Vingt-deuxième dimanche du temps ordinaire de l’année C

Posté par diaconos le 30 août 2013

Comment se comporter en société ?

Bonjour, chers amis et chères amies dans le Christ,

Vingt-deuxième dimanche du temps ordinaire de l'année C dans La messe du dimanche prendre-la-derniere-place-229x300

Quand tu donnes un déjeuner ou un dîner, n'invite pas tes amis, ni tes frères, ni tes parents, ni de riches voisins ; sinon, eux aussi t'inviteraient en retour, et la politesse te serait rendue. Au contraire, quand tu donnes un festin, invite des pauvres, des estropiés, des boiteux, des aveugles ; et tu seras heureux, parce qu'ils n'ont rien à te rendre : cela te sera rendu à la résurrection des justes.

« Tous  les peuples, partagent un certain nombre de codes et de conventions qui règlent les comportements de chacun dans la vie en société. Ces codes forment ce qu’on appelle la politesse, le savoir vivre, les bonnes manières, ou encore l’étiquette. Ces codes de comportement facilitent les relations entre individus, ils contribuent à créer une harmonie sociale. Ils définissent également ce qui est attendu, permis ou interdit dans certaines situations, dictent les obligations de chacun envers la hiérarchie sociale, entre hommes et femmes (la galanterie). Souvent, ils permettent aussi de “situer” un individu par rapport à la norme : l’ignorance ou la connaissance de certains protocoles révèlent en effet un manque dans l’éducation, ou au contraire, des qualités. « 

La vie en société devient désagréable et pénible lorsque chacun cherche à s’imposer et à se faire valoir. Il existe de nombreux manuels de bonnes manières pour savoir comment bien organiser une fête, une réception, pour que chaque invité se trouve à l’aise à table et ne se sente pas blessé dans son honneur…

Dans l’Évangile de ce dimanche, Jésus nous donne des indications très précises  de protocole : «   Quand tu es invité à des noces, ne va pas te mettre à la première place, car on peut avoir invité quelqu’un de plus important que toi. Alors, celui qui vous a invités, toi et lui, viendrait te dire : ‘Cède-lui ta place’,et tu irais, plein de honte, prendre la dernière place.  » (Lc 14, 10a)

Dans cette page de l’Évangile selon Luc, Jésus ne se contente pas de nous apprendre comment se comporter en société ; Il nous invite à un exercice de lucidité sur nous-mêmes et à rejoindre le regard de Dieu sur nous et sur les autres. Lui seul est capable d’aimer chaque être humain tel qu’il est parce que lui seul nous regarde uniquement et toujours dana la lumière de son amour.

* Source de l’image → Hermanoleon Clipart – Free Cliparts religiosos

—————————————————————————————————————–

La première lecture est tirée du livre de l’Ecclésiastique au chapitre 3,17-18.20.28-29.

Commentaire : La sagesse est l’art de vivre, l’art et la manière d’être heureux ; et ce qui est valable pour les individus l’est tout autant pour le peuple dans son ensemble et pour l’humanité tout entière

Accomplis toute chose dans l’humilité, et tu seras aimé plus qu’un bienfaiteur. Plus tu es grand, plus il faut t’abaisser :tu trouveras grâce devant le Seigneur. Sa puissance est grande, et les humbles lui rendent gloire. La condition de l’orgueilleux est sans remède, car la racine du mal est en lui. L’homme sensé médite les maximes de la sagesse ;l’idéal du sage, c’est une oreille qui écoute.

« Copyright AELF – Paris – 1980 – Tous droits réservés ».

—————————————————————————————————————–

Psaume 68,4-5.6-7.10-11.

Commentaire : Avec le psalmiste, chantons notre Dieu qui prend le parti des humbles : l’orphelin, la veuve, l’isolé, le captif

Mais les justes sont en fête, ils exultent ; devant la face de Dieu ils dansent de joie.Chantez pour Dieu, jouez pour son nom, frayez la route à celui qui chevauche les nuées. Son nom est Le Seigneur ; dansez devant sa face.

Père des orphelins, défenseur des veuves, tel est Dieu dans sa sainte demeure. A l’isolé, Dieu accorde une maison ; aux captifs, il rend la liberté ; mais les rebelles vont habiter les lieux arides.

Tu répandais sur ton héritage une pluie généreuse, et quand il défaillait, toi, tu le soutenais. Sur les lieux où campait ton troupeau, tu le soutenais, Dieu qui es bon pour le pauvre.

« Copyright AELF – Paris – 1980 – Tous droits réservés ».

La deuxième lecture est tirée de la lettre aux Hébreux au chapitre 12,18-19.22-24.

