Livret pour la liturgie du baptême d’un enfant

Posté par diaconos le 28 mai 2014

En demandant le baptême pour Léa, sa famille s’engage à lui faire connaître le Christ, à lui apprendre l’amour de Dieu et l’amour des hommes, à lui faire chercher le bonheur dans la voie que trace l’Évangile. Après le Baptême, ses parents et sa famille auront le devoir de l’éveiller progressivement à la foi : de l’éveiller à l’amour que Dieu lui porte et qu’elle peut porter à Dieu ; de l’inviter à penser à Dieu, le prier, lui parler, l’écouter, le rencontrer. Dans le cadre de l’éveil à la foi , il est bon de participer à des célébrations communautaires, où grands et petits chantent, prient et écoutent la Parole de Dieu. Cet « éveil à la foi » se fait aussi par le temps que l’on passe avec l’enfant pour rencontrer Dieu dans la prière, le soir ou le matin ou encore spontanément au fil de la journée. On priera simplement avec des mots d’enfants. Vous  lui apprendrez progressivement le signe de la croix, le « Notre Père » et le « Je vous salue Marie ».

En demandant le baptême pour Léa, sa famille s’engage à lui faire connaître le Christ, à lui apprendre l’amour de Dieu et l’amour des hommes, à lui faire chercher le bonheur dans la voie que trace l’Évangile.
Après le Baptême, ses parents et sa famille auront le devoir de l’éveiller progressivement à la foi : de l’éveiller à l’amour que Dieu lui porte et qu’elle peut porter à Dieu ; de l’inviter à penser à Dieu, le prier, lui parler, l’écouter, le rencontrer.
Dans le cadre de l’éveil à la foi , il est bon de participer à des célébrations communautaires, où grands et petits chantent, prient et écoutent la Parole de Dieu.
Cet « éveil à la foi » se fait aussi par le temps que l’on passe avec l’enfant pour rencontrer Dieu dans la prière, le soir ou le matin ou encore spontanément au fil de la journée. On priera simplement avec des mots d’enfants. Vous lui apprendrez progressivement le signe de la croix, le « Notre Père » et le « Je vous salue Marie ».

Comment procéder pour créer un livret pour que la famille de l’enfant qui va recevoir le baptême et ses invités puissent vivre dans le recueillement et la prière cette belle cérémonie ?

Si oui,  voici un exemple vécu : cliquez sur les titres ci.dessous

fichier doc Page de garde pour le baptême de Léa

fichier doc Baptême de Léa, folio 1

 Baptême de Léa, folio 2

fichier doc Baptême de Léa, troisième folio

   fichier doc Baptême de Léa, quatrième folio

fichier docBaptême de Léa,  folio 5

 

Voici comment composer ce livret…

Imprimer la page de garde du livret (celle qui a une image) et au verso imprimer le folio 1 (encre noire)

Imprimer ensuite le folio 2 et à son verso le folio 3 (encre noire)

Imprimer le folio 4 et à son verso, imprimer le folio 5 (encre noire)

Il suffit ensuite d’en faire un petit livret, qui restera pour la famille un bon souvenir..

lwf0003web.gif

Après avoir enregistré ces pages sur votre disque dur, vous pouvez en modifier tous les éléments (choix des lectures, choix des chants ;  la page de garde comprenant une image ou une photo, la date, le lieu où se déroulera la célébration peut aussi être modifiée.

Personnellement, je n’imprime que deux exemplaires : un pour le célébrant et l’autre pour la famille de l’enfant à baptiser. Cette famille pourra ensuite en imprimer d’autres exemplaires pour les personnes qui interviendront dans la célébration et pour leurs invités si elle le désire. Sur la page de garde du livret, j’imprime de préférence une photo en couleur  de l’enfant. Si vouas faîtes de même, vous imprimerez cette page en couleur.

