• Accueil
  • > Archives pour janvier 2013

Saint Sébastien (260 ? – 20 janvier 288)

Posté par diaconos le 16 janvier 2013

Saint Sébastien (260 ? - 20 janvier 288) dans fêtes religieuses 321410sebastien-161x300

Le martyre de saint Sébastien (20 janvier 288)

Sébastien naquit à Narbonne vers l’an 260.  Les actes de sa passion le présentent comme un capitaine de la garde prétorienne de Dioclétien. Sébastien  aidait les chrétiens. Trahi par un apostat, il fut traduit devant l’ empereur  qui le somma de renier sa foi et de sacrifier aux dieux de l’ empire. Il lui répondit qu’il était disciple du Christ et que jamais il ne reniera sa foi au Christ qu’il aime et adore. Sur son refus de sacrifier aux dieux de l’empire, Dioclétien le livra à un groupe d’archers qui le criblèrent de flèches. Abandonné par ses bourreaux, il fut recueilli  par une chrétienne qui le soigna. À peine remis de ses terribles blessures, il retourna chez Dioclétien pour protester contre l’injuste persécution dont les chrétiens étaient d’innocentes victimes. Dioclétien le fit mettre à mort au Colisée où il fut massacré à coups de bâtons. Cela se passa le 20 janvier 288. Son  corps a été enseveli dans les catacombes situées sur la voie Appienne. Le Pape Damase fit ériger une église sur sa tombe :  la basilique saint Sébastien-hors-les-murs. (1) Il est le Saint Patron des archers et est invoqué contre la peste et les maladies contagieuses.

Source de l’image →    Sébastien (20 janvier)  sur le blog  » La lumière de Dieu »

Dans le monde la religion est souvent reléguée dans la sphère privée et la laïcité organisée cherche misère aux religions et en particulier à l’Église. Pour les chrétiens, le climat n’est pas favorable au témoignage haut et fort de la foi et de l’identité chrétienne. N’ayez pas peur ! Ayez confiance, ayez courage, je suis avec vous ! Aujourd’hui, ces paroles du Christ ont toute leur force vitale. Elles nous encouragent à être nous-mêmes, à vivre l’Évangile. Saint Paul fait allusion aux persécutions dans le cœur de l’homme, dans une de ses lettres à son disciple Timothée : « Pour toi, tu as suivi de près mon enseignement, ma conduite, mes résolutions, ma foi, ma douceur, ma charité, ma constance, mes persécutions, mes souffrances. A quelles souffrances n’ai-je pas été exposé à Antioche, à Icone, à Lystre? Quelles persécutions n’ai-je pas supportées? Et le Seigneur m’a délivré de toutes. Or, tous ceux qui veulent vivre pieusement en Jésus Christ seront persécutés. » (Tim 3, 10-12)

Il a dit tous, il n’a excepté personne ! Qui peut être excepté quand le Christ lui-même a subi le supplice ?

Dans une homélie prononcée pour la fête de saint Sébastien, le 20 janvier 390 à Milan, saint Ambroise disait : « Combien y a-t-il chaque jour de martyrs secrets du Christ, et qui confessent le nom du Seigneur Jésus !  » L’apôtre connaissait ce martyre et le témoignage de foi au Christ, lui qui a dit : c’est là notre fierté, et le témoignage de notre conscience. »

Prions

Saint Sébastien, sois attentif à ma prière, ouvre l’oreille à mes supplications, toi qui as été éprouvé par les flèches, et dont le corps inerte a été ramené à la vie, redonne vigueur à mes membres morts, affermis mes pas dans les sentiers que Dieu a tracés. Saint Sébastien, mon âme est dans le trouble, toute ma force m’a quitté, toi que les flèches ont traversé sans que ta foi,

comme ton sang, coule de ton corps, ne m’abandonne pas, redonne-moi l’espoir, la volonté et la guérison. Seigneur, accorde-nous l’Esprit de force, pour qu’à l’exemple de saint Sébastien, ton martyr, nous préférions t’obéir à toi plutôt qu’aux hommes.

Liens externes

◊ Le martyre de Sébastien →  Notice sur la vie de saint Sébastien

◊ Hagiographie →    Vie et mort de Sébastien

◊ Le martyre de saint Sébastien → Maria Rosa Chiapparo

(1) Rome →   Basilique Saint-Sébastien-hors-les-Murs

Sébastien naquit à Narbonne vers l'an 260.  Les actes de sa passion le présentent comme un capitaine de la garde prétorienne de Dioclétien. Sébastien  aidait les chrétiens. Trahi par un apostat, ..." onclick="window.open(this.href);return false;" >

Publié dans fêtes religieuses | Pas de Commentaire »

A.D.A.L. pour le quatrième dimanche du temps ordinaire, année C

Posté par diaconos le 12 janvier 2013

Liturgie de la parole animée par des laïcs

A.D.A.L. pour le quatrième dimanche du temps ordinaire, année C dans A.D.A.L. quatrieme-dimanche-ordinaire-annee-c

Aucun prophète n'est bien reçu dans son pays...

