• Accueil
  • > Archives pour le Mercredi 26 septembre 2012

Saints anges gardiens (mémoire)

Posté par diaconos le 26 septembre 2012

Saints anges gardiens (mémoire) dans fêtes religieuses saint-ange-gardien-165x300

Dieu donne mission à ses anges de te garder sur tous tes chemins. Ils sont fidèles, ils sont sages, ils sont puissants : qu'aurions-nous à craindre ? Suivons-les seulement, attachons-nous à eux, et demeurons sous la sauvegarde du ciel. (Extrait de l'homélie de saint Bernard sur le psaume 90)

Le deux octobre, l’Église fait mémoire dans sa liturgie des saints anges gardiens. Les anges ont une mission particulière dans le plan du salut de Dieu. Il y a entre les anges et les hommes un rapport de parenté spirituelle. Ambroise de Milan ( 339-397) et Origène (185-253) croyaient aux anges gardiens et admettaient aussi l’existence d’un ange gardien pour chaque personne (Pt. 38,8). Ils appartiennent à la cité de Dieu (domicilii caeslestis habitaculun – Ep 76, 12)

La présence invisible de ces esprits bienheureux nous est une grande aide, et d’un grand réconfort : ils marchent à côté de nous, ils nous protègent, en toute circonstance, ils nous défendent dans les dangers, et nous pouvons avoir recours à eux à tout moment. Beaucoup de saints ont entretenu avec les anges un rapport de véritable amitié, et nombreux sont les épisodes qui témoignent de leur assistance dans des occasions particulières

Citation du pape Benoît XVI- 29 septembre 2008


Benoît XVI a également expliqué la mission spéciale des anges en citant la Lettre aux Hébreux (1,14) : « Les anges sont envoyés par Dieu pour servir ceux qui hériteront le salut’. » C’est pour cela, ajoutait le pape, qu’ils nous sont d’une aide valide dans notre pèlerinage terrestre vers la Patrie céleste .

La profession de foi (De fide catholica) du quatrième Concile de Latran (11 novembre 1215 à 20 novembre 1215) affirme que Dieu a dès le commencement du temps créé de rien l’une et l’autre créature, la spirituelle et la corporelle, c’est à dire les anges et le monde terrestre ; ensuite les humains qui tiennent des deux, composés qu’ils sont d’esprit et de corps.

Selon le catéchisme de l’Église catholique l’existence des anges est une vérité de foi : « L’existence des êtres spirituels, non corporels que l’Écriture Sainte nomme anges, est une vérité de foi. Le témoignage de l’Écriture Sainte est aussi net que l’unanimité de la Tradition. (article 328)

La vocation des anges est en premier lieu de contempler la splendeur de Dieu et de chanter sans cesse sa louange. Mais l’Écriture nous révèle que le Seigneur leur a confié aussi la mission d’assurer auprès des gens une présence fraternelle. C’est ce que nous rappelle la fête des saints anges gardiens.

Ils sont présents et actifs dès le début de la création : « Où étais-tu quand j’ai fondé la terre ? Parle, si tu possèdes l’intelligence. Qui en a fixé les mesures, si tu le sais, Ou qui a étendu sur elle le cordeau ? Sur quoi ses piliers ont-ils été fondés, Ou qui en a posé la pierre angulaire ?  Alors que les étoiles du matin chantaient en chœur, Que tous les fils de Dieu poussaient des cris de joie !«  (Livre de Job, chapitre 38, verset 7)

Ici il n’y avait pas encore de témoins humains. Les étoiles et les anges (fils de Dieu) seuls assistaient et se réjouissaient. Les astres sont appelés étoiles du matin  parce qu’ils brillaient déjà dans l’étendue lorsque commençait seulement la journée de la création de la terre.