Ayant un livret en main lors de la célébration du baptême, les membres de la famille et leurs invités peuvent vraiment s’impliquer dans la célébration

Bonne  découverte
Reçois cher visiteur mes salutations amicales et fraternelles
Le Baptême est quelque chose d’essentiellement chrétien : il a une spécificité particulière. Toutes les religions ont des rites qui entourent la naissance. Tous les peuples, toutes les cultures ont besoin d’exprimer sous une forme ou sous une autre le mystère de la naissance et du présent divin qui nous est donné par l’arrivée d’un enfant. Des rites qui tournent souvent autour du thème  de l’eau et de l’ablution, comme si un enfant devait être lavé de tout ce qui voile son être véritable, pour être mis en contact avec la vraie source de la vie. Le baptême est un sacrement. Le mot sacrement signifie « Acte sacré avec engagement sous serment» Par le sacrement du Baptême, le nouveau baptisé se lie à Jésus Christ.  Dans le Baptême, nous célébrons le mystère de l’enfant, sa nature essentielle. L’enfant quel qu’il soit n’est pas seulement l’enfant de ses parents, il est aussi l’enfant de Dieu.

Le Baptême est quelque chose d’essentiellement chrétien : il a une spécificité particulière. Toutes les religions ont des rites qui entourent la naissance. Tous les peuples, toutes les cultures ont besoin d’exprimer sous une forme ou sous une autre le mystère de la naissance et du présent divin qui nous est donné par l’arrivée d’un enfant. Des rites qui tournent souvent autour du thème de l’eau et de l’ablution, comme si un enfant devait être lavé de tout ce qui voile son être véritable, pour être mis en contact avec la vraie source de la vie.
Le baptême est un sacrement. Le mot sacrement signifie « Acte sacré avec engagement sous serment» Par le sacrement du Baptême, le nouveau baptisé se lie à Jésus Christ.
Dans le Baptême, nous célébrons le mystère de l’enfant, sa nature essentielle. L’enfant quel qu’il soit n’est pas seulement l’enfant de ses parents, il est aussi l’enfant de Dieu.

Michel Houyoux, diacre permanent

Publié dans Liturgie, Paroisses | Pas de Commentaire »

Homélie pour le Baptême de Léa

Posté par diaconos le 27 mai 2014

                                Homélie pour le Baptême de Léa                                                                      

L’évangéliste Marc relate dans son évangile au chapitre dix que l’on présentait à Jésus des enfants pour les lui faire toucher, mais les disciples les rabrouaient, voyant cela Jésus se fâcha…. Il les embrassa, les bénit et leur imposa  les mains.

Ceci nous révèle un Jésus très humain, proche de nous…un Jésus qui se fâche quand il n’est pas d’accord…un Jésus tendre, aimant, sensible, un Jésus qui embrasse…

Quand on aime un enfant, quand on embrasse un enfant, quand on défend les enfants…on continue ainsi une attitude profonde de Jésus ! .

Pour Jésus, il n’y a pas d’être insignifiant : le plus petit, le plus faible, le plus sans défense, est le plus sacré !

Celui qui n’accueille pas le royaume de Dieu comme fait un enfant, n’y entrera pas !

Comprenons bien la profondeur de cette affirmation de Jésus : c’est une invitation à nous mettre en relation avec Dieu dans une totale dépendance de Lui. Comme l’enfant qui se jette entre les bras de sa maman, et qui lui fait absolue confiance… pour tout, ainsi devrait être notre attitude à l’égard de Dieu.

Jésus nous dit à travers cette page d’Évangile : Soyez ainsi devant votre Père du ciel.

Le baptême que Léa va recevoir est un sacrement. C’est aussi une grande fête pour sa famille et pour toute l’Église. Par le choix de ses parents qui demande pour Léa le Baptême, leur enfant devient solidaire d’une longue histoire d’amour, celle de l’Alliance entre Dieu et les hommes : Dieu lui offre aujourd’hui sa grâce pour qu’elle puisse naître à sa vie.

En Église, autour de Léa, nous reconnaissons que Dieu l’aime comme un Père, c’est à dire d’un amour gratuit, total et définitif. Léa est invitée à entrer dans l’Église, à accueillir, elle aussi, la Bonne Nouvelle du Fils de Dieu et à participer au mystère de son amour infini. Elle est appelée à vivre de l’Esprit Saint qui fait de nous des enfants de Dieu, à passer de la mort du péché à la vie éternelle.

Son Baptême, aujourd’hui est un engagement ! Sa famille et la communauté chrétienne s’engagent à la conduire jusqu’au jour où elle pourra professer personnellement sa foi et devenir responsable à son tour, du bonheur et du salut de ses frères et de ses sœurs

En demandant le baptême pour Léa, sa famille s’engage à lui faire connaître le Christ, à lui apprendre l’amour de Dieu et l’amour des hommes, à lui faire chercher le bonheur dans la voie que trace l’Évangile.

