• Accueil
  • > Archives pour le Lundi 27 mai 2013

Dieu nous invite à sa table

Posté par diaconos le 27 mai 2013

 Fête du saint Sacrement : Dieu nous invite à sa table

Dieu nous invite à sa table dans fêtes religieuses fete-du-tres-saint-sacrement1-300x283

C'est aujourd'hui une fête solennelle, une fête au cours de laquelle nous revivons la première Eucharistie au soir du Jeudi Saint : c'est la fête du corps et du sang du Christ, la fête du saint Sacrement, la fête de Dieu. À travers un acte public et solennel, nous glorifions et nous adorons le Pain et le Vin qui sont devenus le Corps véritable et le Sang véritable du Christ Rédempteur.

Chaque jour Dieu nous invite à sa table. N’est ce pas incroyablement merveilleux ? Il met dans nos mains tendues le vrai pain de Vie. Bien plus encore, il nous fait devenir nous-mêmes des êtres donnés pour les autres,  des associés à part entière  de son projet de salut universel. Rendons-lui grâce pour ce don incomparable.

C’est aujourd’hui la fête du Très Saint Sacrement du Corps et du Sang du Christ, Sacrement de l’amour de Dieu pour l’humanité. En cette fête du Saint Sacrement, l’Église  nous invite à prendre toujours plus conscience de la présence active chez nous,  parmi nous de Jésus ressuscité.  Il est vraiment là, vivant, présent, agissant, se donnant en nourriture pour faire grandir en nous l’enfant de Dieu que nous sommes depuis notre baptême.

Depuis longtemps, Dieu avait préparé son peuple à le voir sous les signes du pain et du vin. Déjà au temps d’Abraham, il avait commencé à faire un signe au peuple élu qu’un jour viendrait un envoyé spécial qui referait les gestes rituels du grand prêtre Melkisédek offrant à Abraham du pain et du vin pour le restaurer. (Première lecture)  Des Pères de l’Église et les premiers chrétiens virent dans cette offrande un signe de l’Eucharistie. Melchisédech annonça le geste de Jésus comblant le peuple au nom de Dieu par le don du pain, il préfigura ainsi le geste eucharistique de Jésus.

La tradition d’Israël avait gardé vive la mémoire d’une intervention providentielle où Dieu avait nourri son peuple défaillant au désert. Après la sortie d’Égypte, Dieu leur avait donné des cailles et la manne ; cette dernière était véritablement un pain venu du ciel, donc de Dieu. Plus tard, Jésus  nourrira le peuple en train de défaillir, à la fin d’une longue journée ; c’est cet événement que nous avons appelé la multiplication des pains. Lors de l’épisode de la multiplication des pains, les récits rapportent quatre actions principales de Jésus qu’on retrouvera par la suite au repas de la Cène.

Comme à la messe, le repas que Jésus offrit à cette foule commença par une liturgie de la Parole. . Il faut être là dès le début  pour se nourrir de ce Jésus qui parle du Règne de Dieu. La voici donc la Parole qui libère les hommes, le message qui ouvre l’humanité entière à Dieu.

La nourriture, que Jésus lui offrira après cet enseignement n’était pas destinée seulement à calmer la faim de ces personnes, même si, d’abord, elle joua ce rôle. « L’homme ne vit pas seulement de pain !  » (Lc 4, 4)

Parents et éducateurs vous avez une mission importante que Dieu vous à confiée. Vos enfants ne sont pas que des bouches à nourrir ni que des intelligences à développer, ils sont aussi des âmes à ouvrir à la dimension spirituelle. Mathieu précise et va plus loin en notant dans son récit : « Ce n’est pas seulement de pain que l’homme doit vivre, mais de toute parole qui sort de la bouche de Dieu.  » (Mt 4, 4)

Ce qui veut dire que le soin de ton ventre ne doit pas être ta première préoccupation. Tu dois travailler pour gagner ta vie et ton pain, mais tu dois aussi travailler pour gagner ta vie éternelle. Et pour nourrir ton âme à la vie éternelle, il y a les paroles qui sortent de la bouche de Dieu.

Le fruit gorgé de vie a mûri sur le bois de la Croix : il est la nourriture véritable et la vraie boisson qui rassasie et désaltère notre cœur. Il est partage de la vie divine. « Celui qui mange ma chair et boit mon sang demeure en moi et moi en lui.  » (Jn 6, 56)

« Jésus prit les cinq pains et les deux poissons et, levant les yeux au ciel, il les bénit, les rompit, et les donna à ses disciples pour qu’ils les distribuent à tout le monde. » (Lc 9,17).

C’est la même succession des quatre gestes sacrés que nous retrouvons dans le récit de la Cène du Jeudi Saint ainsi que dans celui du repas d’Emmaüs. Quand le prêtre, serviteur de Jésus, refait parmi nous, au cours de la messe, ces quatre gestes de Jésus, c’est Jésus qui les refait vraiment pour nous et se rend présent. L’Eucharistie peut nous faire rencontrer dans la foi le Christ ressuscité, vainqueur du mal et de la mort, sauveur de l’homme.

Ce pain rompu et donné est le signe que Dieu a choisi pour être avec nous. Ce pain, c’est la personne même de Jésus qui nous est donnée.  Le pain et le vin sont la matière du sacrement. C’est par la prière à l’Esprit Saint, suivie par les paroles de la consécration, que la substance du pain et du vin se transforme en la substance du corps et du sang du Christ : « Sanctifie ces offrandes par ton Esprit pour qu’elles deviennent le corps et le sang de ton Fils, Jésus Christ, notre Seigneur, qui nous a dit de célébrer ce mystère.  » (Paroles de la consécration)

Communier, c’est donc recevoir le plus grand don, Dieu lui-même qui se donne en nourriture, pour nous donner à notre tour dans notre milieu de vie. Célébrons donc dans la joie et l’action de grâce cette fête du Très Saint Sacrement, fête de la présence du Christ parmi les hommes. En communiant, recevons le Corps du Christ avec une grande foi, et un amour sincère.

Amen

 

michel-houyoux-diacre-permanent eucharistie dans homélies particulièresAvec mes salutations amicales et fraternelles

Michel Houyoux, diacre permanent

 

Publié dans fêtes religieuses, homélies particulières, La messe du dimanche, Paroisses | Pas de Commentaire »

 

Salem alikoum |
Eazy Islam |
Josue |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | AEP Gresivaudan 4ieme 2007-08
| Une Paroisse virtuelle en F...
| VIENS ECOUTE ET VOIS