Fête du Saint Sacrement

Posté par diaconos le 29 mai 2013

Fête du Saint Sacrement dans Catéchèse institution-de-leuchasristie-300x291

Corps du Christ livré comme Pain de Vie, son sang versé comme sang de l'Alliance, ainsi communier c'est être nourri de la vie de Jésus. enrichi de ses propres forces, rendu capable de son amour.

Dans son récit de l’institution de l’Eucharistie, Paul (deuxième lecture) comme saint Luc (évangile)  dit que Jésus après la fraction du pain, et juste avant de donner la coupe à ses disciples leur donna l’ordre de refaire les mêmes gestes : « Faites ceci en mémoire de moi. » Parole fondatrice de notre pratique eucharistique. Il est impossible d’isoler cet ordre de Jésus d’autres ordres( très proches de l’Eucharistie) qu’il nous a donnés : le commandement de l’amour, la nécessité primordiale d’aimer notre prochain et l’appel à donner nous-mêmes à manger à ceux qui n’ont rien à manger !

Voici les lectures pour cette fête du Saint Sacrement, quelques commentaires et en annexe quelques archives utiles à revisiter.

Reçois cher internaute mes salutations amicales et fraternelles

Michel Houyoux, diacre permanent

Source de l’image → ÉVEIL À LA FOI et P’tit KT – Canalblog

La première lecture est tirée du livre de la Genèse

Commentaire : Dans l’histoire du peuple élu, le grand prêtre Melkisédek n’intervint qu’une seule fois, dans sa rencontre avec Abraham. Les chrétiens ont reconnu dans ces gestes une annonce de l’Eucharistie.

Comme Abraham revenait d’une expédition victorieuse contre quatre rois, Melkisédek, roi de Salem, fit apporter du pain et du vin : il était prêtre du Dieu très-haut. Il prononça cette bénédiction :« Béni soit Abram par le Dieu très-haut, qui a fait le ciel et la terre ; et béni soit le Dieu très-haut, qui a livré tes ennemis entre tes mains. » Et Abram lui fit hommage du dixième de tout ce qu’il avait pris.
Copyright AELF – Paris – 1980 – Tous droits réservés ».

Psaume : Ps 109, 1, 2, 3, 4

Commentaire : Roi et prêtre, sacré par Dieu, tel est le Seigneur dont parle le psalmiste.  Fils de Dieu » disent les premières générations chrétiennes. Oint de l’Esprit-Saint, vainqueur du mal par sa Passion, à la droite du Père dans sa résurrection, consacré prêtre-médiateur dans cette même session auprès du Père.      Chacun de nous est concerné par ce psaume. « Ayant revêtu le Christ », selon l’expression de saint Paul, nous allons nous asseoir auprès de Dieu à la table de l’eucharistie

R/ Tu es prêtre à jamais, Christ et Seigneur !

Oracle du Seigneur à mon seigneur :    « Siège à ma droite, et je ferai de tes ennemis le marchepied de ton trône. »De Sion, le Seigneur te présente    le sceptre de ta force : « Domine jusqu’au cœur de l’ennemi. »Le jour où paraît ta puissance,    tu es prince, éblouissant de sainteté : « Comme la rosée qui naît de l’aurore, je t’ai engendré. »Le Seigneur l’a juré dans un serment irrévocable :    « Tu es prêtre à jamais    selon l’ordre du roi Melkisédek. »
Copyright AELF – Paris – 1980 – Tous droits réservés ».

Deuxième lecture : Institution de l’Eucharistie (1Co 11, 23-26)

Commentaire : les difficultés qui apparurent dans la communauté chrétienne de Corinthe incitèrent Paul, apôtre du Seigneur, à rappeler par écrit ce que doit comporter la célébration du mystère de la foi, l’Eucharistie.

Lecture de la première lettre de saint Paul Apôtre aux Corinthiens

Frères, moi, Paul, je vous ai transmis ce que j »ai reçu de la tradition qui vient du Seigneur : la nuit même où il était livré, le Seigneur Jésus prit du pain, puis, ayant rendu grâce, il le rompit, et dit : « Ceci est mon corps, qui est pour vous. Faites cela en mémoire de moi. »
Après le repas, il fit de même avec la coupe, en disant : « Cette coupe est la nouvelle Alliance en mon sang. Chaque fois que vous en boirez, faites cela en mémoire de moi. » Ainsi donc, chaque fois que vous mangez ce pain et que vous buvez à cette coupe, vous proclamez la mort du Seigneur, jusqu’à ce qu’il vienne.
Copyright AELF – Paris – 1980 – Tous droits réservés ».