Après le Baptême, ses parents et sa famille auront le devoir de l’éveiller progressivement à la foi : de l’éveiller à l’amour que Dieu lui porte et qu’elle peut porter à Dieu ; de l’inviter à penser à Dieu, le prier, lui parler, l’écouter, le rencontrer.

Dans le cadre de l’éveil à la foi , il est bon de participer à des célébrations communautaires, où grands et petits chantent, prient et écoutent la Parole de Dieu.

Cet « éveil à la foi » se fait aussi par le temps que l’on passe avec l’enfant pour rencontrer Dieu dans la prière, le soir ou le matin ou encore spontanément au fil de la journée. On priera simplement avec des mots d’enfants. Vous  lui apprendrez progressivement le signe de la croix, le « Notre Père » et le « Je vous salue Marie ».

Cet éveil à la foi se fera aussi par la participation régulière  au rassemblement dominical des chrétiens, la messe du dimanche.

Le Baptême de Léa est donc un point de départ. À vous, ses parents, parrains et marraines,  incombe la responsabilité de l’éveiller progressivement à la foi.

Le Baptême est le sacrement de la foi. Il est la source de la vie nouvelle dans le Christ ;  vie de laquelle jaillit toute la vie chrétienne. Il est le fondement de toute vie chrétienne et la porte qui ouvre l’accès aux autres sacrements.

Amen

                                                                                              croix diaconale  

Michel Houyoux, diacre permanent

Complément

◊    BAPTÊME D’UN JEUNE ENFANT →  Homélie pour le baptême d’un enfant de sept ans

Publié dans fêtes religieuses, homélies particulières, Paroisses | Pas de Commentaire »

Le retour de Jésus au Père

Posté par diaconos le 26 mai 2014

La fête de l’Ascension marque une sorte de rupture importante dans la relation de Jésus avec ses disciples : absence physique auprès des siens et commencement du temps d’une autre présence. En instituant l’Eucharistie, mémorial de sa passion et de sa résurrection, Jésus a donné à l’Église le mystère de sa présence aimante et agissante.  Célébrer le mystère de l’Ascension, c’est proclamer que le ciel est la destinée de toute personne. Toute personne est aimée pour elle-même : nous sommes attendus dans le cœur de Dieu et dans sa gloire. Le Christ, une fois pour toutes (2ième lecture) nous a obtenu cette promesse d’éternité bienheureuse. Références dans la Bible : AC  1, 1-11 ; Ps 46 ; Ep 1, 17-23 ; Mt 28, 16-20

La fête de l’Ascension marque une sorte de rupture importante dans la relation de Jésus avec ses disciples : absence physique auprès des siens et commencement du temps d’une autre présence. En instituant l’Eucharistie, mémorial de sa passion et de sa résurrection, Jésus a donné à l’Église le mystère de sa présence aimante et agissante. Célébrer le mystère de l’Ascension, c’est proclamer que le ciel est la destinée de toute personne. Toute personne est aimée pour elle-même : nous sommes attendus dans le cœur de Dieu et dans sa gloire. Le Christ, une fois pour toutes (2ième lecture) nous a obtenu cette promesse d’éternité bienheureuse.
Références dans la Bible : AC 1, 1-11 ; Ps 46 ; Ep 1, 17-23 ; Mt 28, 16-20

Luc a raconté dans son évangile toute la suite des actions de Jésus et ses enseignements, depuis le début jusqu’au jour où, après avoir donné par  l’Esprit Saint (Pentecôte) ses instructions aux apôtres qu’il avait choisis, il fut enlevé dans le ciel (Ascension). C’est à eux qu’après sa passion, il se montra vivant ; il leur en donna plusieurs preuves par ses apparitions  et il leur parla encore du Royaume de Dieu.

Dans un autre récit, les actes des apôtres, il raconte le cheminement de la communauté des disciples et les débuts de l’Église après la résurrection de Jésus. Le lien commun des deux ouvrages est l’Ascension, le retour de Jésus au Père, suivi de l’envoi de l’Esprit Saint qui fonde la mission universelle de l’Église.

Au cours d’un dernier repas, Jésus demanda à ses disciples de ne pas quitter Jérusalem  mais d’y attendre l’accomplissement de la promesse de son Père, celle que vous m’avez entendu faire : Jean a baptisé avec de l’eau , mais vous, dans peu de jours, vous serez baptisés dans l’Esprit-Saint.