Rappel  : Il ne peut y avoir d’assemblée sans prêtre dans l’église où est célébrée la messe le même dimanche ( y compris le samedi soir) !  L’assemblée dominicale est  animée par une équipe de laïcs en lien avec le prêtre chargé de la paroisse.

Références bibliques

Première lecture → Je fais de toi un prophète pour les peuples » (Jr 1, 4-5.17-19)
Psaume →   Ps 70, 5-6ab, 7-8, 15ab.17, 19.6c
Deuxième lecture →   Hymne à la charité (1 Co 12, 31; 13, 1-13)

Évangile → La mission de Jésus est universelle (Lc 4, 21-30)

 

Suggestions de chant d’entrée : Dieu parmi les hommes (E118) ; Si le Père vous appelle (T154) ; Dis-nous les signes de l’Esprit(E216) ; Nous avons vu (E120)

Animateur de la célébration     Au nom du Père et du Fils et du Saint- Esprit.      Tous : Amen

Animateur de la célébration  Le Christ se tient au milieu de nous.  Sa Parole nous rappelle aujourd’hui,  que nous sommes tous et toutes, ses prophètes. Oui, là où nous vivons. Porte-parole et témoins du Dieu fidèle. Sans relâche, sans hésitation, sans peur, avec, au cœur, la seule force de l’amour ! Puisque nous sommes rassemblés en son nom, ouvrons nos coeurs à sa Parole qui nous réveille. Pour la mission à accomplir, que Dieu notre Père et Jésus-Christ notre Seigneur nous donnent la grâce et la paix.

Tous : Béni soit Dieu maintenant et toujours

Animateur de la célébration   Ayant conscience de tout ce que Dieu attend de nous, tournés vers le Seigneur qui nous fait confiance, reconnaissons-nous pécheurs, réjouissons-nous de sa fidélité.

Enfant de chœur ou autre……..

  • Lave-nous de nos fautes, Seigneur. Purifie-nous de nos offenses, prends pitié de nous.. (Chant)
  • Ô Christ, rends-nous la joie d’être sauvés, qu’un esprit nouveau nous soutienne. Prends pitié de nous. (Chant)
  • Seigneur Jésus, ouvre nos lèvres et notre bouche annoncera ta louange. Prends pitié de nous.. (Chant)

Animateur de la célébration

Que Dieu tout-puissant nous donne de nous réjouir de sa confiance, qu’il nous pardonne nos péchés et nous conduise à la vie éternelle.

 Tous    :Amen.

On pourrait réserver le Gloire à Dieu pour les jours de fête… car il n’est pas opportun de chanter régulièrement le « gloire à Dieu »  dans une Adal car cet hymne est très liée à la célébration eucharistique (messe)

Gloire à Dieu  (chanté)  : ……………………………………………………….

Animateur de la célébration  Dieu vivant, depuis toujours tu envoies des hommes et des femmes parler en ton nom et rappeler les exigences de ta loi d’amour. Tu sais combien notre coeur est lent à croire. Toi le Dieu de patience et de persévérance, ouvre nos oreilles et nos coeurs à la Parole que tu nous dis en Jésus, le Christ, notre Seigneur et notre Dieu qui vit et règne avec toi et le Saint Esprit maintenant et pour les siècles des siècles.

Tous   Amen

Liturgie de la Parole

  ◊ Dans une célébration animée par des laïcs, le siège de la présidence ne sera pas occupé !

Animateur de la célébration   Depuis les origines, Dieu prend les initiatives utiles et nécessaires pour se faire connaître. Pour cela, il se choisit des porte-parole, les prophètes. Jérémie était un de ceux-là. Dieu l’envoya dire les quatre vérités aux rois de Juda, aux chefs, aux prêtres et au peuple. Cette première lecture illustre bien ce qu’étaient les prophètes en Israël : ils étaient les porte-parole de Dieu. Voici ce récit…

Première lecture par………………………………………….. (,Jr 1,4-19)

Animateur de la célébration     Avec Jérémie, sauvé de ses peurs, avec le vieillard apaisé, auteur de ce psaume, avec Jésus, soutenu part le père en sa mission, chantons la fidélité de Dieu à notre égard.

Psaume 117 : chanté par la chorale ou lu par……………………………………………

 

psaume-70-300x58 Adal pour quatrième dimanche ordinaire C dans Temps ordinaire

Chantons la fidélité de Dieu à notre égard

 

Animateur de la célébration    Les dons de Dieu sont innombrables et il les donne à profusion à toute personne qui les accueille. Ils sont à la fois dive
rs, multiples et unis entre eux par le plus important de tous, l’amour donné par Dieu. Dans l’extrait de sa lettre aux chrétiens de Corinthe, Paul montre que nos exploits ne servent à rien s’ils nuisent à autrui. Ensuite il décrit le véritable amour  et de conclure que c’est cet amour là qu’il faut donc rechercher par-dessus tout. Voici cet extrait….