Commentaire : La lettre aux Hébreux s’adresse à des Chrétiens d’origine juive ; son objectif est  de situer correctement la Nouvelle Alliance par rapport à la Première Alliance. Les baptisés sont établis dans une véritable relation d’intimité avec Dieu. Dans cet extrait, l’auteur décrit cette nouvelle expérience spirituelle comme l’entrée paisible dans un nouveau monde de beauté, de fête

Quand vous êtes venus vers Dieu, il n’y avait rien de matériel comme au Sinaï, pas de feu qui brûle, pas d’obscurité, de ténèbres, ni d’ouragan, pas de son de trompettes, pas de paroles prononcées par cette voix que les fils d’Israël demandèrent à ne plus entendre. Mais vous êtes venus vers la montagne de Sion et vers la cité du Dieu vivant, la Jérusalem céleste, vers des milliers d’anges en fête et vers l’assemblée des premiers-nés dont les noms sont inscrits dans les cieux. Vous êtes venus vers Dieu, le juge de tous les hommes, et vers les âmes des justes arrivés à la perfection. Vous êtes venus vers Jésus, le médiateur d’une Alliance nouvelle, et vers son sang répandu sur les hommes, son sang qui parle plus fort que celui d’Abel.

« Copyright AELF – Paris – 1980 – Tous droits réservés ».

De l’Évangile de Jésus-Christ selon  Luc au chapitre 14,1.7-14.

Commentaire : Dans l’Évangile de  Luc, on trouve souvent des scènes de repas : chez Simon le pharisien (7, 36) ; chez Marthe et Marie (10, 38) ; à nouveau chez un pharisien (11, 37) ; chez Zachée (19) ; le repas pascal (22).  Les conseils donnés par Jésus au cours du repas sur le choix des places et le choix des invités pourraient se limiter à des règles de bienséance et de philanthropie.  Mais le propos de Jésus va beaucoup plus loin : à la manière des prophètes, il cherche avec véhémence, à nous ouvrir les yeux avant qu’il ne soit trop tard ; trop de contentement de soi peut conduire à l’aveuglement. La conversion qui conduit au Royaume n’est possible que si l’homme se reconnaît faible devant Dieu. Ceux qui accueillent et respectent les humbles sans attendre de retour participeront avec eux, dit Jésus, à la résurrection promise.

Un jour de sabbat, Jésus était entré chez un chef des pharisiens pour y prendre son repas, et on l’observait. Remarquant que les invités choisissaient les premières places, il leur dit cette parabole :

« Quand tu es invité à des noces, ne va pas te mettre à la première place, car on peut avoir invité quelqu’un de plus important que toi. Alors, celui qui vous a invités, toi et lui, viendrait te dire : ‘Cède-lui ta place’, et tu irais, plein de honte, prendre la dernière place. Au contraire, quand tu es invité, va te mettre à la dernière place. Alors, quand viendra celui qui t’a invité, il te dira : ‘Mon ami, avance plus haut’, et ce sera pour toi un honneur aux yeux de tous ceux qui sont à table avec toi. Qui s’élève sera abaissé ; qui s’abaisse sera élevé. » Jésus disait aussi à celui qui l’avait invité : « Quand tu donnes un déjeuner ou un dîner, n’invite pas tes amis, ni tes frères, ni tes parents, ni de riches voisins ; sinon, eux aussi t’inviteraient en retour, et la politesse te serait rendue. Au contraire, quand tu donnes un festin, invite des pauvres, des estropiés, des boiteux, des aveugles ; et tu seras heureux, parce qu’ils n’ont rien à te rendre : cela te sera rendu à la résurrection des justes. »

« Copyright AELF – Paris – 1980 – Tous droits réservés »..

Complément

◊  Catéchèse →  Qui s’élève sera abaissé ; qui s’abaisse sera élevé. (Lc 14, 1a.7-14)

Liens externes

◊ Catéchèse → 22ième dimanche du temps ordinaire de l’année C

◊ Liturgie avec des enfants →  22° dimanche ordinaire

  Homélie du Père Jean Compazieu →   Prends la dernière place

croix-diaconale2 22ème dimanche du temps ordinaire de l'année C dans ParoissesRecevez chers amis et chères amies mes salutations amicales et fraternelles

Michel Houyoux, diacre permanent

Publié dans La messe du dimanche, Paroisses, Temps ordinaire | Pas de Commentaire »

Travaillons à l’avènement de la civilisation de l’amour

Posté par diaconos le 23 août 2013

* Homélie  pour le  25 août 2013 en l’église de Surice (Belgique)

Commémoration des fusillés à Surice le 25 août 1914

 

Les exactions commises par l’armée impériale allemande au début de la première guerre mondiale, aux mois d’août et septembre 1914  firent, en trois semaines des milliers de victimes parmi les civils, suspectés d’être des francs-tireurs. La Wallonie, placée dans l’axe principal de l’invasion, a subit le plus ces atrocités. La leçon des évènements dépasse le cadre wallon. Des milliers d’autres victimes tombèrent en Flandre et en France.