Ainsi réunis, ils le questionnèrent : « Est-ce maintenant que tu vas restaurer le royaume d’Israël ? » Il leur répondit : « Ce n’est pas à vous de savoir le temps ni les moments que le Père a fixés de son autorité. Mais le Saint Esprit va descendre sur vous, il vous donnera la force, et vous serez mes témoins à Jérusalem, dans toute la Judée et la Samarie, et jusqu’aux confins du monde.

À ces mots, sous leurs yeux, il s’éleva de terre, puis un  nuage le déroba à leurs regards. Or tandis qui le suivaient des yeux s’éloignant dans le ciel, voici que leur apparurent deux hommes vêtus de blanc qui leur dirent : « Galiléens que restez-vous là à regarder vers le ciel ? Ce Jésus qui vient de vous être enlevé vers le ciel, en reviendra fe la même manière que vous l’avez vu monter. »

Extrait des Actes des apôtres, chapitre un, versets 1 à 12

Chacun des évangiles, a sa manière,  s’achève sur un envoi en mission des apôtres (Mt 28, 16-20 ; Mc 16, 14-15 ; Lc 24, 44-48 ; Jn 20, 19-21) Dès la première page des Actes des apôtres, son auteur rappelle les exigences de la mission de l’Église  en rapportant des paroles de Jésus. Lorsque l’Église, lorsqu’une communauté d’église cesse d’être missionnaire,  elle n’est plus l’église du Christ.

Jésus a multiplié les preuves de sa résurrection auprès des disciples qui auront pour mission d’en être les témoins (Mt 28, 6-7 ; Mc 16, 6 ; Lc 8, 41-42 ; Lc 24, 34 ; Mt 28, 9-10 ; Jn 20, 14-17 ; Lc 24, 13-25 ; Mt 28, 16-20) et en s’élevant ensuite vers le ciel, il montra à ses apôtres le but final de la résurrection. Il leur révéla ainsi le sens de son histoire : venu du Père, il retourne vers le Père, mais il n’y retourne pas seul, il entraîna avec lui tout un peuple de prisonniers qu’il arracha à la puissance des ténèbres pour les faire entrer dans son Royaume de lumière : « IL nous a arrachés au pouvoir des Ténèbres, et nous a fait passer dans le Royaume du Fils qu’il aime. En lui nous sommes rachetés et pardonnés de nos péchés » (Co 1, 13)

Être témoins du Christ, c’est aussi témoigner autour de nous de la réalité de ce Royaume des cieux annoncé par Jésus ; un royaume qui n’est pas établi sur le pouvoir et sur l’argent, mais un royaume d’amour, de justice et de paix. Ce royaume n’est pas à chercher dans les nuages, il est déjà au milieu de nous : il n’arrive pas comme une révolution ou un changement de saison. Ce royaume est à l’œuvre dans les personnes qui ont accepté la Bonne Nouvelle. Celles qui croient en Dieu possèdent déjà le Royaume.

Compléments

◊  Jésus ressuscité emporté près de Dieu, dans la gloire → Ascension du Seigneur – Solennité (Lc 24. 46-53)

◊ Solennité de l’Ascension du Seigneur  →  La fête de l’Ascension, année A

◊ Être témoin du Christ →    Vous allez recevoir une force, celle du Saint-Esprit, qui viendra sur vous. (Ac 1,8)

Liens externes

◊  L’église catholique de Paris  → Ascension du Seigneur – Diocèse de Paris

◊ Fête de l’Ascension de Jésus →   Ascension de Jésus  origine, signification

Image de prévisualisation YouTube

Publié dans Religion | Pas de Commentaire »

A.D.A.L. pour le septième dimanche de Pâques de l’année A

Posté par diaconos le 24 mai 2014

Source de l’image :   7e Dimanche de Pâques – Saint-Hippolyte.net

C'était le dernier soir, à quelques heures de sa mort sur la croix, Jésus leva les yeux au ciel et commença à prier ainsi : "Père l'heure est venue. Glorifie ton Fils, afin que ton Fils te glorifie." (Jn 17, 1) Les évangiles nous rapportent que Jésus priait souvent, intensément et en levant sans cesse les yeux vers le haut, exprimant ainsi que toute sa personne soit tournée vers le Père. Toutes les prières de Jésus commencent par ce mot de tendresse : "Père" Les personnes qui se prétendent chrétiennes n’ont pas à rougir de rendre témoignage au Seigneur (2 Tm 1, 8).  Gardons fidèlement la parole du Christ et soyons dans notre famille et dans notre localité les témoins du seul vrai Dieu.

