• Accueil
  • > Archives pour février 2014

A.D.A.L. pour le sixième dimanche du temps ordinaire, année A

Posté par diaconos le 13 février 2014

Comme les disciples s’étaient rassemblés autour de Jésus, sur la montagne, il leur disait : « Ne pensez pas que je suis venu abolir la Loi ou les Prophètes : je ne suis pas venu abolir, mais accomplir. Amen, je vous le dis : Avant que le ciel et la terre disparaissent, pas une lettre, pas un seul petit trait ne disparaîtra de la Loi jusqu’à ce que tout se réalise. Donc, celui qui rejettera un seul de ces plus petits commandements, et qui enseignera aux hommes à faire ainsi, sera déclaré le plus petit dans le Royaume des cieux. Mais celui qui les observera et les enseignera sera déclaré grand dans le Royaume des cieux. le sermon sur la montagne est un appel à la conversion. La justice chrétienne trouve sa source en Jésus Christ. L’appel au dépassement que Jésus nous adresse n’est pas hors de notre portée puisque lui-même s’engage, dans la toute puissance de son amour divin, à nous entraîner, nous soutenir et nous pardonner.

Comme les disciples s’étaient rassemblés autour de Jésus, sur la montagne, il leur disait : « Ne pensez pas que je suis venu abolir la Loi ou les Prophètes : je ne suis pas venu abolir, mais accomplir. Amen, je vous le dis : Avant que le ciel et la terre disparaissent, pas une lettre, pas un seul petit trait ne disparaîtra de la Loi jusqu’à ce que tout se réalise. Donc, celui qui rejettera un seul de ces plus petits commandements, et qui enseignera aux hommes à faire ainsi, sera déclaré le plus petit dans le Royaume des cieux. Mais celui qui les observera et les enseignera sera déclaré grand dans le Royaume des cieux.
Le sermon sur la montagne est un appel à la conversion. La justice chrétienne trouve sa source en Jésus Christ. L’appel au dépassement que Jésus nous adresse n’est pas hors de notre portée puisque lui-même s’engage, dans la toute puissance de son amour divin, à nous entraîner, nous soutenir et nous pardonner.

Sixième dimanche du temps ordinaire, année A

Rappel  : Il ne peut y avoir d’assemblée sans prêtre dans l’église où est célébrée la messe le même dimanche ( y compris le samedi soir) !  L’assemblée dominicale est  animée par une équipe de laïcs en lien avec le prêtre chargé de la paroisse

Lectures pour cette liturgie de la Parole →   Si 15, 15-20 ;  Ps 118 ; 1 Co 2, 6-10 ; Mt 5, 17-37

Chant d’entrée (Suggestion) : Le Seigneur est ma lumière (1051), Vers toi, nous levons les yeux 9, A 18,  Tu es notre Dieu, Que vive mon âme à te louer (C 513), Au cœur de ce monde (EA 238) , Heureux qui écoute la Parole  (AX59) ou un autre chant de votre répertoire.

 Animateur de la célébration : Au nom du Père et du Fils et du Saint- Esprit.      Tous : Amen

Animateur de la célébration :  La grâce de Jésus notre Seigneur, l’amour de Dieu le Père et la communion de l’Esprit Saint soient toujours avec vous.

Tous : Et avec votre esprit.

Animateur de la célébration C’est le Seigneur qui nous rassemble en ce dimanche.  Il nous invite à écouter la parole de Dieu d’un cœur fervent, à être unis par la prière, la louange et l’amour fraternel.

Les exigences de Jésus vont plus loin que celles de la Loi de Moïse. Au lieu d’un code rigide, Jésus nous lance un appel incessant à nous donner et à nous donner davantage. IL reste toujours des pas à faire sur la route de l’Évangile.  Entrons dans cette célébration  en mettant notre cœur au diapason du Christ ressuscité,  qui vient à nous,

Animateur de la célébration Tournons-nous avec confiance vers le Seigneur. Nous savons que le Seigneur nous aime. Nous le supplions d’avoir pitié de nous.

Un jeune ou un membre de l’équipe liturgique….

  •   Seigneur Jésus, envoyé par le Père accomplir la Loi dans la perfection de l’amour, prends pitié de nous.  (Kyrie eleison… ou selon votre choix)  
  • O Christ, venu dans le monde convertir nos cœurs à la sagesse de l’Évangile, prends pitié de nous (Christe eleison… ou selon votre choix)  
  • Seigneur, élevé dans la gloire, ton Esprit nous fait vivre en enfants du Père et en frères des hommes    (Kyrie eleison… ou selon votre choix)  

 Animateur de la célébration : Que Dieu tout-puissant nous fasse miséricorde, qu’il nous donne d’avancer sur les chemins de la vraie liberté : qu’il nous conduise à la vie éternelle.

Tous :   Amen !

On pourrait réserver le Gloire à Dieu pour les jours de fête… car il n’est pas opportun de chanter régulièrement le « gloire à Dieu »  dans une A.d.a.l. car cet hymne est très liée à la célébration eucharistique (messe)

Gloire à Dieu (Chant de louange)

 Animateur de la célébration : Dieu, toi qui veux habiter les cœurs droits et sincères, donne-nous de vivre selon ta grâce, à l’écoute des appels de l’Esprit. Alors tu pourras venir en nous pour y faire ta demeure, et le témoignage de notre vie fraternelle rendra gloire à ton nom de Père. Par Jésus, ton Fils, notre Seigneur et notre Dieu, qui règne avec toi et le Saint–Esprit, maintenant et pour les siècles des siècles.

