• Accueil
  • > Archives pour septembre 2012

Vingt-sixième dimanche du temps ordinaire, année B

Posté par diaconos le 27 septembre 2012

Préserve ton serviteur de l'orgueil

Le Seigneur nous a donné sa Loi, sa Parole, la lucidité de la foi. Disons -lui merci. Disons aussi avec le psalmiste : "Seigneur préserve ton serviteur de l'orgueil : qu'il n'ait sur moi aucune emprise. Alors je serai sans reproche, pur d'un grand péché. (Psaume 18)

 

Les textes bibliques de ce dimanche, premier jour de la 26ième semaine du Temps ordinaire de l’année B,  nous adressent un message très important. Ils nous invitent à reconnaître le bien qui se fait en dehors de nos communautés de croyants. La première lecture nous montre Eldad et Medad se mettre à prophétiser alors qu’ils ne sont pas mandatés pour cela. Des gens vont le dire à Moïse : Ces deux hommes n’ont pas le droit de prophétiser. Mais Moïse ne voit pas les choses ainsi. Il fait part de son rêve de voir tout son peuple devenir un peuple de prophètes. Plusieurs siècles plus tard, nous avons l’évangile de Marc avec la même question de monopole : L’un des Douze vient à Jésus pour dénoncer des gens qui se mettent à chasser les démons alors qu’ils ne font pas partie du groupe des disciples.  (Marc, chapitre 9, verset 38) La réponse de Jésus est claire et précise: « Ne l’empêchez pas car celui qui fait un miracle en mon nom ne peut pas aussitôt après mal parler de moi. »  (verset 39)  Repérons bien la bonne nouvelle de ce message : Jésus reconnaît le bien d’où qu’il vienne. Son attitude, c’est l’accueil et l’ouverture à tous.

Luttons pour faire grandir la justice (deuxième lecture) car tous les hommes sont égaux devant Dieu. Quant aux paroles de Jésus (évangile), elles nous disent, sans ambiguïté, l’exigence radicale de la loyauté.

Le concile Vatican II affirme à plusieurs reprises que l’Esprit Saint souffle où il veut, et il peut distribuer ses dons à qui il veut, même en dehors de l’Église… C’est peut-être pour nous un rappel à l’ordre, un rappel à faire le bien en toute simplicité, sans bruit, et sans nous soucier de juger l’autre. Cette première semaine d’octobre, mois du rosaire, prions la Sainte Vierge Marie, l’humble servante du Seigneur, et prenons notre chapelet. Elle peut nous apprendre l’humilité, le service, la disponibilité, l’amour.

Voici ci-dessous les lectures pour ce dimanche ainsi que quelques commentaires

Vingt-sixième dimanche du temps ordinaire, année B dans La messe du dimanche croix-diaconale5Recevez chers amis et chères amies mes salutations amicales et fraternelles.

Michel Houyoux, diacre permanent

LA PREMIÈRE LECTURE EST EXTRAITE DU LIVRE DES NOMBRES AU CHAPITRE 11, 25-29

COMMENTAIRE :  ce récit raconte l’organisation du Peuple d’Israël au début de la marche dans le désert. Dans cet extrait, Moïse invite à bannir toute jalousie, surtout quand il s’agit des dons de l’esprit Saint accordés aux autres, et à souhaiter que tous soient prophètes. (verset 29)  Ce bel extrait du livre des Nombres rappelle la liberté souveraine de l’Esprit : le don de Dieu ne connaît pas de frontières,

Texte

25 Le Seigneur descendit dans la nuée pour s’entretenir avec Moïse. Il prit une part de l’esprit qui reposait sur celui-ci, et le         mit sur les soixante-dix anciens du peuple. Dès que l’esprit reposa sur eux, ils se mirent à prophétiser, mais cela ne dura pas.
26 Or, deux hommes étaient restés dans le camp ; l’un s’appelait Eldad, et l’autre Médad. L’esprit reposa sur eux ; bien que  n’étant pas venus à la tente de la Rencontre, ils comptaient parmi les anciens qui avaient été choisis, et c’est dans le camp qu’ils se mirent à prophétiser.
27 Un jeune homme courut annoncer à Moïse : « Eldad et Médad prophétisent dans le camp ! »

28 Josué, fils de Noun, serviteur de Moïse depuis sa jeunesse, prit la parole : « Moïse, mon maître, arrête-les ! »
29 Mais Moïse lui dit : « Serais-tu jaloux pour moi ? Ah ! Si le Seigneur pouvait mettre son esprit sur eux, pour faire de tout son peuple un peuple de prophètes !  »

Copyright AELF – Paris – 1980 – Tous droits réservés ».

PSAUME 18 ( 19 ) , 8. 10. 12-14

COMMENTAIRE :  ce psaume  est une véritable litanie en l’honneur de la Loi : en Israël et dans toutes les communautés juives du monde, on célèbre chaque année à l’automne, dans les derniers jours de septembre ou dans le courant du mois d’octobre, une grande fête en l’honneur de la Loi ; on l’appelle « Simhat Torah », ce qui veut dire « Joie de la Loi ».   La Loi est comparée à un chemin dont il ne faut jamais s’écarter. Par exemple, au cours de la célébration de cette fête de la Loi, on lit un passage du livre de Josué qui emploie cette image : « Veille à agir selon toute la Loi que t’a prescrite Moïse mon serviteur. Ne t’en écarte ni à droite ni à gauche afin de réussir partout où tu iras… »

Texte

8   La loi du Seigneur est parfaite, qui redonne vie ; la charte du Seigneur est sûre, qui rend sages les simples.

10 La crainte qu’il inspire est pure elle est là, pour toujours ; les décisions du Seigneur sont justes                          et  vraiment équitables.

12 Aussi ton serviteur en est illuminé ; à les garder, il trouve son profit.
13 Qui peut discerner ses erreurs ? Purifie-moi de celles qui m’échappent.

14 Préserve aussi ton serviteur de l’orgueil : qu’il n’ait sur moi aucune emprise. Alors je serai sans reproche.

Copyright AELF – Paris – 1980 – Tous droits réservés ».

LA DEUXIÈME LECTURE EST TIREE DE LA LETTRE DE JACQUES AU CHAPITRE 5, 1 – 6

COMMENTAIRE : dans cet extrait, Saint Jacques  part en guerre contre le non-usage ou le mauvais usage des richesses ; et il met les riches en face de leurs responsabilités. Il dit trois choses : la première, la plus importante, c’est une révélation sur Dieu : Dieu est un Dieu de Justice, il entend le cri des malheureux ; deuxièmement, il y a de mauvaises manières de devenir riche ; troisièmement, les richesses sont faites pour servir à tous : l’argent peut contribuer au bonheur de tous ; c’est cela que Dieu attend des riches.