Aujourd’hui, nous faisons mémoire de 37 civils de Surice qui furent arrêtés, accusés d’être des francs-tireurs, et fusillés au lieu dit « Les fosses » ainsi que de 32 autres, essentiellement des vieillards, qui subirent le même sort dans leur maison. C’était le 25 août 1914.

Mais aussi, célébrons la mémoire de toutes les personnes qui ont donné leur vie pour défendre notre  patrie afin qu’elle demeure une terre de liberté et de fraternité. Ces valeurs ne prennent toute leur dimension que dans un contexte de paix et d’harmonie entre tous les hommes.

 Ce 25 août, nous ne pouvons donc oublier tout ce que les habitants  de notre village ont enduré d’épreuves, de souffrances, mais aussi tout ce qu’elles ont déployé comme efforts de bonne volonté, de réconciliation et de dialogue pour qu’advienne durablement la paix entre les peuples et les nations.

 Nous savons bien que cette paix demeure toujours fragile et qu’elle nous requiert à la vigilance pour régner durablement. C’est un enjeu de la construction européenne dans laquelle nous sommes engagés, et ce n’est pas le moindre enjeu. L’élargissement de l’Union européenne nous situe en fidélité avec ce qu’ont vécu les générations précédentes, elle nous place dans une dynamique de reconnaissance mutuelle, de réconciliation et de dialogue.

Portons un regard nouveau sur les personnes que nous croisons chaque jour. Face à elles, le Christ nous invite à évangéliser notre regard. Ce sont d’abord des êtres aimés de Dieu avec autant d’intensité que nous. Cet unique amour qui nous est porté à tous, est plus fort que nos divergences, nos différences de statut social, d’opinions ou de cultures.

Cet amour, nous révèle le Christ, porte en lui une puissance de réconciliation.

Aimés de Dieu, accueillis comme ses enfants, nous devons  d’abord être des frères. Cette fraternité, qui a sa source en Dieu,  devrait  se refléter dans nos gestes d’entraide, dans nos actes de solidarité et dans nos efforts de partage.

Frères et sœurs, lorsque le sens de la fraternité disparaît, la liberté devint  menacée.

Nous ne  pouvons  manquer le rendez-vous de la fraternité plus que jamais nécessaire. Notre foi est porteuse d’une dynamique de fraternité qui  se fonde sur le Christ qui s’est fait proche de chaque  être humain.

Étant fils de Dieu très bon, soyons généreux dans nos relations, dans le pardon, la remise des dettes et le partage. 

Travaillons à l’avènement de la civilisation de l’amour. Ne nous privons pas de coopérer pour cela avec les autres croyants, avec toutes les personnes et les groupes de bonne volonté, même ceux qui ne font pas référence à une foi religieuse.

Enfin, qu’advienne,  pour tous, la  liberté dans une authentique fraternité.

Amen

Travaillons à l’avènement de la civilisation de l’amour dans homélies particulières croix-diaconale1 

Michel Houyoux, diacre permanent

Publié dans homélies particulières | Pas de Commentaire »

A.D.A.L – Vingt-et-unième dimanche du temps ordinaire de l’année C

Posté par diaconos le 22 août 2013

A.D.A.L - Vingt-et-unième dimanche du temps ordinaire de l'année C dans A.D.A.L. jugement-dernier-21eme-dimanche-ordinaire-de-lannee-c1-300x292« Je viens rassembler les hommes de toute nation et de toute langue. Ils viendront  et ils verront ma gloire.  » ( Is 66, 18 ) Tel est le projet de Dieu pour nous. Ce projet a été inauguré par Jésus, lui qui, sur la croix, a étendu l’amour de son Père jusqu’aux extrémités du monde. Le Père veut nous faire entrer tous dans son Royaume, mais il ne transige pas avec le Mal. Seules entreront les personnes qui auront suivi le chemin de l’Évangile.

 » Efforcez-vous d’entrer par la porte étroite, car, je vous le déclare, beaucoup essayerons d’entrer mais ils ne le pourront pas ! «  ( Lc 13, 24 ) Il est donc urgent de nous poser la question : « Pour gagner le ciel, quel est donc mon combat à moi ? » Sur quels points précis dois-je porter mon attention et me remettre en question ? Le temps presse, demain il sera trop tard. Oui, un jour pour toi pour moi, il sera trop tard !