C’était le dernier soir, à quelques heures de sa mort sur la croix, Jésus leva les yeux au ciel et commença à prier ainsi : « Père l’heure est venue. Glorifie ton Fils, afin que ton Fils te glorifie. » (Jn 17, 1) Les évangiles nous rapportent que Jésus priait souvent, intensément et en levant sans cesse les yeux vers le haut, exprimant ainsi que toute sa personne soit tournée vers le Père.
Toutes les prières de Jésus commencent par ce mot de tendresse : « Père » Les personnes qui se prétendent chrétiennes n’ont pas à rougir de rendre témoignage au Seigneur (2 Tm 1, 8).
Gardons fidèlement la parole du Christ et soyons dans notre famille et dans notre localité les témoins du seul vrai Dieu.

Lectures pour cette liturgie de la Parole →  Ac 1 12-14  ; Psaume 26  ;   1P4 12, 13-16  ;  Jn 17, 1-11a

CHANT D’OUVERTURE : selon votre sélection

 Animateur de la célébration : Au nom du Père et du Fils et du Saint- Esprit.      Tous : Amen

Animateur de la célébration :  La grâce de Jésus notre Seigneur, l’amour de Dieu le Père et la communion de l’Esprit Saint soient toujours avec vous.

Tous : Et avec votre esprit.

Animateur de la célébration :

Comme à chaque messe dominicale, nous voici rassemblés autour de la Parole du Seigneur. Une parole qui ne laisse pas indifférents les auditeurs des apôtres : certains l’accueillent avec joie et se convertissent, d’autres la rejettent. Pour accueillir cette Parole et recevoir sa force, il nous faut prêter l’oreille pour entendre, au milieu des sollicitations de notre monde, la voix du Ressuscité. Comme les apôtres réunis au Cénacle, soyons unanimes d’esprit et de cœur durant cette liturgie de la Parole.  Jésus, le Christ, est ressuscité d’entre les morts, Alléluia !  Vivant près de son Père. Il est avec nous tous les jours jusqu’à la fin des temps. À lui, gloire et puissance pour les siècles des siècles.

Tous : AMEN !

PRÉPARATION PÉNITENTIELLE

Animateur de la célébration :  Pour que vienne l’Esprit en nos cœurs, ouvrons-les à l’amour de Dieu, sûrs de son pardon et de sa grâce…

Un membre de l’équipe liturgique :   Seigneur Jésus, retourné vers le Père pour nous envoyer l’Esprit, rends-nous plus fervents dans la prière… R : Seigneur prends pitié (Chant)

Un membre de l’équipe liturgique : Ô Christ, toi qui as souffert pour nous rendre fermes dans l’épreuve,  donne-nous l’espérance… R : Ô Christ prends pitié (chant)

Un membre de l’équipe liturgique :Seigneur, tu reviendras dans ta gloire pour juger tous les hommes, prépare-nous à ta rencontre… R : Seigneur prends pitié (Chant)

Animateur de la célébration :  Que Dieu tout-puissant nous fasse miséricorde, qu’il nous pardonne nos péchés et  nous conduise à la vie éternelle.       

Tous Amen

On pourrait réserver le Gloire à Dieu pour les jours de fête… car il n’est pas opportun de chanter régulièrement le « gloire à Dieu »  dans une A.d.a.l. car cet hymne est très liée à la célébration eucharistique (messe)

Gloire à Dieu (Chant de louange) : votre choix.

Animateur de la célébration : Écoute Seigneur, je t’appelle. En mon cœur je t’ai dit : Je cherche ton visage ; ton visage Seigneur, je le recherche : ne me détourne pas de moi ta face, alléluia.

Tous  Amen 

Liturgie de la Parole

  ◊ Dans une célébration animée par des laïcs, le siège de la présidence ne sera pas occupé !

Animateur de la célébration : Au lendemain de l’Ascension, les apôtres se retrouvèrent au Cénacle et s’unirent dans la prière : ce fut la première tâche de l’Église naissante. Écoutons cette première lecture tirée du livre des actes des apôtres au chapitre un. 

Première lecture par…………………………………… (Ac. 1, 12-14)

Psaume 26 : lu ou chanté ?

