• Accueil
  • > Archives pour janvier 2013

A.D.A.L. pour le deuxième dimanche du temps ordinaire, année C

Posté par diaconos le 4 janvier 2013

Assemblée dominicale animée par des laïcs

A.D.A.L.  pour le deuxième dimanche du temps ordinaire, année C dans A.D.A.L. noces-de-cana-2
Aux noces de Cana, Marie perçoit l’embarras du maître du repas : on va manquer de vin. Elle demandera aux serviteurs de faire tout ce que Jésus leur dira :*Faites-lui confiance ! Que tout se passe comme bon lui semblera !

Références bibliques → Is 62, 1-5 ; Ps 95 ; 1 Co 12, 4-11 ; Jn 2, 1-11

 Rappel  : Il ne peut y avoir d’assemblée sans prêtre dans l’église où est célébrée la messe le même dimanche ( y compris le samedi soir) !  L’assemblée dominicale est  animée par une équipe de laïcs en lien avec le prêtre chargé de la paroisse.

Suggestions de chant d’entrée : Un seul Seigneur (I 33) ; L’Esprit de Dieu repose sur moi (K 35) ; Nous chanterons pour toi Seigneur (K 38) ; Dieu est en attente (A 216)

Animateur de la célébration : Au nom du Père et du Fils et du Saint- Esprit.      Tous : Amen

Animateur de la célébration : Tout ce qui est humain a pour Dieu un grand prix.  Rien de ce qui peut nous rendre heureux ne le laisse indifférent. À chaque personne,  il donne un rôle irremplaçable.   Que soient toujours avec nous la grâce de Jésus notre Seigneur, l’amour de Dieu le Père  et la communion de l’Esprit-Saint.

Tous : Béni soit Dieu maintenant et toujours

Animateur de la célébration : Frères et sœurs, c’est le Seigneur qui nous rassemble en ce dimanche. Il nous invite à écouter la Parole de Dieu d’un cœur fervent, à être uni s par la prière, la louange et l’amour fraternel. Le Christ a manifesté sa gloire aux noces de Cana : L’eau se change en vin : Nous sommes conviés à l’Alliance : Tournons-nous vers lui et disons-lui notre reconnaissance.

Enfant de chœur ou autre……..

  • Seigneur Jésus, envoyé par le Père pour accomplir le Salut, tu nous convoques à l’unité.  Seigneur prends pitié de nous.  (Chant)
  • Ô Christ, par qui l’heure est venue de connaître en toi le seul et vrai Dieu, tu nous convoques à l’unité : Ô Christ, prends pitié de nous ( Chant)
  • Seigneur Jésus, tu manifestes ton premier signe aux noces de Cana, tu nous convoques à l’unité : Seigneur prends pitié de nous. (Chant)

Animateur de la célébration : Que Dieu tout-puissant nous donne de renaître au soleil de son amour, qu’il nous pardonne nos péchés et nous conduise à la vie éternelle.  
Tous : Amen

On pourrait réserver le Gloire à Dieu pour les jours de fête… car il n’est pas opportun de chanter régulièrement le « gloire à Dieu »  dans une Adal car cet hymne est très liée à la célébration eucharistique (messe)

Gloire à Dieu ( Chant de louange)

Animateur de la célébration : Dieu éternel et tout-puissant, qui régis l’univers du ciel et de la terre : exauce, en ta bonté, les prières de ton peuple et fais à notre temps la grâce de la paix. Par Jésus Christ, ton Fils, notre Seigneur et notre Dieu, qui règne avec toi et le Saint Esprit, maintenant et pour les siècles des siècles.

Tous : Amen

Liturgie de la Parole

 ◊ Dans une célébration animée par des laïcs, le siège de la présidence ne sera pas occupé !

 Animateur de la célébration : De tout temps, Dieu s’est fait proche de son peuple et de ses fidèles. Dès l’Ancien Testament, il l’annonçait par lesd prophètes, en recourant aux comparaisons les plus expressives, comme celles des fiançailles que nous donne cette première lecture tirée du livre d’Isaïe.