Image de prévisualisation YouTube

De l’Évangile de Luc au chapitre neuf (Lc 9, 11b-17)

Comme à la messe, le repas que Jésus offrit à cette foule commença par une liturgie de la Parole. La nourriture, que Jésus lui offrira après cet enseignement n’était pas destinée seulement à calmer la faim de ces personnes, même si, d’abord, elle joua ce rôle :  » Car l’homme ne vit pas seulement de pain !  » (Lc 4, 4)   Parents et éducateurs ont une mission importante que Dieu leur à confiée : vos enfants ne sont pas que des bouches à nourrir ni que des intelligences à développer, ils sont aussi des âmes à ouvrir à la dimension spirituelle. Mathieu précise et va plus loin en notant dans son récit :  » Ce n’est pas seulement de pain que l’homme doit vivre, mais de toute parole qui sort de la bouche de Dieu.  » (Mt 4, 4)   Ce qui veut dire que le soin de ton ventre ne doit pas être ta première préoccupation. Tu dois travailler pour gagner ta vie et ton pain, mais tu dois aussi travailler pour gagner ta vie éternelle. Et pour nourrir ton âme à la vie éternelle, il y a les paroles qui sortent de la bouche de Dieu.

Copyright 2012 by the author and Südwestdeutscher Verlag für Hochschulschriften. All rights rerseved – Saarbrücken 2012 

 Auteur : cliquez ici →    Michel Houyoux

Source →Rencontre avec la Parole de Vie / 978-3-8416-9800-1

Commentaire : après le repas, il resta des paniers pleins de nourriture parce que le pain de Jésus nous est offert gratuitement et généreusement, pour que nous ayons la vie en abondance (Jn 10,10)

Jésus parlait du règne de Dieu à la foule, et il guérissait ceux qui en avaient besoin. Voyant le jour commençait à baisser., les Douze s’approchèrent de lui pour lui dire : « Renvoie cette foule, ils pourront aller dans les villages et les fermes des environs pour y loger et trouver de quoi manger : ici nous sommes dans un endroit désert. » Mais il leur dit : « Donnez-leur vous-mêmes à manger. » Ils répondirent : « Nous n’avons pas plus de cinq pains et deux poissons… à moins d’aller nous-mêmes acheter de la nourriture pour tout ce monde. » Il y avait bien cinq mille hommes.

Jésus dit à ses disciples : « Faites-les asseoir par groupes de cinquante. » Ils obéirent et firent asseoir tout le monde. Jésus prit les cinq pains et les deux poissons, et, levant les yeux au ciel, il les bénit, les rompit et les donna à ses disciples pour qu’ils distribuent à tout le monde. Tous mangèrent à leur faim, et l’on ramassa les morceaux qui restaient : cela remplit douze paniers.
Copyright AELF – Paris – 1980 – Tous droits réservés ».

Archives à revisiter

◊  Catéchèse → Tous mangèrent à leur faim ! (Lc 9, 17a)

◊  la première messe  → Jeudi Saint : fête de l’institution de l’Eucharistie

◊  Méditons → Corps livré, sang versé (Fête du Saint Sacrement)

◊  Enfants → Première communion

◊   Celui qui mange ce pain, vivra éternellement (Jn 6, 51)

Liens externes

◊  Catéchèse →   Fête du corps et  du sang du Christ, année  C

Du site Idées-Caté : Catéchèse →    Multiplication des pains. Luc 9,10.

◊  Abbé Jean Compazieu →  Homélie de la fête du Saint Sacrement

◊   Liturgie de la Parole avec des enfants → Corps et Sang du Seigneur

 

La multiplication des pains racontée aux enfants

Image de prévisualisation YouTube

Publié dans Catéchèse, fêtes religieuses, Histoire du Salut, La messe du dimanche | Pas de Commentaire »

Dieu nous invite à sa table

Posté par diaconos le 27 mai 2013

 Fête du saint Sacrement : Dieu nous invite à sa table

Dieu nous invite à sa table dans fêtes religieuses fete-du-tres-saint-sacrement1-300x283

C'est aujourd'hui une fête solennelle, une fête au cours de laquelle nous revivons la première Eucharistie au soir du Jeudi Saint : c'est la fête du corps et du sang du Christ, la fête du saint Sacrement, la fête de Dieu. À travers un acte public et solennel, nous glorifions et nous adorons le Pain et le Vin qui sont devenus le Corps véritable et le Sang véritable du Christ Rédempteur.