Tous : Amen

Liturgie de la Parole

 ◊ Dans une célébration animée par des laïcs, le siège de la présidence ne sera pas occupé !

 Animateur de la célébration : Dans la première lecture, tirée du livre de Ben Sirac le Sage,  le prophète affirme que  Dieu laisse à tout homme, le choix entre le bien et le mal, l’obéissance à sa loi et  son refus. Ne confondons pas la liberté avec l’absence de toute règle morale, le rejet de l’effort  et de l’ascèse, l’oubli des exigences évangéliques. Voici cet extrait

Première lecture par………………………………………………  (Si 15, 15-20)

 Animateur de la célébration : Écoutons et méditons  quelques versets du psaume 118. Ce psaume compte 176 versets ; c’est le plus long psaume du livre des psaumes. Ses vingt-deux strophes comptent chacune huit versets et chacun de ces huit versets commence par la même lettre hébraïque ; de plus, dans chaque strophe chacun des  huit synonymes du mot loi s’y retrouve (préceptes, commandements, loi, exigence, justice, vérité, observance ou observer, décret). Pour la liturgie du sixième  dimanche du temps ordinaire, année A, il n’y a que huit versets qui seront chantés

Le psaume 118  est chanté par la chorale ou lu

Psaume 118

 Animateur de la célébration :  En s’adressant aux Corinthiens, l’apôtre Paul leur demande de ne pas confondre la sagesse des hommes et la sagesse de Dieu : le projet de Dieu sur le monde et sur les peuples nous a été révélé que par Jésus Christ. Le destin que Dieu nous réserve est promis à tous par la résurrection et le retour du Christ. Être adulte dans la foi, c’est comprendre ce projet de Dieu et en vivre, c’est y tendre activement dans l’espérance, c’est collaborer pleinement en édifiant, dans la charité, une fraternité solide et sans exclusion ! Écoutons attentivement cet extrait : …

Deuxième lecture par……………………………………………                    (1Co. 2,5-10)

Acclamation : Chant par la chorale : Alleluia

Lecteur ou lectrice : Tes paroles, Seigneur, sont pour nous, l’esprit et la vie. Tu as les paroles de la vie éternelles. Alleluia !

Reprise de l’Alleluia par la chorale.

L’animateur de la célébration dit alors : « De l’Évangile de Jésus Christ selon saint Matthieu »

Cette personne lit ensuite l’Évangile du jour  à Mt 5, 17-37

♦ Si c’est une personne laïque qui proclame l’Évangile, elle omet la salutation initiale et aussi l’acclamation finale.

Homélie →  La justice chrétienne trouve sa source en Jésus, le Christ

Animateur de la célébration  Ensemble proclamons notre foi  (Credo récité ou chanté )

Prière universelle introduite par un membre de l’équipe liturgique

Unis par une même foi et une même charité, frères et sœurs, faisons monter, avec confiance,  notre prière vers le Seigneur : qu’il nous conduise tous à la perfection de l’amour.

Jeune ou adulte ………………

  • Pour l’Église. Que, dans la fidélité à sa mission, elle apprenne à tous les hommes à vivre selon la sagesse de Dieu et non pas selon la sagesse de ce monde, prions le Seigneur  en ta bonté Seigneur, écoute mon appel
  • « Il dépend de ton choix de rester fidèle » dit le Sage. Pour ceux qui sont devant des choix difficiles et ceux qui affrontent de graves tentations, prions le Seigneur !
  • Pour ceux qui souffrent l’injustice, ceux qui ont été gravement offensés : que le désir de pardonner puisse s’éveiller en eux. Prions le Seigneur !
  • Pour les parents, les catéchistes, les animateurs : qu’ils annoncent aux jeunes le mystère du Christ et les aident à devenir « adultes dans la foi ». Prions le Seigneur !
  • Pour notre communauté chrétienne : qu’en toute occasion nous sachions faire le choix de l’amour, le choix de la véritable sagesse. Prions le Seigneur !

 Animateur de la célébration : Prions le Seigneur. Entends, Dieu notre Père, ton Église en prière. Dans ton amour exauce-la par ton Fils Jésus Christ, qui vit avec toi et l’Esprit Saint pour les siècles des siècles. Amen

La collecte se fait maintenant,  après la prière universelle.

Action de grâce et le Notre Père

 Animateur de la célébration : Frères et sœurs, la Parole de Dieu a touché notre cœur et elle a  fait de nous le peuple qui écoute son Dieu. Rendons-lui maintenant grâce pour grâce, en notre nom  et en union avec toute l’Église en chantant…

Chant en l’honneur de Dieu :  Suggestion : Que tes œuvres sont belles (A 219) ;  Peuple de prêtres (C 49) ; Terre entière (I 33) ; Peuple de Dieu, marche joyeux ; Chantons à Dieu ce chant nouveau (L 211)  Peuple, criez de joie (M 27) ; Chantons à Dieu ce chant nouveau (L 211)  ou un autre chant de votre répertoire. Attention ! On ne peut pas prendre un chant d’offertoire dans uine liturgie de la Parole.

