• Accueil
  • > Archives pour novembre 2014

A.D.A.L. pour le premier dimanche de l’Avent, année B

Posté par diaconos le 29 novembre 2014

 PREMIER DIMANCHE DE L’AVENT , année B

Le temps de l'Avent est traditionnellement  un temps de joie et d'espérance. L’Avent, c’est la perspective qui s’ouvre sur Noël, perspective de paix et de lumière, que le Christ vient apporter au monde. C'est aussi un temps d'attente : la visite que nous attendons n'est pas seulement la parenté et les amis, c'est aussi et surtout le Seigneur. C'est pourquoi il importe de ne pas nous endormir mais de veiller pour ne pas manquer une visite aussi importante. Il nous faut veiller frères et sœurs. Le monde nouveau adviendra à travers nos mains, le Seigneur se montre à travers nos gestes d’amour et de justice. Ne soyons pas sourds aux appels de notre monde.

Le temps de l’Avent est traditionnellement un temps de joie et d’espérance. L’Avent, c’est la perspective qui s’ouvre sur Noël, perspective de paix et de lumière, que le Christ vient apporter au monde. C’est aussi un temps d’attente : la visite que nous attendons n’est pas seulement la parenté et les amis, c’est aussi et surtout le Seigneur. C’est pourquoi il importe de ne pas nous endormir mais de veiller pour ne pas manquer une visite aussi importante. Il nous faut veiller frères et sœurs. Le monde nouveau adviendra à travers nos mains, le Seigneur se montre à travers nos gestes d’amour et de justice. Ne soyons pas sourds aux appels de notre monde.

Rappel : Il ne peut y avoir d’assemblée sans prêtre dans l’église où est célébrée la messe le même dimanche ( y compris le samedi soir) !  L’assemblée dominicale est  animée par une équipe de laïcs en lien avec le prêtre chargé de la paroisse 

Références bibliques : Is 63, 16-64,7 ; Ps 79 ; 1 Co 1, 3-9 ; Marc 13, 33-37

Chant d’ouverture : Le chant le plus indiqué est un chant connu qui annonce déjà la joie de Noël : Viens Seigneur Jésus » (E35-90) -  Entrons dans l’espérance  (E 26,30) – Regarde l’aurore est déjà là (E 257),  Fais nous marcher à ta lumière (E 252) ; d’autres chants sont possibles pour ce 1ier dimanche de l’Avent ; par exemple : Berger de Dieu (E 280) ; Toi qui ravis (VLH 136), ou selon votre choix

SALUTATION INITIALE par la personne qui préside la prière

Au nom du Père et du Fils et du Saint Esprit. C’est souvent dans des circonstances difficiles que nous prenons conscience de ce qu’est la veille : veille d’un malade, veille d’une personne en fin de vie, veille sanitaire en période d’épidémie… Ce n’est pas de cela qu’il est question quand le Christ non dit fermement de veillez ! Son appel est à prendre très au sérieux : il nous demande de nous entraîner, d’être prêts. Cela pourrait se traduire par une démarche bien décidée.

Que la grâce et la paix soient avec nous, de la part de Dieu notre Père et de Jésus Christ le Seigneur.

Tous : Béni soit Dieu, maintenant et toujours !

Par la personne qui préside la prière

Nous entrons dans un nouveau temps liturgique qui nous fait nous tendre vers la promesse de Dieu. Nous avons pu l’oublier, Dieu, lui, ne nous a jamais oublié : il est notre Père !

PRÉPARATION PÉNITENTIELLE

Par la personne qui préside la prière  : ensemble, prions le Seigneur

  • Dans la joie, nous attendons ta venue, viens combler notre espérance                        Tous : O Seigneur, viens nous sauver ! (Chanté)

kyrie  1. Avent

  • Toi qui es avant tous les siècles, viens sauver le monde aujourd’hui.