Première lecture   par ………………………………………………………  (Is 62, 1-5)

Psaume 95

Animateur de la célébration : L’amour du Seigneur est toujours nouveau, un amour aussi fort qu’il est universel. Chantons, en témoignage pour tous les hommes, cer amour qui nous sauve.

psaume-95-300x131 ADAL pour le 3ième dimanche ordinaire dans Liturgie
Refrain pour le Psaume 95

Animateur de la célébration : la deuxième lecture tirée de la première lettre de l’apôtre Paul aux Corinthiens, nous révèle que Dieu ne donne pas sa grâce à tous de la même manière ; mais que chacun doit mettre au service de Dieu et des autres les dons qu’il a reçus.

Deuxième lecture par……………………………………………             ( 1 Co 12, 4-11)

Acclamation par la chorale : chant de l’Alleluia

Lecteur ou lectrice : Alléluia. Alléluia. Le verbe s’est fait chair, il a demeuré parmi nous. Par lui, deviendront fils de Dieu tous ceux qui le reçoivent. ALLELUIA.

Reprise de l’acclamation par tous

L’animateur de la célébration dit alors : « De l’Évangile de Jésus Christ selon saint Jean »

Cette personne lit ensuite l’Évangile du jour  à Jean 2, 1-12
♦ Si c’est une personne laïque qui proclame l’Évangile, elle omet la salutation initiale et aussi l’acclamation finale.

Homélie  →  Faites tout ce qu’il vous dira… (Jn 2, 1-11)

Animateur de la célébration : ensemble proclamons notre foi  (Credo récité ou chanté )

Animateur de la célébration :    Prions le Dieu créateur, lui qui offre sans cesse son Alliance aux hommes pécheurs…

priere-universelle-2eme-dimanche-ordinaire-c-300x63 année C dans Rencontrer Dieu

Enfants  ou lecteur…………………………………………

  • Pour l’Église : qu’elle ne se lasse pas de chercher l’unité à laquelle elle est appelée. Seigneur, nous te prions ! (Refrain)
  • Pour les croyants et les responsables des Églises catholiques, protestantes et orthodoxes : que leur diversité devienne leur richesse. Seigneur, nous te prions ! (Refrain)
  • Pour les peuples et les nations meurtris par la guerre, le fanatisme, le racisme, l’exclusion : qu’ils trouvent le chemin de la concorde et de la paix. Seigneur, nous te prions ! (Refrain)
  • Pour les jeunes couples et ceux qui les ont accompagnés jusqu’au mariage : qu’ils soient signes et témoins de ton amour à jamais fidèle. Seigneur, nous te prions ! (Refrain)
  •  Pour notre communauté, avec toute ses diversités : que les dons de chacun soient au service du bien de tous. Seigneur, nous te prions ! (Refrain)

Animateur de la célébration : Écoute, Seigneur, la prière de ceux que tu rassembles en ce jour, dans la joie de l’Alliance nouvelle. Que ton Esprit renouvelle nos existences et leur donne la saveur du vin nouveau de l’Évangile. Par Jésus, le Christ, notre Seigneur. Amen !

Action de grâce et le Notre Père

Animateur de la célébration :  Frères et sœurs, la Parole de Dieu a touché notre cœur et elle a fait de nous le peuple qui écoute son Dieu. Rendons-lui maintenant grâce pour grâce, en son nom et en union avec toute l’ Église.

Chant en l’honneur de Dieu

Suggestion : Que tes œuvres sont belles (A 219) ; Peuple de prêtres (C 49) ; Terre entière (I 33) ; Peuple de Dieu, marche joyeux ; Chantons à Dieu ce chant nouveau (L 211) 

Prière de louange par……………………………………………………………………..

