• Accueil
  • > Archives pour le Jeudi 27 septembre 2012

Vingt-sixième dimanche du temps ordinaire, année B

Posté par diaconos le 27 septembre 2012

Préserve ton serviteur de l'orgueil

Le Seigneur nous a donné sa Loi, sa Parole, la lucidité de la foi. Disons -lui merci. Disons aussi avec le psalmiste : "Seigneur préserve ton serviteur de l'orgueil : qu'il n'ait sur moi aucune emprise. Alors je serai sans reproche, pur d'un grand péché. (Psaume 18)

 

Les textes bibliques de ce dimanche, premier jour de la 26ième semaine du Temps ordinaire de l’année B,  nous adressent un message très important. Ils nous invitent à reconnaître le bien qui se fait en dehors de nos communautés de croyants. La première lecture nous montre Eldad et Medad se mettre à prophétiser alors qu’ils ne sont pas mandatés pour cela. Des gens vont le dire à Moïse : Ces deux hommes n’ont pas le droit de prophétiser. Mais Moïse ne voit pas les choses ainsi. Il fait part de son rêve de voir tout son peuple devenir un peuple de prophètes. Plusieurs siècles plus tard, nous avons l’évangile de Marc avec la même question de monopole : L’un des Douze vient à Jésus pour dénoncer des gens qui se mettent à chasser les démons alors qu’ils ne font pas partie du groupe des disciples.  (Marc, chapitre 9, verset 38) La réponse de Jésus est claire et précise: « Ne l’empêchez pas car celui qui fait un miracle en mon nom ne peut pas aussitôt après mal parler de moi. »  (verset 39)  Repérons bien la bonne nouvelle de ce message : Jésus reconnaît le bien d’où qu’il vienne. Son attitude, c’est l’accueil et l’ouverture à tous.

Luttons pour faire grandir la justice (deuxième lecture) car tous les hommes sont égaux devant Dieu. Quant aux paroles de Jésus (évangile), elles nous disent, sans ambiguïté, l’exigence radicale de la loyauté.

Le concile Vatican II affirme à plusieurs reprises que l’Esprit Saint souffle où il veut, et il peut distribuer ses dons à qui il veut, même en dehors de l’Église… C’est peut-être pour nous un rappel à l’ordre, un rappel à faire le bien en toute simplicité, sans bruit, et sans nous soucier de juger l’autre. Cette première semaine d’octobre, mois du rosaire, prions la Sainte Vierge Marie, l’humble servante du Seigneur, et prenons notre chapelet. Elle peut nous apprendre l’humilité, le service, la disponibilité, l’amour.

Voici ci-dessous les lectures pour ce dimanche ainsi que quelques commentaires

Vingt-sixième dimanche du temps ordinaire, année B dans La messe du dimanche croix-diaconale5Recevez chers amis et chères amies mes salutations amicales et fraternelles.

Michel Houyoux, diacre permanent

LA PREMIÈRE LECTURE EST EXTRAITE DU LIVRE DES NOMBRES AU CHAPITRE 11, 25-29

COMMENTAIRE :  ce récit raconte l’organisation du Peuple d’Israël au début de la marche dans le désert. Dans cet extrait, Moïse invite à bannir toute jalousie, surtout quand il s’agit des dons de l’esprit Saint accordés aux autres, et à souhaiter que tous soient prophètes. (verset 29)  Ce bel extrait du livre des Nombres rappelle la liberté souveraine de l’Esprit : le don de Dieu ne connaît pas de frontières,

Texte

25 Le Seigneur descendit dans la nuée pour s’entretenir avec Moïse. Il prit une part de l’esprit qui reposait sur celui-ci, et le         mit sur les soixante-dix anciens du peuple. Dès que l’esprit reposa sur eux, ils se mirent à prophétiser, mais cela ne dura pas.
26 Or, deux hommes étaient restés dans le camp ; l’un s’appelait Eldad, et l’autre Médad. L’esprit reposa sur eux ; bien que  n’étant pas venus à la tente de la Rencontre, ils comptaient parmi les anciens qui avaient été choisis, et c’est dans le camp qu’ils se mirent à prophétiser.
27 Un jeune homme courut annoncer à Moïse : « Eldad et Médad prophétisent dans le camp ! »