Louange et intercession

  • Après chaque invocation, l’assemblée chante : 

Dieu très haut qui fait merveille, béni soit ton nom !Un membre de l’équipe liturgique

 Seigneur notre Dieu, nous te rendons grâce de tout cœur car ton Esprit travaille au cœurs des hommes et par lui tu fais toutes choses Nouvelles.

Tous : Dieu très-haut qui fais merveille, béni soit ton nom ! (chanté)

Un membre de l’équipe liturgique

Par ton esprit, tu nous libères et tu nous donnes les uns aux autres pour vivre ensemble, en un seul corps, dans le rayonnement de ta lumière.

Tous : Dieu très-haut qui fais merveille, béni soit ton nom ! (chanté)

Un membre de l’équipe liturgique.

Béni sois-tu pour tout ce qui est généreux, pour les solidarités nouées entre les frères, pour les efforts vers un monde meilleur et pour l’espérance qui sans cesse renaît. 

Tous : Dieu très-haut qui fais merveille, béni soit ton nom !  (chanté)

Un membre de l’équipe liturgique

Ton esprit est à l’œuvre et nous te bénissons pour toute paix, toute justice, pour le respect des plus petits et pour ceux qui pardonnent sans compter.

Tous : Dieu très-haut qui fais merveille, béni soit ton nom ! (chanté)

Un membre de l’équipe liturgique

Que ton amour, Seigneur, soit sur nous comme toujours notre espoir est en toi ! Béni sois-tu et béni soit ton nom!

 Tous : Dieu très-haut qui fais merveille, béni soit ton nom ! (chanté)

 Animateur de la célébration : Rassemblés dans l’action de grâce, prolongeons notre louange en redisant la prière que nous avons reçue par le Christ Jésus :

Tous : Notre Père…

◊ L’animateur de la célébration introduit ici le signe de paix    Soyons unis les uns aux autres dans le Christ et partageons la paix qui vient de lui : frères et soeurs dans la charité du Christ donnons-nous la paix !

La liturgie de la Parole animée par des laïcs s’achève ainsi. On passe ensuite à la prière de conclusion (voir plus loin), à moins que l’on ait prévu une liturgie de communion.

Liturgie de communion  (éventuellement)

Le cadre normal et habituel de la communion doit rester celui d’une célébration eucharistique. Une A.D.A.L. n’est en aucune manière une messe.

La personne qui a été désignée va après  le geste de paix au tabernacle chercher le pain consacré et il l’apporte sur l’autel. Elle s’incline ensuite profondément ou fait une génuflexion. Il est bon de prévoir à ce moment un temps de recueillement qu’on introduira ainsi…  

Animateur de la célébrationRecueillons-nous dans le silence. Préparons-nous à accueillir le corps du Christ ; qu’il nous rassemble aussi en un seul corps !

Animateur de la célébration →  Le Christ Jésus nous a livré son corps et chaque messe en fait mémoire. Aujourd’hui, en attente d’une célébration eucharistique, recevons dans la foi le corps du Christ, l’Agneau de Dieu qui enlève le péché du monde.

Heureux les invités au Repas du Seigneur !  Serviteur fidèle qui est allé jusqu’au bout de l’amour, voici l’Agneau de Dieu qui enlève le péché du monde.

Tous : Seigneur, je ne suis pas digne de te recevoir, mais, dis seulement une parole et je serai guéri.

Communion des fidèles et chant par la chorale…  

Chant pour la communion : Suggestion : Je bénirai le Seigneur (1001) ; Tu es le Dieu fidèle (D163) ; Peuple de prêtres (C 49) ou selon votre répertoire.

 Prière après la communion par un membre de l’équipe liturgique

Prions le Seigneur. Tu nous as donné, Seigneur, de boire aux sources de la vraie vie en nous donnant de nous retrouver, en frères, pour partager ta Parole  et ton Pain. Que la profonde vérité de l’Évangile nous atteigne au cœur de nos ambiguïtés et fasse lever en nous des hommes nouveaux. Par Jésus Christ, ton Fils, notre Seigneur et notre Dieu, qui règne avec toi et le Saint –Esprit, maintenant et pour les siècles des siècles.

Animateur de la célébration : Dieu notre Père, tu nous as fait goûter, ensemble, la joie de la louange. Donne aussi goût et saveur à notre existence journalière :  le goût d’un amour qui rayonne,  et la saveur d’une fraternité généreuse.  Par Jésus, le Christ, notre Seigneur, pour les siècles des siècles.s

 ENVOI On peut prendre un chant final ici

Suggestion  : Nous chanterons pour toi Seigneur ! (601) ; Aujourd’hui, tu es vivant (887) ; Qu’il est grand ton nom  (L 60) ou selon votre répertoire.

Après la prière de conclusion ou après le chant final s’il y en a un,  l’animateur de la célébration ajoute…

 Frères et sœurs, si nous ne plaçons pas notre confiance en Dieu, nous sommes à plaindre ; mais si nous croyons, allons le dire à tous nos frères. Que Dieu tout-puissant nous soutienne dans nos combats et qu’il nous donne de savoir pleinement apprécier tous les dons qu’il nous fait en sa générosité débordante. et  (Pas de bénédiction à donner ici !) qu’il  nous bénisse.