Deuxième lecture par…………………………………………………………………………………. (1 Co 12,31 – 13,13)

Acclamation par la chorale : chant de l’Alleluia

Lecteur ou lectrice : Alleluia, Alleluia, je suis la lumière du monde. Celui qui marche à ma suite aura la lumière de la vie. Alleluia

Reprise de l’acclamation par tous

L’animateur de la célébration dit alors : « De l’Évangile de Jésus Christ selon saint Luc»

Cette personne lit ensuite l’Évangile du jour  à Lc 4, 21-30
♦ Si c’est une personne laïque qui proclame l’Évangile, elle omet la salutation initiale et aussi l’acclamation finale.

Homélie  →  « Il m’a envoyé porter la Bonne Nouvelle aux pauvres. » (Is 61,1) – Cette parole de l’Écriture, c’est aujourd’hui qu’elle s’accomplit. (Lc 4, 21)

Animateur de la célébration   Ensemble proclamons notre foi  (Credo récité ou chanté )

Animateur de la célébration       Puisque notre Dieu veut le salut de tous les hommes et que son Esprit ignore les frontières, que notre prière, en ce dimanche, se fasse vraiment universelle…

Enfants  ou lecteur…………………………………………

  • Toi qui es notre espérance, Seigneur, ravive les forces de ton Église pour qu’elle annonce sans se lasser ton amour, nous t’en prions.  (Chant)
priere-uiniverselle-4eme-d.o.-annee-c-300x57

Quatrième dimanche du temps ordinaire, année C


  • Toi qui es notre secours, Seigneur, regarde avec bonté tous les peuples et guide leurs dirigeants vers la justice, nous t’en prions (chant) 
  • Toi qui es notre salut, Seigneur, révèle ta tendresse aux malades, aux blessés, aux familles divisées, à tous les exclus, nous t’en prions. (chant) 
  • Toi qui est notre louange, Seigneur, suscite en nos cœurs l’action de grâce et le témoignage de tes merveilles, nous t’en prions. (chant)
  • Pour notre communauté et pour chacun de ses membres, appelés à témoigner chaque jour de l’amour de Dieu pour tous les hommes, Seigneur nous te prions. (chant)

Animateur de la célébration  

Prions le Seigneur. Seigneur Jésus, tu es la bonne nouvelle pour tous les hommes. Nous te supplions encore : à tous ceux qui cherchent cette espérance, donne un signe de ton infinie bonté, toi qui nous aimes pour les siècles des siècles.

 

Tous : Amen

 

Action de grâce et le Notre Père

 

Animateur de la célébration :  Frères et sœurs, la Parole de Dieu a touché notre cœur et elle a fait de nous le peuple qui écoute son Dieu. Rendons-lui maintenant grâce pour grâce, en son nom et en union avec toute l’ Église.

Chant en l’honneur de Dieu

Suggestion : Que tes œuvres sont belles (A 219) ; Peuple de prêtres (C 49) ; Terre entière (I 33) ; Peuple de Dieu, marche joyeux ; Chantons à Dieu ce chant nouveau (L 211)  ; Prophètes d’espérance (T551) ; Aimer, il suffit d’aimer (D 600)

Prière de louange par……………………………………………………………………..

Tu nous aimes, Dieu vivant. Au matin tu nous montres le chemin et au soir tu es encore avec nous. (chant)

action-de-grace-4-d.o.-300x86

Action de grâce

Tu nous aimes, Dieu de vérité, et Jésus nous explique la parole des prophètes. Il expose sa vie pour que nous croyions en toi. (chant)

Tu nous aimes, Dieu d’Amour, et ton Esprit répand dans nos cœurs l’amour qui trouve sa joie dans le bonheur des autres. (chant)

Tu nous aimes, ô notre Père, et tu mets ta joie à nous exaucer quand nous prions ensemble…

Notre Père… (Chanté ou récité…)

◊ L’animateur de la célébration introduit ici le signe de paix    Soyons unis les uns aux autres dans le Christ et partageons la paix qui vient de lui.

La liturgie de la Parole animée par des laïcs s’achève ainsi. On passe ensuite à la prière de conclusion (voir plus loin), à moins que l’on ait prévu une liturgie de communion.

Liturgie de communion  (éventuellement)

Le cadre normal et habituel de la communion doit rester celui d’une célébration eucharistique. Une A.D.A.L. n’est en aucune manière une messe.

La personne qui a été désignée va après  le geste de paix au tabernacle chercher le pain consacré et il l’apporte sur l’autel. Elle s’incline ensuite profondément ou fait une génuflexion. Il est bon de prévoir à ce moment un temps de recueillement qu’on introduira ainsi…

Animateur de la célébration → Recueillons-nous dans le silence. Préparons-nous à accueillir le corps du Christ ; qu’il nous rassemble aussi en un seul corps !

Animateur de la célébration →  Le Christ Jésus nous a livré son corps et chaque messe en fait mémoire. Aujourd’hui, en attente d’une célébration eucharistique, recevons dans la foi le corps du Christ, l’Agneau de Dieu qui enlève le péché du monde.

Heureux les invités au Repas du Seigneur ! … “Saisi de pitié” pour les pécheurs que nous sommes, il est allé jusqu’au bout de l’amour : Voici l’Agneau de Dieu qui enlève le péché du monde.

Tous : Seigneur, je ne suis pas digne de te recevoir, mais, dis seulement une parole et je serai guéri.