Psaume 26

Animateur de la célébration :   Dans sa première lettre adressée aux communautés d’Asie Mineure, l’apôtre Pierre précise que la force du chrétien se trouve dans le témoignage de sa foi : « Si l’on vous insulte à cause du nom du Christ, l’Esprit de Dieu repose sur vous ». Aujourd’hui notre joie est de croire et d’espérer.

Deuxième lecture par…………………………… (1 P. 4,13-16)

Acclamation par la chorale et par l’assemblée (Chant)

L’animateur de la célébration dit alors : « De l’Évangile de Jésus Christ selon saint Jean »

Cette personne lit ensuite l’Évangile du jour  à Jn 17, 1-12

♦ Si c’est une personne laïque qui proclame l’Évangile, elle omet la salutation initiale et aussi l’acclamation finale.

Homélie   →  Quand vous priez, dites Père… »

Animateur de la célébration : Frères et sœurs, rassemblés ici en Église, professons   notre foi.

Le  Credo sera récité ou chanté

Prière universelle introduite par  l’animateur de la célébration 

C’est l’Esprit de Dieu qui nous apprend à prier comme le Christ prie son Père. Avec confiance, laissons monter vers le Père notre action de grâce.

Un membre de l’équipe liturgique

  • Prière universelle - 2éme dimanche ordinaire, CPour que tous les membres de ton Église demeurent fidèles à la prière et qu’ils y trouvent le vrai bonheur, nous te prions, Seigneur.   (Refrain)
  • Souviens-toi, Père, de l’Église qui, comme les Apôtres, se tient en prière pour recevoir l’Esprit. Regarde les communautés paroissiales, celles qui sont dans la joie et celles qui peinent. Pour nos pasteurs et pour ceux qui portent le désir d’une vocation sacerdotale ou religieuse, nous te prions, Seigneur. (Refrain)
  • Souviens-toi,  Père, de tous les travailleurs en activité, en recherche d’emploi ou retraités. Nous te confions ceux qui sont à la maison, à l’usine, ou au bureau, dans des travaux pénibles ou des rythmes trop prenants. Pour qu’ils deviennent des ouvriers de ton Royaume, nous te prions, Seigneur.  .   (Refrain).
  • Pour que les mourants soient apaisés, réconfortés par une écoute attentive, une présence respectueuse, un signe de tendresse, nous te prions, Seigneur.  (Refrain)…..

Animateur de la célébration :Dieu notre Père, toi qui veux le salut de tous les hommes, envoie ton Esprit sur ton Église et sur le monde ; l’Esprit d’unité, d’amour et de paix. Nous te le demandons à toi Père, par ton Fils ressuscité, dans la liberté de l’Esprit. Pour les siècles des siècles.

Tous : Amen.

 Animateur de la célébration :Dieu notre Père, toi qui veux le salut de tous les hommes, envoie ton Esprit sur ton Église et sur le monde ; l’Esprit d’unité, d’amour et de paix. Nous te le demandons à toi Père, par ton Fils ressuscité, dans la liberté de l’Esprit. Pour les siècles des siècles. Tous : Amen.

La collecte se fait maintenant,  après la prière universelle.

Action de grâce et le Notre Père

Animateur de la célébration  Prions : Dieu notre Père, exauce nos prières. Notre monde a besoin de témoins authentiques et nombreux  pour vivre l’Évangile et l’annoncer fidèlement. Permets que se lèvent de nombreuses vocations pour le service de ton Église et pour le salut de tous les hommes. Par Jésus, le Christ, notre Seigneur.

Tous : Amen.

Animateur de la célébration :  Frères et sœurs, en ce dimanche le Christ ressuscité se tient au milieu de nous et c’est lui qui inspire notre prière,  rendons-lui grâce pour son amour et pour sa grâce.

Chant en l’honneur de Dieu : 

Suggestion : Que tes œuvres sont belles (A 219) ;  Peuple de prêtres (C 49) ; Terre entière (I 33) ; Peuple de Dieu, marche joyeux ; Chantons à Dieu ce chant nouveau (L 211)  Peuple, criez de joie (M 27) ou un autre chant de votre répertoire. Attention ! On ne peut pas prendre un chant d’offertoire dans uine liturgie de la Parole.

PRIÈRE DE LOUANGE par……………………………………………………………

Action de grâce 4 d.o.