  Bien armés, et pourvu de tout ce qu’il faut pour un bon travail…   Allons, dans la paix du Christ !

Tous : nous rendons grâce à Dieu.

Musique d’orgue pour la sortie.

Ce texte tient compte des  directives  des évêques des diocèses francophones de notre pays pour les liturgies de la Parole animées par des laïcs (guide liturgique pour les assemblées dominicales   animées par des laïcs aux éditions C.I.P.L. 40, rue  des Prémontrés B 4000 Liège). 

 croix diaconale 

Michel Houyoux, diacre permanent

Publié dans A.D.A.L., Temps ordinaire | Pas de Commentaire »

Sixième dimanche du temps ordinaire de l’année A

Posté par diaconos le 9 février 2014

N'allez pas croire que je sois venu abolir la Loi ou les Prophètes : je ne suis pas venu abolir, mais accomplir. 18 Car je vous le dis, en vérité : avant que ne passent le ciel et la terre, pas un i, pas un point sur l'i, ne passera de la Loi, que tout ne soit réalisé.   19 Celui donc qui violera l'un de ces moindres préceptes, et enseignera aux autres à faire de même, sera tenu pour le moindre dans le Royaume des Cieux ; au contraire, celui qui les exécutera et les enseignera, celui-là sera tenu pour grand dans le Royaume des Cieux.  Jésus fit comprendre à ses disciples quelle est dans son étendue et sa profondeur la vraie justice, telle que l’établit la loi saisie non dans sa lettre mais dans son esprit. Il le leur montra par une série d’exemples empruntés à la loi morale. •Premier exemple : l’interprétation du cinquième commandement : Pardonne ! •Deuxième exemple : l’Interprétation du sixième commandement : Sois fidèle ! •Troisième exemple : affirme la vérité par un oui ou par un non ! Ce surpassement de la Loi ancienne, que Jésus nous propose, ne peut-être vécu qu’avec lui, avec sa grâce et avec son amour.

N’allez pas croire que je sois venu abolir la Loi ou les Prophètes : je ne suis pas venu abolir, mais accomplir.  Car je vous le dis, en vérité : avant que ne passent le ciel et la terre, pas un i, pas un point sur l’i, ne passera de la Loi, que tout ne soit réalisé. Celui donc qui violera l’un de ces moindres préceptes, et enseignera aux autres à faire de même, sera tenu pour le moindre dans le Royaume des Cieux ; au contraire, celui qui les exécutera et les enseignera, celui-là sera tenu pour grand dans le Royaume des Cieux.Jésus fit comprendre à ses disciples quelle est dans son étendue et sa profondeur la vraie justice, telle que l’établit la loi saisie non dans sa lettre mais dans son esprit. Il le leur montra par une série d’exemples empruntés à la loi morale…                                                                                        l’interprétation du 5e commandement : Pardonne ! l’Interprétation du 6e commandement : Sois fidèle !         affirme la vérité par un oui ou par un non !
Ce surpassement de la Loi ancienne, que Jésus nous propose, ne peut-être vécu qu’avec lui, avec sa grâce et avec son amour.

Les exigences de Jésus vont plus loin que celles de la Loi de Moïse. Au lieu d’un code rigide, Jésus nous lance un appel incessant à nous donner et à nous donner davantage.

Références dans la Bible : Si 15, 15-20; Ps 119 (118) ; 1 C0 2, 6-10 ; Mt 5, 17-37

La première lecture  est tirée du livre de Ben Sirac le Sage

Commentaire : Dieu laisse à tout homme, le choix entre le bien et le mal, l’obéissance à sa loi et  son refus. Ne confondons pas la liberté avec l’absence de toute règle morale, le rejet de l’effort  et de l’ascèse, l’oubli des exigences évangéliques.

Si tu le veux, tu peux observer les commandements, il dépend de ton choix de rester fidèle. Le Seigneur a mis devant toi l’eau et le feu : étends la main vers ce que tu préfères. La vie et la mort sont proposées aux hommes, l’une ou l’autre leur est donnée selon leur choix.Car la sagesse du Seigneur est grande, il est tout-puissant et il voit tout. Ses regards sont tournés vers ceux qui le craignent, il connaît toutes les actions des hommes.Il n’a commandé à personne d’être impie, il n’a permis à personne de pécher.
« Copyright AELF – Paris – 1980 – Tous droits réservés ».

Psaume : 119, 1-2, 4-5, 17-18, 33-34

Commentaire : ce psaume compte 176 versets ; c’est le plus long psaume du livre des psaumes. Ses vingt-deux strophes comptent chacune huit versets et chacun de ces huit versets commence par la même lettre hébraïque ; de plus, dans chaque strophe chacun des  huit synonymes du mot loi s’y retrouve (préceptes, commandements, loi, exigence, justice, vérité, observance ou observer, décret). Pour la liturgie du 17ième dimanche du temps ordinaire, année A, il n’y a que huit versets qui seront chantés (v 57, v 72, v 76, v 77, v 127, v 128, v 129 et v 130). Ses strophes répètent qu’observer les paroles de Dieu est le chemin de la vie et du bonheur.