Combien de temps nous reste-t-il ? Il faudrait que nous vivions chaque jour comme si c’était le dernier. Pour aller à la fin de notre vie au ciel, il faut le vouloir, il faut se battre pour, il faut opter pour Jésus !

lwf0003web.gif

Liturgie de la parole animée par des laïcs

Références bibliques : Is 66, 18-21  ;  Psaume 116 ; He 12, 5-7 et 11-13  ; Lc 13, 22-30

Rappel  : Il ne peut y avoir d’assemblée sans prêtre dans l’église où est célébrée la messe le même dimanche ( y compris le samedi soir) !  L’assemblée dominicale est  animée par une équipe de laïcs en lien avec le prêtre chargé de la paroisse.

Chant d’entrée

 (Suggestion) : Dieu qui nous appelle à vivre (k 1    58) ; Au cœur de ce monde (A 238) ; Ta parole nous rassemble (605) ; Si l’espérance t’a fait marcher (G 213) ; Lumière des hommes (G 128) ; ou un autre de votre répertoire.

Animateur de la célébration : Au nom du Père et du Fils et du Saint- Esprit.        Tous : Amen

Animateur de la célébration : Notre entrée dans le Royaume dépend de notre façon de vivre. Que Dieu nous donne de découvrir, ici, ce qu’il attend de nous… Pour avoir accès à ce Royaume, il nous faut consentir à luter avec le Christ contre tout ce qui freine l’annonce de son Royaume. Il nous faut parfois nous compromettre pour faire avancer la justice et la paix, pour donner aux plus petits les premières places, pour dire aux rejetés que le Christ les attend… Les derniers seront les premiers au festin du Royaume, nous dit l’Évangile.  Que Dieu notre Père et Jésus Christ notre Seigneur nous donnent la grâce et la paix.

Tous : Béni soit Dieu maintenant et toujours !

Animateur de la célébration Dieu nous a appelés, depuis notre baptême, à prendre place au festin de son Royaume. Au seuil de cette liturgie de la Parole, souvenons-nous que la porte est étroite. Demandons humblement au Seigneur de nous libérer de tout ce quoi empêche en nous l’épanouissement de sa grâce. Ensemble, ouvrons-nous à sa miséricorde.  

Un jeune ou un membre de l’équipe liturgique

  • Seigneur Jésus, don de Dieu à ceux qui cherchent le vrai bonheur, Prends pitié de nous ! (Chant du Kyrie eleison ou autre)
  •  Ô Christ, signe de vie et d’amour pour toutes les nations, Prends pitié de nous ! (Chant du Kyrie eleison ou autre)
  • Seigneur, porte d’entrée pour le Royaume du Père, Prends pitié de nous ! (Chant du Kyrie eleison ou autre)

Animateur de la célébration Que Dieu tout-puissant nous pardonne nos péchés, qu’il redonne de la vigueur aux mains défaillantes et aux genoux qui fléchissent, qu’il nous conduise à la vie éternelle.

Tous : AMEN !

On pourrait réserver le Gloire à Dieu pour les jours de fête… car il n’est pas opportun de chanter régulièrement le « gloire à Dieu »  dans une A.d.a.l. car cet hymne est très liée à la célébration eucharistique (messe)

Gloire à Dieu (Chant de louange)

Animateur de la célébration : Dieu qui invites tous les hommes au banquet de ton amour, donne à ton peuple d’aimer ce que tu commandes et d’attendre ce que tu promets ; pour qu’au milieu des changements de ce monde, nos cœurs s’établissent fermement là où se trouvent les vraies joies. Par Jésus Christ, ton Fils, notre Seigneur et notre Dieu, qui règne avec toi et le saint Esprit, maintenant et pour les siècles des siècles.

Tous : Amen

Liturgie de la Parole

 ◊ Dans une célébration animée par des laïcs, le siège de la présidence ne sera pas occupé !

Animateur de la célébration : les perspectives d’une mission universelle ne sont jamais si éclatantes dans l’Ancien testament que chez l’auteur  qui, au VIe siècle a composé la fin du livre d’Isaïe. C’est l’époque où le peuple de Dieu très clairement quantité négligeable dans le monde. Mais il se sait le signe choisi par Dieu, le petit noyau du rassemblement des peuples que projette de réaliser le Seigneur..

Première lecture par…………………………………… (Is 66, 18-21)

Animateur de la célébrationle psaume 116  est le plus court poème du psautier. Son universalisme constitue l’une de ses caractéristiques. Tous les peuples de la terre sont invités à louer le Seigneur. Avec le psalmiste, chantons l’amour de Dieu plus fort que toutes nos divisions.

psaume-116-300x137 21ième dimanche du temps ordinaire de l'année C dans Liturgie

Animateur de la célébration : Dans la deuxième lecture, tirée de la lettre de saint Paul aux Hébreux,  l’apôtre Paul veut inviter ses correspondants, qui subissent persécutions et contradictions à cause de leur attachement à Jésus Christ, à recevoir cela comme un moyen de purifier leur foi.

