et les gardait dans son coeur… Portons devant Dieu les besoins de notre temps…

Un membre de l’équipe liturgique ………………………………………………………………………………………………..

•    Toi qui combles de biens les affamés, donne aux croyants la faim de ta Parole. Par l’intercession de la Vierge Marie, Dieu notre Père, nous te prions ! Refrain

R : Sûr de ton amour et fort de notre foi, Seigneur, nous te prions.

*         Toi qui renvoies les riches les mains vides, donne à tous les hommes de travailler pour un monde de justice et de solidarité. R/

*         Toi qui élèves les humbles, donne à l’Église d’entendre le cri des pauvres. Par l’intercession de la Vierge Marie, Dieu notre Père, nous te prions ! R/

*         Toi qui te souviens de ton amour, donne à chacun de nous, à nos familles, à nos malades, d’être signes de ton amour et de ta fidélité. . Par l’intercession de la Vierge Marie, Dieu notre Père, nous te prions ! R/

*         Toi qui as choisi Marie pour porter ton Fils, nous te confions toutes les mamans du monde et toutes les femmes qui souffrent de ne pas avoir d’enfants. . Par l’intercession de la Vierge Marie, Dieu notre Père, nous te prions ! R/

Animateur de la célébration  → Prions  Seigneur, tu as voulu que la Mère de ton Fils soit aussi la Mère de l’Église et notre Mère.  À son exemple, apprends-nous à cheminer à ta lumière. Toi le Vivant pour les siècles des siècles. Amen.

La collecte se fait maintenant,  après la prière universelle.

◊ Ici, nous plaçons un chant en l’honneur de Dieu ou en l’honneur de marie que nous fêtons ce jour.

Suggestion  Dieu est amour : Louange et gloire à ton nom (C250)Peuple de prêtres (C 49) ; Terre    entière (I 33) ; Peuple de Dieu, marche joyeux(K 180) ; Chantons à Dieu ce chant nouveau (L 211) ; Que tes œuvres sont belles  (A 219)  ou un autre chant de votre répertoire. ; Tenons en éveil (C243) ; Louange au Dieu vivant (L 80) ; Peuple, criez de joie (M 27) ; Le cantique des créatures ou un autre chant de votre répertoire.

Ou Apprends nous Marie (219) – Humble servante (v 147) – Aujourd’hui dans notre monde (F 47)

PRIÈRE DE LOUANGE ET NOTRE PÈRE

Un membre de l’équipe liturgique : …………………………………………………….

Avec la Vierge Marie et en son honneur, rendons grâce au Seigneur notre Dieu (refrain)

Refrain

A.D.A.L. pour le premier janvier dans A.D.A.L. Sans-titre-300x81Béni sois-tu d’avoir choisi Marie pour être la mère de ton Fils. En lui confiant une telle mission ce sont toutes les femmes, c’est toute l’humanité que tu honores. (refrain)

Béni sois-tu d’avoir associé Marie à la mission de ton Fils,  jusqu’à nous la donner pour mère, comme tu nous as donné Jésus pour Sauveur. (refrain)
Béni sois-tu d’avoir fait entrer Marie dans la plénitude de ta gloire. Avec Jésus, son fils, « le premier-né d’entre les morts », elle est la première à vivre ce que tu prépares pour chacun de nous. (refrain)

Animateur de la célébration  Béni sois-tu de mettre en nos cœurs ton Esprit, pour que nous puissions te dire, pleins de confiance la prière que nous avons reçue du Sauveur :     Notre Père…

Tous : NOTRE PÈRE (Chanté ou récité)

◊ L’animateur de la célébration introduit le signe de paix  : Soyons unis les uns aux autres dans le Christ et partageons la paix qui vient de lui !

 La liturgie de la Parole s’achève ainsi. On passe ensuite à la prière de conclusion et envoi (voir après le texte encadré suivant),  à moins que l’on ait prévu une liturgie de communion. 

Liturgie de communion     (éventuellement)

Le cadre normal et habituel de la communion doit rester celui d’une célébration eucharistique. Une A.D.A.L. n’est en aucune manière une messe.

La personne qui a été désignée va après  le geste de paix au tabernacle chercher le pain consacré et il l’apporte sur l’autel. Elle s’incline ensuite profondément ou fait une génuflexion. Il est bon de prévoir à ce moment un temps de recueillement qu’on introduira ainsi :

Animateur de la célébration  →   Recueillons-nous dans le silence. Préparons-nous à accueillir le corps du Christ ; qu’il nous rassemble aussi en un seul corps !