28 Josué, fils de Noun, serviteur de Moïse depuis sa jeunesse, prit la parole : « Moïse, mon maître, arrête-les ! »
29 Mais Moïse lui dit : « Serais-tu jaloux pour moi ? Ah ! Si le Seigneur pouvait mettre son esprit sur eux, pour faire de tout son peuple un peuple de prophètes !  »

Copyright AELF – Paris – 1980 – Tous droits réservés ».

PSAUME 18 ( 19 ) , 8. 10. 12-14

COMMENTAIRE :  ce psaume  est une véritable litanie en l’honneur de la Loi : en Israël et dans toutes les communautés juives du monde, on célèbre chaque année à l’automne, dans les derniers jours de septembre ou dans le courant du mois d’octobre, une grande fête en l’honneur de la Loi ; on l’appelle « Simhat Torah », ce qui veut dire « Joie de la Loi ».   La Loi est comparée à un chemin dont il ne faut jamais s’écarter. Par exemple, au cours de la célébration de cette fête de la Loi, on lit un passage du livre de Josué qui emploie cette image : « Veille à agir selon toute la Loi que t’a prescrite Moïse mon serviteur. Ne t’en écarte ni à droite ni à gauche afin de réussir partout où tu iras… »

Texte

8   La loi du Seigneur est parfaite, qui redonne vie ; la charte du Seigneur est sûre, qui rend sages les simples.

10 La crainte qu’il inspire est pure elle est là, pour toujours ; les décisions du Seigneur sont justes                          et  vraiment équitables.

12 Aussi ton serviteur en est illuminé ; à les garder, il trouve son profit.
13 Qui peut discerner ses erreurs ? Purifie-moi de celles qui m’échappent.

14 Préserve aussi ton serviteur de l’orgueil : qu’il n’ait sur moi aucune emprise. Alors je serai sans reproche.

Copyright AELF – Paris – 1980 – Tous droits réservés ».

LA DEUXIÈME LECTURE EST TIREE DE LA LETTRE DE JACQUES AU CHAPITRE 5, 1 – 6

COMMENTAIRE : dans cet extrait, Saint Jacques  part en guerre contre le non-usage ou le mauvais usage des richesses ; et il met les riches en face de leurs responsabilités. Il dit trois choses : la première, la plus importante, c’est une révélation sur Dieu : Dieu est un Dieu de Justice, il entend le cri des malheureux ; deuxièmement, il y a de mauvaises manières de devenir riche ; troisièmement, les richesses sont faites pour servir à tous : l’argent peut contribuer au bonheur de tous ; c’est cela que Dieu attend des riches.

Texte

1 Écoutez-moi, vous les gens riches ! Pleurez, lamentez-vous, car des malheurs vous attendent.
2  Vos richesses sont pourries, vos vêtements sont mangés des mites,
3 votre or et votre argent sont rouillés. Cette rouille vous accusera, elle dévorera vos chairs comme un feu.
Vous avez amassé de l’argent, alors que nous sommes dans les derniers temps !
4 Des travailleurs ont moissonné vos terres, et vous ne les avez pas payés ; leur salaire crie vengeance,
et les revendications des moissonneurs sont arrivées aux oreilles du Seigneur de l’univers.
5 Vous avez recherché sur terre le plaisir et le luxe, et vous avez fait bombance pendant qu’on massacrait     des gens.
6 Vous avez condamné le juste et vous l’avez tué, sans qu’il vous résiste

Copyright AELF – Paris – 1980 – Tous droits réservés ».