Texte

1 Écoutez-moi, vous les gens riches ! Pleurez, lamentez-vous, car des malheurs vous attendent.
2  Vos richesses sont pourries, vos vêtements sont mangés des mites,
3 votre or et votre argent sont rouillés. Cette rouille vous accusera, elle dévorera vos chairs comme un feu.
Vous avez amassé de l’argent, alors que nous sommes dans les derniers temps !
4 Des travailleurs ont moissonné vos terres, et vous ne les avez pas payés ; leur salaire crie vengeance,
et les revendications des moissonneurs sont arrivées aux oreilles du Seigneur de l’univers.
5 Vous avez recherché sur terre le plaisir et le luxe, et vous avez fait bombance pendant qu’on massacrait     des gens.
6 Vous avez condamné le juste et vous l’avez tué, sans qu’il vous résiste

Copyright AELF – Paris – 1980 – Tous droits réservés ».

DE L’ÉVANGILE DE MARC AU CHAPITRE 9, 38-43. 45. 47-48

Commentaire

  • Première partie : il y a de bons fruits à l’extérieur de la communauté ; c’est donc qu’il y a de bons arbres même à l’extérieur de la communauté ; « Quiconque vous donnera à boire un verre d’eau parce que vous appartenez au Christ, en vérité je vous le déclare, il ne perdra pas sa récompense. » (verset 41)

  • Deuxième partie : A  l’inverse, il y a de mauvais fruits à l’intérieur comme à l’extérieur de la communauté, (Remarquez la répétition du mot « quiconque ») ; cela veut dire qu’il y a de mauvais arbres à l’intérieur comme à l’extérieur de la communauté (verset 42) ; et Jésus en tire la conclusion : tout comme il faut se résoudre à couper l’arbre malade, il faut résolument supprimer tout ce qui peut se révéler cause de danger pour la vie de la communauté. .

 Note historique : la Géhenne  (verset 45) est le ravin qui entoure Jérusalem au Sud et à l’Ouest ; lieu où l’on brûlait les détritus, il devait sa sinistre réputation au fait qu’il avait été également le lieu où l’on sacrifiait des enfants (au temps des rois Achaz et Manassé) ; cette pratique était totalement désapprouvée par les prophètes, si bien que la Géhenne était devenue le symbole de l’horreur absolue. Les prophètes localisaient dans la Géhenne le châtiment des impies au Jour du Jugement de Dieu.

Jésus, par ces phrases si violentes,  veut nous faire découvrir la gravité de ce qui est en jeu ici, à savoir la cohésion de la communauté. (versets 40 à 48)

Texte

38 Jean, l’un des Douze, disait à Jésus : « Maître, nous avons vu quelqu’un chasser des  esprits mauvais en ton nom ;     nous avons voulu l’en empêcher,  car il n’est pas de ceux qui nous suivent. »
39 Jésus répondit : « Ne l’empêchez pas, car celui qui fait un miracle en mon nom  ne peut pas, aussitôt après, mal  parler de moi ; 40 celui qui n’est pas contre nous est pour nous. 41 Quiconque vous donnera un verre d’eau au nom de votre appartenance au Christ, amen, je vous le dis, il ne restera  pas sans récompense.
42 Quiconque entraînera la chute d’un seul de ces petits qui croient en moi, mieux vaudrait pour lui qu’on lui attache au     cou une de ces meules que tournent les ânes, et qu’on le jette à la mer.
43 Et si ta main t’entraîne au péché, coupe-la. Il vaut mieux entrer manchot dans la vie éternelle que d’être jeté avec tes deux mains dans la géhenne, là où le feu ne s’éteint pas. 45 Si ton pied t’entraîne au péché, coupe-le. Il vaut mieux entrer estropié dans la vie éternelle que d’être jeté avec tes  deux pieds dans la géhenne. 47 Si ton oeil t’entraîne au péché, arrache-le. Il vaut mieux entrer borgne dans le royaume     de Dieu que d’être jeté   avec tes deux yeux dans la géhenne, 48 là où le ver ne meurt pas et où le feu ne s’éteint pas. »

 Copyright AELF – Paris – 1980 – Tous droits réservés ».

Complément

◊ Catéchèse pour le 26ème dimanche ordinaire →Réagis sans tarder, tu peux flancher si vite !

Liens externes

◊ Homélie →   26ème dimanche du temps ordinaire

◊ Dimanche prochain → 26ème dimanche du temps ordinaire

◊ Catéchèse →  26e dimanche dans l’année B

 

Publié dans La messe du dimanche, Temps ordinaire | Pas de Commentaire »

Saints anges gardiens (mémoire)

Posté par diaconos le 26 septembre 2012

Saints anges gardiens (mémoire) dans fêtes religieuses saint-ange-gardien-165x300

Dieu donne mission à ses anges de te garder sur tous tes chemins. Ils sont fidèles, ils sont sages, ils sont puissants : qu'aurions-nous à craindre ? Suivons-les seulement, attachons-nous à eux, et demeurons sous la sauvegarde du ciel. (Extrait de l'homélie de saint Bernard sur le psaume 90)

Le deux octobre, l’Église fait mémoire dans sa liturgie des saints anges gardiens. Les anges ont une mission particulière dans le plan du salut de Dieu. Il y a entre les anges et les hommes un rapport de parenté spirituelle. Ambroise de Milan ( 339-397) et Origène (185-253) croyaient aux anges gardiens et admettaient aussi l’existence d’un ange gardien pour chaque personne (Pt. 38,8). Ils appartiennent à la cité de Dieu (domicilii caeslestis habitaculun – Ep 76, 12)

La présence invisible de ces esprits bienheureux nous est une grande aide, et d’un grand réconfort : ils marchent à côté de nous, ils nous protègent, en toute circonstance, ils nous défendent dans les dangers, et nous pouvons avoir recours à eux à tout moment. Beaucoup de saints ont entretenu avec les anges un rapport de véritable amitié, et nombreux sont les épisodes qui témoignent de leur assistance dans des occasions particulières

Citation du pape Benoît XVI- 29 septembre 2008


Benoît XVI a également expliqué la mission spéciale des anges en citant la Lettre aux Hébreux (1,14) : « Les anges sont envoyés par Dieu pour servir ceux qui hériteront le salut’. » C’est pour cela, ajoutait le pape, qu’ils nous sont d’une aide valide dans notre pèlerinage terrestre vers la Patrie céleste .