Chaque jour Dieu nous invite à sa table. N’est ce pas incroyablement merveilleux ? Il met dans nos mains tendues le vrai pain de Vie. Bien plus encore, il nous fait devenir nous-mêmes des êtres donnés pour les autres,  des associés à part entière  de son projet de salut universel. Rendons-lui grâce pour ce don incomparable.

C’est aujourd’hui la fête du Très Saint Sacrement du Corps et du Sang du Christ, Sacrement de l’amour de Dieu pour l’humanité. En cette fête du Saint Sacrement, l’Église  nous invite à prendre toujours plus conscience de la présence active chez nous,  parmi nous de Jésus ressuscité.  Il est vraiment là, vivant, présent, agissant, se donnant en nourriture pour faire grandir en nous l’enfant de Dieu que nous sommes depuis notre baptême.

Depuis longtemps, Dieu avait préparé son peuple à le voir sous les signes du pain et du vin. Déjà au temps d’Abraham, il avait commencé à faire un signe au peuple élu qu’un jour viendrait un envoyé spécial qui referait les gestes rituels du grand prêtre Melkisédek offrant à Abraham du pain et du vin pour le restaurer. (Première lecture)  Des Pères de l’Église et les premiers chrétiens virent dans cette offrande un signe de l’Eucharistie. Melchisédech annonça le geste de Jésus comblant le peuple au nom de Dieu par le don du pain, il préfigura ainsi le geste eucharistique de Jésus.

La tradition d’Israël avait gardé vive la mémoire d’une intervention providentielle où Dieu avait nourri son peuple défaillant au désert. Après la sortie d’Égypte, Dieu leur avait donné des cailles et la manne ; cette dernière était véritablement un pain venu du ciel, donc de Dieu. Plus tard, Jésus  nourrira le peuple en train de défaillir, à la fin d’une longue journée ; c’est cet événement que nous avons appelé la multiplication des pains. Lors de l’épisode de la multiplication des pains, les récits rapportent quatre actions principales de Jésus qu’on retrouvera par la suite au repas de la Cène.

Comme à la messe, le repas que Jésus offrit à cette foule commença par une liturgie de la Parole. . Il faut être là dès le début  pour se nourrir de ce Jésus qui parle du Règne de Dieu. La voici donc la Parole qui libère les hommes, le message qui ouvre l’humanité entière à Dieu.

La nourriture, que Jésus lui offrira après cet enseignement n’était pas destinée seulement à calmer la faim de ces personnes, même si, d’abord, elle joua ce rôle. « L’homme ne vit pas seulement de pain !  » (Lc 4, 4)

Parents et éducateurs vous avez une mission importante que Dieu vous à confiée. Vos enfants ne sont pas que des bouches à nourrir ni que des intelligences à développer, ils sont aussi des âmes à ouvrir à la dimension spirituelle. Mathieu précise et va plus loin en notant dans son récit : « Ce n’est pas seulement de pain que l’homme doit vivre, mais de toute parole qui sort de la bouche de Dieu.  » (Mt 4, 4)

Ce qui veut dire que le soin de ton ventre ne doit pas être ta première préoccupation. Tu dois travailler pour gagner ta vie et ton pain, mais tu dois aussi travailler pour gagner ta vie éternelle. Et pour nourrir ton âme à la vie éternelle, il y a les paroles qui sortent de la bouche de Dieu.

Le fruit gorgé de vie a mûri sur le bois de la Croix : il est la nourriture véritable et la vraie boisson qui rassasie et désaltère notre cœur. Il est partage de la vie divine. « Celui qui mange ma chair et boit mon sang demeure en moi et moi en lui.  » (Jn 6, 56)

« Jésus prit les cinq pains et les deux poissons et, levant les yeux au ciel, il les bénit, les rompit, et les donna à ses disciples pour qu’ils les distribuent à tout le monde. » (Lc 9,17).