Tous : O Seigneur, viens nous sauver ! (Chanté)

  • Seigneur, tu reviendras dans la gloire pour être « Dieu-avec-nous » pour toujours…

Tous : O Seigneur, viens nous sauver ! (Chanté)

Par la personne qui préside la prière : Que Dieu tout-puissant nous fasse miséricorde, qu’il nous pardonne nos péchés et qu’il nous conduise à la vie éternelle.  Tous : AMEN !

Pas de Gloire à Dieu pendant l’Avent !

PRIÈRE D’OUVERTURE par la personne qui préside la prière

En ce monde assoupi dans l’injustice et l’indifférence,  Seigneur notre Dieu, ne laisse pas le sommeil nous gagner.  Dirige nos regards vers Jésus qui vient faire fleurir la paix et la vie. Ainsi nous tiendrons dans la fidélité,  et nous préparerons les chemins du Royaume,
monde nouveau pour les siècles des siècles.                  Tous : Amen ! 

LITURGIE DE LA PAROLE

◊ Dans une célébration animée par des laïcs, le siège de la présidence ne sera pas occupé !

Par la personne qui préside la prière : Voici une première lecture tirée du livre d’Isaïe au chapitre 63 : nos fautes semblent élever une barrière entre Dieu et nous, mais Isaïe nous dit que rien n’arrête la bonté de notre Père.

Première lecture  par ……………………………………………………………. (Isaïe 63, 16-64, 7)

Par la personne qui préside la prière :  avec le psalmiste, demandons à Dieu de revenir vers nous. Nous savons bien qu’il est tout proche. Mais nous avons besoin qu’il nous le fasse sentir.

psaume 79 Par la personne qui préside la prière : Dans sa lettre première lettre aux Corinthiens, l’apôtre Paul nous rappelle que nous avons reçu la lumière de la foi et qu’elle doit éclairer toute notre vie. Puisse-t-elle nous aider durant ces semaines de l’Avent à préparer la venue du fils de Dieu.

2ième lecture par : ………………………………………………………………………..  (1 Co 1, 3-9)

Acclamation: Alléluia. Alléluia. Montre-nous ta miséricorde,  Seigneur.  Alléluia !

Reprise de l’Acclamation  par tous

L’animateur de la célébration dit alors : « De l’Évangile de Jésus Christ selon saint Marc au chapitre treize

Cette personne lit ensuite l’Évangile du jour  à Mc 13, 33-37

♦ Si c’est une personne laïque qui proclame l’Évangile, elle omet la salutation initiale et aussi l’acclamation finale.

Homélie : cliquez ici  →  Contre la pauvreté je choisis de veiller

Credo chanté ou récité 

Prière universelle

La prière universelle est introduite par l’animateur de la célébration  : Bientôt, c’est Noël. En ce temps de l’Avent, prions avec confiance  le Seigneur. Demandons-lui la grâce de pouvoir le recevoir et le reconnaître

Un membre de l’équipe liturgique : …………………………………………..

  • Dans l’attente de la venue du Seigneur Jésus, portons dans notre prière les appels, les souffrances, les espoirs et les joies de nos frères les hommes… (Refrain)..
  • Prière universelle 1. Avent, année C.Pour les croyants qui s’enfoncent dans la nuit du découragement et du doute, Seigneur, nous te prions ! (Refrain)
  •  Pour tous ceux qui s’enfoncent dans la nuit de la souffrance et de l’épreuve, Seigneur, nous te prions ! (Refrain)
  • Pour tous ceux qui s’éveillent à leur responsabilité dans la construction d’un monde plus fraternel, Seigneur, nous te prions ! (Refrain)
  •  Pour tous ceux qui veillent dans la foi et marchent à ta lumière, Seigneur, nous te prions ! (Refrain)
  •  Pour tous ceux qui rayonnent l’espérance en notre monde désenchanté, Seigneur nous te prions ! (Refrain)
  •  Pour tous ceux qui tiennent dans l’espérance au plus noir de l’épreuve, Seigneur nous te prions ! (Refrain)
  • Pour notre communauté, en marche vers Noël, Seigneur, nous te prions ! (Refrain)

Par la personne qui préside la prière : À l’approche de Noël, Seigneur notre Dieu, tu sais combien l’humanité a besoin de te redécouvrir. Toi seul peux combler nos cœurs. Viens, viens parmi nous, Seigneur Fais-nous accueillants à ta lumière, maintenant, toujours et dans les siècles des siècles.