Ils fermèrent le paradis terrestre : « Le Seigneur chassa Adam et Ève du jardin d’Éden pour cultiver la terre d’où il avait été pris. Et il plaça à l’orient du jardin d’Éden les chérubins et la flamme de l’épée tournoyante pour garder le chemin de l’arbre de vie. (Gn 3, 24)

Ils protégèrent Lot : « Au cours de la nuit, les gens de Sodome avaient attaqué les deux voyageurs qui étaient venus chez Lot. À l’aurore, les deux anges poussèrent Lot à fuir la ville, en lui disant : « Debout ! Prends ta femme et tes deux filles qui sont chez toi, si tu ne veux pas périr toi aussi à cause des crimes de cette ville.  » (Gn 19, 15)

Ils sauvèrent Agar et son enfant : « Quand l’eau de la gourde fut épuisée, Agar laissa l’enfant sous un buisson, et alla s’asseoir non loin de là, à la distance d’une portée de flèche. Elle se disait : « Je ne veux pas voir mourir l’enfant ! » Elle s’assit non loin de là, et elle se mit à gémir et à pleurer.  Dieu entendit les cris de l’enfant ; et du ciel, l’ange de Dieu appela Agar :  » Qu’as-tu, Agar ? Sois sans crainte, car Dieu a entendu l’enfant crier, sous le buisson où il était. Debout ! Prends l’enfant et tiens-le par la main, car je ferai de lui une grande nation. Alors, Dieu ouvrit les yeux d’Agar, et elle aperçut un puits. Elle alla remplir l’outre et fit boire l’enfant. Dieu fut avec lui, il grandit et demeura au désert  » (Gn 21, 17)

Ils arrêtèrent la main d’Abraham : « Abraham et son fils Isaac arrivèrent à l’endroit que Dieu avait indiqué. Abraham y éleva l’autel et disposa le bois, puis il lia son fils Isaac et le mit sur l’autel, par-dessus le bois pour l’immoler comme Dieu le lui avait ordonné pour prouver sa fidélité. Abraham étendit la main et saisit le couteau pour immoler son fils.

Mais l’ange du Seigneur l’appela du haut du ciel et dit : « Abraham ! Abraham !  » Il répondit : « Me voici ! « L’ange lui dit : « Ne porte pas la main sur l’enfant ! Ne lui fais aucun mal ! Je sais maintenant que tu crains Dieu : tu ne m’as pas refusé ton fils, ton fils unique. » Abraham leva les yeux et vit un bélier, qui s’était pris les cornes dans un buisson. Il alla prendre le bélier et l’offrit en holocauste à la place de son fils.. » (Gn 22, 9-13)

La loi que Dieu donna à Moïse sur le mont Sinaï lui aurait été communiquée par leur ministère : « Vous qui aviez reçu la loi communiquée par les anges, vous ne l’avez pas observée. »  (Ac 7, 53)

Le récit de l’Exode (Ex 20)  ne fait pas mention de la participation des anges à la promulgation de la loi. Mais ce rôle leur est attribué par une tradition que les Septante ont introduite dans l’Écriture elle-même, en se référant et traduisant  « De sa droite jaillissaient des jets lumineux pour eux. » (Dt 33,2c) par « De sa droite , il a envoyé le feu de la loi ».  Plusieurs auteurs du Nouveau Testament y puisèrent  l’idée d’une intervention des anges, dont Dieu se serait servi pour communiquer la loi à Moïse :  » Alors pourquoi la Loi ? Elle a été ajoutée à cause des désobéissances jusqu’à la venue de la descendance à qui ont été faites les promesses, et elle a été communiquée par des anges avec l’intervention d’un médiateur, Moïse. » (Ga 3, 19) Cette idée est exprimée aussi par des rabbins et par l’historien Flavius Josèphe (Antiq. XV, 5, 3).

Voici un autre exemple : « Si la parole communiquée par des anges s’est trouvée confirmée, et si toute transgression ou désobéissance a reçu une juste sanction, comment nous tirerons-nous d’affaire si nous négligeons un pareil salut ?  » (He 2, 2b-3a)

Les anges conduisirent le peuple Hébreu sorti d’Égypte : « Je vais envoyer un ange devant toi pour te garder en chemin et te faire parvenir au lieu que je t’ai préparé. 21 Respecte sa présence, écoute sa voix. Ne lui résiste pas : il ne te pardonnerait pas ta révolte, car mon Nom est en lui. Mais si tu lui obéis parfaitement, si tu fais tout ce que je dirai, je serai l’ennemi de tes ennemis, je poursuivrai tes persécuteurs. » (Ex 23, 20-23)