Deuxième lecture par……………………………             (He 12,5-7 et 11-13)

Chant  de l’Alléluia par la chorale.

Lecteur ou lectrice :  Alléluia, Alléluia. Seigneur Dieu ouvre notre cœur pour qu’il recherche avec amour les Paroles de ton Fils. Alleluia.  (Ac. 16, 14)

Reprise du chant de l’Alléluia par la chorale

L’animateur de la célébration dit alors : » De l’Évangile de Jésus Christ selon saint Luc »

Cette personne lit ensuite l’Évangile du jour  à Lc 13, 22-30

♦ Si c’est une personne laïque qui proclame l’Évangile, elle omet la salutation initiale et aussi l’acclamation finale.

Homélie →  Seigneur n’y aurait-il que peu de gens à être sauvés ?

Animateur de la célébration  Ensemble proclamons notre foi  (Credo récité ou chanté )

Prière universelle

Animateur de la célébration : Les yeux levés vers Jésus dont les bras en croix veulent rassembler tous les hommes, faisons monter notre prière pour le monde…

Intentions présentées par des jeunes…

  • Pour ton Église : qu’elle s’ouvre à tous les peuples, toutes les langues, toutes les cultures. Seigneur, nous te prions ! (Chant)
  • priere-universelle-21-dim.-t.o.-131-300x70 ADAP dans Temps ordinairePour les chrétiens qui se croient déjà « arrivés », afin qu’ils reprennent le chemin de  la conversion. Seigneur, nous te prions. (Chant)
  • Pour les personnes qui font le mal : qu’elles entendent ton appel à changer de vie. Seigneur, nous te prions ! (Chant)
  •    Pour toutes les personnes  qui peinent et qui souffrent : qu’elles rencontrent des frères et des sœurs pour les soutenir et les aider. Seigneur, nous te prions ! (Chant)
  •   Pour nous, rassemblés à ton appel : que nous franchissions avec Jésus la porte étroite qui mène à ton Royaume. Seigneur, nous te prions ! (Chant) 

Animateur de la célébration    Prions le Seigneur :Seigneur, vois ton peuple qui te prie. Prends soin de lui et soutiens-le. Garde-le fidèle à ta Parole et donne la joie de ton festin à ceux qui s’en sentent exclus. Nous te le demandons par Jésus Christ, ton fils, notre Seigneur et notre Dieu, qui règne avec toi et le Saint Esprit, maintenant et pour les siècles des siècles.

Tous : Amen

Action de grâce et le Notre Père

Animateur de la célébration  : Frères et sœurs, en ce dimanche le Christ ressuscité se tient au milieu de nous et c’est lui qui inspire notre prière rendons–lui grâce pour son amour et pour sa grâce.

Chant en l’honneur de Dieu :

Suggestion : Que tes œuvres sont belles (A 219) ;  Peuple de prêtres (C 49) ; Terre entière (I 33) ; Peuple de Dieu, marche joyeux ; Chantons à Dieu ce chant nouveau (L 211)  Peuple, criez de joie (M 27) ou un autre chant de votre répertoire.

 Animateur de la célébration  :  Béni sois-tu Seigneur pour ton nom très saint ! Béni sois-tu, car tu pardonnes toutes nos offenses, tu nous combles d’amour et de tendresse. (Chant)

Prière de louange par……………………………………………………………………..

O Seigneur, notre Dieu, toi notre créateur, qu’îl est grand ton nom par toute la terre ! (Refrain)

action-de-graces-21-dim.t.o-300x71

Comme le ciel domine la terre, fort est ton amour. Tu nous envoie pour sauveur ton fils bien-aimé. C’est lui qui nous ramène jusqu’à toi.  (Chant)

Ton fils a fait de nous tes enfants, un peuple libre pour te servir et t’aimer. De l’Orient  et de l’Occident, du nord et du midi, il  veut nous rassembler dans l’unité. (Chant)

Animateur de la célébration  : Que monte aujourd’hui  vers toi la prière toujours nouvelle, la prière qur Jésus lui-même nous a enseignée…

Notre Père…    Chanté ou récité.

◊ L’animateur de la célébration introduit ici le signe de paix    Soyons unis les uns aux autres dans le Christ et partageons la paix qui vient de lui : frères et soeurs dans la charité du Christ donnons-nous la paix !

La liturgie de la Parole animée par des laïcs s’achève ainsi. On passe ensuite à la prière de conclusion (voir plus loin), à moins que l’on ait prévu une liturgie de communion.

