• Accueil
  • > Archives pour le Dimanche 20 janvier 2013

Marie … Cana … et le diaconat

Posté par diaconos le 20 janvier 2013

Une réflexion du Père Daniel JOUFFE, délégué diocésain au diaconat permanent (France)

Le directoire pour la formation des diacres écrit :

  » Les diacres aimeront mettre leur vie et leur ministère sous la protection de la Vierge Marie,

humble servante du Seigneur, pleinement disponible aux appels de Dieu et des hommes » (25).

 Marie à Cana peut-elle fournir une référence pour le diaconat ?

«   Il y eut des noces à Cana de Galilée, la mère de Jésus y était .  Jésus aussi y fut invité, ainsi que ses disciples «  (Jn 2, 1-2).

 Jésus est introduit par Marie sur une scène, où il va tenir le premier rôle. Elle le fait en attirant son attention sur la situation malheureuse de cette noce :

« Ils n’ont pas de vin » (Jn 2, 3)

“Remplissez d’eau ces jarres” ... et ils les emplirent jusqu’au bord”. “Puisez maintenant et portez-en au maître du festin” ... et ils lui en portèrent.”  Dans leur obéissance aux paroles de Jésus, leur rôle de “servants” apparaît en pleine lumière.  Le servant - d’un repas - n’est-il pas celui qui porte à leur destinataire des mets qu’un autre a préparés ?  Telle est la situation aujourd’hui dans l’Eglise, non seulement du diacre, mais de « tout ministre » : évêque, prêtre ... ou apôtre.

“Remplissez d’eau ces jarres” ... et ils les emplirent jusqu’au bord”. “Puisez maintenant et portez-en au maître du festin” ... et ils lui en portèrent.” Dans leur obéissance aux paroles de Jésus, leur rôle de “servants” apparaît en pleine lumière. Le servant - d’un repas - n’est-il pas celui qui porte à leur destinataire des mets qu’un autre a préparés ? Telle est la situation aujourd’hui dans l’Église, non seulement du diacre, mais de tout ministre su culte : évêque, prêtre ... ou apôtre .

La nature du récit, l’allusion au  premier signe  qui va être donné invitent à reconnaître en elle l’interprète symbolique de la détresse d’Israël, qui n’en finit pas d’attendre l’accomplissement des promesses de son Dieu.

Quelle que soit la lecture (au négatif ou à l’interrogatif) de la réponse que Jésus lui fait, celle-ci ne peut passer pour un refus. Leur dialogue agit comme un déclic, qui pousse Jésus à se tourner vers son Père, le Seul à décider de son Heure, et invite Marie à faire de même.

Elle ne s’y refuse nullement, mais, anticipant dans sa foi ce qui va arriver, elle se tourne vers les “servants” (les « diaconoï ») de ce repas et leur dit  » Quoi qu’Il vous dise, faites-le « .

 Elle reprend la formule du Pharaon investissant Joseph des pleins pouvoirs et invitant le peuple à s’en remettre totalement à lui (Gen. 41, 55). Cette phrase traduit la foi de Marie, qui, par ce détour, désigne aux servants Jésus comme celui que Dieu a investi des pleins pouvoirs à l’égard de son peuple.

Eux rempliront leur rôle de servants en accomplissant ponctuellement ce que Jésus leur dira. Ainsi seront-ils les témoins d’un lsraëI fidèle, qui, aux moments décisifs, a manifesté sa réponse à l’Alliance en ces termes : « Tout ce que dit le Seigneur, nous le ferons » (Ex. 19,8; bs. 24, 24).

La foi de Marie a sur eux un effet d’entraînement

Viennent les deux paroles de Jésus, qui sont des injonctions…

« Remplissez d’eau ces jarres » Ils les emplirent jusqu’au bord. « Puisez maintenant et portez-en au maître du festin ». Et ils lui en portèrent. »

Dans leur obéissance aux paroles de Jésus, leur rôle de “servants” apparaît en pleine lumière. Le servant – d’un repas n’est-il pas celui qui porte à leur destinataire des mets qu’un autre a préparés ? Telle est la situation aujourd’hui dans l’Église, non seulement du diacre, mais de tout ministre  : évêque, prêtre … ou apôtre .  Jean est très attentif à montrer en Jésus Celui qui envoie comme Lui- même a été envoyé. (Jn 17,18)  Envoyé du Père, il s’applique à ne dire que les paroles qu’il a entendues de Lui (Jn 12,50) et à accomplir Ses oeuvres. (Jn 5,19)

 En devenant ministres , nous nous trouvons insérés dans cette chaîne-là  (Jn 12, 26)

 Marie invite les servants à y entrer sans réticence. Elle les incite non seulement à exécuter matériellement les ordres de Jésus, mais à en épouser l’esprit.  En “remplissant” les cuves “jusqu’au bord” , les servants ont fait tout ce qui était en leur pouvoir. En accomplissant jusqu’au bout ce que Dieu lui a demandé par ses Prophètes, l’Israël fidèle a ouvert les voies à l’accomplissement plénier des promesses.