Tous : Amen !

Action de grâce et le Notre Père

 Par la personne qui préside la prière : Frères et sœurs, la Parole de Dieu a touché notre cœur et elle a fait de nous,  le peuple qui écoute son Dieu. Rendons-lui maintenant grâce pour grâce, en son nom et en union avec toute l’Église.

Chant : Trouver dans ma vie ta présence  (P 205) ;  Debout resplendis ou Heureux celui (E 2320) ou O viens Jésus (E 147) ou un chant de votre répertoire ayant un rapport avec ce temps de l’Avent

Prière de louange et le Notre Père

Lecteur ou lectrice : ………………………………………………………………………    Tu es, Seigneur, notre Père, notre Rédempteur, tel est ton nom depuis toujours. Nous étions seuls et démunis, pauvres et sans espoir… Mais tu as fait venir ton Fils parmi nous,  et son amour a transformé notre existence. (Refrain)

prière de louange

Tu es, Seigneur, notre Père, notre Rédempteur, tel est ton nom depuis toujours. Vivre en croyants dans notre monde en crise, cela n’est pas facile. Mais tu viens auprès de nous fortifier par ta présence notre marche quotidienne. (Refrain)

Tu es, Seigneur, notre Père, notre Rédempteur, tel est ton nom depuis toujours. Nous ne savons pas le jour où ton Fils viendra nous révéler ton visage d’amour.  Mais nous voulons tellement te voir  que nous ne cesserons jour et nuit de préparer sa venue. (Refrain)

C’est pourquoi, comme nous l’avons appris du Sauveur et selon son commandement, nous te disons avec confiance : Notre Père…..

NOTRE PÈRE (Chanté ou récité)

L’animateur de la célébration introduit le signe de paix : Soyons unis les uns aux autres dans le Christ et partageons la paix qui vient de lui !

La liturgie de la Parole animée par des laïcs s’achève ainsi. On passe ensuite à la prière de conclusion (voir plus loin), à moins que l’on ait prévu une liturgie de communion.

Liturgie de Communion (éventuellement)

La personne qui a été désignée va après  le geste de paix au tabernacle chercher le pain consacré et il l’apporte sur l’autel. Elle s’incline ensuite profondément ou fait une génuflexion. Il est bon de prévoir à ce moment un temps de recueillement qu’on introduira ainsi : 

Un membre de l’équipe paroissiale : Recueillons-nous dans le silence. Préparons-nous à accueillir le corps du Christ ; qu’il nous rassemble aussi en un seul corps !

Le Christ Jésus nous a livré son corps et chaque messe en fait mémoire. Aujourd’hui, en attente d’une célébration eucharistique, recevons dans la foi le corps du Christ, l’Agneau de Dieu qui enlève le péché du monde. Heureux les invités au Repas du Seigneur !… « Venu pour que les hommes aient la vie, et qu’ils l’aient en abondance »

Voici l’Agneau de Dieu qui enlève le péché du monde !

Tous : Seigneur, je ne suis pas digne de te recevoir, mais, dis seulement une parole et je serai guéri.

Distribution de la communion en disant : « Le corps du Christ »

Chant pour la communion

Suggestion de Chants pour la communion : Vierge de lumière (V223) ou Peuple qui marchez ( E 127) ou Ne crains pas Joseph (W 507)ou Vienne la paix (T 150) ou selon votre choix

Prière après la communion

 Par la personne qui préside la prière : Nous te rendons grâce, Seigneur, car dans le partage de ta Parole et du pain nous avons découvert les signes de la venue de ton Fils Jésus au milieu de nous. Toi qui nous as façonnés, ne laisse pas nos cœurs s’alourdir ; fais de nous des veilleurs, des hommes et des femmes debout pour accueillir celui qui vient, Jésus, le Christ, notre Seigneur. (Chanté)

Tous : Amen !

