Bâtissons un monde de paix et de fraternité !

Posté par diaconos le 23 novembre 2013

Homélie pour le premier dimanche de l’Avent, année A

Bâtissons un monde de paix et de fraternité !

Bâtissons un monde de paix et de fraternité ! Ouvre les oreilles de notre coeur aux cris des hommes qui "attendent" un peu de fraternité, de justice, de paix qui "attendent" les témoins de Celui qui est venu et qui vient.

Bâtissons un monde de paix et de fraternité ! Ouvre les oreilles de notre coeur  aux cris des hommes qui attendent un peu de fraternité, de justice, de paix  qui attendent les témoins de Celui qui est venu et qui vient.

Père Michel Hubaut

 

    Source de l’image → Premier dimanche de l’Avent – Paroisse ND de la Fraternité en Cambrésis

 L’Avent est le début d’une longue marche, celle d’une année liturgique et les mots du psaume le souligne : « Nous irons à la maison du Seigneur. Maintenant notre marche prend fin devant tes portes Jérusalem » (Ps 121, 1b-2) Jérusalem représente ici le Royaume de Dieu vers lequel nous allons. Cette année nous lirons chaque dimanche un passage de l’Évangile de Matthieu.

Nous entrons aujourd’hui dans ce temps de l’Avent. Ce mot vient du latin adventum, qui signifie « avènement », « arrivée ». C’est le premier mot de l’Évangile selon saint Matthieu. Jésus ne se présente pas à nous comme un homme du passé mais comme un homme de l’avenir. Il parle de sa venue, de son avènement comme un événement qui va arriver.

Tous les peuples aspirent à vivre en paix. Pourtant des foyers de guerre renaissent les uns après les autres dans le monde et le trafic des armes apporte un plus grand profit que celui des machines agricoles. Un appétit de violence et en même temps qu’une soif de paix habitent le cœur des hommes et se disputent le gouvernement du monde. Quel arbitre saurait réconcilier notre humanité déchirée ? Dieu seul !

« Le Seigneur sera l’arbitre des nations et le juge de peuples nombreux ; ils forgeront leurs épées en socs de charrues et leurs lances en serpettes ; une nation ne lèvera plus l’épée contre l’autre, et on n’apprendra plus la guerre. »(Is 2,4)

À l’époque où ce texte a été rédigé, on ne parlait que de guerre, de conflits entre les peuples.  Le Seigneur devient l’arbitre et par là même le pacificateur universel. Les haines de peuple à peuple disparaîtront avec les fausses religions ; soumis à un même roi, tous ne formeront qu’une famille. L’art de la guerre ne s’enseignera donc plus et les armes devenues inutiles seront changés en instruments de travail. Cette image rappelle le passage où Joël, parlant d’une phase antérieure à celle-ci, décrit une transformation contraire. Nous assistons de nos jours à la réalisation de cette promesse.  

La recherche de la paix est aujourd’hui encore au centre de nos préoccupations et de celles de l’Église en particulier. « Sortez du sommeil, tenez-vous prêts » (Rm 13,11a) – Nous sommes invités à rester vigilants, nous les aînés, à nous intéresser au monde, aux autres ; nous, les plus jeunes, à être attentifs aux personnes qui sont un peu mises de côté dans notre société, celles qui sont isolées, comme celles qui vivent dans la pauvreté, qui sont malades ou très âgées.

« Revêtez le  Seigneur Jésus Christ ! » (Rm 13, 14)- Revêtir le Christ, cela nous engage dans notre vie quotidienne, dans nos relations avec les autres. Revêtir le Christ, c’est combattre en nous et autour de nous le racisme, les préjugés, c’est aller vers l’autre pour tenter de le comprendre, au lieu de le rejeter d’emblée.

« Deux hommes aux champs : l’un est pris, l’autre laissé. Deux femmes au moulin : l’une est prise, l’autre laissée »  (Mt 24, 40-41) Nous partageons les mêmes activités chaque jour, mais nos cœurs ne sont pas tous habités du même désir de la rencontre avec le Seigneur. Dieu ne prendra que les personnes qui ont vécu dans le désir de la rencontre. Que nous ne nous laissions pas surprendre comme les gens au temps de Noé. (Mt 24, 37) C’est dans nos occupations les plus ordinaires que Jésus vient ! Et il nous conseille d’être vigilants, de veiller ! 

« Veillez car  vous ne connaissez pas le jour où le Seigneur viendra. »  (Mt 24, 41) La venue, la présence de Jésus est de tous les jours,  et sa venue opère une sorte de tri. Loin de vouloir entretenir un climat de peur, Jésus veut que nous soyons des hommes « debout », des veilleurs, des guetteurs. Veillez donc car vous ne savez pas l’heure où votre Seigneur vient ! Veillez, c’est être prêt pour faire face, c’est le contraire de laisser-aller, de l’insouciance, de la mollesse. Il ne sert à rien de dire, trop tard, ou « Si j’avais su !  » car, nous sommes très bien avertis.

La mort que nous devons le plus redouter,  ce n’est pas tant celle qui conduit au cimetière, que celle qui peu à peu  nous coupe de Dieu ; comme, par exemple : les disputes, la jalousie, la débauche, les beuveries… . Il nous faut réapprendre à marcher à la lumière du Seigneur, à suivre ses sentiers. Alors que nous nous faisions du mal les uns aux autres, apprenons à nous rendre des services.

Apprends-nous, Seigneur,  à marcher tour à tour au rythme des petits, à l^’allure des jeunes et au pas ralenti des aînés pour que tous ensemble, dans ta lumière, nous bâtissions un monde de paix et de fraternité.

Amen

 lwf0004.gif Michel Houyoux, diacre permanent

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

 

Salem alikoum |
Eazy Islam |
Josue |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | AEP Gresivaudan 4ieme 2007-08
| Une Paroisse virtuelle en F...
| VIENS ECOUTE ET VOIS