Liturgie de communion  (éventuellement)

Le cadre normal et habituel de la communion doit rester celui d’une célébration eucharistique. Une A.D.A.L. n’est en aucune manière une messe.

La personne qui a été désignée va après  le geste de paix au tabernacle chercher le pain consacré et il l’apporte sur l’autel. Elle s’incline ensuite profondément ou fait une génuflexion. Il est bon de prévoir à ce moment un temps de recueillement qu’on introduira ainsi…

Animateur de la célébrationRecueillons-nous dans le silence. Préparons-nous à accueillir le corps du Christ ; qu’il nous rassemble aussi en un seul corps !

Animateur de la célébration →  Le Christ Jésus nous a livré son corps et chaque messe en fait mémoire. Aujourd’hui, en attente d’une célébration eucharistique, recevons dans la foi le corps du Christ, l’Agneau de Dieu qui enlève le péché du monde.

Heureux les invités au Repas du Seigneur ! … “Saisi de pitié” pour les pécheurs que nous sommes, il est allé jusqu’au bout de l’amour : Voici l’Agneau de Dieu qui enlève le péché du monde.

Tous : Seigneur, je ne suis pas digne de te recevoir, mais, dis seulement une parole et je serai guéri.

Suggestions de Chants pour la communion   Dieu nous invite à son festin (70); Tu es le Dieu fidèle (D 163) ; Pain rompu pour un monde nouveau ( D 283) ; Disciples de Jésus (D 291) ; En marchant vers toi Seigneur (D 380) ; Pain des merveilles (D 203) ; Pain de Dieu, pain rompu (D 284) ; Peuple de frères (T 122) ;  Quel est don ce repas (D228)) ou selon votre répertoire.

Prière après la communion

Par un membre de l’équipe liturgique.…………………………………………………………………

Prions le Seigneur : Béni sois-tu Dieu notre Père, pour ta Parole qui nous rappelle les exigences de ton Royaume et pour le pain partagé qui refait nos forces. Toi qui veut que tout homme soit sauvé, nous te prions : donne-nous de savoir accueillir la Bonne-Nouvelle de ton amour, et d’en témoigner par toute notre vie. Alors nous pourrons entrer par la porte étroite au Royaume où tu nous attends pour les siècles des siècles.

Tous : Amen

Chant final

Suggestion pour le chant final  Allez dire à tous les hommes (U 132) ; Dieu parmi les hommes (E 118) ; Allez dans le monde entier (Z 95-3) Sur les chemins du monde (G 127) Seigneur, tu nous aimes  M 25); Dieu, nous te louons (981)  ou selon votre répertoire.

Après la prière de conclusion ou après le chant final s’il y en a un,  l’animateur de la célébration ajoute…

Durant cette liturgie de la Parole, nous avons rencontré le Christ Gardons sa présence vivante en nous et qu’elle rayonne par toute notre activité.

Que Dieu tout puissant nous donne de savoir pleinement apprécier tous les dons qu’il nous fait en sa générosité débordante. et  (Pas de bénédiction à donner ici !) qu’il  nous bénisse : le Père, le Fils, et le Saint Esprit. Amen ! (Chaque fidèle fait le signe de la croix)

Allons, dans la paix du Christ !

Tous : nous rendons grâce à Dieu.

Ce texte tient compte des  directives  des évêques des diocèses francophones de notre pays pour les liturgies de la Parole animées par des laïcs (guide liturgique pour les assemblées dominicales   animées par des laïcs aux éditions C.I.P.L. 40, rue  des Prémontrés B 4000 Liège). 

croix-diaconale

Michel Houyoux, diacre permanent

Publié dans A.D.A.L., Liturgie, Temps ordinaire | Pas de Commentaire »

Vingt et unième dimanche du temps ordinaire de l’année C

Posté par diaconos le 21 août 2013

Bonjour,  chers amis et chères amies dans le Christ. C’est presque la rentrée ! Beaucoup d’entre vous sont encore en vacances, mais déjà se profilent les bonnes résolutions de septembre, des nouveautés sont en perspective, beaucoup d’idées et d’informations nouvelles vous seront proposées… Merci de votre promptitude à me faire  part de vos réactions. C’est précieux pour l’amélioration de ce site  qui se veut de plus en plus proche de vous, des réalités de la vie de votre foi et de ce que vous vivez votre milieu de vie et  aussi dans votre  paroisse.

Introduction à la liturgie de dimanche prochain.