Nous te rendons grâce, Seigneur, pour l’amour dont tu nous as aimés. Accorde-nous d’accueillir cet amour dans la confiance, afin qu’il devienne source de paix pour l’Église et pour le monde et soit reconnu par toute l’humanité. Nous te le demandons par Jésus Christ, notre Seigneur.

Prière de louange par……………………………………………………………………..

Seigneur, nous te prions pour ton Église. Que les ombres du passé n’étouffent pas les promesses de l’avenir : Accorde-nous de vivre dans l’unité dans laquelle tu nous appelles et tu nous attends. Donne à nos responsables la sagesse et l’humilité afin qu’il mettent en œuvre l’accomplissement de ton commandement qui veut que tous les hommes vivent en frères pour la gloire de ton saint nom.

Prière de louange par……………………………………………………………………..

Nous te rendons grâce pour la Vierge Marie, pour les prophètes et les apôtres,  pour les docteurs et pour les sages qui nous conduisent au chemin de ta volonté.      

Animateur de la célébration :  comme nous l’avons appris de ton Fils, Jésus, notre Sauveur,  et selon son commandement, nous osons te dire : Notre Père… (Chanté ou récité…)

◊ L’animateur de la célébration introduit ici le signe de paix →   Soyons unis les uns aux autres dans le Christ et partageons la paix qui vient de lui.

La liturgie de la Parole animée par des laïcs s’achève ainsi. On passe ensuite à la prière de conclusion (voir plus loin), à moins que l’on ait prévu une liturgie de communion.

Liturgie de communion  (éventuellement)

Le cadre normal et habituel de la communion doit rester celui d’une célébration eucharistique. Une A.D.A.L. n’est en aucune manière une messe.

La personne qui a été désignée va après  le geste de paix au tabernacle chercher le pain consacré et il l’apporte sur l’autel. Elle s’incline ensuite profondément ou fait une génuflexion. Il est bon de prévoir à ce moment un temps de recueillement qu’on introduira ainsi…

Animateur de la célébration → Recueillons-nous dans le silence. Préparons-nous à accueillir le corps du Christ ; qu’il nous rassemble aussi en un seul corps !

Animateur de la célébration →  Le Christ Jésus nous a livré son corps et chaque messe en fait mémoire. Aujourd’hui, en attente d’une célébration eucharistique, recevons dans la foi le corps du Christ, l’Agneau de Dieu qui enlève le péché du monde.

Heureux les invités au Repas du Seigneur ! … “Saisi de pitié” pour les pécheurs que nous sommes, il est allé jusqu’au bout de l’amour : Voici l’Agneau de Dieu qui enlève le péché du monde.

Tous : Seigneur, je ne suis pas digne de te recevoir, mais, dis seulement une parole et je serai guéri.

Chant pour la communion

Suggestions : Pain des merveilles (D103) ; le pain que tu nous donnes (D 83) ; Tu es le Dieu fidèle ( D 163) ; Qui mange ma chair ( D 290) ; La Sagesse a dressé une table (F 502) ; Dieu a tant aimé le monde ( D 369) ; Pain de Dieu, pain de vie (D 381) ; Pain rompu pour un monde nouveau (D 283) ; Dieu nous invite à son festin (Signes musique n° 70) ; laisserons-nous à notre table… (E 161)

◊ Distribution de la communion en disant : « Le corps du Christ »

♦ Prière après la communion  par  quelques jeunes ou à défaut un membre de l’équipe liturgique.