Chant pour la communion

Suggestions : Pain des merveilles (D103) ; le pain que tu nous donnes (D 83) ; Tu es le Dieu fidèle ( D 163) ; Qui mange ma chair ( D 290) ; La Sagesse a dressé une table (F 502) ; Dieu a tant aimé le monde ( D 369) ; Pain de Dieu, pain de vie (D 381) ; Pain rompu pour un monde nouveau (D 283) ; Dieu nous invite à son festin (Signes musique n° 70) ; laisserons-nous à notre table… (E 161); Pour amer du plus grand amour (D 386)

◊ Distribution de la communion en disant : « Le corps du Christ »

Prière de conclusion

Par un membre de l’équipe liturgique : ……………………………………………………………………………..

Prions encore le Seigneur. Seigneur, notre Dieu, sans l’amour, la foi et l’espérance ne peuvent rien. Que cette communion nous donne la force de partager les fardeaux avec nos frères ; nous témoignerons ainsi que tu es la source de tout amour pour les siècles des siècles.

Tous : Amen

Suggestion pour le chant final :  Si le Père vous appelle  ( CNA 721) ; Allez dans le monde entier (Z 95-3) ou selon votre répertoire.

Après la prière de conclusion ou après le chant final s’il y en a un,  l’animateur de la célébration ajoute…

Certains d’être aimés de Dieu, sûrs d’avoir à remplir un rôle unique et irremplaçable, allons partager avec nos frères cette foi et cette joie.  Si nous marchons avec le Christ, rien ne peut briser notre élan. Si nous rencontrons la méchanceté, nous triompherons du mal par le bien.

Que Dieu tout puissant nous donne de savoir pleinement apprécier tous les dons qu’il nous fait en sa générosité débordante. et  (Pas de bénédiction à donner ici !) qu’il  nous bénisse : le Père, le Fils, et le Saint Esprit. Amen ! (Chaque fidèle fait le signe de la croix)

Allons, dans la paix du Christ !

Tous : nous rendons grâce à Dieu.

Ce texte tient compte des  directives  des évêques des diocèses francophones de notre pays pour les liturgies de la Parole animées par des laïcs (guide liturgique pour les assemblées dominicales   animées par des laïcs aux éditions C.I.P.L. 40, rue  des Prémontrés B 4000 Liège). 

croix-diaconale6Michel Houyoux, diacre permanent

Rappel  : Il ne peut y avoir d’assemblée sans prêtre dans l’église où est célébrée la messe le même dimanche ( y ..." onclick="window.open(this.href);return false;" >

Publié dans A.D.A.L., Temps ordinaire | Pas de Commentaire »

Deuxième dimanche du temps ordinaire, année C

Posté par diaconos le 11 janvier 2013

Deuxième dimanche du temps ordinaire, année C dans La messe du dimanche noces-de-cana

Il y avait un mariage à Cana en Galilée. La mère de Jésus était là. Jésus aussi avait été invité au repas de noces avec ses disciples. Or, on manqua de vin ; la mère de Jésus lui dit : « Ils n'ont pas de vin. » Jésus lui répond : « Femme, que me veux-tu ? Mon heure n'est pas encore venue. » Sa mère dit aux serviteurs : « Faites tout ce qu'il vous dira.

Toute la Bible est une histoire d’amour, une histoire d’Alliance.  Dans les textes choisis pour dimanche prochain, l’image est encore plus forte : c’est l’image des épousailles entre Jérusalem et le Christ (deuxième lecture), entre le Christ et l’Église. Dans  le récit des noces de Cana (Évangile) où Jésus donne le premier signe du Royaume, les circonstances qui entourent celles-ci, tout autant que le miracle qui s’y accompli, sont typiques du symbolisme habituel de saint Jean. Pour lui, toute réalité humaine peut être évocatrice du Royaume, ou plus exactement de la vie éternelle. Car saint Jean n’emploie jamais le terme de Royaume, il préfère parler de “vie” ou de “vie éternelle”. Par l’incarnation de son Fils, Dieu a épousé toute l’humanité. Dieu qui est amour infini, trouve sa joie en chaque personne et c’est toujours avec tendresse qu’il murmure à chaque personne, au milieu de ses épreuves et de ses  moments de doute, de ses moments difficiles : « tiens bon, je suis là et je t’aime, va, puisque je crois en toi, tu seras la joie de ton Dieu. »

Voici les lectures et quelques commentaires pour celles-ci et en annexe, les mots croisés du Diacre Rioux

Recevez, chers amis et chères amies, mes salutations amicales et fraternelles.

croix-diaconale5 deuxième dimanche ordinaire dans Temps ordinaireMichel Houyoux, Diacre permanent

La première lecture est tirée du livre d’Isaïe au chapitre 62, 1 à 5

Commentaire :  Dans cet extrait, le prophète Isaïe emploie deux fois  le mot « désir » (au sens de désir amoureux) pour traduire les sentiments de Dieu à l’égard de son peuple.  Ce texte est une véritable déclaration d’amour ! Un fiancé n’en dirait pas plus à sa bien-aimée. Tu seras ma préférée, mon épouse… Tu seras belle comme une couronne, comme un diadème d’or entre mes mains… tu seras ma joie…

Histoire : Ce chapitre 62 d’Isaïe a été écrit dans le contexte du retour d’Exil. On est rentré de l’Exil (à Babylone) en 538 et le Temple n’a commencé à être reconstruit qu’en 521.  .