ENVOI

On peut prendre un chant final ici, en rapport avec l’évangile de cette célébration.
Suggestion pour le chant final : Route des hommes (896) ; Aube nouvelle (E 130) ; Maranatha ! ; Venez divin Messie… ou selon votre choix.

 Par la personne qui préside la prière : Frères et sœurs, ne gardons pas pour nous notre espérance et notre joie. Quelles rayonnent aujourd’hui sur nos frères, dans nos regards, nos paroles et toute notre attitude. Que notre Dieu nous accompagne, qu’il nous bénisse et qu’il nous garde, lui qui est Père, Fils et Saint-Esprit (Pas de bénédiction à donner ici !)

L’animateur de la célébration : Allons  dans la paix du Christ

Tous : Nous rendons grâce à Dieu.                                                   

 Ce texte tient compte des  directives  du guide liturgique pour les assemblées dominicales animées par des laïcs.       

Musique d’orgue pour la sortie            

Avec mes salutations amicales et fraternelles 

croix diaconale

 

Michel Houyoux, diacre permanent                                                           

Publié dans Religion, Temps de l'Avent | Pas de Commentaire »

Contre la pauvreté je choisis d’agir

Posté par diaconos le 26 novembre 2014

Ce temps de l’Avent nous invite à l’espérance : voici que va venir Celui qui nous sauvera. Il nous apportera la vraie charité et nous fera devenir des hommes au sens chrétien du mot. Il y a quelque 2000 ans que Jean-Baptiste criait dans le désert : " Préparez le chemin du Seigneur, rendez droits ses sentiers." Ce message, déjà exprimé au livre d’Isaïe, s’adresse à nous.  Une voix proclame : " Préparez à travers le désert le chemin du Seigneur. Tracez dans les terres arides une route aplanie pour notre Dieu. "  ( Is 40, 3 ) Il nous faut préparer le chemin du Seigneur : il s’agit de nous tourner vers Jésus, le Christ et de marcher à sa suite. C’est cela la conversion que nous avons à faire.

Ce temps de l’Avent nous invite à l’espérance : voici que va venir Celui qui nous sauvera. Il nous apportera la vraie charité et nous fera devenir des hommes au sens chrétien du mot. Il y a quelque 2000 ans que Jean-Baptiste criait dans le désert :  » Préparez le chemin du Seigneur, rendez droits ses sentiers. » Ce message, déjà exprimé au livre d’Isaïe, s’adresse à nous. Une voix proclame :  » Préparez à travers le désert le chemin du Seigneur. Tracez dans les terres arides une route aplanie pour notre Dieu.  » ( Is 40, 3 ) Il nous faut préparer le chemin du Seigneur : il s’agit de nous tourner vers Jésus, le Christ et de marcher à sa suite. C’est cela la conversion que nous avons à faire.

« Préparez le chemin du Seigneur, aplanissez sa route !  » Nous voici arrivés à devenir des ouvriers sur la route du Seigneur, à devenir les mains et les cœurs qui se mobilisent pour agir. Ce ciel nouveau et cette terre nouvelle est entre nos mains et chacun selon ses capacités et ses forces peut et doit poser des gestes pour le faire advenir, ici et dès aujourd’hui, afin que tous puissent partager la joie d’une vie pleinement humaine.

Source de l’image → Un chemin s’ouvre – Vas-y !