 » L’eau devenue vin », dont le maître du festin ignore l’origine, connue des seuls servants, montre que la promesse de Dieu a commencé à s’accomplir.

La fête ira donc jusqu’au bout ; non seulement elle répondra à l’attente d’Israël, mais elle la dépassera. Les convives boiront un vin meilleur que celui qui fut servi au début. Loin d’être inutile, la foi des anciens a porté ses fruits, la foi du peuple Nouveau est en mesure de produire les siens : déjà les disciples se rassemblent autour de Jésus.

Quelque chose réunit les anciens et les nouveaux servants 

Leur semblable souci de mettre en oeuvre pleinement tout ce que le Seigneur peut leur dire.

C’est Marie qui les incite à le faire. Eux, puisèrent l’eau et en portèrent, selon l’ordre de Jésus. Marie se tenait comme on retrait. Pourtant par son assurance si ferme, ils étaient comme portés à être des exécutants fidèles jusqu’au bout. En Saint Luc, Marie s’est désignée comme “la servante (doulê) du Seigneur” (1,38 et 48). Nous usons du mot « servante « , sans oser, dans les traductions, employer le terme  d’esclaves , celui pourtant par lequel elle se désigne.

À l’image de Jésus, venu certes pour “servir” (diaconèsaï), mais en allant jusqu’à se dessaisir totalement de sa vie (Mc 10,45), elle s’applique ce terme, qui exprime le dessaisissement total de sa propre personne, remise sans réserve entre les mains de Dieu pour qu’Il accomplisse librement en elle sa Parole.  Le sang du Christ versé en croix est à l’horizon du Signe de Cana.

L’heure venue, Marie se tiendra debout devant Jésus élevé en croix (Jn 19, 25- 27), son abandon total ouvrira alors la voie à la Foi du disciple Bien-Aimé.

Le diacre a le privilège de signifier au peuple chrétien rassemblé le don total de Jésus, quand il élève la coupe du sang versé et la distribue aux fidèles.

Le sang de la Fête éternelle coule du pressoir de la croix. Jean le dévoilera progressivement à travers les signes qui jalonnent son Évangile. Dans le geste du diacre, nous pouvons reconnaître l’expression la plus extrême et la plus profonde de ce qu’il est appelé à signifier par son ministère.

Pour conclure.

À Cana, à l’heure où Jésus inaugure son oeuvre, Marie, par son attitude et ses paroles, invite les servants à se situer, comme les fidèles d’un Israël Nouveau.

Tous les servants qui viendront par la suite sont d’abord invités à reconnaître en Jésus l’envoyé de Dieu et à se faire les fidèles exécutants de ses paroles.

La fécondité de leur ministère n’a pas d’autre source.

 À l’heure où tout ce peuple a un grand pas à faire, ils sont en quelque sorte en situation de passeurs. Marie, qui les précède sur l’autre rive, leur montre le chemin et les soutient. Tous ceux qui viennent au Christ ont un grand pas à faire, même si leur passé nous permet de dire qu’ils sont proches de la foi. La voie ne s’ouvrira pas sans que les ministres s’engagent personnellement à leur côté.

Le dessein qu’ils servent les dépasse. La disponibilité que requiert leur mission est de nature à conduire celui qui l’accepte jusqu’au don d’une vie dans sa totalité. Ce qu’a fait Jésus accomplit le dessein de Dieu. Ce en quoi sa Mère l’a imité ouvre les voies à tous ceux qui, à l’heure où le Père les y invitera, auront eux mêmes à prendre des décisions plus radicales.Marie ne fournit pas de recette, ni de modèle prêt à porter.  Elle communique un esprit, dont toutes ses paroles et attitudes témoignent.

Si nous sommes appelés au service, c’est en servant dans cet esprit-là que   nous profiterons de son exemple.

À mes amis diacres et futurs diacres,

Daniel JOUFFE, délégué diocésain au Diaconat permanent  Saint-Brieuc

Liens externes

◊ Diaconat →    Diacres appelés à servir – Diocèse de Saint-Brieuc et Tréguier

◊ Site Web du diocèse de Saint Brieuc  →  Accueil – Diocèse de Saint-Brieuc et Tréguier

Publié dans Accueil sur mon blog, Diaconat permanent, Diacres, Messages, Religion | Pas de Commentaire »

 

Salem alikoum |
Eazy Islam |
Josue |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | AEP Gresivaudan 4ieme 2007-08
| Une Paroisse virtuelle en F...
| VIENS ECOUTE ET VOIS