Animateur de la célébration  →   Le Christ Jésus nous a livré son corps et chaque messe en fait mémoire. Aujourd’hui, en attente d’une célébration eucharistique, recevons dans la foi le corps du Christ, l’Agneau de Dieu qui enlève le péché du monde.

Heureux les invités au Repas du Seigneur ! … “Saisi de pitié” pour les pécheurs que nous sommes, il est allé jusqu’au bout de l’amour : Voici l’Agneau de Dieu qui enlève le péché du monde.

Tous : Seigneur, je ne suis pas digne de te recevoir, mais, dis seulement une parole et je serai guéri.

Chant pour la communion La paix que tu nous donnes (D83). Ou selon votre répertoire..

Distribution de la communion en disant : « Le corps du Christ »

PRIÈRE DE CONCLUSION

Un membre de l’équipe liturgique : ………………………………………………………………………..

En toi, nous exultons de joie, Seigneur : tu t’es penché sur ton humble servante,  sur nous aussi tu as porté ton regard d’amour en nous comblant de tes biens.  Accorde-nous, par l’intercession de Sainte Marie, mère de Jésus,  de progresser sur les chemins de l’Évangile,  vers la vie en plénitude, pour les siècles des siècles.

Tous : Amen !

Chant final

On peut prendre un chant final ici, de caractère plus communautaire, nous invitant à produire du  fruit. Par exemple : Sur les chemins du monde (C 127) ou quand le Seigneur de montrera E 117 ou si vous le préférez, un autre chant   pour cette fête de Notre Dame : Magnificat (V 240)

Envoi

Après la prière de conclusion, l’animateur de la célébration ajoute → Nous allons offrir des voeux.  Qu’ils soient sincères et qu’ils partent de votre coeur en se traduisant en actes.Allez , avec la force de l’amour du Christ.

  (Pas de bénédiction à donner ici !)

Animateur de la célébration   : Et que Dieu tout-puissant  nous  bénisse : le Père, le Fils, et le Saint Esprit. Amen ! (Chaque fidèle fait le signe de la croix)

Animateur de la célébration :     Allons, dans la paix du Christ !

lwf0004.vignette A.D.A.L. ; Marie ; Fête religieuse ; liturgie de la Parole dans fêtes religieuses

Diacre permanent

Ce texte tient compte des  directives  des évêques des diocèses francophones  pour les liturgies de la Parole animées par des laïcs (guide liturgique pour les assemblées dominicales   animées par des laïcs aux éditions C.I.P.L. 40, rue  des Prémontrés B 4000 Liège).  

 

 

Michel Houyoux, diacre

Publié dans A.D.A.L., fêtes religieuses, Liturgie, Vierge Marie | Pas de Commentaire »

Sainte Marie, mère de Dieu

Posté par diaconos le 26 décembre 2011

Marie, la mère du Sauveur annoncé par les Écritures.

Sainte Marie, mère du Sauveur

Le premier janvier de chaque année, l’Église honore Marie, mère de Dieu. La nuit de Noël, le Verbe a pris un corps véritable et est homme-Dieu. Origène (185-253) a été le premier à avoir employé cette expression et a aussi été l’un des premiers à avoir appelé Marie Mère de Dieu. En 362,  saint Athanase (298-373) aborda des questions christologiques. Pour lui le Christ est une personne et ce qu’il fait appartient à la fois à la nature humaine et à la nature divine. Il affirma que Marie est mère de Dieu et que le Christ est aussi dans son humanité digne d’adoration.

En l’an 431, au concile d’Éphèse  qui s’est tenu du 22 juin à septembre 431, Marie a été reconnue Mère du Fils de Dieu, qui s’est incarné en son sein. Cette proclamation s’est faite par l’approbation de la deuxième lettre de Cyrille d’Alexandrie (376 – †27 juin 444) à Nestorius (381-451), qui fut lue et approuvée par les Pères du Concile.
Jésus Christ est l’humanisation de Dieu, c’est l’approche de Dieu vers l’homme. La Theotokos en est la garantie.
       