« Consolez, consolez mon peuple, dit votre Dieu » (Is. 40, 1a)  Dieu vient ! Aujourd’hui je suis invité à préparer, à tracer une route pour lui. Je suis invité à tracer droit dans les terres arides une route pour notre Dieu. Que tout ravin soit   comblé. Que toute montagne et colline soit abaissée. (Is 40, 3-4) Toutes ces images sont évocatrices. Quelles sont mes montagnes à moi ? Celles que je doive absolument aplanir pour répondre à l’appel du Seigneur ?

On ne dit pas assez ces petits gestes qui sèment des petites étoiles de tendresse

     Mathy Heirman, épicerie sociale à Braine-l’Alleud (Belgique)

Si nous mettions de côté les obstacles (collines de l’orgueil, vallées de la tiédeur…), nous chanterions avec des larmes aux yeux: « Quelles merveilles le Seigneur fit pour nous: nous étions en grande fête! » (Ps 125,3).

« Montez sur une haute montagne, vous qui apportez à Sion la bonne nouvelle ; élevez la voix avec force, vous qui apportez à Jérusalem la bonne nouvelle ; élevez-la, ne craignez point ; dites aux villes de Juda : Voici votre Dieu » (Is 40,9) -  C’est un appel à proclamer la venue du Seigneur… Évangéliser, dire la Bonne Nouvelle : « Voici votre Dieu. Dieu vient ! » Il faut y croire sois-même , pour pouvoir l’annoncer aux autres ! Exerce- toi à découvrir la venue de Dieu dans les signes imperceptibles.

Voici votre Dieu… il vient lui-même et il va vous sauver.  Jésus, le fils de Dieu n’est pas venu prendre quoi que ce soit, il est venu donner et ils est venu sauver. Il est venu apporter la Bonne Nouvelle à toutes les personnes qui ont un cœur de pauvre et veulent bien accueillir cette parole : celles qui ne sont pas embourbées dans le matériel, le pouvoir, l’argent, les objets, le mensonge… et dont l’horizon dépasse un peu ce que propose la société matérialiste ! Celles là sont capables d’entendre cette Bonne Nouvelle.

Si je ne consens pas à l’imprévu je risque de ne pas reconnaître la venue de DIEU dans ma vie. C’est au moment où je l’attend le moins, souvent au moment où je ne voudrais pas être dérangé, au moment aussi où je n’attends plus, que DIEU vient me rejoindre.

Frédéric Fornos, jésuite

Préparer le chemin du Seigneur, aplanir sa route sont deux actions qui te sont demandées d’accomplir.

Comment peux-tu répondre  positivement à cet appel ?

→ Voici quelques pistes …

◊  en corrigeant ta conduite,

◊ en cessant de faire le mal, et te mettre à faire le bien,

◊ et en te retournant vers Dieu, tu donneras un nouvel élan à ta vie.

La conversion que Jean nous demande d’accomplir, tous,  c’est un retournement vers Dieu : il s’agit de nous tourner vers Dieu, avec des conséquences morales et sociales : lutte contre l’égoïsme, l’injustice, l’esclavage du plaisir et de l’argent, l’impureté, la paresse, la domination des autres… Jean Baptiste proclamait un baptême de  conversion  pour le pardon des péchés. (Mc 1, 8) Le pardon des péchés est un acte de Dieu, toujours offert à tous. Il ne peut devenir efficace que si nous l’accueillons librement.

Compléments

◊ Temps de l’Avent → Deuxième dimanche de l’Avent, année B

◊ Accueil sur mon blog → Avent : Bonne Nouvelle qui nous entraîne vers une naissance.