R/ Heureux qui règle ses pas sur la parole de Dieu.

Heureux les hommes intègres dans leurs voies qui marchent suivant la loi du Seigneur !
Heureux ceux qui gardent ses exigences, ils le cherchent de tout cœur !Toi, tu promulgues des préceptes à observer entièrement.
Puissent mes voies s’affermir à observer tes commandements !Sois bon pour ton serviteur, et je vivrai, j’observerai ta parole.
Ouvre mes yeux, que je contemple les merveilles de ta loi.Enseigne-moi, Seigneur, le chemin de tes ordres ; à les garder, j’aurai ma récompense. Montre-moi comment garder ta loi, que je l’observe de tout cœur.

« Copyright AELF – Paris – 1980 – Tous droits réservés ».

La sagesse de Dieu est ignorée du monde (1 Co 2, 6-10)

Commentaire : en s’adressant aux Corinthiens, l’apôtre Paul leur demande de ne pas confondre la sagesse des hommes et la sagesse de Dieu : le projet de Dieu sur le monde et sur les peuples nous a été révélé que par Jésus Christ. Le destin que Dieu nous réserve est promis à tous par la résurrection et le retour du Christ. Être adulte dans la foi, c’est comprendre ce projet de Dieu et en vivre, c’est y tendre activement dans l’espérance, c’est collaborer pleinement en édifiant , dans la charité, une fraternité solide et sans exclusion !

Lecture tirée de la première lettre de saint Paul Apôtre aux Corinthiens

Frères, c’est bien une sagesse que nous proclamons devant ceux qui sont adultes dans la foi, mais ce n’est pas la sagesse de ce monde, la sagesse de ceux qui dominent le monde et qui déjà se détruisent.
Au contraire, nous proclamons la sagesse du mystère de Dieu, sagesse tenue cachée, prévue par lui dès avant les siècles, pour nous donner la gloire. Aucun de ceux qui dominent ce monde ne l’a connue, car, s’ils l’avaient connue, ils n’auraient jamais crucifié le Seigneur de gloire.
Mais ce que nous proclamons, c’est, comme dit l’Écriture : ce que personne n’avait vu de ses yeux ni entendu de ses oreilles, ce que le cœur de l’homme n’avait pas imaginé, ce qui avait été préparé pour ceux qui aiment Dieu. Et c’est à nous que Dieu, par l’Esprit, a révélé cette sagesse. Car l’Esprit voit le fond de toutes choses, et même les profondeurs de Dieu.
« Copyright AELF – Paris – 1980 – Tous droits réservés ».

De l’Évangile de Jésus Christ selon saint Matthieu (Mt 5, 17-37)

Commentaire : le sermon sur la montagne est un appel à la conversion. La justice chrétienne trouve sa source en Jésus Christ. L’appel au dépassement que Jésus nous adresse n’est pas hors de notre portée puisque lui-même s’engage, dans la toute puissance de son amour divin, à nous entraîner, nous soutenir et nous pardonner.
Comme les disciples s’étaient rassemblés autour de Jésus, sur la montagne, il leur disait : « Ne pensez pas que je suis venu abolir la Loi ou les Prophètes : je ne suis pas venu abolir, mais accomplir. Amen, je vous le dis : Avant que le ciel et la terre disparaissent, pas une lettre, pas un seul petit trait ne disparaîtra de la Loi jusqu’à ce que tout se réalise. Donc, celui qui rejettera un seul de ces plus petits commandements, et qui enseignera aux hommes à faire ainsi, sera déclaré le plus petit dans le Royaume des cieux. Mais celui qui les observera et les enseignera sera déclaré grand dans le Royaume des cieux.
Je vous le dis en effet : Si votre justice ne surpasse pas celle des scribes et des pharisiens, vous n’entrerez pas dans le Royaume des cieux. Vous avez appris qu’il a été dit aux anciens : Tu ne commettras pas de meurtre, et si quelqu’un commet un meurtre, il en répondra au tribunal. Eh bien moi, je vous dis : Tout homme qui se met en colère contre son frère en répondra au tribunal. Si quelqu’un insulte son frère, il en répondra au grand conseil. Si quelqu’un maudit son frère, il sera passible de la géhenne de feu. Donc, lorsque tu vas présenter ton offrande sur l’autel, si, là, tu te souviens que ton frère a quelque chose contre toi, laisse ton offrande là, devant l’autel, va d’abord te réconcilier avec ton frère, et ensuite viens présenter ton offrande.  Accorde-toi vite avec ton adversaire pendant que tu es en chemin avec lui, pour éviter que ton adversaire ne te livre au juge, le juge au garde, et qu’on ne te jette en prison. Amen, je te le dis : tu n’en sortiras pas avant d’avoir payé jusqu’au dernier sou.

