Vingt-troisième dimanche du temps ordinaire, année A

Posté par diaconos le 2 septembre 2014

Bonjour chers amis et chères amies dans le Christ, la continuité d’un groupe est chose difficile ! Au départ tout va bien, mais quand le premier élan tombe, on revient facilement au « quant à soi« . L’ÉGLISE n’échappe pas à la difficulté. L’unité d’amour qui devrait la caractériser n’est pas une paix tranquille et sans histoire. La réconciliation doit souvent s’imposer et chacun doit être reconnaissant à qui le mène vers le pardon mutuel. Il est difficile de construire le Royaume… Voici les lectures pour dimanche prochain, quelques commentaires et en annexe, dans la rubrique « Divers », mon homélie que je vous dédicace ainsi que divers autres documents (Catéchèse, historicité, enseignement).

Avec mes salutations amicales et fraternelles

Michel Houyoux, diacre permanent

La première lecture est tirée du livre d’Ezéchiel au chapitre 33,7-9.

Commentaire: Parler au NOM de Dieu, quoi de plus inconfortable ! Surtout quand il s’agit de contester la conduite répréhensible de ceux qui agissent mal… C’est de nos efforts, non de nos réussites que nous aurons à rendre compte. Nous sommes tous responsables les uns des autres, nous sommes solidaires du monde entier…


« Fils d’homme, je fais de toi un guetteur pour la maison d’Israël. Lorsque tu entendras une parole de ma bouche, tu les avertiras de ma part.

Si je dis au méchant : ‘Tu vas mourir’, et que tu ne l’avertisses pas, si tu ne lui dis pas d’abandonner sa conduite mauvaise, lui, le méchant, mourra de son péché, mais à toi, je demanderai compte de son sang. Au contraire, si tu avertis le méchant d’abandonner sa conduite, et qu’il ne s’en détourne pas, lui mourra de son péché, mais toi, tu auras sauvé ta vie. »
Extrait de la Traduction Liturgique de la Bible – © AELF, Paris

Psaume 95(94),1-2.6-9.

Commentaire : Ce psaume que l’ÉGLISE proclame tous les jours par ses moines et ses religieux, exhorte à ADORER le Seigneur tout en le remerciant de ses multiples faveurs et de sa grande MISÉRICORDE. Il nous invite à lutter contre les tentations et à vivre sous la Volonté de Dieu.

Venez, crions de joie pour le Seigneur, acclamons notre Rocher, notre salut ! Allons jusqu’à lui en rendant grâce, par nos hymnes de fête acclamons-le !

Entrez, inclinez-vous, prosternez-vous, adorons le Seigneur qui nous a faits. Oui, il est notre Dieu ; nous sommes le peuple qu’il conduit, le troupeau guidé par sa main. Aujourd’hui écouterez-vous sa parole ? « Ne fermez pas votre coeur comme au désert, comme au jour de tentation et de défi, où vos pères m’ont tenté et provoqué, et pourtant ils avaient vu mon exploit. « 
Extrait de la Traduction Liturgique de la Bible – © AELF, Paris

La deuxième lecture est tirée de la lettre de saint Paul Apôtre aux Romains au chapitre 13,8-10.

Commentaire : Les préceptes de la LOI balisent notre route, mais il nous reste le devoir primordial d’AIMER car nous n’avons jamais fini de nous acquitter de ce devoir de l’AMOUR. Et, cet AMOUR pour Dieu, nous l’exprimons par notre AMOUR envers nos frères que nous voyons. Une profonde amitié fraternelle est la base de notre AMOUR pour Dieu et nous donne la possibilité de la vraie prière, la prière intérieure…

Ne gardez aucune dette envers personne, sauf la dette de l’amour mutuel, car celui qui aime les autres a parfaitement accompli la Loi. Ce que dit la Loi : Tu ne commettras pas d’adultère, tu ne commettras pas de meurtre, tu ne commettras pas de vol, tu ne convoiteras rien ; ces commandements et tous les autres se résument dans cette parole : Tu aimeras ton prochain comme toi-même. L’amour ne fait rien de mal au prochain. Donc, l’accomplissement parfait de la Loi, c’est l’amour
Extrait de la Traduction Liturgique de la Bible – © AELF, Paris

De l’Évangile de Jésus-Christ selon saint Matthieu au chapitre 18,15-20.

Commentaire : Tous les Commandements de Dieu se résument à un seul : « L’Amour que nous devons avoir les uns pour les autres. » Pourtant, Jésus connaissant la faiblesse humaine sait que le péché perturbera nos vies, que la PAIX se gagne humblement. Le Seigneur  connaît notre faiblesse  et combien la PAIX est un bien fragile en butte à tous les égoïsmes qui s’affrontent. Il ne faut pas renoncer aux remontrances mutuelles, mais il y faut mettre beaucoup de prudence, de discrétion et de désintéressement, d’amour, en définitive. Si nous avions agi à la place de celui qui nous a offensé… peut-être serions-nous allés plus loin… peut-être y aurions-nous mis plus d’agressivité… Le seul Commandement c’est l’amour. C’est dire de quelle charité nous devons nous revêtir pour rencontrer notre frère et lui reprocher sa conduite… Avec humilité aussi, sachant bien que sans la grâce de Dieu, nous pourrions faire bien pire.  Le Seigneur ne permet de lancer des pierres qu’à ceux qui sont sans péché… et souvenons-nous que tous les accusateurs se sont retirés sans dire un mot… Avant de rencontrer quelqu’un qui nous a offensés, il faut nous mettre dans un climat propice fait d’amour et d’humilité. Cet amour  nous est donné par l’Esprit Saint à qui il faut le demander humblement et simplement. La prière peut suppléer à une rencontre impossible et mettre les cœurs dans la paix reconquise.

Si ton frère a commis un péché, va lui parler seul à seul et montre-lui sa faute. S’il t’écoute, tu auras gagné ton frère. S’il ne t’écoute pas, prends encore avec toi une ou deux personnes afin que toute l’affaire soit réglée sur la parole de deux ou trois témoins. S’il refuse de les écouter, dis-le à la communauté de l’Église ; s’il refuse encore d’écouter l’Église, considère-le comme un païen et un publicain. Amen, je vous le dis : tout ce que vous aurez lié sur la terre sera lié dans le ciel, et tout ce que vous aurez délié sur la terre sera délié dans le ciel. Encore une fois, je vous le dis : si deux d’entre vous sur la terre se mettent d’accord pour demander quelque chose, ils l’obtiendront de mon Père qui est aux cieux.
Quand deux ou trois sont réunis en mon nom, je suis là, au milieu d’eux. »
Extrait de la Traduction Liturgique de la Bible – © AELF, Paris

Homélie 23ième dimanche ordinaire :

 Cliquez ici Que faut-il faire si ton frère a commis une faute ?

Liens externes

Catéchèse “Nous devons pardonner comme Dieu nous pardonne.” (Mt 18,15-20)

Pardonne à ceux qui t’ont offensés

http://www.dailymotion.com/video/xc4jdq

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

 

Salem alikoum |
Eazy Islam |
Josue |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | AEP Gresivaudan 4ieme 2007-08
| Une Paroisse virtuelle en F...
| VIENS ECOUTE ET VOIS