  • Jésus dit à chacun : Je t’aime tel que tu es.  Voici que je me tiens à la porte et que je frappe. C’est vrai ! Je me tiens à la porte de ton coeur, jour et nuit. Même quand tu ne m’écoutes pas, même quand tu doutes que ce puisse être Moi, c’est Moi qui suis là.
  • J’attends le moindre petit signe de réponse de ta part, le plus léger murmure d’invitation, qui me permettra d’entrer chez toi.
  • Je veux que tu saches que chaque fois que tu m’inviteras, je vais réellement venir. Je serai toujours là, sans faute. Silencieux et invisible, je viens, mais avec l’infini pouvoir de mon amour. Je viens avec ma miséricorde, avec mon désir de te pardonner, de te guérir, avec tout l’amour que j’ai pour toi

Prière de conclusion présentée par…………………

Dieu fidèle à ton Alliance, nous te rendons grâce pour les signes que tu nous donnes. Comme aux noces de Cana, ton Fils vient encore aujourd’hui réveiller nos vies. Rends-nous disponibles à son appel et attentifs aux personnes qui ne savent pas s’ouvrir à ta joie, toi qui nous aimes pour les siècles des siècles.

Après la prière de conclusion ou après le chant final s’il y en a un,  l’animateur de la célébration ajoute…

Certains d’être aimés de Dieu, sûrs d’avoir à remplir un rôle unique et irremplaçable, allons partager avec nos frères cette foi et cette joie.  Si nous marchons avec le Christ, rien ne peut briser notre élan. Si nous rencontrons la méchanceté, nous triompherons du mal par le bien.

Que Dieu tout puissant nous donne de savoir pleinement apprécier tous les dons qu’il nous fait en sa générosité débordante. et  (Pas de bénédiction à donner ici !) qu’il  nous bénisse : le Père, le Fils, et le Saint Esprit. Amen ! (Chaque fidèle fait le signe de la croix)

Allons, dans la paix du Christ !

Tous : nous rendons grâce à Dieu.

Ce texte tient compte des  directives  des évêques des diocèses francophones de notre pays pour les liturgies de la Parole animées par des laïcs (guide liturgique pour les assemblées dominicales   animées par des laïcs aux éditions C.I.P.L. 40, rue  des Prémontrés B 4000 Liège).  

croix-diaconale1 Les noces de Cana dans Temps ordinaire 

Michel Houyoux, diacre permanent

Publié dans A.D.A.L., Liturgie, Rencontrer Dieu, Temps ordinaire | Pas de Commentaire »

Bienheureuse Alix Leclerc (1576-1622)

Posté par diaconos le 3 janvier 2013

Bienheureuse Alix Leclerc (1576-1622) dans Enseignement alix_le_clerc1-216x300

Bienheureuse Alix Leclerc (1576-1622)

Alix Le Clerc naquit à Remiremont (France : département des Vosges) le deux février 1576. Elle passa sa jeunesse dans la joie et l’insouciance, aimant danser et se divertir. Après une maladie grave, elle réfléchit sur la futilité de sa vie. Toutefois, elle continua à vivre une vie de plaisir tout en découvrant petit à petit à quoi elle se sentait destinée réellement.Elle joignait à l’éclat d’un esprit des plus vifs une amabilité à damner un archange ! Consciente de son charme, elle en profitait. On dirait, tout vulgairement aujourd’hui, que la jeune lorraine Alix Le Clerc était une allumeuse.

Après une vision de la Vierge Marie (mai 1597), elle prit conscience de la vocation  à laquelle elle était appelée.  Immédiatement, elle changea de vie, s’habilla d’une robe de paysanne, refusa tout loisir, se consacrant exclusivement à la prière et aux mortifications. Le premier juin, Pierre Fourrier (ordonné prêtre en 1585) fut nommé curé de Mattaincourt et devint son confesseur et son directeur spirituel.

À Noël 1597, elle fonda  un ordre religieux d’enseignantes avec l’accord de son directeur spirituel : c’était une maison nouvelle de filles pour y pratiquer tout le bien qu’on pourrait. Alix et quelques compagnes s’installèrent près du Chapitre de la ville de Poussay dans le même département. À l’automne 1598, elles ouvrirent  leur première école destinée à l’éducation des filles. Cette première fondation d’un établissement scolaire destiné aux petites filles constitua l’acte de naissance de l’enseignement des filles en France.