C’est la même succession des quatre gestes sacrés que nous retrouvons dans le récit de la Cène du Jeudi Saint ainsi que dans celui du repas d’Emmaüs. Quand le prêtre, serviteur de Jésus, refait parmi nous, au cours de la messe, ces quatre gestes de Jésus, c’est Jésus qui les refait vraiment pour nous et se rend présent. L’Eucharistie peut nous faire rencontrer dans la foi le Christ ressuscité, vainqueur du mal et de la mort, sauveur de l’homme.

Ce pain rompu et donné est le signe que Dieu a choisi pour être avec nous. Ce pain, c’est la personne même de Jésus qui nous est donnée.  Le pain et le vin sont la matière du sacrement. C’est par la prière à l’Esprit Saint, suivie par les paroles de la consécration, que la substance du pain et du vin se transforme en la substance du corps et du sang du Christ : « Sanctifie ces offrandes par ton Esprit pour qu’elles deviennent le corps et le sang de ton Fils, Jésus Christ, notre Seigneur, qui nous a dit de célébrer ce mystère.  » (Paroles de la consécration)

Communier, c’est donc recevoir le plus grand don, Dieu lui-même qui se donne en nourriture, pour nous donner à notre tour dans notre milieu de vie. Célébrons donc dans la joie et l’action de grâce cette fête du Très Saint Sacrement, fête de la présence du Christ parmi les hommes. En communiant, recevons le Corps du Christ avec une grande foi, et un amour sincère.

Amen

 

michel-houyoux-diacre-permanent eucharistie dans homélies particulièresAvec mes salutations amicales et fraternelles

Michel Houyoux, diacre permanent

 

Publié dans fêtes religieuses, homélies particulières, La messe du dimanche, Paroisses | Pas de Commentaire »

Fête de la Sainte Trinité

Posté par diaconos le 25 mai 2013

Image de prévisualisation YouTube

Quand il s’agit de parler de Dieu, aucune expression ne peut prétendre dire pleinement et parfaitement qui Il est. Ce que nous pouvons en dire de mieux, c’est ce que Jésus nous a révélé : Dieu est Père, Fils et Esprit. Nous privilégions ces trois noms et nous les considérons comme les trois plus beaux noms de Dieu.

Fête de la Sainte Trinité dans fêtes religieuses sainte-trinite-300x267

Dieu n’est pas le solitaire de l’Univers. Il est la famille créatrice, la famille de l’Esprit qui nous fait vivre dans la foi, l’amour et l’espérance. Les chrétiens croient en un seul Dieu en trois personnes et chacune des trois personnes divines est Dieu tout entier. Le mystère de la Sainte Trinité est le mystère central de notre foi. Il est la source de tous les autres mystères de la foi. Jésus a révélé que Dieu est Père dans un sens inouï.

En cette fête de la Sainte Trinité, nous sommes invités à contempler Dieu :  Père, Fils et Esprit Saint. Nous pouvons ainsi saisir l’occasion de reconnaître les dons de la famille divine comme ce que nous devons, sur un autre plan, à nos pères et à nos mères. Chantons la louange, rendons grâce, bénissons et adorons notre Dieu trinitaire. Chacun d’entre nous peut et doit rendre témoignage de sa foi au Dieu unique et Trinité, dans sa vie de tous les jours.

Voici les lectures pour la messe  de dimanche prochain  et quelques dossiers archivés à  consulter.

Reçois cher ami, chère amie dans le Christ, mes salutations amicales et fraternelles.

Michel Houyoux, diacre permanent

Source de l’imageLumierededieu.eklablog.com

 La première lecture est tirée du livre des proverbes (Pr 8, 22-31)

 Écoutez ce que déclare la Sagesse : « Le Seigneur m’a faite pour lui au commencement de son action, avant ses œuvres les plus anciennes. Avant les siècles j’ai été fondée, dès le commencement, avant l’apparition de la terre. Quand les abîmes n’existaient pas encore, qu’il n’y avait pas encore les sources jaillissantes, je fus enfantée.  Avant que les montagnes ne soient fixées, avant les collines, je fus enfantée. Alors que Dieu n’avait fait ni la terre, ni les champs, ni l’argile primitive du monde, lorsqu’il affermissait les cieux, j’étais là. Lorsqu’il traçait l’horizon à la surface de l’abîme, chargeait de puissance les nuages dans les hauteurs et maîtrisait les sources de l’abîme, lorsqu’il imposait à la mer ses limites, pour que les eaux n’en franchissent pas les rivages, lorsqu’il établissait les fondements de la terre, j’étais à ses côtés comme un maître d’œuvre. J’y trouvais mes délices jour après jour, jouant devant lui à tout instant, jouant sur toute la terre, et trouvant mes délices avec les fils des hommes. »

« Copyright AELF – Paris – 1980 – Tous droits réservés ».