Source : deuxième lettre de Cyrille d’Alexandrie à Nestorius

En 1933 à Banneux lors de sa septième apparition (2 mars) à Mariette Beco, la vierge Marie luit a dit : « Je suis la mère du Sauveur, mère de Dieu. priez beaucoup ! »

L’ange a annoncé aux bergers la naissance de Jésus comme celle du Messie promis à Israël : «  Aujourd’hui, dans la ville de David vous est né un Sauveur qui est le Christ Seigneur  » (Lc 2, 11). Dès l’origine il est «  celui que le Père a consacré et envoyé dans le monde  » (Jn 10, 36), conçu comme «  saint  » (Lc 1, 35) dans le sein virginal de Marie. Joseph a été appelé par Dieu à «  prendre chez lui Marie son épouse  » enceinte de «  ce qui a été engendré en elle par l’Esprit Saint  » (Mt 1, 21) afin que Jésus «  que l’on appelle Christ  » naisse de l’épouse de Joseph dans la descendance messianique de David (Mt 1, 16 ; cf. Rm 1, 3 ; 2 Tm 2, 8 ; Ap 22, 16).

Source : Catéchisme de l’Église catholique, article 437

Faut-il adresser notre prière à  Marie ?  Que dit le catéchisme à ce sujet ?

C’est à partir de cette coopération singulière de Marie à l’action de l’Esprit Saint que les Églises ont développé la prière à la sainte Mère de Dieu, en la centrant sur la Personne du Christ manifestée dans ses mystères.

Source : Catéchisme de l’Église catholique, article 2675 a

Ce double mouvement de la prière à Marie a trouvé une expression privilégiée dans la prière du « Je vous salue Marie » qui commence par les paroles que l’ange Gabriel lui adressa :  » L’ange Gabriel fut envoyé par Dieu dans une ville de Galilée, appelée Nazareth, à une jeune fille, une vierge, accordée en mariage à un homme de la maison de David, appelé Joseph ; et le nom de la jeune fille était Marie. L’ange entra chez elle et dit : « Je te salue, Comblée-de-grâce, le Seigneur est avec toi. » (Lc 1, 26-38)

«  Sainte Marie, Mère de Dieu, prie pour nous…  » Avec Élisabeth nous nous émerveillons : «  Comment m’est-il donné que vienne à moi la mère de mon Seigneur ?  » (Lc 1, 43). Parce qu’elle nous donne Jésus son fils, Marie est la mère de Dieu et notre mère ; nous pouvons lui confier tous nos soucis et nos demandes : elle prie pour nous comme elle a prié pour elle-même : «  Qu’il me soit fait selon ta parole  » (Lc 1, 38). En nous confiant à sa prière nous nous abandonnons avec elle à la volonté de Dieu : «  Que ta volonté soit faite  ».

Source : Catéchisme de l’Église catholique, article 2677

Marie est le modèle parfait de la personne en prière, figure de l’Église. Quand nous la prions, nous adhérons avec elle au Dessein du Père, qui envoie son Fils pour sauver tous les hommes.

Prions : Je vous salue, Marie pleine de grâces ; Le Seigneur est avec vous. Vous êtes bénie entre toutes les femmes Et Jésus, le fruit de vos entrailles, est béni. Sainte Marie, Mère de Dieu, Priez pour nous, pauvres pécheurs, Maintenant, et à l’heure de notre mort. Amen.

◊ Homélie →  Solennité de Sainte Marie Mère de Dieu (Premier janvier)

Liens externes

◊  Marie et la divinité du Christ    → historique

◊    Θεοτόκος, à propos de Marie, Mère de Dieu

◊  Marie, mère de Dieu → La Theotokos au concile d’Ephèse

Publié dans Dieu, fêtes religieuses, Religion, Temps de Noël, Vierge Marie | Pas de Commentaire »

Saint Basile de Césarée (330-379) et saint Grégoire de Nazianze (330-390)-Mémoire

Posté par diaconos le 22 décembre 2011

Grégoire de Naziance, évêqe et docteur de l''Église

Saint Grégoire de Nazianze (330-390)

Source de l’imageSt Grégoire de Nazianze

Dans sa liturgie du deux janvier, l’Église célèbre  la mémoire des saints Basile de Césarée et Grégoire de Naziance.