Les anges annoncèrent des naissances …

  • « Il y avait un homme de Soréa, du clan de Dane, nommé Manoa. Sa femme était stérile et n’avait pas eu d’enfant.  L’ange du Seigneur apparut à cette femme et lui dit : « Tu es stérile et tu n’as pas eu d’enfant. Mais tu vas concevoir et enfanter un fils. Désormais, fais bien attention : ne bois ni vin ni boisson fermentée, et ne mange aucun aliment impur, car tu vas concevoir et enfanter un fils. On ne lui coupera pas les cheveux, car il sera voué à Dieu dès sa conception. C’est lui qui entreprendra de sauver Israël de la main des Philistins. » (Jg 13, 2-5)
  • C’est un ange qui annonça la naissance d’un enfant à Zacharie.   Zacharie fut appelé à entrer dans le sanctuaire pour offrir le parfum. Pendant qu’il accomplissait cet acte solennel et que les fidèles  se trouvaient  dehors en prières, un ange lui apparut (Lc 1, 8-12.) et le rassura en disant :  » Ne crains pas, Zacharie ; car ta prière a été exaucée ; et Élisabeth ta femme t’enfantera un fils et tu l’appelleras du nom de Jean. «  (Lc 1, 13)
  • C’est encore un ange qui annonça la naissance de Jésus : «  Or, au sixième mois, l’ange Gabriel fut envoyé de Dieu dans une ville de Galilée appelée Nazareth, vers une vierge fiancée à un homme nommé Joseph, de la maison de David ; et le nom de la vierge était Marie. Et l’ange, étant entré auprès d’elle, dit : Salut, toi qui as été reçue en grâce : le Seigneur est avec toi !  Mais elle fut troublée de cette parole, et elle se demandait ce que pouvait être cette salutation. Et l’ange lui dit : Ne crains point, Marie, car tu as trouvé grâce devant Dieu ;  et voici tu concevras en ton sein et tu enfanteras un fils, et tu lui donneras le nom de Jésus. (Lc 1, 26-31)

De sa naissance à l’Ascension , la vie de Jésus fut entourée de l’adoration et du service des anges. (À découvrir dans les récits des évangélistes) et ils seront présents au retour du Christ et à son service le jour du Jugement dernier…

  • « Comme ils fixaient encore le ciel où Jésus s’en allait, voici que deux hommes en vêtements blancs se tenaient devant eux et disaient : « Galiléens, pourquoi restez-vous là à regarder vers le ciel ? Jésus, qui a été enlevé du milieu de vous, reviendra de la même manière que vous l’avez vu s’en aller vers le ciel. » (Ac 1, 10-11)
  • « De même que l’on enlève l’ivraie pour la jeter au feu, ainsi en sera-t-il à la fin du monde. Le Fils de l’homme enverra ses anges, et ils enlèveront de son Royaume tous ceux qui font tomber les autres et ceux qui commettent le mal, et ils les jetteront dans la fournaise : là il y aura des pleurs et des grincements de dents.«  (Mt 13, 40-42)

Vous trouverez beaucoup d’autres exemples de l’intervention des anges dans votre Bible.

Dans sa liturgie, l’Église s’unit aux anges pour adorer Dieu ; elle invoque leur assistance et elle fête plus particulièrement certains anges (Saints Michel, Gabriel, Raphaël et les anges gardiens).

De notre naissance à notre mort, nous sommes entourés de leur garde et de leur intercession : chaque fidèle a à ses côtés un ange comme protecteur et pasteur pour le conduire à la Vie.

Source : catéchisme de l’Église catholique, article 336

Homélie de saint Bernard sur les anges

  » Il donne mission à ses anges de le garder sur tous tes chemins. Qu’ils rendent grâce au Seigneur de son amour, de ses merveilles pour les hommes. Qu’ils confessent et disent parmi les nations les merveilles que le Seigneur fit pour eux! Seigneur, qu’est-ce que l’homme, que tu te sois fait connaître à lui, que tu lui ouvres ton coeur? Tu lui ouvres ton coeur, tu le traites avec sollicitude, tu prends soin de lui. Pour finir, tu lui destines ton Fils unique, tu envoies en lui ton Esprit, et même tu lui promets de voir ton visage. Mais, pour qu’aucun être du ciel ne reste hors de cette sollicitude pour nous, tu envoies ces esprits bienheureux pour qu’ils remplissent un service à notre égard, tu les charges de veiller sur nous, tu leur commandes de se faire nos pédagogues.