Psaume : Ps 8, 4-5, 6-7, 8-9

R/ O Seigneur, notre Dieu, qu’il est grand, ton nom, par tout l’univers !

À voir ton ciel, ouvrage de tes doigts, la lune et les étoiles que tu fixas, qu’est-ce que l’homme pour que tu penses à lui, le fils d’un homme, que tu en prennes souci ?

Tu l’as voulu un peu moindre qu’un dieu, le couronnant de gloire et d’honneur ; tu l’établis sur les œuvres de tes mains, tu mets toute chose à ses pieds.

Les troupeaux de bœufs et de brebis, et même les bêtes sauvages, les oiseaux du ciel et les poissons de la mer, tout ce qui va son chemin dans les eaux.

« Copyright AELF – Paris – 1980 – Tous droits réservés ».

La deuxième lecture est tirée de la lettre aux Romains au chapitre cinq

Frères, Dieu a fait de nous des justes par la foi ; nous sommes ainsi en paix avec Dieu par notre Seigneur Jésus Christ, qui nous a donné, par la foi, l’accès au monde de la grâce dans lequel nous sommes établis ; et notre orgueil à nous, c’est d’espérer avoir part à la gloire de Dieu.
Mais ce n’est pas tout : la détresse elle-même fait notre orgueil, puisque la détresse, nous le savons, produit la persévérance ; la persévérance produit la valeur éprouvée ; la valeur éprouvée produit l’espérance ; et l’espérance ne trompe pas, puisque l’amour de Dieu a été répandu dans nos cœurs par l’Esprit Saint qui nous a été donné.
« Copyright AELF – Paris – 1980 – Tous droits réservés ».

De l’évangile de Jésus Christ selon saint Jean au chapitre seize (Jn 16,12-15)

À l’heure où Jésus passait de ce monde à son Père, il disait à ses disciples : « J’aurais encore beaucoup de choses à vous dire, mais pour l »instant vous n’avez pas la force de les porter. Quand il viendra, lui, l’Esprit de vérité, il vous guidera vers la vérité tout entière. En effet, ce qu’il dira ne viendra pas de lui-même : il redira tout ce qu’il aura entendu ; et ce qui va venir, il vous le fera connaître. Il me glorifiera, car il reprendra ce qui vient de moi pour vous le faire connaître. Tout ce qui appartient au Père est à moi ; voilà pourquoi je vous ai dit : Il reprend ce qui vient de moi pour vous le faire connaître. »
« Copyright AELF – Paris – 1980 – Tous droits réservés ».

Archives

◊   Fête de la Sainte Trinité : Dieu n’est pas le solitaire de l’Univers.

◊   Bien-aimés de Dieu, Trinité d’amour (Jn 16, 12-15)

◊  O Seigneur, notre Dieu, qu’il est grand ton nom par toute la terre ! (Psaume 8 )

Liens externes

◊   Catéchèse →    Fête de la Sainte Trinité

◊   Homélie → Dieu nous est proche

◊ Liturgie de la Parole avec des enfants :    Fête de la Sainte Trinité

Publié dans fêtes religieuses, La messe du dimanche | Pas de Commentaire »

Byzantine Catholic Patriarchate – Pastoral letter for the clergy

Posté par diaconos le 24 mai 2013

Byzantine Catholic Patriarchate - Pastoral letter for the clergy dans Accueil sur mon blog vert-rouge-feuille-verte-fleurs-de-printemps_18-60451-300x226

1025ème anniversaire du baptême de la Russie

Byzantine Catholic Patriarchate (BCP)

3 Sosnova St., Lvov -Bryukhovychi, 79491, Ukraine  – tel./fax: +38(032) 234-63-41

→  Byzantine Catholic Patriarchate – First    -  byzcathpatriarchate@gmail.com

Візантійський Вселенський (Католицький) Патріархат (ВКП)
вул. Соснова, 3, Львів – Брюховичі, 79491, Україна – тел./факс: +38(032) 234-63-41,

Візантійський Вселенський (Католицький) Патріархат

Українська Правовірна Греко-Католицька Церква

→  Українська Правовірна Греко-Католицька Церква / Украінська

lwf0003web.gif

Pastoral letter for the clergy

Image de prévisualisation YouTube

Dear bishops, religious and priests!