  • Louange à toi, car déjà tu nous rassembles pour que nous soyons les uns pour les autres des témoins de l’espérance. (chant)
  • Louange à toi, Père de Jésus Christ ! Tu nous as fait renaître à une vie nouvelle, tu nous as créés pour un bonheur qui ne connaîtra ni destruction, ni vieillissement: le bonheur de ton Royaume. (chant)
  • Loué sois-tu, Dieu notre Père, pour Jésus qui livre sa vie pour que naisse un peuple nouveau. Sa miséricorde vient au-devant des pécheurs et ses bras étendus accueillent les égarés. Il tient dans un même amour tous les hommes, ses frères. (chant)
  • Louange à toi, Premier-né d’entre les morts ! Tu as voulu partager avec nous ta joie de Fils: nous sommes devenus fils et filles de Dieu. (chant)
  •  Nous te bénissons pour ces jours où nous faisons mémoire  de l’espérance de Marie et des apôtres. Ils attendaient dans la prière la venue de l’Esprit-Saint. Et leur prière rejoignait celle du Christ lui-même. (chant)

Animateur de la célébration : Oui, Père, tout ce qui est à toi est à lui, tout ce qui est à lui est à toi. Un même désir vous habite de nous donner l’unique Esprit. L’Esprit veut achever l’œuvre du Christ et hâter la venue de son Règne. C’est dans cet Esprit que nous osons dire : Notre Père…

 La prière du « Notre Père »  est chantée ou récitée

 L’animateur de la célébration introduit le signe de paix : Soyons unis les uns aux autres dans le Christ et partageons la paix qui vient de lui !

La liturgie de la Parole animée par des laïcs s’achève ainsi. On passe ensuite à la prière de conclusion (voir plus loin), à moins que l’on ait prévu une liturgie de communion.

 

Liturgie de Communion (éventuellement)

 

La personne qui a été désignée va après  le geste de paix au tabernacle chercher le pain consacré et il l’apporte sur l’autel. Elle s’incline ensuite profondément ou fait une génuflexion. Il est bon de prévoir à ce moment un temps de recueillement qu’on introduira ainsi :

Animateur de la célébration : Recueillons-nous dans le silence. Préparons-nous à accueillir le corps du Christ ; qu’il nous rassemble aussi en un seul corps !

Le Christ Jésus nous a livré son corps et chaque messe en fait mémoire. Aujourd’hui, en attente d’une célébration eucharistique, recevons dans la foi le corps du Christ, l’Agneau de Dieu qui enlève le péché du monde. Heureux les invités au Repas du Seigneur !… « Venu pour que les hommes aient la vie, et qu’ils l’aient en abondance »

Voici l’Agneau de Dieu qui enlève le péché du monde !

Tous : Seigneur, je ne suis pas digne de te recevoir, mais, dis seulement une parole et je serai guéri.

Distribution de la communion en disant : « Le corps du Christ ».

Chant pour la communion : Envoie ton Esprit (Syl P 325) ; L’homme qui prit le pain  (D 254) ;  Quand souffle l’Esprit (K112) ou selon votre répertoire.

Animateur de la célébration : Prions le Seigneur : Dieu toi qui nous aimes au-delà de ce qu’on ne saurait imaginer, béni soit ton nom ! Alors que nous attendons de célébrer le jour
où tu as répandu sur l’Église le feu de ton Esprit, viens éclairer et fortifier notre foi : Donne-nous de marcher fidèlement, en présence de ton Fils. Lui qui demeure sans cesse avec nous, comme il nous l’a promis, car il nous aime pour les siècles des siècles.  

Tous : Amen !

Chant d’envoi (éventuellement) : Dieu qui nous appelles à vivre (K 158)

l’animateur de la célébration ajoute :

Frères et sœurs, que notre Dieu nous accompagne, qu’il nous bénisse et qu’il nous garde, lui qui est Père, Fils et Saint-Esprit (Pas de bénédiction à donner ici !)

L’animateur de la célébration : Allons  dans la paix du Christ      

Tous : nous rendons grâce à Dieu.

 Ce texte tient compte des  directives  du guide liturgique pour les assemblées dominicales animées par des laïcs.          

croix diaconale

Michel Houyoux, diacre permanent                                                                                                     

Publié dans Religion | Pas de Commentaire »

12
 

Salem alikoum |
Eazy Islam |
Josue |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | AEP Gresivaudan 4ieme 2007-08
| Une Paroisse virtuelle en F...
| VIENS ECOUTE ET VOIS