La profession de foi (De fide catholica) du quatrième Concile de Latran (11 novembre 1215 à 20 novembre 1215) affirme que Dieu a dès le commencement du temps créé de rien l’une et l’autre créature, la spirituelle et la corporelle, c’est à dire les anges et le monde terrestre ; ensuite les humains qui tiennent des deux, composés qu’ils sont d’esprit et de corps.

Selon le catéchisme de l’Église catholique l’existence des anges est une vérité de foi : « L’existence des êtres spirituels, non corporels que l’Écriture Sainte nomme anges, est une vérité de foi. Le témoignage de l’Écriture Sainte est aussi net que l’unanimité de la Tradition. (article 328)

La vocation des anges est en premier lieu de contempler la splendeur de Dieu et de chanter sans cesse sa louange. Mais l’Écriture nous révèle que le Seigneur leur a confié aussi la mission d’assurer auprès des gens une présence fraternelle. C’est ce que nous rappelle la fête des saints anges gardiens.

Ils sont présents et actifs dès le début de la création : « Où étais-tu quand j’ai fondé la terre ? Parle, si tu possèdes l’intelligence. Qui en a fixé les mesures, si tu le sais, Ou qui a étendu sur elle le cordeau ? Sur quoi ses piliers ont-ils été fondés, Ou qui en a posé la pierre angulaire ?  Alors que les étoiles du matin chantaient en chœur, Que tous les fils de Dieu poussaient des cris de joie !«  (Livre de Job, chapitre 38, verset 7)

Ici il n’y avait pas encore de témoins humains. Les étoiles et les anges (fils de Dieu) seuls assistaient et se réjouissaient. Les astres sont appelés étoiles du matin  parce qu’ils brillaient déjà dans l’étendue lorsque commençait seulement la journée de la création de la terre.

Ils fermèrent le paradis terrestre : « Le Seigneur chassa Adam et Ève du jardin d’Éden pour cultiver la terre d’où il avait été pris. Et il plaça à l’orient du jardin d’Éden les chérubins et la flamme de l’épée tournoyante pour garder le chemin de l’arbre de vie. (Gn 3, 24)

Ils protégèrent Lot : « Au cours de la nuit, les gens de Sodome avaient attaqué les deux voyageurs qui étaient venus chez Lot. À l’aurore, les deux anges poussèrent Lot à fuir la ville, en lui disant : « Debout ! Prends ta femme et tes deux filles qui sont chez toi, si tu ne veux pas périr toi aussi à cause des crimes de cette ville.  » (Gn 19, 15)

Ils sauvèrent Agar et son enfant : « Quand l’eau de la gourde fut épuisée, Agar laissa l’enfant sous un buisson, et alla s’asseoir non loin de là, à la distance d’une portée de flèche. Elle se disait : « Je ne veux pas voir mourir l’enfant ! » Elle s’assit non loin de là, et elle se mit à gémir et à pleurer.  Dieu entendit les cris de l’enfant ; et du ciel, l’ange de Dieu appela Agar :  » Qu’as-tu, Agar ? Sois sans crainte, car Dieu a entendu l’enfant crier, sous le buisson où il était. Debout ! Prends l’enfant et tiens-le par la main, car je ferai de lui une grande nation. Alors, Dieu ouvrit les yeux d’Agar, et elle aperçut un puits. Elle alla remplir l’outre et fit boire l’enfant. Dieu fut avec lui, il grandit et demeura au désert  » (Gn 21, 17)

Ils arrêtèrent la main d’Abraham : « Abraham et son fils Isaac arrivèrent à l’endroit que Dieu avait indiqué. Abraham y éleva l’autel et disposa le bois, puis il lia son fils Isaac et le mit sur l’autel, par-dessus le bois pour l’immoler comme Dieu le lui avait ordonné pour prouver sa fidélité. Abraham étendit la main et saisit le couteau pour immoler son fils.

Mais l’ange du Seigneur l’appela du haut du ciel et dit : « Abraham ! Abraham !  » Il répondit : « Me voici ! « L’ange lui dit : « Ne porte pas la main sur l’enfant ! Ne lui fais aucun mal ! Je sais maintenant que tu crains Dieu : tu ne m’as pas refusé ton fils, ton fils unique. » Abraham leva les yeux et vit un bélier, qui s’était pris les cornes dans un buisson. Il alla prendre le bélier et l’offrit en holocauste à la place de son fils.. » (Gn 22, 9-13)

La loi que Dieu donna à Moïse sur le mont Sinaï lui aurait été communiquée par leur ministère : « Vous qui aviez reçu la loi communiquée par les anges, vous ne l’avez pas observée. »  (Ac 7, 53)

Le récit de l’Exode (Ex 20)  ne fait pas mention de la participation des anges à la promulgation de la loi. Mais ce rôle leur est attribué par une tradition que les Septante ont introduite dans l’Écriture elle-même, en se référant et traduisant  « De sa droite jaillissaient des jets lumineux pour eux. » (Dt 33,2c) par « De sa droite , il a envoyé le feu de la loi ».  Plusieurs auteurs du Nouveau Testament y puisèrent  l’idée d’une intervention des anges, dont Dieu se serait servi pour communiquer la loi à Moïse :  » Alors pourquoi la Loi ? Elle a été ajoutée à cause des désobéissances jusqu’à la venue de la descendance à qui ont été faites les promesses, et elle a été communiquée par des anges avec l’intervention d’un médiateur, Moïse. » (Ga 3, 19) Cette idée est exprimée aussi par des rabbins et par l’historien Flavius Josèphe (Antiq. XV, 5, 3).

Voici un autre exemple : « Si la parole communiquée par des anges s’est trouvée confirmée, et si toute transgression ou désobéissance a reçu une juste sanction, comment nous tirerons-nous d’affaire si nous négligeons un pareil salut ?  » (He 2, 2b-3a)

Les anges conduisirent le peuple Hébreu sorti d’Égypte : « Je vais envoyer un ange devant toi pour te garder en chemin et te faire parvenir au lieu que je t’ai préparé. 21 Respecte sa présence, écoute sa voix. Ne lui résiste pas : il ne te pardonnerait pas ta révolte, car mon Nom est en lui. Mais si tu lui obéis parfaitement, si tu fais tout ce que je dirai, je serai l’ennemi de tes ennemis, je poursuivrai tes persécuteurs. » (Ex 23, 20-23)