Il donne mission à ses anges de te garder sur tous tes chemins. Quel n’est pas le respect que cette parole doit susciter en toi, la ferveur qu’elle doit faire naître, la confiance qu’elle doit inspirer! Le respect à cause de leur présence, la ferveur à cause de leur bienveillance, la confiance à cause de leur vigilance.~ Ils sont donc là, à tes côtés, non seulement avec toi mais pour toi. Ils sont présents pour te protéger, pour te secourir. ~ Et même si c’est Dieu qui leur en a donné l’ordre, on ne peut pour autant manquer de reconnaissance à leur égard, en raison de la si grande charité avec laquelle ils obéissent et du besoin si grand que nous avons de leur aide.

 Soyons donc pleins de respect et de reconnaissance pour une telle vigilance de leur part ; aimons-les en retour et honorons-les autant que nous le pouvons, autant que nous le devons. Mais c’est à Dieu qu’il nous faut rapporter la totalité de notre amour et de notre honneur, à Dieu de qui les anges, aussi bien que nous, reçoivent toute la capacité de l’honorer et de l’aimer, non moins que la possibilité de se rendre dignes de son amour et de son honneur. ~ Aussi est-ce en Dieu, mes frères, qu’avec affection il nous faut aimer ses anges, dans la conscience qu’ils seront un jour nos cohéritiers, et que d’ici là le Père dispose et ordonne qu’ils soient pour nous des intendants et des éducateurs. Car dès maintenant nous sommes fils de Dieu, bien que cela ne soit pas encore évident, puisque nous sommes encore des enfants soumis à des intendants et à des éducateurs, et qui semblent pour le moment ne différer en rien des esclaves.

Pourtant, si petits que nous soyons, et si longue – et pas seulement longue mais dangereuse – que soit la route qui nous reste à parcourir, qu’aurions-nous à craindre sous une si bonne garde? On ne peut ni les vaincre ni les égarer, et moins encore redouter qu’ils ne nous égarent, eux qui nous gardent sur tous nos chemins. Ils sont fidèles, ils sont sages, ils sont puissants: qu’aurions-nous à craindre? Suivons-les seulement, attachons-nous à eux, et demeurons sous la sauvegarde du Dieu du ciel. »

Source → Liturgie des Heures, tome IV aux  pages  1041-1043

Prière de l’Église

En cette fête des saints anges, louons et bénissons le Seigneur. Nous te louons, Dieu créateur, pour les anges, fils de ta lumière : ils contemplent sans fin ta gloire.

 Louange à toi, Seigneur, éternellement !

Nous te louons, Dieu vivant, pour les messagers de ta Parole : ils annoncent le vrai Soleil dans la nuit des hommes.

Louange à toi, Seigneur, éternellement !

Nous te louons, Dieu très-haut, pour les ouvriers de ton désir : ils t’offrent chaque jour nos prières.

Louange à toi, Seigneur, éternellement !

Nous te louons, Père très saint, pour les anges, nos compagnons : ils nous guident vers ton Royaume.

Louange à toi, Seigneur, éternellement !

Nous te louons, Père des esprits, pour le monde invisible : il nous fait pressentir ta grandeur.

Louange à toi, Seigneur, éternellement !

Notre Père…

Oraison :   Seigneur, dans ta mystérieuse providence, tu envoies les anges pour nous garder ; daigne répondre à nos prières en nous assurant le bienfait de leur protection et la joie de vivre en leur compagnie pour toujours.

 Prière à mon ange gardien

Ange de Dieu, toi qui es mon Gardien, C’est à toi que le Seigneur dans sa bonté m’a confié ;éclaire-moi, garde-moi, dirige-moi et gouverne-moi. Ainsi soit-il.

Liens externes

◊   De saint Ambroise  (Ambrosius Mediolanensis Epistulae)→  Epistulae

◊ Prière aux anges gardiens → Litanies aux Anges gardiens

◊    Prière aux anges gardiens →  Je vous salue saints anges…

Publié dans fêtes religieuses, Histoire du Salut, L'Église, Prières | Pas de Commentaire »

 

Salem alikoum |
Eazy Islam |
Josue |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | AEP Gresivaudan 4ieme 2007-08
| Une Paroisse virtuelle en F...
| VIENS ECOUTE ET VOIS