Texte

01  Pour la cause de Jérusalem je ne me tairai pas, pour Sion je ne prendrai pas de repos, avant que sa justice  ne se lève  comme l’aurore et que son salut ne flamboie comme une torche.
02  Les nations verront ta justice, tous les rois verront ta gloire. On t’appellera d’un nom nouveau, donné par le Seigneur lui-même.
03  Tu seras une couronne resplendissante entre les doigts du Seigneur, un diadème royal dans la main de ton Dieu.
04  On ne t’appellera plus : « La délaissée », on n’appellera plus ta contrée : « Terre déserte », mais on te nommera : « Ma préférée », on nommera ta contrée : « Mon épouse », car le Seigneur met en toi sa  préférence et ta contrée aura un époux.
05  Comme un jeune homme épouse une jeune fille, celui qui t’a construite t’épousera. Comme la jeune mariée est la  joie de son mari, ainsi tu seras la joie de ton Dieu.

Copyright AELF – Paris – 1980 – Tous droits réservés ».

Psaume 95, 1-2a, 2b-3, 7-8a, 9a.10ac

Commentaire : un jour viendra où tous les peuples sans exception reconnaîtront Dieu comme le seul Dieu. L’humanité tout entière mettra sa confiance en lui seul : ce psaume tout entier a cette dimension universelle.

Note :  La scène se passe dans le Temple à Jérusalem : les marches du parvis du Temple sont noires de monde, sur l’esplanade on se bouscule joyeusement, la ville de Jérusalem n’y suffit pas… aussi loin que porte le regard, les foules affluent… il en vient de partout, il en vient du bout du monde. Et toute cette foule immense chante à pleine gorge, c’est une symphonie : qu’est-ce qu’ils chantent ? 

« Le Seigneur est roi ! »  (verset 10a)  Quatre mots seulement, mais pas n’importe lesquels : c’est l’exclamation des grands jours !

Texte

01  Chantez au Seigneur un chant nouveau, chantez au Seigneur, terre entière,
2a  chantez au Seigneur et bénissez son nom !
2b  De jour en jour, proclamez son salut,
03  racontez à tous les peuples sa gloire, à toutes les nations ses merveilles !
07  Rendez au Seigneur, familles des peuples, rendez au Seigneur la gloire et la puissance,
8a  rendez au Seigneur la gloire de son nom.
9a  adorez le Seigneur, éblouissant de sainteté :
10a  Allez dire aux nations : « Le Seigneur est roi ! »
10c  Il gouverne les peuples avec droiture.

Copyright AELF – Paris – 1980 – Tous droits réservés ».

De la première lettre de saint Paul Apôtre aux Corinthiens (1Co 12, 4-11)

Commentaire :  Dans cet extrait, l’apôtre Paul parle de choses très concrètes, il rappelle d’abord le fondement des choses, qui est notre baptême : comme disait Jean-Baptiste, par le Baptême, nous avons été plongés dans le feu de l’Esprit, et désormais c’est l’Esprit qui se réfracte à travers nous selon nos propres diversités. Comme dit Paul : « Celui qui agit en tout cela, c’est le même et unique Esprit : il distribue ses dons à chacun, selon sa volonté. » (verset 11).

Une des leçons de ce texte de l’apôtre Paul est certainement d’apprendre à nous réjouir de nos différences. Elles sont les multiples facettes de ce que l’Amour nous rend capables de faire selon l’originalité de chacun. Réjouissons-nous donc de la variété des races, des couleurs, des langues, des dons, des arts, des inventions… C’est ce qui fait la richesse de l’Eglise et du monde à condition de les vivre dans l’amour.

Texte

04i  Frères, les dons de la grâce sont variés, mais c’est toujours le même Esprit.
05  Les fonctions dans l’Église sont variées, mais c’est toujours le même Seigneur.
06  Les activités sont variées, mais c’est toujours le même Dieu qui agit en tous.
07  Chacun reçoit le don de manifester l’Esprit en vue du bien de tous.
08  A celui-ci est donné, grâce à l’Esprit, le langage de la sagesse de Dieu ; à un autre, toujours par l’Esprit, le langage de la connaissance de Dieu ;
09  un autre reçoit, dans l’Esprit, le don de la foi ; un autre encore, des pouvoirs de guérison dans l’unique Esprit ;
10 un autre peut faire des miracles, un autre est un prophète, un autre sait reconnaître ce qui vient vraiment de l’Esprit ; l’un reçoit le don de dire toutes sortes de paroles mystérieuses, l’autre le don de les interpréter.
11  Mais celui qui agit en tout cela, c’est le même et unique Esprit : il distribue ses dons à chacun, selon sa volonté.

Copyright AELF – Paris – 1980 – Tous droits réservés ».