Basile de Césarée, appelé également Basile le Grand naquit en 329 et mourut le premier janvier 279 à Césarée. Il  est l’un des principaux Pères de l’Église. Le terme de Père est d’origine ecclésiastique.  C’est le nom que la communauté donnait à son évêque ou à son Abbé. Les chrétiens de l’Église du premier siècle avaient déjà la conviction  que leur maître était Dieu ; ils pouvaient donc l’appeler Père  et se considérer comme fils :  » La communauté qui est à Babylone, élue de Dieu comme vous, vous salue, ainsi que Marc, mon fils. » (1P 5, 13) ;  » Car vous auriez beau avoir dix mille surveillants pour vous mener dans le Christ, vous n’avez pas plusieurs pères : c’est moi qui, par l’annonce de l’Évangile, vous ai fait naître à la vie du Christ Jésus. » ( 1,Co. 4, 15)

Autre exemple : Polycarpe, évêque de Smyrne (+ 25 avril 167) était  surnommé par les juifs et les païens en  l’an 166  « le docteur de l’Asie et le Père des chrétiens. Ce nom de « Père de l’Église » fut donné aux évêques des premiers siècles reconnus par l’Église comme témoins de la doctrine de la foi. Plus tard, ce concept fut élargit à des écrivains ecclésiastiques qui n’étaient pas évêque.

Basile de Césarée fonda un ordre religieux dans la région du Pont sur la mer Noire (358) et il est  l’auteur d’une règle qui est devenue plus tard  la principale règle monastique de l’Église d’Orient qui a inspiré la règle de saint Benoît en Occident. Il pratiqua d’abord la vie monastique. Il fut un défenseur acharné des pauvres et oeuvra au maintien de la liberté de l’Église, et plus particulièrement de l’intégrité de la foi.


Ami de Basile de Césarée dont il partagea la vie d’étudiant (Académie d’Athènes en 350)  et de moine, Grégoire de Naziance (330-390)  reçu la charge d’évêque de Constantinople le 27 novembre 38o par décision de l’empereur Théodose (347-395)  Au cours de cette période, Grégoire de Naziance écrivit cinq discours appelés Discours théologiques, qui sont l’une des œuvres maîtresses de Grégoire sur la Trinité. En tant qu’évêque, il prêcha souvent. La fête de l’Épiphanie, l’une des principales fêtes chrétiennes sur le baptême de Jésus, fut l’occasion pour Grégoire de faire sa plus longue homélie sur la Trinité.

Prions

Tu as voulu Seigneur,, illuminer ton Église  par l’enseignement et par les exemples de saint Basile et de saint Grégoire de Nazianze ; accorde-nous de chercher humblement à connaître ta vérité pour que ta charité imprègne notre vie. Ainsi soit-il.

Liens externes

 ◊  Homélie de Grégoire de Nazianze  →   L’amour des pauvres (Discours 14)

◊ Liturgie →    St Grégoire de Nazianze, évêque, confesseur et docteur

◊ Biographie →   Grégoire de Nazianze

Publié dans Religion | Pas de Commentaire »

C’est Noël ! Solennité de la nativité de Jésus.

Posté par diaconos le 17 décembre 2011

Bonjour chers amis et chères amies dans le Christ, avec la joie  des bergers dans  la nuit de Noël, admirons la tendresse d’un Dieu qui s’est fait enfant pour devenir notre ami. S’il est impossible de ne pas aimer un tout-petit qui vous tend les bras, comment ne pas aimer ce nouveau-né, emmailloté et couché dans une mangeoire ?

Un enfant est né, un Sauveur nous as été donné

À Bethléem en Judée

Ce mystère de l’Incarnation, célébré à Noël,  nous invite à reconnaître en cet enfant Dieu qui  vient habiter en nous, pour qu’à notre tour nous vivions en lui. Tous les extraits de la Parole de Dieu, en cette nuit et en ce  jour de Noël, demandent à être accueillis dans cette attitude d’admiration devant le Mystère. Oui, un enfant nous est né ! Oui, un fils nous a été donné. (Is 9, 5a). Comme il est beau ce Dieu qui nous aime au point de se faire homme. Ce Dieu que personne n’a jamais vu (Jn 1, 18), Par la naissance de cet enfant, la bonté de Dieu a éclaté la nuit de Noël : la grâce de Dieu s’est manifestée pour le salut de tous les hommes. (Ti. 2, 11)

Noël, le Fils de Dieu s’est fait homme, le voici maintenant parmi nous. La puissance de Jésus éclate dans la faiblesse et la pauvreté. Par lui la paix de Dieu nous est offerte ; en lui, un sauveur nous est donné (Lc 2,11).  Oui, Dieu est avec nous ! Jésus est le seul médiateur entre Dieu et nous.

