Rends-moi la joie d’être sauvé !

Posté par diaconos le 8 mars 2014

En devenant homme comme nous, le Fils de Dieu s’est soumis à l’épreuve de la fragilité humaine. Il en est sorti vainqueur parce qu’en lui l’amour pour son Père parlait plus fort que l’attrait du péché. Tout ce que le diable lui promet (Évangile), Jésus l’obtiendra de son Père qui multipliera les pains entre ses mains, le sauvera de la mort au matin de Pâques et lui donnera tout pouvoir au ciel et sur la terre. Mais tandis que le diable lui offre de posséder tout cela immédiatement par la force, en sa qualité de Messie, Jésus ne veut le recevoir que de son Père en acceptant la voie douloureuse qui l’établira, par la résurrection, dans son état de Messie glorieux. Ce refus de Jésus de toute volonté de puissance était déjà mise en lumière dans la chute d’Adam (Première lecture). Si ce passage d’Évangile conteste ma volonté  d’efficacité à tout prix, est-ce que j’accepte d’être remis en cause ? Peut-être alors mon effort de Carême sera-t-il de me nourrir davantage de la Parole de Dieu.

En devenant homme comme nous, le Fils de Dieu s’est soumis à l’épreuve de la fragilité humaine. Il en est sorti vainqueur parce qu’en lui l’amour pour son Père parlait plus fort que l’attrait du péché. Tout ce que le diable lui promet (Évangile), Jésus l’obtiendra de son Père qui multipliera les pains entre ses mains, le sauvera de la mort au matin de Pâques et lui donnera tout pouvoir au ciel et sur la terre. Mais tandis que le diable lui offre de posséder tout cela immédiatement par la force, en sa qualité de Messie, Jésus ne veut le recevoir que de son Père en acceptant la voie douloureuse qui l’établira, par la résurrection, dans son état de Messie glorieux. Ce refus de Jésus de toute volonté de puissance était déjà mise en lumière dans la chute d’Adam (Première lecture). Si ce passage d’Évangile conteste ma volonté d’efficacité à tout prix, est-ce que j’accepte d’être remis en cause ? Peut-être alors mon effort de Carême sera-t-il de me nourrir davantage de la Parole de Dieu.

La Parole qui nous convoque en ce premier dimanche de Carême est source vive et c’est vers une vie nouvelle que nous sommes invités à nous mettre en route. Le pardon du Christ détourne des larmes et ouvre à la joie du salut.

Le carême chemin de foi, est aussi une route que l’on doit suivre et qui permet de faire le lien avec nous même, le lien avec Dieu à travers la prière, le lien avec nos frères et sœurs en humanité à travers le partage.

Ce carême 2014 reprend les évangiles des tentations,  de la transfiguration, de la rencontre avec la samaritaine, de la guérison de l’aveugle-né et de la résurrection de Lazare. Selon les dimanches nous aurons les thèmes suivants : Faire un choix, la parole de Dieu nous transforme, l’eau purifie,  la lumière jaillit, la vie triomphe.

Source de l’image → La Bible illustrée sur Wikimedia CommonsKT42

Prisonnier de nos fautes, osons demander la joie. Croyons que seul le pardon du Seigneur nous rendra le bonheur. La joie ignore les entraves de nos peurs, rend la légèreté à ce que nos péchés avaient plombé.

Rétablissant dignité et force pour continuer autrement, la joie met fin à l’emprisonnement de notre regard sur notre faiblesse. Elle offre la liberté d’une route nouvelle.
« Ton frère qui était perdu est maintenant trouvé, il convient de festoyer et de se réjouir » affirme le père du fils prodigue. Que veux-tu que je fasse pour toi ? dit le Seigneur.  Donne-moi l’audace de te demander la joie d’être sauvé.

Jésus attend chacun de nous :  « Venez à moi, vous tous qui peinez et ployez sous le fardeau”, même du péché, “et moi je vous soulagerai. Chargez-vous de mon joug et mettez-vous à mon école, car je suis doux et humble de cœur ». (Mt 11, 25-30) Telle est la vertu que Jésus nous demande: l’humilité et la douceur. Jésus nous attend avec tendresse pour nous pardonner. Il nous attend toujours.