◊ Archives →    Deuxième semaine de l’Avent, année B

Liens externes

◊ Catéchèse → Deuxième dimanche de l’Avent, année B (Mc 1, 1-8)

Préparez le chemin du Seigneur

Image de prévisualisation YouTube

Publié dans Catéchèse, Temps de l'Avent | Pas de Commentaire »

Contre la pauvreté je choisis de veiller

Posté par diaconos le 21 novembre 2014

Le Seigneur vient ! L’Avent est le début d’une longue marche, celle d’une année liturgique et les mots du psaume le souligne : "Nous irons à la maison du Seigneur. Maintenant notre marche prend fin devant tes portes Jérusalem" ( Ps 121, 1b-2) Jérusalem représente ici le Royaume de Dieu vers lequel nous allons. Cette année nous lirons chaque dimanche un passage de l’Évangile de Matthieu.  Nous entrons aujourd’hui dans ce temps de l’Avent. Ce mot vient du latin adventum, qui signifie "avènement - arrivée". C’est le premier mot de l’Évangile selon saint Matthieu. Jésus ne se présente pas à nous comme un homme du passé mais comme un homme de l’avenir. Il parle de sa venue, de son avènement comme un événement qui va arriver.

Le Seigneur vient !
L’Avent est le début d’une longue marche, celle d’une année liturgique et les mots du psaume le souligne : « Nous irons à la maison du Seigneur. Maintenant notre marche prend fin devant tes portes Jérusalem » ( Ps 121, 1b-2) Jérusalem représente ici le Royaume de Dieu vers lequel nous allons. Cette année nous lirons chaque dimanche un passage de l’Évangile de Matthieu. Nous entrons aujourd’hui dans ce temps de l’Avent. Ce mot vient du latin adventum, qui signifie « avènement – arrivée ». C’est le premier mot de l’Évangile selon saint Matthieu. Jésus ne se présente pas à nous comme un homme du passé mais comme un homme de l’avenir. Il parle de sa venue, de son avènement comme un événement qui va arriver.

Veiller, être vigilant… un sénior sur cinq, plus d’une famille monoparentale  sur trois vivent dans la pauvreté. Nous ne pouvons pas fermer les yeux sur cette situation. Nous pouvons pas nous habituer à ces inégalités. Mais  nous devons faire quelque chose. Voir cette misère dans mon village, ma ville et peut-être même dans la rue où  j’habite, la dénoncer, c’est ce travail de veille active auquel Église nous invite en cette première semaine de l’Avent en écho à l’évangile. Sur ta couronne de l’Avent, en ce premier dimanche de ce temps, allume une bougie qui symbolisera notre action de veiller.

Source de l’image → Premier Dimanche de l’Avent

En préparant la venue du Christ, soyons confiants en la bonté de Dieu, jamais rebuté par nos fautes. Que la foi éclaire notre vie. En ce temps de l’Avent restons éveillés et actifs au service de Dieu.

Nos fautes semblent élever une barrière entre Dieu et nous, mais le prophète Isaïe nous dit que rien n’arrête la bonté de notre Père :  » Tu viens à la rencontre de celui qui pratique la justice avec joie et qui se souvient de toi en suivant ton chemin. »  (Is 64,5)

Dieu est notre Père, nous sommes l’argile et il est le potier. Nous sommes tous faits de la même terre, tous différents, mais tous faits de la même pâte où s’enracine la dignité humaine. Le potier est fidèle. Il n’abandonne pa son ouvrage en cours de réalisation.  Dieu est fidèle, par qui vous avez été appelés à la communion de son Fils Jésus-Christ notre Seigneur. (1 Co, 9) Il est fidèle à sa promesse et cette promesse nous donne l’espérance. Nous avons reçu  la lumière de la foi. Elle doit nous éclairer durant ces semaines de l’Avent à préparer la venue du fils de Dieu.

Le potier est vigilant. Pas un instant, il ne quitte son œuvre des yeux, sinon tout irait de travers et son oeuvre ne ressemblerait à rien. Choisissons d’oser regarder en face la misère et les injustices que nous côtoyons. C’est la première forme de solidarité.