Vous avez appris qu’il a été dit : Tu ne commettras pas d’adultère.
 Eh bien moi, je vous dis : Tout homme qui regarde une femme et la désire a déjà commis l’adultère avec elle dans son cœur. Si ton œil droit entraîne ta chute, arrache-le et jette-le loin de toi : car c’est ton intérêt de perdre un de tes membres, et que ton corps tout entier ne soit pas jeté dans la géhenne. Et si ta main droite entraîne ta chute, coupe-la et jette-la loin de toi : car c’est ton intérêt de perdre un de tes membres, et que ton corps tout entier ne s’en aille pas dans la géhenne.
Il a été dit encore : Si quelqu’un renvoie sa femme, qu’il lui donne un acte de répudiation. Eh bien moi, je vous dis : Tout homme qui renvoie sa femme, sauf en cas d’union illégitime, la pousse à l’adultère ; et si quelqu’un épouse une femme renvoyée, il est adultère.
Vous avez encore appris qu’il a été dit aux anciens : Tu ne feras pas de faux serments, mais tu t’acquitteras de tes serments envers le Seigneur. Eh bien moi, je vous dis de ne faire aucun serment, ni par le ciel, car c’est le trône de Dieu, ni par la terre, car elle est son marchepied, ni par Jérusalem, car elle est la Cité du grand Roi. Et tu ne jureras pas non plus sur ta tête, parce que tu ne peux pas rendre un seul de tes cheveux blanc ou noir. Quand vous dites ‘oui’, que ce soit un ‘oui’, quand vous dites ‘non’, que ce soit un ‘non’. Tout ce qui est en plus vient du Mauvais. »

« Copyright AELF – Paris – 1980 – Tous droits réservés ».

Liens externes

Pour lire le psaume 119, ses notes et de nombreux commentaires, utilisez l’outil ” la Bible annotée” (Colonne de gauche de cette page) et pour le mode d’emploi de cet outil, cliquez sur le titre “Mode d’emploi, c’est ici !” en haut de cette page.

Pour en savoir plus sur le livre des Psaumes, cliquez ici  → Livre des Psaume

Pour en savoir plus sur les thèmes traités dans le Psautier,  cliquez ici  → Analyse du livre des Psaumes

L’enjeu, c’est d’entrer dans le Royaume de Dieu

Image de prévisualisation YouTube

Publié dans La messe du dimanche, Temps ordinaire | Pas de Commentaire »

La justice chrétienne trouve sa source en Jésus, le Christ

Posté par diaconos le 7 février 2014

Sixième dimanche ordinaire, année A

« Ne pensez pas que je suis venu abolir la Loi ou les Prophètes : je ne suis pas venu abolir, mais accomplir. Amen, je vous le dis : Avant que le ciel et la terre disparaissent, pas une lettre, pas un seul petit trait ne disparaîtra de la Loi jusqu'à ce que tout se réalise. Donc, celui qui rejettera un seul de ces plus petits commandements, et qui enseignera aux hommes à faire ainsi, sera déclaré le plus petit dans le Royaume des cieux. Mais celui qui les observera et les enseignera sera déclaré grand dans le Royaume des cieux.

« Ne pensez pas que je suis venu abolir la Loi ou les Prophètes : je ne suis pas venu abolir, mais accomplir. Amen, je vous le dis : Avant que le ciel et la terre disparaissent, pas une lettre, pas un seul petit trait ne disparaîtra de la Loi jusqu’à ce que tout se réalise. Donc, celui qui rejettera un seul de ces plus petits commandements, et qui enseignera aux hommes à faire ainsi, sera déclaré le plus petit dans le Royaume des cieux. Mais celui qui les observera et les enseignera sera déclaré grand dans le Royaume des cieux. (Mt 5, 17-35)

Les exigences de Jésus vont plus loin que celles de la Loi de Moïse. Au lieu d’un code rigide, Jésus nous lance un appel incessant à nous donner et à nous donner davantage.

Source de l’image → église Saint Pierre Chanel

Homélie 

La justice chrétienne trouve sa source en Jésus, le Christ

 À ses disciples rassemblés autour de lui, Jésus leur affirma : « Ne pensez pas que Je suis venu abolir la Loi de Moïse ou les Prophètes : je ne suis pas venu abolir, mais accomplir » (Mt 5, 17)  La Loi et les prophètes, c’était une manière courante de désigner toute la Bible (Ancien Testament).La seule chose qu’il revendiqua, au risque de sa vie, c’est la liberté de l’homme.

Jésus est venu parmi nous pour parfaire cette Loi et chose étonnante, dans ce discours, il ne parle pas de pratiques à observer, de jeûnes, de prières à faire ni de bonnes actions à accomplir par lesquelles on mériterait son salut.

Dans ce sermon sur la montagne, Jésus ne parle pas des commandements. Il affirme avec force que la religion de l’Ancien Testament était une étape temporaire, mais nécessaire de l’histoire du salut. Tout doit se réaliser ! (verset 18) Quelle est donc cette justice supérieure qui doit surpasser celle des scribes et des pharisiens ?

Et comment devrions-nous interpréter la Loi ? Jésus introduisit la nouvelle Loi par ces mots : « Vous avez appris… Eh bien moi, je vous dis… « (Mt 5, 21-22) Cette revendication de Jésus a dépasser toutes les morales, y compris la Loi donnée par Dieu à Moïse n’est légitime que s’il est l’égal de Dieu.