De l’Évangile de Jésus-Christ selon saint Jean au chapitre 2, 1-11

L’élément central du récit, ce sont les six jarres de pierre qui servaient aux ablutions que faisaient les Juifs pour se purifier. Elles sont de pierre, comme les tablettes sur lesquelles Moïse grava les dix commandements de Dieu (Ex 20, 1-17). Ces jarres, qui étaient vides, avant l’intervention de Jésus, représentent l’Ancienne Alliance où l’homme vivait dans la peur, obsédé par la tension entre le pur et l’impur, le permis et le défendu, et essayant de se libérer de son sentiment d’impureté à travers des ablutions rituelles.

 C’est à cette religion du pur et de l’impur, des ablutions et des sacrifices que Jésus vient substituer une religion d’amour symbolisée par le vin nouveau de l’Esprit. Cette loi Ancienne, Jésus dira un jour qu’il n’est pas venu l’abolir mais l’accomplir.

Copyright 2012 by the author and Südwestdeutscher Verlag für Hochschulschriften. All rights rerseved – Saarbrücken 2012

 Source → Rencontre avec la Parole de Vie : Parole de Dieu–  Éditions Croix du Salut

Commentaire : les noces de Cana indiquent le sens de la mission de Jésus, la « Nouvelle Alliance » où Dieu donne sa vie en abondance. Il ne faut pas lire cette page d’évangile comme une simple chronique de journaliste. Cette eau changée en vin c’est bien sympathique car les convives peuvent continuer la fête. Mais si on en reste là, on manque l’essentiel du message de l’évangile. Saint Jean ne nous parle pas de « miracle » mais de « signe » ce qui n’est pas la même chose. Il nous faut donc prendre le temps de lire entre les lignes et voir tout ce qui est sous-entendu : au-delà du mariage du jeune couple de Cana, il y en a un autre : C’est l’alliance du Christ et de son Eglise. Toute la Bible nous montre un Dieu qui s’adresse aux hommes en termes d’amour et d’alliance. C’est cela qu’il faut bien voir dans cet évangile, l’annonce de la nouvelle alliance entre Dieu et les hommes. Au-delà du manque de vin, l’évangile nous invite à prendre conscience de tous nos manques, manques d’amour, manque de raisons de vivre et d’espérer. A Cana, Jésus vient à la rencontre d’une humanité qu’il veut épouser.

01  Il y avait un mariage à Cana en Galilée. La mère de Jésus était là.
02  Jésus aussi avait été invité au repas de noces avec ses disciples.
03  Or, on manqua de vin ; la mère de Jésus lui dit : « Ils n’ont pas de vin. »
04  Jésus lui répond : « Femme, que me veux-tu ? Mon heure n’est pas encore venue. »
05  Sa mère dit aux serviteurs : « Faites tout ce qu’il vous dira. »
06  Or, il y avait là six cuves de pierre pour les ablutions rituelles des Juifs ; chacune contenait environ cent litres.
07  Jésus dit aux serviteurs : « Remplissez d’eau les cuves. » Et ils les remplirent jusqu’au bord.
08  Il leur dit : « Maintenant, puisez, et portez-en au maître du repas. » Ils lui en portèrent.
09  Le maître du repas goûta l’eau changée en vin. Il ne savait pas d’où venait ce vin, mais les serviteurs le               savaient, eux qui avaient puisé l’eau.
10  Alors le maître du repas interpelle le marié et lui dit : « Tout le monde sert le bon vin en premier, et, lorsque les gens ont bien bu, on apporte le moins bon. Mais toi, tu as gardé le bon vin jusqu’à maintenant. »
11  Tel fut le commencement des signes que Jésus accomplit. C’était à Cana en Galilée. Il manifesta sa gloire, et ses disciples crurent en lui.

Copyright AELF – Paris – 1980 – Tous droits réservés ».

Complément

◊ Catéchèse  →  Maintenant, puisez, et portez-en au maître du repas.

Liens externes

◊ Mots croisés bibliques → Les noces de Cana

♥  Vidéo Les noces de Cana racontées aux enfants

Image de prévisualisation YouTube

◊ Catéchèse → Caté autour du récit des Noces de Cana

Publié dans La messe du dimanche, Temps ordinaire | Pas de Commentaire »

Solennité de la fête du Baptême du Seigneur

Posté par diaconos le 10 janvier 2013

Solennité de la fête du Baptême du Seigneur dans fêtes religieuses bapteme-de-jesus1-205x300

L’Esprit Saint descendit sur Jésus, sous une apparence corporelle, comme une colombe. Du ciel une voix se fit entendre : « C’est toi mon Fils : moi, aujourd’hui, je t’ai engendré. »

Bonjour chers amis et chères amies dans le Christ, ce dimanche nous fêterons le baptême de Jésus par Jean, l’un des événements de la vie de Jésus les plus assurés historiquement. Les quatre évangélistes le mentionnent. C’est la première manifestation publique du Christ. Lors de sa naissance à Bethléem, il n’avait été révélé qu’à quelques privilégiés. Aujourd’hui, tous ceux qui entourent le Baptiste, c’est-à-dire ses disciples et la foule venue aux bords du Jourdain, sont témoins d’une manifestation plus solennelle, que Jean soulignera d’ailleurs lui-même.