De nouvelles écoles furent fondées, à Saint Mihiel, Nancy où le cardinal Charles de Lorraine  signa l’acte d’approbation de la Congrégation de la Bienheureuse Vierge Marie, le 8 décembre 1603. Le 21 novembre 1617 eut lieu la première vêture des religieuses, cérémonie que présida le Primat de Lorraine, en présence de l’abbé Pierre Fourier,  son directeur spirituel. Au cours de cette célébration liturgique, Alix Le Clerc prit le nom de Mère Thérèse de Jésus. Très vite, de nombreuses écoles furent fondées : Pont-à Mousson (1604), Saint-Nicolas-de-Port (1605) ; Verdun (1608), Châlons-sur-Marne (1618) pour n’en citer que quelques-unes. Son oeuvre se poursuivit après sa mort (9 janvier 1622)  avec de nouvelles fondations.

À la veille de la Révolution française en 1789, la congrégation  de la Bienheureuse Vierge Marie comportait 84 monastères et 4000 religieuses. Alix Le Clerc a été béatifiée le 4 mai 1947 par le Pape Pie XII. Le 9 janvier, l’Église fête  la bienheureuse Alice Leclerc.

Source de l’image →  Parissaints : les hauts lieux de la charité à Paris

La Congrégation Notre-Dame fondée en 1597 par Pierre Fourier et Alix Le Clerc avait pour but de dresser des écoles publiques et y enseigner gratuitement les filles à lire, à écrire, à besogner de l’aiguille, et l’instruction chrétienne. Cette congrégation  ouvrit des écoles publiques, c’est à dire gratuites, pour les filles,  ne visant pas seulement l’enseignement de la lecture, de l’écriture et du catéchisme. Leurs écoles assurèrent de pair éducation chrétienne et formation humaine par l’enseignement et l’apprentissage. La Congrégation Notre-Dame a progressivement étendu son action à l’éducation de tous, sans distinction. Elle est aujourd’hui présente dans 13 pays.

Prière de la bienheureuse Alix Leclerc

C’est donc à vous, ô mon Dieu, et ma force, que je prétends trouver ce que je cherche. Car votre Sagesse éternelle nous a enseigné les moyens de posséder nos âmes en paix parmi la guerre. Je vous supplie, mon Dieu et Sauveur, de nous faire à toutes cette grâce de marcher par le chemin qu’il vous a plu nous frayer par votre exemple. Et ce, par les mérites de votre bénite Mère, laquelles nous désirons imiter, aidées par son pouvoir ; et, dans cette espérance, nous désirons mourir sous l’abri de son nom et de sa protection.

Source → Manuscrit d’Evreux,  folio 67

Liens externes

◊ Grandir ensemble →  Fondation Pierre Fourier

◊ Écrits spirituels → Alix Le Clerc

◊  De la prière école créée par Alix Leclerc  à une communauté active →  La Congrégation Notre-Dame

◊ Accueil, éducation et mission →  Notre-Dame de Fidélité

Alix Le Clerc naquit à Remiremont (France : département des Vosges) le deux février 1576. Elle passa sa jeunesse dans la joie et l'insouciance, aimant danser et se divertir. Après une maladie grave, elle réfléchit sur la futilité de ..." onclick="window.open(this.href);return false;" >

Publié dans Enseignement, fêtes religieuses, Histoire | Pas de Commentaire »

Fête de l’Épiphanie du Seigneur

Posté par diaconos le 2 janvier 2013

Ce dimanche, nous fêterons l’Épiphanie du Seigneur. Nous y commémorerons  l’ouverture au monde entier du projet de Salut de Dieu; ce Salut est epiphanie.gifsans frontières et les païens sont aussi associés au même héritage (deuxième lecture). Les mages représentent traditionnellement les différentes nations. En venant se prosterner devant cet enfant et l’offrande des cadeaux qu’ils firent sont le témoignage de leur reconnaissance  de la divinité et de la royauté de Jésus.  L’Évangile de ce dimanche nous invite à faire nôtres les attitudes et les sentiments de ces mages : se prosterner, adorer et offrir. Il ne nous est pas demandé d’offrir de l’or, de l’encens et de la myrrhe, mais de nous offrir nous-mêmes à chaque eucharistie.