DE L’ÉVANGILE DE MARC AU CHAPITRE 9, 38-43. 45. 47-48

Commentaire

  • Première partie : il y a de bons fruits à l’extérieur de la communauté ; c’est donc qu’il y a de bons arbres même à l’extérieur de la communauté ; « Quiconque vous donnera à boire un verre d’eau parce que vous appartenez au Christ, en vérité je vous le déclare, il ne perdra pas sa récompense. » (verset 41)

  • Deuxième partie : A  l’inverse, il y a de mauvais fruits à l’intérieur comme à l’extérieur de la communauté, (Remarquez la répétition du mot « quiconque ») ; cela veut dire qu’il y a de mauvais arbres à l’intérieur comme à l’extérieur de la communauté (verset 42) ; et Jésus en tire la conclusion : tout comme il faut se résoudre à couper l’arbre malade, il faut résolument supprimer tout ce qui peut se révéler cause de danger pour la vie de la communauté. .

 Note historique : la Géhenne  (verset 45) est le ravin qui entoure Jérusalem au Sud et à l’Ouest ; lieu où l’on brûlait les détritus, il devait sa sinistre réputation au fait qu’il avait été également le lieu où l’on sacrifiait des enfants (au temps des rois Achaz et Manassé) ; cette pratique était totalement désapprouvée par les prophètes, si bien que la Géhenne était devenue le symbole de l’horreur absolue. Les prophètes localisaient dans la Géhenne le châtiment des impies au Jour du Jugement de Dieu.

Jésus, par ces phrases si violentes,  veut nous faire découvrir la gravité de ce qui est en jeu ici, à savoir la cohésion de la communauté. (versets 40 à 48)

Texte

38 Jean, l’un des Douze, disait à Jésus : « Maître, nous avons vu quelqu’un chasser des  esprits mauvais en ton nom ;     nous avons voulu l’en empêcher,  car il n’est pas de ceux qui nous suivent. »
39 Jésus répondit : « Ne l’empêchez pas, car celui qui fait un miracle en mon nom  ne peut pas, aussitôt après, mal  parler de moi ; 40 celui qui n’est pas contre nous est pour nous. 41 Quiconque vous donnera un verre d’eau au nom de votre appartenance au Christ, amen, je vous le dis, il ne restera  pas sans récompense.
42 Quiconque entraînera la chute d’un seul de ces petits qui croient en moi, mieux vaudrait pour lui qu’on lui attache au     cou une de ces meules que tournent les ânes, et qu’on le jette à la mer.
43 Et si ta main t’entraîne au péché, coupe-la. Il vaut mieux entrer manchot dans la vie éternelle que d’être jeté avec tes deux mains dans la géhenne, là où le feu ne s’éteint pas. 45 Si ton pied t’entraîne au péché, coupe-le. Il vaut mieux entrer estropié dans la vie éternelle que d’être jeté avec tes  deux pieds dans la géhenne. 47 Si ton oeil t’entraîne au péché, arrache-le. Il vaut mieux entrer borgne dans le royaume     de Dieu que d’être jeté   avec tes deux yeux dans la géhenne, 48 là où le ver ne meurt pas et où le feu ne s’éteint pas. »

 Copyright AELF – Paris – 1980 – Tous droits réservés ».

Complément

◊ Catéchèse pour le 26ème dimanche ordinaire →Réagis sans tarder, tu peux flancher si vite !

Liens externes

◊ Homélie →   26ème dimanche du temps ordinaire

◊ Dimanche prochain → 26ème dimanche du temps ordinaire

◊ Catéchèse →  26e dimanche dans l’année B

 

Publié dans La messe du dimanche, Temps ordinaire | Pas de Commentaire »

 

Salem alikoum |
Eazy Islam |
Josue |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | AEP Gresivaudan 4ieme 2007-08
| Une Paroisse virtuelle en F...
| VIENS ECOUTE ET VOIS