Elle comporte deux aspects : l’aspect d’humilité représenté par le baptême auquel le Seigneur se soumet. L’aspect de gloire représenté par le témoignage humain que lui rend Jean le Baptiste et le témoignage divin que le Père et l’Esprit rendent au Fils, la garantie que cet homme appartient bien à la Trinité divine.

Ces deux aspects sont à retenir dans l’histoire des hommes comme dans la vie intérieure et spirituelle de chaque homme. Les séparer, c’est commettre une erreur. Nous ne pouvons pas nous approcher du Christ glorifié sans nous approcher en même temps du Christ humilié, ni nous approcher du Christ humilié sans nous approcher du Christ glorifié. L’ESPRIT, comme une colombe, reposa sur Lui. Seigneur, envoie ton Esprit en nos coeurs pour les transfigurer et nous convertir entièrement à Toi. Qu’IL nous fasse réaliser pleinement le cadeau inestimable que tu nous as fait en nous adoptant pour tes enfants, par notre Baptême et en nous promettant la VIE ÉTERNELLE.

croix-diaconale2 baptême de Jésus dans La messe du dimanche

Michel Houyoux, diacre permanent

 ♦

 La première lecture est tirée du livre d’Isaïe au chapitre LV, versets 1 à 11

Commentaire : La deuxième partie du livre d’Isaïe ( chapitres 40 à 66 ) est un message de consolation à son peuple en exil à Babylone. Le prophète Isaïe lui annonce sa libération prochaine. Il lui rappelle le choix de Dieu et la confiance qu’il a placée en lui : ce peuple aura pour mission de faire connaître le vrai Dieu aux païens.

« Consolez, consolez mon peuple, dit votre Dieu. Parlez au cœur de Jérusalem et proclamez que son service est accompli, que son crime est pardonné, et qu’elle a reçu de la main du Seigneur double punition pour toutes ses fautes. »
Une voix proclame : « Préparez à travers le désert le chemin du Seigneur. Tracez dans les terres arides une route aplanie pour notre Dieu. Tout ravin sera comblé, toute montagne et toute colline seront abaissées, les passages tortueux deviendront droits, et les escarpements seront changés en plaine. Alors la gloire du Seigneur se révélera et tous en même temps verront que la bouche du Seigneur a parlé. »
Monte sur une haute montagne, toi qui portes la bonne nouvelle à  Sion. Élève la voix avec force, toi qui portes la bonne nouvelle à  Jérusalem. Élève la voix, ne crains pas. Dis aux villes de Juda : « Voici votre Dieu. »
Voici le Seigneur Dieu : il vient avec puissance et son bras est victorieux. Le fruit de sa victoire l’accompagne et ses trophées le précèdent. Comme un berger, il conduit son troupeau : son bras rassemble les agneaux, il les porte sur son cœur, et il prend soin des brebis qui allaitent leurs petits.

Textes liturgiques © AELF, Paris

————————————————————–

Psaume : Ps 103, 1c-3a, 3bc-4, 24ac-25, 27-28, 29-30

Commentaire : Ce psaume ( 35 versets) est un beau croquis du monde : le monde entier, rerre et ciel, est peint en quelques lignes.  Il a beaucoup d’éléments en commun avec l’hymne au soleil qui fut composé par le pharaon Aménophis IV. C’est un hymne décrivant les merveilles de la création pour montrer le savoir faire du Seigneur et sa sagesse. La grandeur divine est ici le premier attribut du créateur. À la pensée des innombrables merveilles de la création, l’auteur de ce poème laisse éclater sopn admiration (1) Une relation se crée entre le Seigneur et ses créaturesévoquant celle qui existe entre le père et ses enfants (2)

R/ L’eau et l’Esprit te rendent témoignage, Seigneur de gloire !

Revêtu de magnificence, tu as pour manteau la lumière ! Comme une tenture, tu déploies les cieux, tu élèves dans leurs eaux tes demeures.

Des nuées, tu te fais un char, tu t’avances sur les ailes du vent ; tu prends les vents pour messagers, pour serviteurs, les flammes des éclairs.

(1) Quelle profusion dans tes œuvres, Seigneur ! La terre s’emplit de tes biens. Voici l’immensité de la mer, son grouillement innombrable d’animaux grands et petits.

(2) Tous, ils comptent sur toi pour recevoir leur nourriture au temps voulu. Tu donnes : eux, ils ramassent ; tu ouvres la main : ils sont comblés.

Tu caches ton visage : ils s’épouvantent ; tu reprends leur souffle, ils expirent et retournent à leur poussière. Tu envoies ton souffle : ils sont créés ; tu renouvelles la face de la terre.