Pour la semaine qui vient, levons les yeux et acceptons de nous mettre en route…

« Ils ont levés les yeux » (Première lecture) Lever les yeux, c’est peut-être ce qui nous fait défaut, souvent, et nous entraîne au pessimisme, à la fatalité, voire au désespoir. Lever les yeux, telle est l’invitation qui nous est faite ce dimanche. Lever les yeux, c’est porter son regard vers les autres, c’est chercher  l’aide de quelqu’un, de Dieu et puis c’est accepter de se mettre en route.

Jésus, Lumière pour toute l’humanité

Après la naissance de Jésus à Bethléem de Judée, sous le règne d’Hérode, des mages venus d’Orient se présentèrent à Jérusalem et demandèrent : « Où est le roi des Juifs, qui vient de naître? Nous avons vu son étoile en Orient, et nous sommes venus lui rendre hommage. » Le prophète païen Balaam avait prononcé, douze siècles auparavant cet oracle : « Je le vois, mais pas en ce temps. Je le contemple, mais non de près. Une étoile est en marche issue de Jacob : un sceptre s’élève d’Israël » (Nb 24, 17)

Nous trouvons ici deux mots clés, étoile (lumière) et sceptre (signe de royauté) Aujourd’hui, nous commémorons la naissance du Christ dans la splendeur de la gloire royale, à la lumière de toutes les nations. Si la fête de Noël rappelle la pauvreté de l’étable de Bethléem, celle de l’Épiphanie par contre nous fait penser à cette manifestation de la gloire de Dieu qui eut lieu lors de cet hommage rendu à Jésus par ces mages venus de l’Orient.
La royauté de ce roi n’est pas de ce monde ; elle ne se dévoilera que dans sa passion et dans l’Évangile, la Gloire de Dieu est toujours liée à Jésus- Christ et à sa mission de Sauveur. Jésus offre le Salut à tous, c’est ce qu’affirme la lettre de Paul aux Éphésiens : grâce à l’Évangile, les païens sont associés au même héritage, au même corps et au partage de la même promesse, dans le Christ Jésus.

Source → Rencontre avec la Parole de Vie _ ISBN : 978-3-8416-9807

par (auteur) :  cliquez ici → Michel Houyoux

 Fête de l'Épiphanie du Seigneur dans Catéchèse croix-diaconaleReçois cher ami, chère amie dans le Christ, mes salutations amicales et fraternelles

Michel Houyoux, diacre permanent

PREMIÈRE LECTURE – Isaïe 60, 1 – 6

Debout, Jérusalem ! Resplendis : elle est venue ta lumière, et la gloire du Seigneur s’est levée sur toi. Regarde : l’obscurité recouvre la terre, les ténèbres couvrent les peuples ; mais sur toi se lève le Seigneur, et sa gloire brille sur toi. Les nations marcheront vers ta lumière, et les rois, vers la clarté de ton aurore. Lève les yeux, regarde autour de toi : tous, ils se rassemblent, ils arrivent ; tes fils reviennent de loin, et tes filles sont portées sur les bras. Alors tu verras, tu seras radieuse, ton coeur frémira et se dilatera. Les trésors d’au-delà des mers afflueront vers toi avec les richesses des nations. Des foules de chameaux t’envahiront, des dromadaires de Madiane et d’Epha. Tous les gens de Saba viendront, apportant l’or et l’encens et proclamant les louanges du Seigneur.

PSAUME – 71 (72)  

Notes : (v1-v2) Cette invocation présente la royauté comme un don de Dieu ; (v11) Le roi, figure du messie à venir, jouïra d’une domination universelle ; (v12-v13) Ce roi idéal, figure du messie à venir, portera secours à tous les affligés :  les pauvres, les malheureux, les faibles et il les délivrera de l’oppression.