This year we celebrate the 1025th anniversary of the baptism of Kievan Russia by St. Vladimir. In the Lenten period we turn our eyes to the crucified Jesus. We perceive the importance of our own baptism as well as of Christianity in Ukraine, Russia and Belarus. This year our Slavonic nations are exposed to strong pressure of demoralization connected with changes in legislation aimed at globalization and reduction of mankind, in other words autogenocide of nations. This is done above all by way of establishing gender ideology which destroys all moral, spiritual and Christian values. It advocates gender-reassignment surgery and, moreover, according to this ideology children in kindergartens are taught that they are neither boys nor girls but can choose who they want to be. That’s loss of reason !
Gender ideology goes hand in hand with the crimes of the juvenile justice system which steals children from any family on fabricated charges and gives them to homosexuals or paedophiles or even for the sale of organs. These crimes against humanity, this satanization of the formerly Christian nations, are caused by the fallen-away Western Catholic hierarchy. This hierarchy is hypocritically silent on these crimes and is most to blame for them due to proclamation of heresies. Modern heresies deny the redemptive death of Christ, His historical and real resurrection and even divine inspiration of the Holy Scripture. The apostate hierarchy and the last Popes are guilty of syncretism with the spirit of Assisi – the spirit of neopaganism. According to Gal 1:8-9, they are under God’s curse – anathema. As early as 2008, Head of the UGCC Cardinal Husar fell under an anathema by reason of heresies denying the essence of Christianity. An apostatical gesture similar to that of Assisi was made by Patriarch Kyrill in Astana on 30 May 2012. He likewise fell under an anathema along with all those who are in unity with him.

What should the priests do as part of the preparations for the renewal of baptism in this jubilee year for the sake of spiritual resurrection of the Church and nation? They must start a reform. All saints started a reform with themselves. Two examples : One priest who became addicted to alcohol, together with three other priests with the same problem, made a promise to God, for a period of three months at first, to devote four hours every week to prayer and God’s Word in common. In the first hour they confessed their sins, praised God for His mercy and love and prayed to Him for protection in the future. In the second hour they prayed 15 minutes for each of them personally. They all sincerely confessed the temptations in their thoughts in relation to alcohol and all manifestations of selfishness and pride. They repented and prayed to God for deliverance. In the third hour they read a passage from the Scripture and reflected on it in a short prayer in common. Then they shared their testimony of what God revealed to them through the Word for exhortation, consolation or edification. The fourth hour was spent in fellowship at the table during a light meal. They shared experience from the previous week and discussed positive and negative aspects – in relation to themselves, other people and God. It never lasted one hour only but usually more than two hours. This fellowship was based on the consciousness of their own misery and desire for deliverance. They awaited their deliverance from Jesus and the means to this end was fellowship, prayer and God’s Word. The early Christian community was based on the same foundation (Acts 2:42) and God worked great wonders and miracles.

After three months they made a promise to God for another three months and then for half a year. They wouldn’t miss the meetings at any cost. Jesus delivered them all from the addiction within a year. And not only that. The fruit was also a spiritual awakening in their parishes. In the following year, each of them found three men in his parish with whom they spent one year devoting themselves to prayer and God’s Word. A year later these men found several others and after three years there was a sound core of several men who became the closest co-workers of the parish priest, carrying out mission to revive the whole parish.