Le Christ compare la situation des chrétiens dans le monde  à une veille au cours de la nuit. (Mc 13, 33-37)   De même que nous devons lutter lorsque nous veillons, pour ne pas céder à la tentation de nous endormir, de même nous devons agir contre les ténèbres qui règnent dans notre monde. ces ténèbres nous les connaissons bien : c’est l’engourdissement de notre charité, c’est la somnolence qui guette notre foi bien souvent contestée aujourd’hui, c’est l’attiédissement de notre espérance qui nous fait oublier le retour du Christ

Veiller pendant cet Avent qui commence, c’est prendre les moyens d’alimenter notre foi, de réveiller notre charité, de raviver notre espérance

croix diaconale

BON VENT PENDANT LE TEMPS DE L’AVENT.

MICHEL HOUYOUX, DIACRE PERMANENT

Compléments

◊ Catéchèse → ”Veillez donc, car vous ne savez pas quand le maître de la maison reviendra !” (Mc 13, 35a))

◊  Catéchèse → Catéchèse de l’Avent : La pauvreté nuit gravement à la santé !

◊ Catéchèse → L’Avent est un temps de joie et d’espérance – (Mc 13, 33-37)

◊ Liturgie → Célébration communautaire de l’Avent (1 ) : « Viens, Seigneur Jésus ! Oh oui ! Viens ! »

Liens externes

Jésus Christ est au cœur de l’histoire humaine

Image de prévisualisation YouTube

 

Publié dans Temps de l'Avent | Pas de Commentaire »

Le grand critère du jugement dernier, c’est la foule de petits services que nous aurons rendus.

Posté par diaconos le 19 novembre 2014

Ma royauté ne vient pas de ce monde, dit Jésus dans l’Evangile de Jean. Avec la fête du Christ Roi, terminons le cycle liturgique en acclamant le Christ, Roi de l’Univers, venu rendre témoignage à la vérité. Puisse toute la création, libérer de la servitude, reconnaître sa puissance et le glorifier sans fin.

Ma royauté ne vient pas de ce monde, dit Jésus dans l’Evangile de Jean. Avec la fête du Christ Roi, terminons le cycle liturgique en acclamant le Christ, Roi de l’Univers, venu rendre témoignage à la vérité.
Puisse toute la création, libérer de la servitude, reconnaître sa puissance et le glorifier sans fin.

Ce dernier dimanche ordinaire de l’année liturgique est celui du Christ Roi. Un jour le Christ viendra dans sa gloire pour le jugement du monde. Il est bon que de temps en temps, nous pensions à ce jour et dans notre prière nous pourrions dire à Jésus : « Aide-moi Seigneur à distinguer, dans mon quotidien, ce qui est bagatelle de ce qui est important ! »

Références dans la Bible : Éz 34, 11-12.15-17 ; Ps 22 ; Co 15, 20-26.28 ; Mt 25, 31-46

Le grand critère du jugement dernier

 En cette fête du Christ Roi, nous célébrons la souveraineté du Christ. Il est vraiment Roi, mais pas à la manière des grands de ce monde.

« Quand le Fils de l’homme viendra dans sa gloire et tous les anges avec lui, alors il siègera sur son trône de gloire »  Un jour il viendra dans sa gloire pour le jugement du monde. Il est bon que de temps en temps, nous pensions à ce jour et dans notre prière nous pourrions dire à Jésus : « Aide-moi Seigneur à distinguer, dans mon quotidien, ce qui est bagatelle de ce qui est important ! »

 Oui, frères et sœurs, un jour nous serons tous, devant Jésus, le roi berger, pour être jugés ! Tous, sans exception ! Chrétiens et non-chrétiens, adeptes des autres religions, incroyants, les mystiques et les athées… tous !

 « Alors le Roi dira à ceux qui sont à sa droite : Venez les bénis de mon Père, recevez en héritage le royaume préparé pour vous depuis la création du monde. Car j’avais faim et vous m’avez donné à manger ; j’avais soif et vous m’avez donné à boire ; j’étais un étranger et vous m’avez accueilli ; j’étais nu, et vous m’avez habillé ; j’étais malade et vous m’avez visité ; j’étais en prison et vous êtes venu jusqu’à moi »

C’est donc exclusivement sur l’amour que nous serons jugés et c’est sur un amour très simple que nous le serons : donner à manger, à boire, accueillir, habiller, visiter, soigner. Ainsi nos plus simples gestes d’amour ont une valeur d’éternité.