« Si quelqu’un a péché nous avons un avocat auprès du Père ». (1 Jn 2, 1)  Cela nous donne du souffle. Que le Seigneur nous donne le courage d’aller toujours vers Lui avec la vérité, car la vérité est la lumière.

 Compléments

  Rends-moi la joie d’être sauvé !   →     Misirere (Psaume 50)

Redécouvrir et vivre l’essentiel  → Le premier dimanche du Carême, année A

◊ Homélie → Dieu seul est Dieu ! (Mt 4,1-11)

 Liens externes

Tentation de Jésus au désert

Image de prévisualisation YouTube

Publié dans Carême | Commentaires fermés

Mercredi des cendres, premier jour du Carême

Posté par diaconos le 5 mars 2014

carême  Bonne et Sainte route de Carême vers une Pâque Lumineuse !

 ♥  Cliquez ci-dessous pour ouvrir le diaporama

fichier pps 1er dimanche carême A

Paul, Diacre permanent (Diocèse de Tournai)

Merci au diacre Paul Laurent pour cet envoi

Fraternellement

Michel Houyoux, Diacre permanent

En filigrane de ce jour, le souvenir d’Adam qui a été condamné après son péché à redevenir poussière (Gn 3, 19). Les chrétiens sont ce jour-là invités à se purifier de leurs fautes et à faire pénitence par des privations. Le mercredi des Cendres est le premier jour du Carême qui durera quarante jours. La fête de Pâques vient ensuite, célébrant la mort et la résurrection de Jésus. Dans les premiers temps de l’Église, ce jour était celui où se faisaient les pénitences publiques : les pénitents se présentaient la tête couverte de cendres, en signe de repentir. C’est au cours du Concile de Bénévent en 1091, que le Pape Urbain II (1042-1099) aurait décrété que la bénédiction des cendres doit avoir lieu pour tous afin de marquer le commencement du temps de pénitence. vant le Concile Vatican II, les chrétiens se rendaient à l’église le lendemain du mardi gras pour participer à une messe au cours de laquelle le célébrant, après l’homélie, traçait sur leur front une croix avec de la cendre, en prononçant ces mots  » Homme, souviens-toi que tu es poussière et que tu retourneras en poussière » (Gn 3,19). Après le Concile Vatican II, la formule fut remplacée par « Convertis-toi et crois en l’Évangile ». Les cendres utilisées pour cette célébration sont celles de rameaux de buis bénits le « dimanche des Rameaux » de l’année précédente. Ces cendres sont bénies solennellement au cours de la messe de ce jour.

En filigrane de ce jour, le souvenir d’Adam qui a été condamné après son péché à redevenir poussière (Gn 3, 19). Les chrétiens sont ce jour-là invités à se purifier de leurs fautes et à faire pénitence par des privations. Le mercredi des Cendres est le premier jour du Carême qui durera quarante jours. La fête de Pâques vient ensuite, célébrant la mort et la résurrection de Jésus.
Dans les premiers temps de l’Église, ce jour était celui où se faisaient les pénitences publiques : les pénitents se présentaient la tête couverte de cendres, en signe de repentir. C’est au cours du Concile de Bénévent en 1091, que le Pape Urbain II (1042-1099) aurait décrété que la bénédiction des cendres doit avoir lieu pour tous afin de marquer le commencement du temps de pénitence. vant le Concile Vatican II, les chrétiens se rendaient à l’église le lendemain du mardi gras pour participer à une messe au cours de laquelle le célébrant, après l’homélie, traçait sur leur front une croix avec de la cendre, en prononçant ces mots » Homme, souviens-toi que tu es poussière et que tu retourneras en poussière » (Gn 3,19). Après le Concile Vatican II, la formule fut remplacée par « Convertis-toi et crois en l’Évangile ». Les cendres utilisées pour cette célébration sont celles de rameaux de buis bénits le « dimanche des Rameaux » de l’année précédente. Ces cendres sont bénies solennellement au cours de la messe de ce jour.

Publié dans Accueil sur mon blog, Carême | Commentaires fermés

 

Salem alikoum |
Eazy Islam |
Josue |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | AEP Gresivaudan 4ieme 2007-08
| Une Paroisse virtuelle en F...
| VIENS ECOUTE ET VOIS