Vingt et unième dimanche du temps ordinaire de l'année  C dans La messe du dimanche efforcez-vous-dsentrer-par-la-porte-etroite--269x300

Jésus faisait route vers Jérusalem, et il continuait d’enseigner tout en traversant villes et villages. Quelqu’un lui dit :“Seigneur, est-ce vrai que peu de gens seront sauvés ?” Il répondit : “Efforcez-vous d’entrer par la porte étroite car, je vous le dis, beaucoup chercheront à entrer et ne pourront pas. (Lc 13, 22-24)

« Seigneur, n’y aura-t-il que peu de gens à être sauvés ? » : cette question redoutable, posée à Jésus dans l’Évangile de ce dimanche, nous est parfois adressée à nous aussi, et peut nous mettre dans l’embarras…   Comment parler du « salut » ? Comment concilier l’amour de Dieu pour tous les hommes sans exception, et son respect de leur liberté ?

La curiosité sur le nombre des élus trahit une recherche de sécurité qui pourrait être très malsaine : si tout le monde  va au ciel, alors il ne faut pas s’en tracasser… si très peu y vont, pourquoi faire tant d’efforts risqués ? Jésus renvoie chaque personne à la décision qu’elle doit prendre : Dieu sauve les hommes gratuitement. Mais,  i l ne les sauve pas malgré eux, sans leur accord en quelque sorte,  il leur laisse la liberté de s’opposer à son don bienveillant. Dieu nous laisse le choix, la liberté de refuser tout l’amour qu’il propose.   Jésus veut nous rendre responsable de notre destin et pour nous le faire comprendre, il utilise une image familière dans toute la Bible : le Royaume de Dieu est comme une salle de festin. Mais il ajoute : « Efforcez-vous d’entrer par la porte étroite, car, je vous le déclare, beaucoup chercheront à entrer et ne le pourront pas. » Il est urgent de nous poser la question :  » Pour gagner le ciel, quel est donc mon combat à moi ?   Sur quels points précis ai-je à lutter dans la situation qui est la mienne, avec le tempérament particulier que j’ai, en surmontant les conditionnements et les contraintes qui pèsent sur ma vie ? L’invitation à entrer est urgente : le temps presse, demain  il sera trop tard… c’est dès aujourd’hui qu’il faut entrer dans le Royaume ! Oui, un  jour, pour toi, pour moi aussi, il sera trop tard. Combien de temps nous reste–t-il ? Il faudrait que nous vivions chaque jour, comme si c’était le dernier.  On n’entre pas au ciel comme ça, sans s’en rendre compte pour ainsi dire. Il faut le vouloir : il faut se battre pour ! Il faut opter pour Jésus. Ce n’est pas l’appartenance à un groupe, à une race, à une famille, ni la pratique de quelques rites, assister à, la messe de temps en temps, qui peuvent nous donner une illusoire assurance… C’est l’engagement de toute notre personne, de tous nos instants, à la suite de Jésus. Et surtout, ne jugeons pas les autres !

Nous savons deux choses : 1° Dieu a tout fait pour le salut de tous

                                          2° En ce qui nous concerne, il reste le sérieux de notre liberté qui peut refuser le don de Dieu, et cette liberté est un combat (c’est le sens profond de  » Efforcez-vous d’entrer par la porte étroite »)

La porte est étroite  nous dit Jésus. Demandons-lui au cours de cette   Eucharistie, qui fait  mémoire de la Passion de Jésus, vainqueur du mal et de la mort,  qui nous sauve de nous aider à lui  redire « oui ».

La première lecture est tirée du livre d’Isaïe  au chapitre  66,18-21.

Commentaire : cet extrait, qui est la conclusion de tout le livre d’Isaïe, élargit les horizons pour annoncer une nouvelle Jérusalem, cité de tous les peuples.

Parole du Seigneur : Je viens rassembler les hommes de toute nation et de toute langue. Ils viendront et ils verront ma gloire : je mettrai un signe au milieu d’eux ! J’enverrai des rescapés de mon peuple vers les nations les plus éloignées, vers les îles lointaines qui n’ont pas entendu parler de moi et qui n’ont pas vu ma gloire : ces messagers de mon peuple annonceront ma gloire parmi les nations. Et, de toutes les nations, ils ramèneront tous vos frères, en offrande au Seigneur, sur des chevaux ou dans des chariots, en litière, à dos de mulets ou de dromadaires. Ils les conduiront jusqu’à ma montagne sainte, à Jérusalem, comme les fils d’Israël apportent l’offrande, dans des vases purs, au temple du Seigneur. Et même je prendrai des prêtres et des lévites parmi eux. Parole du Seigneur.

« Copyright AELF – Paris – 1980 – Tous droits réservés ».

Psaume 117, 1-2.

