Deuxième dimanche de Pâques : fête de la miséricorde divine

Posté par diaconos le 2 avril 2013

Deuxième dimanche de Pâques : fête de la miséricorde divine dans fêtes religieuses dieu-est-riche-en-misericorde-300x291

Dieu est riche en miséricorde. La miséricorde de Dieu prend sa source dans son amour éternel. Le psaume117 le dit clairement :  » Le Seigneur est bon et son amour est éternel. «   C’est parce que le Seigneur nous aime tous, qu’il n’est jamais indifférent à notre souffrance et particulièrement à celle que nous occasionne notre péché. C’est au nom de cet amour pour nous qu’il nous a envoyé son Fils unique, que celui-ci a souffert sa passion, est mort et est ressuscité pour notre salut.

Celui que nous célébrons chaque dimanche, celui qui nous rassemble et qui nous donne notre raison de vivre et d’espérer, c’est Jésus Christ, ressuscité des morts et bien vivant pour l’éternité (deuxième lecture). Jésus est vivant pour toujours : tel est le coeur de la foi chrétienne, la source de vie pour toutes les personnes  et dans cette optique, chaque dimanche est  « jour de fête et de joie » (Psaume 117). Par trois fois , dans l’Évangile de ce dimanche, Jésus dit : « La paix soit avec vous. « 

La paix nécessite d’abord le pardon et sa source est l’amour absolu et infini de Dieu, trinité sainte. Par ses déclarations et par son exemple de vie, Jésus nous apprend la rencontre et le dialogue pour nous rapprocher les uns des autres.

Pour la semaine qui vient, faisons un petit test : suis-je moi-même dans la paix ? Concrètement là où nous vivons, comment pouvons-nous agir pour faire grandir la paix ? Peut-être faut-il commencer cette semaine, par un petit geste ou une parole envers une personne avec qui la relation est difficile …

Voici les lectures pour ce dimanche et quelques commentaires. En complément, le cri de foi de Thomas. Thomas est pour nous la figure de l’homme incrédule. Pourtant, Jean dans ce récit  nous le présente comme le modèle du vrai croyant. Les autres disciples ont bien vu le Christ ressuscité et ils ont cru  qu’il est bien vivant. Par contre, Thomas est le premier à reconnaître que Jésus, celui qui a ri et bu le vin lors d’un mariage à Cana, qui a pardonné à la femme adultère, qui a pleuré sur la tombe de son ami Lazare, et à présent qu’il touche le corps labouré des cicatrices de sa passion (Jn 20, 27), celui là est Dieu.

« Mon Seigneur et mon Dieu ! »  C’est le cri de foi de Thomas pour qui le toucher est devenu inutile. Il a compris que Jésus, même invisible, est là ! Il a compris que Jésus, invisible était là, présent, à l’heure de ses doutes.

lwf0003web.gif

La première lecture est tirée du livre des Actes des Apôtres au chapitre 5, 12-16

Commentaire :   tout le mur Est du Temple de Jérusalem était une colonnade(Colonnade de Salomon) bordant une allée couverte très large ; c’était un lieu de passage et de rencontre, accessible à tous, parce qu’il ne faisait pas partie des enceintes réservées aux Juifs. La  remarque de Luc au verset 12 : « Tous les croyants, d’un seul coeur, se tenaient sous la colonnade de Salomon » prouve que, dans un premier temps, après la mort et la Résurrection de Jésus, les Apôtres n’ont pas tout de suite cessé de fréquenter le Temple car ils sont Juifs et ils le restent ! Leur foi juive n’est d’ailleurs que plus forte après tous ces événements : puisque, à leurs yeux, les promesses de l’Ancien Testament sont enfin accomplies. Le fossé entre les Chrétiens et les Juifs qui ne reconnaissent pas Jésus comme le Messie ne se creusera que peu à peu. Mais on sent un peu déjà dans ce texte l’amorce de cette séparation : « Tous les croyants (sous-entendu Chrétiens), d’un seul coeur, se tenaient sous la colonnade de Salomon. Personne d’autre n’osait se joindre à eux ». Cela veut dire qu’ils forment déjà un groupe à part au sein du peuple juif.

Dans la deuxième partie de cet extrait, Luc fait, de toute évidence, un parallèle avec les débuts de la prédication de Jésus, quelques années auparavant.

12i  À Jérusalem, par les mains des Apôtres, beaucoup de signes et de prodiges se réalisaient dans le peuple. Tous les croyants, d’un seul cœur, se tenaient sous la colonnade de Salomon.

13  Personne d’autre n’osait se joindre à eux ; cependant tout le peuple faisait leur éloge,

14  et des hommes et des femmes de plus en plus nombreux adhéraient au Seigneur par la foi.