De même que nous faisons une place dans notre maison pour la crèche et le sapin, il est bon de faire une place pour Dieu dans notre coeur et dans nos activités quotidiennes…

Pour le rencontrer, notre regard doit s’exercer à reconnaître toutes formes d’humilité, d’innocence, de paix, de tolérance et d’amour. Dieu se trouve dans la tendresse qui se vit au sein des familles ou dans la tendresse donnée par beaucoup de bénévoles oeuvrant dans de nombreuses associations. En ce temps de Noël, n’est-ce pas là l’occasion d’en témoigner, de redonner confiance, de rallumer l’espérance ?

Nous ne pouvons vraiment comprendre le message de Noël que par la foi. Sais-tu reconnaître ta marche tâtonnante vers le Christ, à travers les signes les plus ordinaires : la joie des foyers, les efforts que tu fais pour partager ton bonheur à d’autres, les pauvres et les petits qui bâtissent une solidarité sans frontière ?

À toutes les personnes qui cherchent, à toutes celles qui désespèrent portons notre joie et notre espérance. Essayons d’être la lumière des personnes qui vivent dans la nuit.

Voici les lectures bibliques pour la messe de minuit, quelques commentaires et dans la rubrique « Compléments » mon homélie que je vous dédie. Et aussi quelques autres articles (archives) en rapport avec cette fête à redécouvrir.

Avec mes salutations amicales et fraternelles

Bonne et sainte fête de Noël.

 lwf0004.gifMichel Houyoux, diacre permanent

 ♦

La première lecture est tirée du  livre d’Isaïe (Is 9, 1-6)

Commentaire : le prophète Isaïe dressa,  huit cents ans avant la naissance de Jésus, le portrait de cet enfant : « Oui, un enfant nous est né, un fils nous a été  donné. On proclame son nom : Prince de la Paix »

Le peuple qui marchait dans les ténèbres a vu se lever une grande lumière ; sur ceux qui habitaient le pays de l’ombre, une lumière a resplendi. Tu as prodigué l’allégresse, tu as fait grandir la joie : ils se réjouissent devant toi comme on se réjouit en faisant la moisson, comme on exulte en partageant les dépouilles des vaincus. Car le joug qui pesait sur eux, le bâton qui meurtrissait leurs épaules, le fouet du chef de corvée, tu les as brisés comme au jour de la victoire sur Madiane. Toutes les chaussures des soldats qui piétinaient bruyamment le sol, tous leurs manteaux couverts de sang, les voilà brûlés : le feu les a dévorés.
Oui ! un enfant nous est né, un fils nous a été donné ; l’insigne du pouvoir est sur son épaule ; on proclame son nom : « Merveilleux-Conseiller, Dieu-Fort, Père-à-jamais, Prince-de-la-Paix ». Ainsi le pouvoir s’étendra, la paix sera sans fin pour David et pour son royaume. Il sera solidement établi sur le droit et la justice dès maintenant et pour toujours. Voilà ce que fait l’amour invincible du Seigneur de l’univers.


« Copyright AELF – Paris – 1980 – Tous droits réservés ».

Psaume : 96, 1-2a, 2b-3, 11-12a, 12b-13a.c

Commentaire : Ce psaume (13 versets) est divisé en deux parties : le chant nouveau (versets 1 à 9)  et le règne de Dieu (versets 10 à 13)  Un cantique nouveau suppose soit une expérience nouvelle du croyant ou  une phase nouvelle dans l’histoire du peuple de Dieu. Les cieux…, la mer…, la terre célèbrent l’ordre nouveau. Ce règne, encore à venir,  est proche.

  1. Chantez au Seigneur un chant nouveau, chantez au Seigneur, terre entière, chantez au Seigneur et bénissez son nom !
  2. De jour en jour, proclamez son salut,
  3.  racontez à tous les peuples sa gloire, à toutes les nations ses merveilles !

11  Joie au ciel ! Exulte la terre ! Les masses de la mer mugissent,

12. la campagne tout entière est en fête. Les arbres des forêts dansent de joie

13a. devant la face du Seigneur, car il vient,

13b.  pour gouverner le monde avec justice.
« Copyright AELF – Paris – 1980 – Tous droits réservés ».