Textes liturgiques © AELF, Paris

————————————————————–
La deuxième lecture est tirée de la lettre de saint Paul Apôtre à Tite

Commentaire : La grâce de Dieu salutaire à tous les hommesCette grâce est apparue, et son effet est d’abord de nous faire renoncer à nos convoitises et de créer en nous une vie morale et religieuse, ensuite de nous faire vivre dans l’attente de l’apparition glorieuse du Seigneur.  Cette grâce a eu sa pleine manifestation dans le sacrifice de Jésus-Christ, par lequel il nous a rachetés, purifiés, pour que nous lui appartenions en propre. Voilà ce que Tite enseigna avec autorité. (1)

Jean-Baptiste paraît dans le désert, exhortant le peuple à se repentir, vu la proximité du royaume de Dieu (2)  Il accomplit la prophétie d’Isaïe. L’évangéliste décrit son vêtement et sa nourriture l’impression produite sur les habitants du pays, le baptême que Jean leur administrait après qu’ils avaient confessé leurs péchés. Jean démêla aux pharisiens et aux Sadducéens  leur peu de sincérité. (2)

  1. La grâce de Dieu s’est manifestée pour le salut de tous les hommes. C’est elle qui nous apprend à rejeter le péché et les passions d’ici-bas, pour vivre dans le monde présent en hommes raisonnables, justes et religieux, et pour attendre le bonheur que nous espérons avoir quand se manifestera la gloire de Jésus Christ, notre grand Dieu et notre Sauveur. Car il s’est donné pour nous afin de nous racheter de toutes nos fautes, et de nous purifier pour faire de nous son peuple, un peuple ardent à faire le bien.
  2. Dieu, notre Sauveur, a manifesté sa bonté et sa tendresse pour les hommes ; il nous a sauvés. Il l’a fait dans sa miséricorde, et non pas à cause d’actes méritoires que nous aurions accomplis par nous-mêmes. Par le bain du baptême, il nous a fait renaître et nous a renouvelés dans l’Esprit Saint. Cet Esprit, Dieu l’a répandu sur nous avec abondance, par Jésus Christ notre Sauveur ; ainsi, par sa grâce, nous sommes devenus des justes, et nous

Copyright AELF – 1980 – 2006 – Tous droits réservés

———————————————————————————————————————————————————————-

De l’Évangile de Jésus-Christ selon saint Luc au chapitre trois

Aussitôt que le Christ fut baptisé par Jean, le ciel s’ouvrit et l’Esprit Saint se manifesta corporellement en descendant sur Lui ! Le Père révéla alors sa présence en disant ouvertement :  » Tu es mon Fils bien-aimé, sur toi je porte mon affection. « 

Quel Mystère ! C’est celui de notre baptême ! Le Père nous aime dans son Fils bien-aimé, par la puissance de l’Esprit ! A nous maintenant de répondre fidèlement à cet amour jusqu’à la fin de notre vie ! L’Amour de Dieu est tout puissant : laissons-nous attirer par lui ! Ne résistons pas à la force qui est en nous par le sacrement de notre baptême !

Allons vers Jésus ! Répondons à son amour en le recevant dignement dans l’Eucharistie ! Demandons à Marie de nous aider sur ce chemin parfois difficile de la vie en Dieu.

 Source → Rencontre avec la Parole de Vie : Parole de Dieu–  Éditions Croix du Salut

Commentaire : Luc s’attache à souligner dans son évangile les moments de prière de Jésus. ici, il nous révèle son intimité avec le Père : « Tu es mon fils bien-aimé. » C’est alors que l’Espritm Saint vient visiblement se poser sur lui et confirmer sa mission. Les actes et les paroles de Jésus nous font connaître Dieu. lui-même. Que notre prière nous apporte la force et la lumière pour mener à bien la mission que l’esprit Saint nous confère. 

Le peuple venu auprès de Jean Baptiste était en attente, et tous se demandaient en eux-mêmes si Jean n’était pas le Messie. Jean s’adressa alors à tous : « Moi, je vous baptise avec de l’eau ; mais il vient, celui qui est plus puissant que moi. Je ne suis pas digne de défaire la courroie de ses sandales. Lui vous baptisera dans l’Esprit Saint et dans le feu. »
Comme tout le peuple se faisait baptiser et que Jésus priait, après avoir été baptisé lui aussi, alors le ciel s’ouvrit. L’Esprit Saint descendit sur Jésus, sous une apparence corporelle, comme une colombe. Du ciel une voix se fit entendre :
« C’est toi mon Fils : moi, aujourd’hui, je t’ai engendré. »

Copyright AELF – 1980 – 2006 – Tous droits réservés

Complément

◊ Catéchèse → C’est toi mon Fils : moi, aujourd’hui, je t’ai engendré. » (Lc 3, 22b)

Liens externes

◊    Histoire : Le baptême de Jésus est le seul événement daté de sa vie publique … Cliquez ici pour lire la suite → Jésus a été baptisé par Jean

Du Secteur Paroissial de Bruay ( Pas -de -Calais)  Le Baptême du Seigneur : “C’est lui, le Fils de Dieu !”

Bonjour chers amis et chères amies dans ..." onclick="window.open(this.href);return false;" >

Publié dans fêtes religieuses, La messe du dimanche, Temps de Noël | Pas de Commentaire »

123
 

Salem alikoum |
Eazy Islam |
Josue |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | AEP Gresivaudan 4ieme 2007-08
| Une Paroisse virtuelle en F...
| VIENS ECOUTE ET VOIS