1  Dieu, donne au roi tes pouvoirs,   à ce fils de roi ta justice.
2  Qu’il gouverne ton peuple avec justice,  qu’il fasse droit aux malheureux !

7  En ces jours-là, fleurira la justice,  grande paix jusqu’à la fin des lunes !
8  Qu’il domine de la mer à la mer, et du Fleuve jusqu’au bout de la terre !

10  Les rois de Tarsis et des Iles apporteront des présents. Les rois de Saba et de Seba feront leur offrande.
11 Tous les rois se prosterneront devant lui, tous les pays le serviront.

12 Il délivrera le pauvre qui appelle et le malheureux sans recours.
13 Il aura souci du faible et du pauvre, du pauvre dont il sauve la vie.

DEUXIÈME LECTURE – Ephésiens 3 , 2…6  

Frères, 2 vous avez appris en quoi consiste la grâce que Dieu pour réaliser son plan, m’a donnée pour vous : 3 par révélation, il m’a fait connaître le mystère du Christ. 5 Ce mystère, il ne l’avait pas fait connaître aux hommes des générations passées, comme il l’a révélé maintenant par l’Esprit à ses saints Apôtres et à ses prophètes.
6 Ce mystère, c’est que les païens sont associés au même héritage, au même corps, au partage de la même promesse, dans le Christ Jésus, par l’annonce de l’Évangile.

De l’Évangile selon Matthieu, au chapitre deux

1 Jésus était né à Bethléem en Judée, au temps du roi Hérode le Grand. Or, voici que des mages venus d’Orient arrivèrent de Jérusalem 2 et demandèrent : « Où est le roi des Juifs qui vient de naître ? Nous avons vu se lever son étoile et nous sommes venus nous prosterner devant lui. » 3 En apprenant cela, le roi Hérode fut pris d’inquiétude, et tout Jérusalem avec lui. 4 Il réunit tous les chefs des prêtres et tous les scribes d’Israël, pour leur demander en quel lieu devait naître le Messie. Ils lui répondirent : 5 « A Bethléem en Judée, car voici ce qui est écrit par le prophète :  6 Et toi, Bethléem en Judée, tu n’es certes pas le dernier parmi les chefs-lieux de Judée ; car de toi sortira un chef, qui sera le berger d’Israël mon peuple. » 7 Alors Hérode convoqua les mages en secret pour leur faire préciser à quelle date l’étoile était apparue ; 8 Puis il les envoya à Bethléem, en leur disant :
« Allez vous renseigner avec précision sur l’enfant. Et quand vous l’aurez trouvé, avertissez-moi pour que j’aille, moi aussi, me prosterner devant lui. » 9 Sur ces paroles du roi, ils partirent. Et voilà que l’étoile qu’ils avaient vue se lever les précédait ; elle vint s’arrêter au-dessus du lieu où se trouvait l’enfant. 10 Quand ils virent l’étoile, ils éprouvèrent une très grande joie. 11 En entrant dans la maison, ils virent l’enfant avec Marie sa mère ; et, tombant à genoux, ils se prosternèrent devant lui. Ils ouvrirent leur coffrets, et lui offrirent leurs présents : de l’or, de l’encens et de la myrrhe. 12 Mais ensuite, avertis en songe de ne pas retourner chez Hérode, ils regagnèrent leur pays par un autre chemin.

Complément

♦ Catéchèse  → Les mages païens viennent se prosterner devant Jésus (Mt 2, 1-12)

Publié dans Catéchèse, fêtes religieuses, La messe du dimanche, Liturgie, Temps de Noël | Pas de Commentaire »

123
 

Salem alikoum |
Eazy Islam |
Josue |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | AEP Gresivaudan 4ieme 2007-08
| Une Paroisse virtuelle en F...
| VIENS ECOUTE ET VOIS