La 2ème lecture est tirée de la lettre de saint Paul à Tite (Ti 2, 11-14)

Commentaire : la grâce de Dieu salutaire à tous les hommes. Cette grâce est apparue, et son effet est d’abord de nous faire renoncer à nos convoitises et de créer en nous une vie morale et religieuse, ensuite de nous faire vivre dans l’attente de l’apparition glorieuse du Seigneur. (versets 11à 13) Cette grâce a eu sa pleine manifestation dans le sacrifice du Christ, par lequel il nous a rachetés, purifiés, pour que nous lui appartenions en propre. Voilà ce que Tite doit enseigner avec autorité. Tel est le message de  Paul.

Texte La grâce de Dieu s’est manifestée pour le salut de tous les hommes. C’est elle qui nous apprend à rejeter le péché et les passions d’ici-bas, pour vivre dans le monde présent en hommes raisonnable, justes et religieux, et pour attendre le bonheur que nous espérons avoir quand se manifestera la gloire de Jésus Christ, notre grand Dieu et notre Sauveur. Car il s’est donné pour nous afin de nous racheter de toutes nos fautes, et de nous purifier pour faire de nous son peuple, un peuple ardent à faire le bien.

« Copyright AELF – Paris – 1980 – Tous droits réservés ».

De l’Évangile de Jésus Christ, selon Luc (Lc 2, 1-14)

Commentaire : avec ce récit, Luc veut nous faire entrer dans le mystère de Noël : la puissance de Dieu éclate dans la faiblesse et dans la pauvreté. Petitesse de Dieu que cet enfant couché dans une mangeoire, né dans une étable. Et pourtant puissance de Dieu : par cet enfant, la paix de Dieu est offerte à tous. En lui un Sauveur nous est donné. Pour lui, le ciel est aujourd’hui en fête et nous aussi. 

Texte  En ces jours-là, parut un édit de l’empereur Auguste, ordonnant de recenser toute la terre,  ce premier recensement eut lieu lorsque Quirinius était gouverneur de Syrie.  Et chacun allait se faire inscrire dans sa ville d’origine.
Joseph, lui aussi, quitta la ville de Nazareth en Galilée, pour monter en Judée, à la ville de David appelée Bethléem, car il était de la maison et de la descendance de David. Il venait se faire inscrire avec Marie, son épouse, qui était enceinte.
Or, pendant qu’ils étaient là, arrivèrent les jours où elle devait enfanter. Et elle mit au monde son fils premier-né ; elle l’emmaillota et le coucha dans une mangeoire, car il n’y avait pas de place pour eux dans la salle commune.
Dans les environs se trouvaient des bergers qui passaient la nuit dans les champs pour garder leurs troupeaux. L’ange du Seigneur s’approcha, et la gloire du Seigneur les enveloppa de sa lumière. Ils furent saisis d’une grande crainte, mais l’ange leur dit : « Ne craignez pas, car voici que je viens vous annoncer une bonne nouvelle, une grande joie pour tout le peuple : Aujourd’hui vous est né un Sauveur, dans la ville de David. Il est le Messie, le Seigneur. Et voilà le signe qui vous est donné : vous trouverez un nouveau-né emmailloté et couché dans une mangeoire. »
Et soudain, il y eut avec l’ange une troupe céleste innombrable, qui louait Dieu en disant : « Gloire à Dieu au plus haut des cieux, et paix sur la terre aux hommes qu’il aime. »

« Copyright AELF – Paris – 1980 – Tous droits réservés ».

 

Compléments

◊   Homélie    →  Dieu vient habiter parmi nous !

CatéchèseIl est né le divin Enfant (Lc 2, 1-14)

Liens externes

HistoireLa naissance de Jésus

♥  Dessin, bricolage et catéchèse   → La mangeoire de Noël, mots croisés, Crèche « porte » à découper

◊ Liturgie de la Parole avec des enfants  →   Fête de Noël

 

Publié dans Catéchèse, DESSINS ET BIBLE, Dieu, fêtes religieuses, La messe du dimanche, Liturgie, Temps de Noël, Vierge Marie | Pas de Commentaire »

12
 

Salem alikoum |
Eazy Islam |
Josue |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | AEP Gresivaudan 4ieme 2007-08
| Une Paroisse virtuelle en F...
| VIENS ECOUTE ET VOIS