Les anges annoncèrent des naissances …

  • « Il y avait un homme de Soréa, du clan de Dane, nommé Manoa. Sa femme était stérile et n’avait pas eu d’enfant.  L’ange du Seigneur apparut à cette femme et lui dit : « Tu es stérile et tu n’as pas eu d’enfant. Mais tu vas concevoir et enfanter un fils. Désormais, fais bien attention : ne bois ni vin ni boisson fermentée, et ne mange aucun aliment impur, car tu vas concevoir et enfanter un fils. On ne lui coupera pas les cheveux, car il sera voué à Dieu dès sa conception. C’est lui qui entreprendra de sauver Israël de la main des Philistins. » (Jg 13, 2-5)
  • C’est un ange qui annonça la naissance d’un enfant à Zacharie.   Zacharie fut appelé à entrer dans le sanctuaire pour offrir le parfum. Pendant qu’il accomplissait cet acte solennel et que les fidèles  se trouvaient  dehors en prières, un ange lui apparut (Lc 1, 8-12.) et le rassura en disant :  » Ne crains pas, Zacharie ; car ta prière a été exaucée ; et Élisabeth ta femme t’enfantera un fils et tu l’appelleras du nom de Jean. «  (Lc 1, 13)
  • C’est encore un ange qui annonça la naissance de Jésus : «  Or, au sixième mois, l’ange Gabriel fut envoyé de Dieu dans une ville de Galilée appelée Nazareth, vers une vierge fiancée à un homme nommé Joseph, de la maison de David ; et le nom de la vierge était Marie. Et l’ange, étant entré auprès d’elle, dit : Salut, toi qui as été reçue en grâce : le Seigneur est avec toi !  Mais elle fut troublée de cette parole, et elle se demandait ce que pouvait être cette salutation. Et l’ange lui dit : Ne crains point, Marie, car tu as trouvé grâce devant Dieu ;  et voici tu concevras en ton sein et tu enfanteras un fils, et tu lui donneras le nom de Jésus. (Lc 1, 26-31)

De sa naissance à l’Ascension , la vie de Jésus fut entourée de l’adoration et du service des anges. (À découvrir dans les récits des évangélistes) et ils seront présents au retour du Christ et à son service le jour du Jugement dernier…

  • « Comme ils fixaient encore le ciel où Jésus s’en allait, voici que deux hommes en vêtements blancs se tenaient devant eux et disaient : « Galiléens, pourquoi restez-vous là à regarder vers le ciel ? Jésus, qui a été enlevé du milieu de vous, reviendra de la même manière que vous l’avez vu s’en aller vers le ciel. » (Ac 1, 10-11)
  • « De même que l’on enlève l’ivraie pour la jeter au feu, ainsi en sera-t-il à la fin du monde. Le Fils de l’homme enverra ses anges, et ils enlèveront de son Royaume tous ceux qui font tomber les autres et ceux qui commettent le mal, et ils les jetteront dans la fournaise : là il y aura des pleurs et des grincements de dents.«  (Mt 13, 40-42)

Vous trouverez beaucoup d’autres exemples de l’intervention des anges dans votre Bible.

Dans sa liturgie, l’Église s’unit aux anges pour adorer Dieu ; elle invoque leur assistance et elle fête plus particulièrement certains anges (Saints Michel, Gabriel, Raphaël et les anges gardiens).

De notre naissance à notre mort, nous sommes entourés de leur garde et de leur intercession : chaque fidèle a à ses côtés un ange comme protecteur et pasteur pour le conduire à la Vie.

Source : catéchisme de l’Église catholique, article 336

Homélie de saint Bernard sur les anges

  » Il donne mission à ses anges de le garder sur tous tes chemins. Qu’ils rendent grâce au Seigneur de son amour, de ses merveilles pour les hommes. Qu’ils confessent et disent parmi les nations les merveilles que le Seigneur fit pour eux! Seigneur, qu’est-ce que l’homme, que tu te sois fait connaître à lui, que tu lui ouvres ton coeur? Tu lui ouvres ton coeur, tu le traites avec sollicitude, tu prends soin de lui. Pour finir, tu lui destines ton Fils unique, tu envoies en lui ton Esprit, et même tu lui promets de voir ton visage. Mais, pour qu’aucun être du ciel ne reste hors de cette sollicitude pour nous, tu envoies ces esprits bienheureux pour qu’ils remplissent un service à notre égard, tu les charges de veiller sur nous, tu leur commandes de se faire nos pédagogues.

Il donne mission à ses anges de te garder sur tous tes chemins. Quel n’est pas le respect que cette parole doit susciter en toi, la ferveur qu’elle doit faire naître, la confiance qu’elle doit inspirer! Le respect à cause de leur présence, la ferveur à cause de leur bienveillance, la confiance à cause de leur vigilance.~ Ils sont donc là, à tes côtés, non seulement avec toi mais pour toi. Ils sont présents pour te protéger, pour te secourir. ~ Et même si c’est Dieu qui leur en a donné l’ordre, on ne peut pour autant manquer de reconnaissance à leur égard, en raison de la si grande charité avec laquelle ils obéissent et du besoin si grand que nous avons de leur aide.

 Soyons donc pleins de respect et de reconnaissance pour une telle vigilance de leur part ; aimons-les en retour et honorons-les autant que nous le pouvons, autant que nous le devons. Mais c’est à Dieu qu’il nous faut rapporter la totalité de notre amour et de notre honneur, à Dieu de qui les anges, aussi bien que nous, reçoivent toute la capacité de l’honorer et de l’aimer, non moins que la possibilité de se rendre dignes de son amour et de son honneur. ~ Aussi est-ce en Dieu, mes frères, qu’avec affection il nous faut aimer ses anges, dans la conscience qu’ils seront un jour nos cohéritiers, et que d’ici là le Père dispose et ordonne qu’ils soient pour nous des intendants et des éducateurs. Car dès maintenant nous sommes fils de Dieu, bien que cela ne soit pas encore évident, puisque nous sommes encore des enfants soumis à des intendants et à des éducateurs, et qui semblent pour le moment ne différer en rien des esclaves.

Pourtant, si petits que nous soyons, et si longue – et pas seulement longue mais dangereuse – que soit la route qui nous reste à parcourir, qu’aurions-nous à craindre sous une si bonne garde? On ne peut ni les vaincre ni les égarer, et moins encore redouter qu’ils ne nous égarent, eux qui nous gardent sur tous nos chemins. Ils sont fidèles, ils sont sages, ils sont puissants: qu’aurions-nous à craindre? Suivons-les seulement, attachons-nous à eux, et demeurons sous la sauvegarde du Dieu du ciel. »

Source → Liturgie des Heures, tome IV aux  pages  1041-1043

Prière de l’Église

En cette fête des saints anges, louons et bénissons le Seigneur. Nous te louons, Dieu créateur, pour les anges, fils de ta lumière : ils contemplent sans fin ta gloire.

 Louange à toi, Seigneur, éternellement !

Nous te louons, Dieu vivant, pour les messagers de ta Parole : ils annoncent le vrai Soleil dans la nuit des hommes.