Another example is the practice of our community of bishops and monks founded on prayer and God’s Word. We celebrate the seventh day together. On Saturday evening, after 9 p.m., we reflect on God’s almightiness manifested not only in the creation but even in the resurrection of Christ which relates to us too (http://vkpatriarhat.org.ua/en/?p=785). Sunday is the Lord’s Day when we commemorate Christ’s resurrection and the descent of the Holy Spirit. On Sunday morning, from 5 to 7 a.m., we reflect on six truths related to the Resurrection (http://vkpatriarhat.org.ua/en/?p=796, http://vkpatriarhat.org.ua/en/?p=794). Between 7:45 and 8:45 a.m., we reflect on the descent of the Holy Spirit (http://vkpatriarhat.org.ua/en/?p=800). Thereafter we celebrate Divine Liturgy for the faithful. So it is not until Sunday evening that we gather together in one place. Some even have to travel more than a hundred kilometres. From 8 to 9 p.m., we reflect on the passage speaking of Christ appearing to the Apostles and then to Thomas in particular (http://vkpatriarhat.org.ua/en/?p=802). Then we spend above all Monday in fellowship, devoting ourselves to prayer and God’s Word. From 6 to 7 a.m. – an hour of intensive prayer. This is followed by a short testimony (15 minutes); liturgy at 7:30 a.m. 9-10 a.m. – another hour of prayer. 10-11 a.m. – we share testimonies and spiritual experience. 11:20-12:00 – a prophetic prayer acc. Ezek 37. 12:00-12:20 – a short testimony after the prayer. 12:30-1 p.m. – a battle prayer.

We repeat a petition for 15 minutes in faith and then for 15 minutes we sing and praise the Lord for hearing our prayer. 1-3 p.m. – rest time. 3-5 p.m. – preparation for Sunday homily in common. We read out the texts from the Scripture and pray over them for 40-60 minutes. Then we share how God spoke to us through the Word so that we can preach the living Word to the believers. 5-5:30 p.m. – supper (we observe fast from Sunday evening). 5:30-7 : 30 p.m. – we discuss topical issues concerning us and our believers. First we take down the points to be discussed. 8-9 p.m. – canonical hours and other prayers (the Rosary or in one’s own words). At 9 p.m. we give a blessing to the four cardinal points. On Tuesday : 6-7 a.m. – common prayers, then testimony, liturgy, 8:30 – breakfast, 9-10 a.m. – prayer, testimony, 11:20-12:00 – prophetic prayer acc. Ezek 37, testimony, 12:30-1 p.m. – battle prayer, 1-1 : 30 p.m. – lunch and end.

The Apostles said : “We will devote ourselves to prayer and to the ministry of the word.” The life of God’s servant is a hard fight for the salvation of his own soul and of the souls entrusted to him. Concerning one-hour prayer, it is divided into three parts, 15 minutes each (see Four Words from Ukraine : Contemplative prayer, http://www.community.org.ua/book.html). Concerning the spiritual programme for the celebration of Sunday, see http://vkpatriarhat.org.ua/en/?category_name=celebration-of-sunday. If You implement this spiritual programme, You will thus create the conditions for the Holy Spirit and for the spiritual resurrection of Your parishes or dioceses. Your prayer fellowship will give rise to a new generation of priests who will pave the way for the spiritual resurrection of both the Church and nation.

And the spiritually slain by various ideologies or heretical theologies will stand up on their feet as a great army (cf. Ezek 37). Without prayer and God’s Word priests are threatened by the spirit of heresy, mammon, immorality and career. The celebrations of the anniversary of the baptism of Kievan Russia shall culminate on Saturday 27 July 2013 and Sunday 28 July 2013, which is the feast of St. Vladimir. On Saturday, a horse will drag the symbol of Perun which will be cast into the Dnieper as it was done in the time of St. Vladimir. There will be 5 more symbols of demons which will be symbolically set on fire and the ashes will also be poured into the Dnieper. The first one will represent the demon of gender ideology and moral perversion. The second one will symbolize the demon of juvenile justice, child kidnapping and child abuse. The third one will symbolize the demon of euthanasia, drug abuse and alcoholism. The fourth one will represent the demon of chip implantation with the number of the beast (666). The fifth one will stand for the antichrist whose representatives are above all churchmen who adopted heresies and the spirit of neopaganism (historical-critical theology, Assisi, Astana). After this gesture, representatives of the three nations – Ukraine, Russia and Belarus – shall descend into the Dnieper and a bishop present shall highlight the essence of baptism and appeal to all people who will watch this event on TV to make a sign of the cross three times in token of the renewal of their baptism. This would be the culmination of breaking with neopaganism and renewing the baptism in the same spirit as it was done by St. Vladimir more than a thousand years ago. The celebrations shall continue on Sunday by solemn Liturgies not only in Kiev but in all Christian churches of Ukraine, Russia and Belarus and by demonstrations. After the Liturgy, Christians shall take to the streets with placards. The slogans should express the renouncement of neopaganism and demons whose symbols were burnt in Kiev. Other slogans should emphasize the positive aspect – restoration of God’s laws which had always been the foundation of civilized and Christian Europe. Christians shall joyfully celebrate the renewal of the baptism under the slogan: Restoration of the family – resurrection of the nation !