Nous serons tous jugés sur le même critère, non pas sur le nombre de prières faites, ni sur les actes de cultes accomplis mais, sur l’amour concret que nous aurons manifesté à nos frères et à nos sœurs ! Il ne suffit pas de ne pas faire le mal. Il faut faire le bien. Voici un moyen très simple pour faire beaucoup de bien autour de soi : au lever, posons-nous cette question : « Qui donc, aujourd’hui, attend de moi quelques chose ? »  Agissons ensuite sans tarder !

Jésus est tellement proche des petits, des pauvres, des nécessiteux qu’il s’identifie à eux À travers celui qui est malade, celui qui est en prison, celui qui est exclu et sans ressource, c’est Jésus que  nous accueillons ou que nous rejetons. C’est maintenant que nous accueillons ou que nous refusons d’accueillir le Christ. Dieu n’aura pas à juger les hommes. Ils se seront eux-mêmes jugés tout au long de leur vie en accueillant ou en refusant son Royaume d’amour.

L’enfer c’est le refus absolu de l’Amour : il n’existe que du côté des personnes  qui le créent pour elles-mêmes… .

En résumé,  le grand critère du jugement dernier, c’est la foule de petits services, souvent les plus simples et les plus ordinaires que l’on puisse imaginer :  «Avez-vous été bons à l’égard des malades, des petits, des pauvres, des prisonniers, des affamés ? Avez-vous fait preuve de compassion face aux besoins les plus évidents, les plus quotidiens et les plus ordinaires de vos sœurs et de vos frères ?

C’est bien  peu de choses qui nous est demandé de faire. Un verre d’eau à un enfant qui avait soif. Une visite à une personne seule qui s’ennuyait et qui souffrait à la maison ou sur un lit d’hôpital. Parfois de la nourriture ou quelques vêtements rassemblés pour une famille dans le besoin. Passons-nous notre vie sans les voir ? Sommes-nous  inconscients des nombreux manques d’estime, d’affection, de biens matériels des gens qui vivent autour de nous ? Vivons-nous uniquement pour nous-mêmes sans nous rendre compte que les autres existent tout près de nous et manquent souvent de l’essentiel de ce qui fait la beauté et la qualité d’une vie ? Quelle sensibilité avons-nous à la tristesse, à la solitude et aux besoins matériels des autres. Dans l’Eucharistie que nous célébrons chaque dimanche, apprenons à reconnaître le Christ dans la Parole et le Pain de Vie.

Apprenons aussi à le reconnaître dans les pauvres. C’est vers eux que nous sommes renvoyés si nous voulons le rencontrer. Voilà le chemin royal  qui nous conduit jusqu’au Roi de miséricorde : les pauvres, les petits, les rejetés, les exclus… .

 C’est d’abord et avant tout à partir de nos  œuvres de miséricorde  envers les malheureux que le Seigneur nous accueillera ou non dans son Royaume.  Et alors, justement, il nous fera miséricorde  pour toutes les  pauvretés, les misères de notre vie.

Michel Houyoux,  diacre permanent.

Compléments

◊   Solennité du Christ-Roi de l’Univers     →   Le Christ embrasse et sauve tout l’Univers

◊ Assemblée dominicale animée par des laïcs → Solennité du Christ, Roi de l’Univers, année A

 Homélie du Père Joseph Grollier : Jésus Christ Roi de l’Univers

Image de prévisualisation YouTube

Publié dans A.D.A.L., fêtes religieuses, homélies particulières, Liturgie | Pas de Commentaire »

12
 

Salem alikoum |
Eazy Islam |
Josue |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | AEP Gresivaudan 4ieme 2007-08
| Une Paroisse virtuelle en F...
| VIENS ECOUTE ET VOIS