Louange à toi, Seigneur, éternellement !

Nous te louons, Dieu très-haut, pour les ouvriers de ton désir : ils t’offrent chaque jour nos prières.

Louange à toi, Seigneur, éternellement !

Nous te louons, Père très saint, pour les anges, nos compagnons : ils nous guident vers ton Royaume.

Louange à toi, Seigneur, éternellement !

Nous te louons, Père des esprits, pour le monde invisible : il nous fait pressentir ta grandeur.

Louange à toi, Seigneur, éternellement !

Notre Père…

Oraison :   Seigneur, dans ta mystérieuse providence, tu envoies les anges pour nous garder ; daigne répondre à nos prières en nous assurant le bienfait de leur protection et la joie de vivre en leur compagnie pour toujours.

 Prière à mon ange gardien

Ange de Dieu, toi qui es mon Gardien, C’est à toi que le Seigneur dans sa bonté m’a confié ;éclaire-moi, garde-moi, dirige-moi et gouverne-moi. Ainsi soit-il.

Liens externes

◊   De saint Ambroise  (Ambrosius Mediolanensis Epistulae)→  Epistulae

◊ Prière aux anges gardiens → Litanies aux Anges gardiens

◊    Prière aux anges gardiens →  Je vous salue saints anges…

Publié dans fêtes religieuses, Histoire du Salut, L'Église, Prières | Pas de Commentaire »

A.D.A.L. pour le vingt-sixième dimanche du temps ordinaire, année B

Posté par diaconos le 24 septembre 2012

 Assemblée dominicale animée par des laïcs

Rappel  : Il ne peut y avoir d’assemblée sans prêtre dans l’église où est célébrée la messe le même dimanche ( y compris le samedi soir) !  L’assemblée dominicale est  animée par une équipe de laïcs en lien avec le prêtre chargé de la paroisse.

A.D.A.L. pour le vingt-sixième dimanche du temps ordinaire, année B  dans A.D.A.L. 138A-300x255

Tant de personnes suivent le Christ sans le savoir et malheur à celles qui scandalisent leurs proches ! (Mc 9, 38-48)

Références bibliques → Nb 11, 25-29  ;  Psaume 18Jc 5, 1-6  ; Mc 9, 38-43

Chant d’entrée  → Jour du Seigneur P 10-00-1- Dieu qui nous appelle à vivre K 158  – Dieu parmi les hommes G 291 – C’est le jour du Seigneur  ou un autre chant de  votre répertoire.

Animateur de la célébration :   Au nom du Père et du Fils et du Saint Esprit.     Tous : Amen

Animateur de la célébration :   Que Dieu notre Père et Jésus Christ notre Seigneur, de qui vient l’Esprit,
nous donnent la grâce et la paix.                 

Tous : Béni soit Dieu, maintenant et toujours !

Animateur de la célébration :
À chaque célébration eucharistique, nous avons rendez-vous avec le Seigneur. Mais comment entendre sa Parole comme une vraie bonne nouvelle qui peur nous convertir ? Aujourd’hui, écouterons-nous sa Parole ?

C’est cette question qui commande notre assemblée dominicale de ce dimanche et la manière d’y prendre une part active.

PRÉPARATION PÉNITENTIELLE

Animateur de la célébration :   Tournons-nous avec confiance vers le Seigneur pour nous laisser purifier par son amour.

  • Au long de la semaine, nous t’avons oublié, prends pitié de nous (Chant du Kyrie ou selon votre sélection)
  • Tu sais notre faiblesse en face du péché, prends pitié de nous. (Chant du Kyrie ou selon votre sélection)
  • Tu connais mieux que nous ce qui nous a manqué, prends pitié de nous.  (Chant du Kyrie ou selon votre sélection)

Animateur de la célébration :  Que Dieu tout-puissant nous fasse miséricorde, qu’il nous pardonne d’avoir fait obstacle à l’Esprit de Vie, qu’il nous conduise à la vie éternelle

Tous :  Amen !

On pourrait réserver le Gloire à Dieu pour les jours de fête… car il n’est pas opportun de chanter régulièrement le « gloire à Dieu »  dans une Adal car cet hymne est très liée à la célébration eucharistique (messe)

Chant du Gloria par la chorale

Animateur de la célébration :  Prions le Seigneur : Dieu notre Père, d’âge en âge tu envoies des prophètes redire  à ton peuple ton amour et ta fidélité. Nous te prions, Seigneur : que ton esprit suscite encore aujourd’hui des hommes et des femmes capables de parler en ton nom, et de réveiller ton peuple, pour qu’il vive selon la parole que tu nous dit en Jésus Christ, notre Seigneur et notre Dieu, vivant avec toi et le Saint Esprit maintenant et pour les siècles des siècles.

Tous :  Amen !

 

Liturgie de la Parole

◊ Dans une célébration animée par des laïcs, le siège de la présidence ne sera pas occupé !

Animateur de la célébration : ce récit, tiré du livre des nombres au chapitre onze, raconte l’organisation du Peuple d’Israël au début de la marche dans le désert. Dans cet extrait, Moïse invite à bannir toute jalousie, surtout quand il s’agit des dons de l’esprit Saint accordés aux autres, et à souhaiter que tous soient prophètes. (verset 29) Ce beau texte nous rappelle la liberté souveraine de l’Esprit. Le don de Dieu ne connaît pas de frontières,  L’Esprit souffle où il veut ! C’était vrai au temps de Moïse; ça l’était au temps de Jésus. C’est encore vrai aujourd’hui..

Première lecture par………………………………………. …(Nb 11, 25-29),

PSAUME 18 ( 19 ) , 8. 10. 12-14

Animateur de la célébration : le psaume 18  est une véritable litanie en l’honneur de la Loi : en Israël et dans toutes les communautés juives du monde, on célèbre chaque année à l’automne, dans les derniers jours de septembre ou dans le courant du mois d’octobre, une grande fête en l’honneur de la Loi ; on l’appelle « Simhat Torah », ce qui veut dire « Joie de la Loi ».   La Loi est comparée à un chemin dont il ne faut jamais s’écarter. Par exemple, au cours de la célébration de cette fête de la Loi, on lit un passage du livre de Josué qui emploie cette image : « Veille à agir selon toute la Loi que t’a prescrite Moïse mon serviteur. Ne t’en écarte ni à droite ni à gauche afin de réussir partout où tu iras… »

psaume-18-300x121 26ème dimanche du temps ordinaire dans Temps ordinaire

LA DEUXIÈME LECTURE EST TIRÉE DE LA LETTRE DE JACQUES 

Animateur de la célébration : Dans cette lettre dont les lecteurs visés sont des personnes humbles vivant sans fortune et tentées par le confort des riches. et regardant avec envie celles qui ont réussi, Saint Jacques  part en guerre contre le non-usage ou le mauvais usage des richesses ; et il met les riches en face de leurs responsabilités. Il dit trois choses : la première, la plus importante, c’est une révélation sur Dieu : Dieu est un Dieu de Justice, il entend le cri des malheureux ; deuxièmement, il y a de mauvaises manières de devenir riche ; troisièmement, les richesses sont faites pour servir à tous : l’argent peut contribuer au bonheur de tous ; c’est cela que Dieu attend des riches.