The starting point of the celebration of the anniversary was the consecration of Ukraine, Russia and Belarus to the Mother of God in the Kiev-Pechersk Lavra on 8 January 2013. The first stage of spiritual preparations started with the Lenten period and will last until Easter. On Easter Monday, after the Liturgy, Christians should come out with placards like on the feast of St. Vladimir and thus express the joy of spiritual resurrection and the faith that God will save our nations. These demonstrations with the purpose of waking Christians and the entire nation from a stupor should be held regularly every year on the following feasts : – Synaxis of the Most Holy Mother of God (8 January)

Easter Monday – Feast of St. Vladimir (28 July)
Feast of the Protecting Veil of the Mother of God (14 October)

In connection with spiritual preparations for the renewal of baptism, the Byzantine Catholic Patriarchate presents seven successive biblical lectures focused on the essence of Christianity and practical conversion (see http://vkpatriarhat.org.ua/en/?category_name=spiritual-preparation-for-the-anniversary-of-baptism- fkievan- rus). The essence of baptism is that we have put on Christ. In solemn Byzantine liturgy we say: “As many of you as were baptized into Christ have put on Christ.” And next, God’s Word says that we were buried with Christ through baptism into death and also given a new life, the life of Christ (cf. Rom 6:3-5). Christ dwells in our hearts through faith. He rose from the dead and thus confirmed His Divinity. He will raise to life our Church and nation.

Every priest should be aware of the tragic situation when the nations of Kievan Russia are under threat of moral, spiritual and physical autogenocide. The responsibility for the Church and nation falls on every member of the clergy. God wants to save these Slavonic nations but the condition is to make a promise to God for one year: to devote one hour every day to God in personal prayer. Start! Make this promise today and start this one-hour prayer today! Persevere throughout the year !

Christ is risen ! He is risen indeed !
+ Elijah
Patriarch of the Byzantine Catholic Patriarchate
+ Methodius OSBMr + Timothy OSBMr
Secretary Bishops
Lvov (Ukraine), 24 April 2013

rose homélie pour le dimanche des rameaux et de la Passion dans fêtes religieusesMerci à monseigneur Elijah pour cette annonce qui m’a été adressée par e-mail ce 24 mai

Il s’agit de célébrer solennellement  le 1025ème anniversaire du baptême de la Russie. Diverses célébrations sont prévues dans les pays slaves. Elles commenceront en Juillet à Moscou. Une liturgie solennelle dans la cathédrale du Christ-Sauveur sera célébrée le 24 juillet, a déclaré le chef de l’Église orthodoxe russe, la fête se poursuivra à Kiev, où une autre messe aura lieu sur la colline Saint-Vladimir, au pied du monument au prince Vladimir de Kiev. Après cela, les célébrations commenceront à Minsk.

Le patriarche Cyrille estime qu’il est important que les Russes, les Ukrainiens et les Biélorusses se souviennent de l’événement du baptême de la Russie, qui a déterminé le cours futur de l’histoire des peuples slaves.

http://french.ruvr.ru/2013_05_05/La-Journee-du-Bapteme-de-la-Russie-sera-celebree-a-Moscou-Kiev-et-Minsk/

croix-diaconale1 Byzantine Catholic Patriarchate dans fêtes religieusesAvec mes salutations amicales et fraternelles – С моими дружескими и братскими приветствиями

Michel Houyoux, diacre permanent                    Michel Houyoux, постоянный дьякон

Publié dans Accueil sur mon blog, fêtes religieuses, L'Église, Messages | Pas de Commentaire »

12
 

Salem alikoum |
Eazy Islam |
Josue |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | AEP Gresivaudan 4ieme 2007-08
| Une Paroisse virtuelle en F...
| VIENS ECOUTE ET VOIS