Commentaire : Voici le psaume le plus court du psautier ! Mais quelle richesse en quelques mots ! S’il fallait le résumer d’un mot, on retiendrait tout simplement : « Alleluia » ! Car il en est le dernier mot, mais aussi le premier puisque, littéralement, « Louez le Seigneur » (v. 1) est l’équivalent de « Alleluia » (« Allelu », impératif « Louez », « Ia », première syllabe du nom de Dieu). Nous voici donc invités ici tout spécialement à la louange, sans oublier que c’est l’objectif du psautier tout entier, dont le nom même « Louanges » (en hébreu Tehillim) est de la même racine que Alleluia.

Louez le Seigneur, tous les peuples ; fêtez-le, tous les pays ! Son amour envers nous s’est montré le plus fort ; éternelle est la fidélité du Seigneur !

« Copyright AELF – Paris – 1980 – Tous droits réservés ».

La deuxième lecture est tirée de la lettre aux Lettre aux Hébreux au chapitre  douze

Commentaire : dans cet extrait, l’apôtre Paul cherche donc à redonner du courage à ces premiers chrétiens qui traversent une période de persécution : « Frères, n’oubliez pas cette parole de réconfort ». Et, pour les réconforter, que fait-il ? Ce que fait tout croyant, de son temps : il se replonge dans les paroles de l’Ancien Testament. Deuxième manière de réconforter ses frères, le prédicateur aborde le délicat problème de la souffrance.

Frères, n’oubliez pas cette parole de réconfort, qui vous est adressée comme à des fils : Mon fils, ne néglige pas les leçons du Seigneur, ne te décourage pas quand il te fait des reproches.

Quand le Seigneur aime quelqu’un, il lui donne de bonnes leçons ; il corrige tous ceux qu’il reconnaît comme ses fils. Ce que vous endurez est une leçon. Dieu se comporte envers vous comme envers des fils ; et quel est le fils auquel son père ne donne pas des leçons ? Quand on vient de recevoir une leçon, on ne se sent pas joyeux, mais plutôt triste. Par contre, quand on s’est repris grâce à la leçon, plus tard, on trouve la paix et l’on devient juste. C’est pourquoi il est écrit : Redonnez de la vigueur aux mains défaillantes et aux genoux qui fléchissent, et : Nivelez la piste pour y marcher. Ainsi, celui qui boite ne se tordra pas le pied ; bien plus, il sera guéri.

« Copyright AELF – Paris – 1980 – Tous droits réservés ».

De l’Évangile de Jésus-Christ selon saint Luc au chapitre 13, versets 22 à 30.

Commentaire : il est encore temps de se mettre en route pour de bon à la suite de Jésus. Jésus s’efforce de convaincre que la conversion,  avec l’engagement qu’il propose, est indispensable

Dans sa marche vers Jérusalem, Jésus passait par les villes et les villages en enseignant. Quelqu’un lui demanda : « Seigneur, n’y aura-t-il que peu de gens à être sauvés ? » Jésus leur dit :« Efforcez-vous d’entrer par la porte étroite, car, je vous le déclare, beaucoup chercheront à entrer et ne le pourront pas. Quand le maître de la maison se sera levé et aura fermé la porte, si vous, du dehors, vous vous mettez à frapper à la porte, en disant : ‘Seigneur, ouvre-nous’, il vous répondra : ‘Je ne sais pas d’où vous êtes.’ Alors vous vous mettrez à dire : ‘Nous avons mangé et bu en ta présence, et tu as enseigné sur nos places.’ Il vous répondra : ‘Je ne sais pas d’où vous êtes. Éloignez-vous de moi, vous tous qui faites le mal.’ Il y aura des pleurs et des grincements de dents quand vous verrez Abraham, Isaac et Jacob et tous les prophètes dans le royaume de Dieu, et que vous serez jetés dehors. Alors on viendra de l’orient et de l’occident, du nord et du midi, prendre place au festin dans le royaume de Dieu. Oui, il y a des derniers qui seront premiers, et des premiers qui seront derniers. »

« Copyright AELF – Paris – 1980 – Tous droits réservés ».

Archive

◊ Catéchèse → Efforcez-vous d’entrer par la porte étroite… (Lc 13, 24a)

Liens externes

◊ Homélie de Monsieur l’Abbé Jean Compazieu     Invitation au rassemblement

 ♥ Catéchèse en famille ( site www.catho-bruxelles) Entrer par la porte étroite

 

michel-houyoux-diacre-210x300 21e dimanche du temps ordinaire de l'année C dans Temps ordinaire  Avec mes salutations amicales et fraternelles

Michel Houyoux, diacre permanent

Publié dans La messe du dimanche, Temps ordinaire | Pas de Commentaire »

12
 

Salem alikoum |
Eazy Islam |
Josue |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | AEP Gresivaudan 4ieme 2007-08
| Une Paroisse virtuelle en F...
| VIENS ECOUTE ET VOIS