Deuxième lecture par ……………………………………………… (Jc 5, 1-6)

Acclamation par la chorale : chant de l’Alleluia

Lecteur ou lectrice : Alléluia. Alléluia. Seigneur Dieu, ouvre notre cœur pour qu’il recherche avec amour les paroles de ton fils. Alléluia ! (Ac 16. 14)

Reprise de l’acclamation par tous

L’animateur de la célébration dit alors : « De l’Évangile de Jésus Christ selon saint Marc. »

Cette personne lit ensuite l’Évangile du jour  à  Mc 9, 38-48
♦ Si c’est une personne laïque qui proclame l’Évangile, elle omet la salutation initiale et aussi l’acclamation finale.

Homélie  →   Celui qui n’est pas contre nous est pour nous. » (Mc 9, 40)

Animateur de la célébration : ensemble proclamons notre foi  (Credo récité ou chanté )

 Prière universelle introduite par l’animateur de la célébration

Le Seigneur nous redit l’exigence radicale des on amour, mais aussi la nécessité d’accueillir toutes les personnes que touche son esprit de tendresse. Confions lui justement toutes celles qui comptent sur lui et se entent parfois rejetées…

 Pour les intentions, celles que vous avez préparées ou à défaut voir ci-dessous…

Quelques jeunes  ……………………… (ou à défaut lecteur ou lectrice adulte)

  • Pour que tous les membres de l’Église aillent au devant des plus pauvres, Jésus, notre maître, nous te prions. (chant)
Prière-universelle-26ème-dim.-t.o.-année-B

Prière-universelle-26ème-dim.-t.o.-année-B

  • Pour  que tous les responsables politiques respectent davantage les droits de tous Jésus, notre maître, nous te prions. (chant)
  • Pour les personnes qui s’éloignent de l’Église, pour les membres des sectes,  Jésus, notre maître, nous te prions. (chant)
  • Pour que notre communauté se mette vraiment à l’écoute des l’Esprit Saint, Jésus, notre maître, nous te prions.

Animateur de la célébration : Prions le Seigneur. Écoute nos prières, Seigneur, et redis ta présence à tons ceux et celles qui ont besoin de ta tendresse. Puisque tu nous redis ce matin ton amour, nous te le demandons à toi qui vis et règnes avec le Père et dans l’unité du Saint Esprit maintenant et pour les siècles des siècles.

Tous :  Amen !

◊ La collecte se fait maintenant,  après la prière universelle.

Action de grâce et le Notre Père

Animateur de la célébration : Frères et sœurs, aujourd’hui encore le Seigneur nous a révélé son amour et sa fidélité ; c’est lui qui nous rassemble dans l’action de grâce. Exprimons-lui notre louange en union avec tous ceux qui le célèbre.

◊ Ici, nous plaçons un chant en l’honneur de Dieu

Suggestion → Que tes œuvres sont belles (A 219) – Peuple de prêtres (C 49) – Tenons en éveil (C243) – Terre entière (I 33) – Peuple de Dieu, marche joyeux (K 180) – Louange au Dieu vivant (L 80)

Prière de louange

Quelques jeunes  ……………………… (ou à défaut lecteur ou lectrice adulte)

  • Seigneur notre Dieu, nous te rendons grâce de tout cœur car ton Esprit travaille au cœur des hommes et par lui tu fais toutes choses nouvelles.

Texte-C.F.C.-et-musique-de-Joseph-Gelineau-300x51 ADAL

Texte : C.F.C. et musique de Joseph Gelineau

Refrain :  Dieu très-haut qui fais merveille, béni soit ton nom ! (MNA 46.17)

  • Par ton esprit, tu nous libères et tu nous donnes les uns aux autres pour vivre ensemble, en un seul corps, dans le rayonnement de ta lumière.

Refrain :  Dieu très-haut qui fais merveille, béni soit ton nom! (MNA 46.17)

  •  Béni sois-tu pour tout ce qui est généreux, pour les solidarités nouées entre les frères, pour les efforts vers un monde meilleur et pour l’espérance qui sans cesse renaît.

Refrain :  Dieu très-haut qui fais merveille, béni soit ton nom! (MNA 46.17)

  • Ton esprit est à l’œuvre et nous te bénissons pour toute paix, toute Justice, pour le respect des plus petits et pour ceux qui pardonnent sans compter.

Refrain :  Dieu très-haut qui fais merveille, béni soit ton nom! (MNA 46.17)

  • Que ton amour, Seigneur, soit sur nous comme toujours notre espoir est en toi ! Béni sois-tu et béni soit ton nom !

Refrain :  Dieu très-haut qui fais merveille, béni soit ton nom! (MNA 46.17)

Animateur de la célébration :  Confions maintenant à Dieu notre Père nos intentions particulières  et les mains levées vers Dieu, prolongeons notre louange en redisant la prière que nous avons reçue du Seigneur…

Notre Père… chanté ou récité

◊ L’animateur de la célébration introduit ici le signe de paix →   Soyons unis les uns aux autres dans le Christ et partageons la paix qui vient de lui.

La liturgie de la Parole animée par des laïcs s’achève ainsi. On passe ensuite à la prière de conclusion (voir plus loin), à moins que l’on ait prévu une liturgie de communion.

Liturgie de communion  (éventuellement)

Le cadre normal et habituel de la communion doit rester celui d’une célébration eucharistique. Une A.D.A.L. n’est en aucune manière une messe.

La personne qui a été désignée va après  le geste de paix au tabernacle chercher le pain consacré et il l’apporte sur l’autel. Elle s’incline ensuite profondément ou fait une génuflexion. Il est bon de prévoir à ce moment un temps de recueillement qu’on introduira ainsi…

Animateur de la célébration → Recueillons-nous dans le silence. Préparons-nous à accueillir le corps du Christ ; qu’il nous rassemble aussi en un seul corps !

Animateur de la célébration →  Le Christ Jésus nous a livré son corps et chaque messe en fait mémoire. Aujourd’hui, en attente d’une célébration eucharistique, recevons dans la foi le corps du Christ, l’Agneau de Dieu qui enlève le péché du monde.