Pour Jésus, il n’est pas question de rejeter le passé, ni de le conservé tel quel. Il faut lui donner une nouvelle vie. Ce n’est pas parce qu’une tradition est ancienne qu’elle est bonne. Ce n’est pas parce qu’une idée est nouvelle qu’elle est meilleure. Jésus fit comprendre à ses disciples quelle est dans son étendue et sa profondeur la vraie justice, telle que l’établit la loi saisie non dans sa lettre mais dans son esprit. Il le leur montra par une série d’exemples empruntés à la loi morale.

  • Premier exemple : l’interprétation du cinquième commandement : Pardonne !
  • Deuxième exemple : l’Interprétation du sixième commandement : Sois fidèle !
  • Troisième exemple : affirme la vérité par un oui ou par un non !

Jésus veut nous faire comprendre qu’il ne s’agit plus de respecter les commandements élémentaires et de s’y conformer ; il s’agit de bâtir, de créer un monde nouveau. Il s’agit de mettre nos forces au service du projet de  Dieu :  » Nous proclamons la sagesse du mystère de Dieu, sagesse tenue cachée, prévue par lui dès avant les siècles, pour nous donner la gloire.« 

 Jésus exige un changement qui requiert une conversion du cœur et non celle de la loi. Il n’instaure pas une nouvelle loi qui soit plus exigeante que celle des Pharisiens ; il remplace les exigences de la Loi par celles beaucoup plus grandes de l’amour. Il n’établit pas une justice nouvelle et plus rigoureuse ; mais il enseigne les exigences de l’amour, qui vont bien au-delà de ce que peut demander la stricte justice.

À notre époque nous nous sommes rendu compte que nous ne respections pas collectivement les droits de plusieurs secteurs de la société et nous avons donc publié diverses chartes affirmant les droits des femmes, par exemple, ou ceux des enfants, ou des handicapés, ou des homosexuels.  Toute cela est important et même nécessaire. Mais aussi longtemps que nous respectons les nouveaux droits des mêmes façons que nous respections les anciens codes, nous vivons encore sous la loi ancienne, et nous risquons d’aboutir à beaucoup d’injustice.

Ce surpassement de la Loi ancienne, que Jésus nous propose, ne peut-être vécu qu’avec lui, avec sa grâce et avec son amour.

Ne restez pas au niveau de la loi ancienne. Si la justice vous demande de donner votre manteau, donnez aussi votre chemise. Si la justice vous donne droit à exiger œil pour œil ou dent pour dent, pardonnez simplement à celui qui vous a offensé ou qui vous a nui. Si le code de comportement moral vous interdit un certain nombre de choses telles que, par exemple, de prendre la femme de votre voisin, Jésus vous demande de surveiller même les désirs de votre cœur.

Recevons l’appel du Christ à vivre le sérieux de nos engagements dans nos relations et dans toute parole donnée, avec confiance : Jésus aussi s’engage à nous aider et à y rester fidèle. L’amour exigeant du Christ n’a rien d’une loi morale rigide et sans appel, mais il est source de renaissance continuelle.

Amen.

croix diaconale

Michel Houyoux, diacre permanent

 

Publié dans Homélies, Temps ordinaire | 1 Commentaire »

Cinquième dimanche du temps ordinaire de l’année A

Posté par diaconos le 2 février 2014

Avec Jésus tout peut prendre du sens. Ici, Jésus nous demande d’être authentiques, de ne pas nous affadir. Ne soyons pas des chrétiens qui adoptent toutes les modes et toutes les mentalités. Jésus nous demande d’être assaisonnement et porteur de sens là où nous vivons. Ce sel que nous avons a apporté au monde, c’est ce que Dieu a fait pour nous : être témoin ! Pour que nous soyons, selon Jésus, le  sel de la terre, nous devons entretenir une âme de pauvre, être humble, rester transparent à la lumière du Christ, avoir faim et soif de la justice, être miséricordieux envers les autres, pardonner et persévérer dans la fidélité au Christ. Le vrai bonheur pour toutes les personnes, les couples, les familles et les sociétés est condensé dans les Béatitudes. Le sermon sur la montagne s’adresse à la foule immense des gens en recherche d’un sens à leur vie. Non pas seulement à ceux et à celles qui vont dans les églises mais à tous

Avec Jésus tout peut prendre du sens. Ici, Jésus nous demande d’être authentiques, de ne pas nous affadir. Ne soyons pas des chrétiens qui adoptent toutes les modes et toutes les mentalités. Jésus nous demande d’être assaisonnement et porteur de sens là où nous vivons. Ce sel que nous avons a apporté au monde, c’est ce que Dieu a fait pour nous : être témoin ! Pour que nous soyons, selon Jésus, le sel de la terre, nous devons entretenir une âme de pauvre, être humble, rester transparent à la lumière du Christ, avoir faim et soif de la justice, être miséricordieux envers les autres, pardonner et persévérer dans la fidélité au Christ. Le vrai bonheur pour toutes les personnes, les couples, les familles et les sociétés est condensé dans les Béatitudes. Le sermon sur la montagne s’adresse à la foule immense des gens en recherche d’un sens à leur vie. Non pas seulement à ceux et à celles qui vont dans les églises mais à tous.

Les textes bibliques choisis pour la messe de ce dimanche nous entraînent sur la route de la pauvreté. Dieu donne sa préférence aux pauvres, aux affligés, aux humbles. Cela doit se traduire par le partage de nos biens matériels et spirituels avec les personnes en situation précaire. Voici les lectures pour ce dimanche et quelques commentaires.