15  On allait jusqu’à sortir les malades sur les places, en les mettant sur des lits et des brancards : ainsi, quand Pierre passerait, il toucherait l’un ou l’autre de son ombre.

16  Et même, une foule venue des villages voisins de Jérusalem amenait des gens malades ou tourmentés par des esprits mauvais. Et tous, ils étaient guéris.


« Copyright AELF – Paris – 1980 – Tous droits réservés »

Psaume 117 : 1.4, 22-23, 24-25, 26ab.27a.29

Commentaire : ce psaume appartient au genre littéraire des actions de grâce. Il comprend un premier chant de louange (versets 1 à 18) qui était notamment chanté au cours d’une procession  dans les rues de Jérusalem. La seconde partie du psaume, (versets 19 à 28) comporte un dialogue entre le soliste, le peuple et les prêtres du temple sur le parvis de celui-ci. Ce psaume était surtout chanté à la fête des Tentes où il prenait une importance tout à fait spéciale. Il marquait la fin du repas pascal et l’évangéliste Marc nous l’apprend dans le récit de la dernière Cène : « Après le chant des psaumes, ils partirent vers le mont des oliviers » .C’est la pierre qu’ont rejetée les bâtisseurs mais qui est devenue la pierre d’angle. » (v 22) . Jour de fête et de joie pour le psalmiste (verset 24b) . Jour de fête et de joie pour nous, parce que le Christ ressuscité est la pierre d’angle de notre Église.

01  Rendez grâce au Seigneur : Il est bon ! Éternel est son amour !

04  Qu’ils le disent, ceux qui craignent le Seigneur : Éternel est son amour !

22  La pierre qu’ont rejetée les bâtisseurs est devenue la pierre d’angle :

23  c’est là l’oeuvre du Seigneur, la merveille devant nos yeux.

24  Voici le jour que fit le Seigneur, qu’il soit pour nous jour de fête et de joie !

25  Donne, Seigneur, donne le salut ! Donne, Seigneur, donne la victoire !

26a  Béni soit au nom du Seigneur celui qui vient !

26b  De la maison du Seigneur, nous vous bénissons !

27a  Dieu, le Seigneur, nous illumine.

29  Rendez grâce au Seigneur : Il est bon ! Éternel est son amour !
« Copyright AELF – Paris – 1980 – Tous droits réservés »

La deuxième lecture est tirée du livre de Livre de l’Apocalypse Ap 1,  9-11a.12-13.17-19

Note : « Apocalypse » vient du grec : ce mot  signifie  révélation, dévoilement  au sens de « retirer un voile » .Les Apocalypses sont un genre littéraire particulier. Comme tous les autres livres bibliques, elles n’ont pas d’autre message que l’amour de Dieu et la victoire définitive de l’amour sur toutes les formes du mal.  Ce qui fait l’une des difficultés de ce genre littéraire, ce sont les visions souvent fantastiques et difficiles à décrypter, pour nous tout au moins. Pourquoi ne pas parler en clair ? Ce serait tellement plus simple… non, justement ; l’Apocalypse de Jean, comme tous les livres du même genre (il y a eu plusieurs apocalypses écrites par des auteurs différents entre le deuxième siècle av. JC et le deuxième siècle ap. JC), est écrite en temps de persécution ; on le lit bien ici : « Moi, Jean, votre frère et compagnon dans la persécution… (verset 1).  Parce qu’on est en pleine persécution, une Apocalypse est un écrit qui circule sous le manteau, pour remonter le moral des troupes ; le thème majeur, c’est la victoire finale de ceux qui actuellement sont opprimés.

01 Moi, Jean,  votre frère et compagnon dans la persécution, la royauté et l’endurance avec Jésus, je me trouvais dans l’île de     Patmos à cause de la parole de Dieu et du témoignage pour Jésus.

10  C’était le jour du Seigneur ; je fus inspiré par l’Esprit, et j’entendis derrière moi une voix puissante, pareille au son d’une           trompette.

11a  Elle disait : « Ce que tu vois, écris-le dans un livre et envoie-le aux sept Églises qui sont en Asie mineure. »

12  Je me retournai pour voir qui me parlait. Quand je me fus retourné, je vis sept chandeliers d’or ;

13  et au milieu d’eux comme un fils d’homme, vêtu d’une longue tunique ; une ceinture d’or lui serrait la poitrine ;

17  Quand je le vis, je tombai comme mort à ses pieds, mais il posa sur moi sa main droite, en disant : « Sois sans crainte.

Je suis le Premier et le Dernier,

18  je suis le Vivant : j’étais mort, mais me voici vivant pour les siècles des siècles, et je détiens les clés de la mort et du séjour       des morts.

19  Écris donc ce que tu auras vu : ce qui arrive maintenant, et ce qui arrivera ensuite.