Heureux les invités au Repas du Seigneur ! … “Saisi de pitié” pour les pécheurs que nous sommes, il est allé jusqu’au bout de l’amour : Voici l’Agneau de Dieu qui enlève le péché du monde.

Tous : Seigneur, je ne suis pas digne de te recevoir, mais, dis seulement une parole et je serai guéri.

Chant pour la communion → Ouvre mes yeux (G 79) — Dieu est amour  (D 116)  Vous êtes là, Seigneur (D 26) Saint le Seigneur (C 178) ou selon votre répertoire..

◊ Distribution de la communion en disant : « Le corps du Christ »

Prière après la communion  par  un jeune ou à défaut un membre de l’équipe liturgique.

Jésus, dis-moi quel est ton secret ! Tu passes du temps à faire du  bien, tu consoles les personnes qui sont tristes, tu guéris celles qui sont malades. Elles viennent près de toi. Elles sont nombreuses et tu les accueilles toutes. Elles repartent joyeuses. Jésus, s’il te plaît, aide-moi. Si quelqu’un souffre, si quelqu’un pleure, apprends-moi à lui sourire. Fais-moi trouver comment je peux lui venir en aide.

Animateur de la célébration :  Par ta parole et par ton pain, Seigneur, tu as nourri notre faim de toi, et nous t’en rendons grâce, Donne-nous d’abattre les barrières que nous dressons entre-nous et d’être ainsi les signes de ton amour infini et miséricordieux, toi qui règnes avec le Père et le Saint-Esprit, maintenant et pour les siècles des siècles

Chant final : Suggestion → Aujourd’hui, Dieu te fait prophète  (T 172) – Prophète d’espérance ( T 551) – À tous les peuples de la terre (884) ou un chant de votre choix.

Animateur de la célébration : Si nous ne plaçons pas notre confiance en Dieu, nous sommes à plaindre ; mais si nous croyons, allons le dire à tous nos frères.

Pas de bénédiction à donner ici !

Animateur de la célébration : Que Dieu tout-puissant nous bénisse : le Père, le Fils et le Saint-Esprit.

(Chaque fidèle fait le signe de la croix y compris l’animateur de la célébration))

Animateur de la célébration :     Allons dans la paix du Christ !

Tous : Nous rendons grâce à Dieu

On peut prendre un chant final selon votre répertoire.

 

croix-diaconale4 amour de Dieu Michel Houyoux Diacre permanent

Ce texte tient compte des  directives  des évêques des diocèses francophones  pour les liturgies de la Parole animées par des laïcs (guide liturgique pour les assemblées dominicales   animées par des laïcs aux éditions C.I.P.L. 40, rue  des Prémontrés B 4000 Liège).

Publié dans A.D.A.L., Temps ordinaire | Pas de Commentaire »

Vingt-cinquième dimanche du temps ordinaire, année B

Posté par diaconos le 21 septembre 2012

25ème dimanche du temps ordinaire, année B

Jésus prit un enfant, il le plaça au milieu d'eux et après l'avoir embrassé, il leur dit : "Celui qui accueille en mon nom un enfant comme celui-ci, c'est moi qu'il accueille."

Le thème général de la messe de ce dimanche est la lutte contre la jalousie, les rivalités, la course aux premières places. L’ancien comme le nouveau testamen nous mettent rn garde contre ces sources de guerre entre les hommes.

Alors que notre société nous provoque sans cesse pour être les meilleurs, quitte à écraser les autres, la parole de Dieu, de ce 25ième dimanche du temps ordinaire, vient nous rappeler que Jésus s’est d’abord fait le serviteur de tous. Si nous acceptons de ne pas être d’abord plein de nous-mêmes, nous pourrons alors accueillir le Christ, et par lui, le Père qui l’a envoyé.

Il ne nous est pas naturel de penser que le dernier puisse être le premier et le plus petit le plus grand. Notre monde nous enseigne même le contraire à longueur de journée : on y parle que de compétitivité, performances, rendements, niveaux à maintenir ou à dépasser, sélections, concours, cotations etc.

Jésus, lui,  regarde le fond du cœur : l’état d’esprit qui nous anime. Cette semaine faisons le point sur nos valeurs, sur ce qui est important pour nous dans la vie : qu’est-ce qui compte vraiment pour moi ? La deuxième lecture et l’Évangile de ce dimanche peuvent nous aider à y réfléchir. Voici ci-dessous les lectures de ce dimanche, quelques commentaires et en annexe, dans la rubrique « Divers », quelques compléments ainsi que  les mots croisés du Diacre Rioux (Canada) sur le texte d’évangile choisi pour cette célébration.

Source de l’image →   Hermanoleon Clipart     ♥ free christian clipart, imágenes religiosas gratuitas.

Vingt-cinquième dimanche du temps ordinaire, année B dans Catéchèse croix-diaconale3Recevez chers amis et chères amies mes salutations amicales et fraternelles

Michel Houyoux, diacre permanent

—————————————————————————————————————————————————————–

La première lecture est tirée du livre de la Sagesse au chapitre deux (12-20)

Commentaire : le livre de la Sagesse est le dernier écrit de l’Ancien Testament, 30 ou  50 ans  seulement avant la naissance du Christ. Il a été écrit en Égypte  en grec.

Dans cet extrait, il est question d’un croyant qui assiste à l’érosion de la communauté juive, et qui veut encourager ses frères à reter fidèles. Il leur dit: il faut choisir car, la fidélité est difficile, d’abord parce que la loi juive est exigeante. Mais aussi parce que vous serez en butte à ceux qui ne feront pas comme vous et qui verront en vous des donneurs de leçons (verset 12)

Que fait un croyant fidèle quand il est ainsi exposé à la persécution de ses plus proches ? Il essaie de tenir le coup en s’appuyant sur sa foi et se disant « Dieu ne m’abandonnera pas »

Texte

sa patience.Ceux qui méditent le mal se disent en eux-mêmes : 12 « Attirons le juste dans un piège, car il nous contrarie, il s’oppose à notre conduite, il nous reproche de désobéir à la loi de Dieu et nous accuse d’abandonner nos traditions.
17 Voyons si ses paroles sont vraies, regardons où il aboutira. 18 Si ce juste est fils de Dieu, Dieu l’assistera, et le délivrera de ses adversaires. 19 Soumettons-le à des outrages et à des tourments ; nous saurons ce que vaut sa douceur, nous éprouverons sa patience. 20 Condamnons-le à une mort infâme, puisque, dit-il, quelqu’un veillera sur lui. » 

Copyright AELF – Paris – 1980 – Tous droits réservés ».