Source de l’image →Diocèse de Soissons, Laon et Saint-Quentin

La première lecture est tirée du livre d’Isaïe (Is 58, 7-1)

Commentaire : Dans la première lecture, tirée du livre d’Isaïe, le message est toujours très actuel. Si tu donnes de bon cœur, si tu combles le désir des malheureux, la lumière se lèvera dans les ténèbres.

Partager ton pain avec celui qui a faim, recueille chez toi le malheureux sans abri, couvre celui que tu verras  sans vêtement, ne te dérobe pas à ton semblable.Alors ta lumière jaillira comme l’aurore, et tes forces reviendront rapidement. Ta justice marchera devant toi, et la gloire du Seigneur t’accompagnera.

Alors, si tu appelles, le Seigneur répondra ; si tu cries, il dira : « Me voici. » Si tu fais disparaître de ton pays le joug, le geste de menace, la parole malfaisante, si tu donnes de bon cœur à celui qui a faim, et si tu combles les désirs du malheureux, ta lumière se lèvera dans les ténèbres et ton obscurité sera comme la lumière de midi..
« Copyright AELF – Paris – 1980 – Tous droits réservés ».

Psaume 111

Commentaire : Voici quelques versets du psaume 111  qui ont beaucoup de choses à nous dire : la plus grande force de Dieu, c’est son amour infini. Faisons confiance à Dieu qui choisit la patience, l’amour, la vérité et le pardon plutôt que d’exercer sa puissance, sa colère contre ceux et celles qui le trahissent.

R/ Dans la nuit de ce monde, brille la lumière du juste.

Heureux qui craint le Seigneur ! Lumière des cœurs droits, il s’est levé dans les ténèbres, homme de justice, de tendresse et de pitié.
L’homme de bien a pitié, il partage ; cet homme jamais ne tombera ; toujours on fera mémoire du juste.
Il ne craint pas l’annonce d’un malheur : le cœur ferme, il s’appuie sur le Seigneur. Son cœur est confiant, il ne craint pas.
À pleines mains, il donne au pauvre ; à jamais se maintiendra sa justice, sa puissance grandira, et sa gloire !

« Copyright AELF – Paris – 1980 – Tous droits réservés ».

La deuxième lecture est tirée de la lettre de Paul aux Corinthiens  (Co. 2,1-5)

Dans sa deuxième lecture aux Corinthiens, l’apôtre Paul affirme que ce n’est ni par l’éloquence, ni par la science qu’il a voulu convaincre, mais tout en annonçant l’Évangile simplement.

Frères, quand je suis venu chez vous, je ne suis pas venu vous annoncer le mystère de Dieu avec le prestige du langage humain ou de la sagesse.Parmi vous, je n’ai rien voulu connaître d’autre que Jésus Christ, ce Messie crucifié.Et c’est dans la faiblesse, craintif et tout tremblant, que je suis arrivé chez vous.

Mon langage, ma proclamation de l’Évangile, n’avaient rien à voir avec le langage d’une sagesse qui veut convaincre ; mais c’est l’Esprit et sa puissance qui se manifestaient, pour que votre foi ne repose pas sur la sagesse des hommes, mais sur la puissance de Dieu.
« Copyright AELF – Paris – 1980 – Tous droits réservés ».

De l’Évangile de Jésus Christ selon saint Matthieu (Mt 5, 13-16)

Comme les disciples s’étaient rassemblés autour de Jésus, sur la montagne, il leur disait :  » Vous êtes le sel de la terre. Si le sel se dénature, comment redeviendra-t-il du sel ? Il n’est plus bon à rien : on le jette dehors et les gens le piétinent.Vous êtes la lumière du monde. Une ville située sur une montagne ne peut être cachée. Et l’on n’allume pas une lampe pour la mettre sous le boisseau ; on la met sur le lampadaire, et elle brille pour tous ceux qui sont dans la maison. De même, que votre lumière brille devant les hommes : alors en voyant ce que vous faites de bien, ils rendront gloire à votre Père qui est aux cieux. « 
« Copyright AELF – Paris – 1980 – Tous droits réservés ».

Compléments

◊ Homélie →   Vous êtes le sel de la terre ! (Mt 5,13)

◊ Catéchèse → Vous êtes le sel de la terre et la lumière du monde (Mt 5, 13-16)

◊  Comportement→  Si vous voulez vraiment être heureux, voilà comment il faut faire…

Liens externes

◊ Catéchèse →Vous êtes le sel de la terre, catéchèse de Mgr Dubost

◊ Liturgie de la Parole avec des enfants → 5° dimanche ordinaire

♥  Bricolage pour la catéchèse  (cinquième dimanche du temps ordinaire, année A→  Sel de la terre

 ♣  Partage ton pain avec celui qui a faim

Image de prévisualisation YouTube

 

Publié dans La messe du dimanche, Temps ordinaire | Pas de Commentaire »

12
 

Salem alikoum |
Eazy Islam |
Josue |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | AEP Gresivaudan 4ieme 2007-08
| Une Paroisse virtuelle en F...
| VIENS ECOUTE ET VOIS