« Copyright AELF – Paris – 1980 – Tous droits réservés »

 ♦

De l’Évangile de Jésus-Christ selon saint Jean au chapitre 20,  19-31

Le deuxième dimanche de Pâques inaugure ce temps joyeux qui met en lumière le Christ ressuscité. Jean-Paul II, en avril 2000,  a proclamé ce dimanche  » Dimanche de la miséricorde divine.  » La miséricorde, c’est le cœur qui se penche sur le malheur ou la misère des autres : elle se traduit par toutes sortes d’actions en faveur des plus démunis. Ce sentiment n’a pas que du cœur, il a donc aussi des mains.

La miséricorde de Dieu s’adresse d’abord au mal le plus profond qu’il y a en nous : notre péché. Par la suite, elle rejoint toutes sortes de maux qui nous affligent : maladies, infirmités, souffrances, épreuves diverses.

Copyright 2012 by the author and Südwestdeutscher Verlag für Hochschulschriften. All rights rerseved – Saarbrücken 2012

Source → Rencontre-avec-Parole-Vie-Esprit et vie   

Commentaire: En racontant les deux rencontres de Jésus ressuscité avec des disciples et la reconnaissance par Thomas, cet évangile nous explique tout ce qui peut arriver dans nos communautés le dimanche. Dans ce récit sont réunis les éléments fondamentaux du mystère chrétien.

19i  C’était après la mort de Jésus, le soir du premier jour de la semaine. Les disciples avaient verrouillé les portes du lieu où ils étaient, car ils avaient peur des Juifs. Jésus vint, et il était là au milieu d’eux. Il leur dit : « La paix soit avec vous ! »

20  Après cette parole, il leur montra ses mains et son côté. Les disciples furent remplis de joie en voyant le Seigneur.

21  Jésus leur dit de nouveau : « La paix soit avec vous ! De même que le Père m’a envoyé, moi aussi, je vous envoie. »

22  Ayant ainsi parlé, il répandit sur eux son souffle et il leur dit : « Recevez l’Esprit Saint.

23  Tout homme à qui vous remettrez ses péchés, ils lui seront remis ; tout homme à qui vous maintiendrez ses péchés, ils lui seront maintenus. »

24  Or, l’un des Douze, Thomas (dont le nom signifie : Jumeau) n’était pas avec eux quand Jésus était venu.

25  Les autres disciples lui disaient : « Nous avons vu le Seigneur ! » Mais il leur déclara : « Si je ne vois pas dans ses mains la marque des clous, si je ne mets pas mon doigt à l’endroit des clous, si je ne mets pas la main dans son côté, non, je ne croirai pas ! »

26  Huit jours plus tard, les disciples se trouvaient de nouveau dans la maison, et Thomas était avec eux. Jésus vient, alors que les portes étaient verrouillées, et il était là au milieu d’eux. Il dit : « La paix soit avec vous ! »

27  Puis il dit à Thomas : « Avance ton doigt ici, et vois mes mains ; avance ta main, et mets-la dans mon côté : cesse d’être incrédule, sois croyant. »

28  Thomas lui dit alors : « Mon Seigneur et mon Dieu ! »

29  Jésus lui dit : « Parce que tu m’as vu, tu crois. Heureux ceux qui croient sans avoir vu. »

30  1l y a encore beaucoup d’autres signes que Jésus a faits en présence des disciples et qui ne sont pas mis par écrit dans ce livre.

31  Mais ceux-là y ont été mis afin que vous croyiez que Jésus est le Messie, le Fils de Dieu, et afin que, par votre foi, vous ayez la vie en son nom.

« Copyright AELF – Paris – 1980 – Tous droits réservés »

Archives

◊  Catéchèse→  Heureux ceux qui croient sans avoir vu.(Jn 20, 29b)

◊ Le Mystère de l’amour miséricordieux de Dieu   →   La miséricorde divine

Liens externes

◊ Homélie   →   Témoignages de la miséricorde de Jésus ressuscité

◊ Méditons →   Fête de la Divine Miséricorde

◊ Conte de Pâques → Conte de Pâques : Ti-pouce et le printemps

◊La plus importante des fêtes  chrétiennes →  En savoir plus Pâques

◊ Du site Caté42 → Pâques avec le bon samaritain et la brebis perdue

◊ Vidéo → JÉSUS EST RÉSSUSCITÉ ! DESSIN ANIME POUR TOUS !

◊  Croire : cliquez ici pour voir la vidéo → La divine Miséricorde

La divine Miséricorde – Croire – Questions de vie ..

 

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

 

Salem alikoum |
Eazy Islam |
Josue |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | AEP Gresivaudan 4ieme 2007-08
| Une Paroisse virtuelle en F...
| VIENS ECOUTE ET VOIS