—————————————————————————————————————————————————————

Psaume 53

Commentaire  Ici, le psalmiste supplie Dieu d’intervenir de quatre façons : sauve-moi, rends-moi justice, entends ma prière, écoute mes paroles. L’auteur de ce psaume dresse deux chefs d’accusation contre ses ennemis : ils en veulent à sa vie (v 5b) et ils n’ont pas souci de Dieu (v 5c)

3 Par ton nom, Dieu, sauve-moi, par ta puissance rends-moi justice;
4 Dieu, entends ma prière, écoute les paroles de ma bouche.
5 Des étrangers se sont levés contre moi, des puissants cherchent ma perte : ils n’ont pas souci de Dieu.
7 Par ta vérité, Seigneur, détruis-les !
6 Mais voici que Dieu vient à mon aide, le Seigneur est mon appui entre tous.

8 De grand coeur, j’offrirai le sacrifice, je rendrai grâce à ton nom, car il est bon !

Copyright AELF – Paris – 1980 – Tous droits réservés ».

——————————————————————————————————————————————————————-

La deuxième lecture est tirée de la lettre de saint Jacques au chapitre trois

Commentaire  D’un côté, jalousie, rivalités, conflits et guerres ; de l’autre, paix, tolérance, compréhension, justice, miséricorde ; ce sont deux modes de vie qui s’opposent, deux « sagesses » au sens de « savoir-vivre ». Ce texte multiplie les oppositions : elles se ramènent toutes à une seule, l’opposition entre les deux sagesses, les deux comportements. Par exemple, « la jalousie et les rivalités » (v. 16) sont à comprendre par contraste avec ce qui est dit au verset suivant: « paix, tolérance, compréhension »; et les « actions malfaisantes », par contraste là encore avec les « bienfaits » du verset 17.

Le mot traduit ici par « jalousie » peut évoquer le fanatisme des idées.Jacques dit qu’un véritable combat se déroule en nous-mêmes et que nos querelles n’en sont que le reflet: « D’où viennent les conflits entre vous ? N’est-ce pas justement de tous ces instincts qui mènent leur combat en vous-mêmes ? » (veret 4)   Le secret est dans la prière, car Dieu seul peut donner la sagesse.

Texte

Frères, 16  la jalousie et les rivalités mènent au désordre et à toutes sortes d’actions malfaisantes. 17 Au contraire, la sagesse qui vient de Dieu est d’abord droiture, et par suite elle est paix, tolérance, compréhension ; elle est pleine de miséricorde et féconde en bienfaits, sans partialité et sans hypocrisie. 18 C’est dans la paix qu’est semée la justice, qui donne son fruit aux artisans de la paix.
4, 1 D’où viennent les guerres, d’où viennent les conflits entre vous ? N’est-ce pas justement de tous ces instincts qui mènent leur combat en vous-mêmes ? 2 Vous êtes pleins de convoitises et vous n’obtenez rien, alors vous tuez ; vous êtes jaloux et vous n’arrivez pas à vos fins, alors vous entrez en conflit et vous faites la guerre. 3 Vous n’obtenez rien parce que vous ne priez pas ; vous priez, mais vous ne recevez rien parce que votre prière est mauvaise : vous demandez des richesses pour satisfaire vos instincts.

Copyright AELF – Paris – 1980 – Tous droits réservés ».

—————————————————————————————————————————————————————————————————————————————————-

De l’Évangile de Marc au chapitre neuf

 Commentaire

Ici, Jésus prend un exemple qui est à la portée de tout le monde: il prend un enfant, le place au milieu d’eux et l’embrasse: ce geste, de la part de Jésus, est certainement très significatif; à l’époque, l’enfant n’était pas « l’enfant – roi » comme on dit aujourd’hui !  (verset 36) En embrassant un enfant, Jésus embrasse la petitesse. C’est tout un programme. Puis il leur dit: « Qui accueille en mon nom un enfant comme celui-là, m’accueille moi-même »… (verset 37) On croit entendre la fameuse parabole du Jugement Dernier dans l’évangile de Matthieu: « Chaque fois que vous l’avez fait à l’un de ces plus petits qui sont mes frères, c’est à moi que vous l’avez fait ». Jésus précise bien « si vous le faites en mon nom ». C’est là probablement le secret de la véritable grandeur aux yeux de Dieu: ce ne sont pas les actions en elles-mêmes qui sont grandes ! C’est de les faire au nom de Jésus-Christ.

Texte

30 Jésus traversait la Galilée avec ses disciples, et il ne voulait pas qu’on le sache. 31 Car il les instruisait en disant : « Le Fils de l’homme est livré aux mains des hommes ; ils le tueront et, trois jours après sa mort, il ressuscitera »
32 Mais les disciples ne comprenaient pas ces paroles et ils avaient peur de l’interroger 33 Ils arrivèrent à Capharnaüm, et, une fois à la maison, Jésus leur demandait: « De quoi discutiez-vous en chemin ? »
34 Ils se taisaient, car, sur la route, ils avaient discuté entre eux pour savoir qui était le plus grand. 35 S’étant assis, Jésus appela les Douze et leur dit : « Si quelqu’un veut être le premier, qu’il soit le dernier de tous et le serviteur de tous. »
36 Prenant alors un enfant, il le plaça au milieu d’eux, l’embrassa, et leur dit : 37 « Celui qui accueille en mon nom un enfant comme celui-ci, c’est moi qu’il accueille. Et celui qui m’accueille
ne m’accueille pas moi, mais Celui qui m’a envoyé. »

Copyright AELF – Paris – 1980 – Tous droits réservés ».

——————————————————————————————————————

DIVERS

Homélie pour dimanche prochain  : cliquez ici  Qui est le plus grand ? (Mc 9, 30-37)

 Catéchèse : cliquez ici → Qui est le plus grand ?” (Mc 9, 34b)

Le 21 septembre, l’Église célèbre la fête de saint Matthieu, apôtre et évangéliste… Pour la suite, cliquez ici → Saint Matthieu Apôtre et évangéliste

Le 24 septembre,  l’Église  fête Notre Dame de la Merci… Pour la suite, cliquez ici → Notre Dame de la Merci (Ordre fondé en 1218)

 Du Vatican : cliquez ici →   Le Vatican désapprouve l’enseignement « neutre » de la religion

Mots croisés bibliques sur le texte de l’Évangile : cliquez ici →  Mc 9, 30-37

Publié dans Catéchèse, La messe du dimanche, Temps ordinaire | Pas de Commentaire »

123
 

Salem alikoum |
Eazy Islam |
Josue |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | AEP Gresivaudan 4ieme 2007-08
| Une Paroisse virtuelle en F...
| VIENS ECOUTE ET VOIS