Maudit soit l’homme dont son coeur se détourne du Seigneur (Jr 17,5c)

Posté par diaconos le 5 mars 2015

La vraie source d'espérance : heureux celui qui met sa confiance dans le Seigneur et dont le Seigneur est l'espérance.

La vraie source d’espérance : heureux celui qui met sa confiance dans le Seigneur et dont le Seigneur est l’espérance.

Du livre de Jérémie au chapitre dix-sept

05 Ainsi parle le Seigneur : Maudit soit l’homme qui met sa foi dans un mortel, qui s’appuie sur un être de chair, tandis que son cœur se détourne du Seigneur.
06 Il sera comme un buisson sur une terre désolée, il ne verra pas venir le bonheur. Il aura pour demeure les lieux arides du désert, une terre salée, inhabitable.
07 Béni soit l’homme qui met sa foi dans le Seigneur, dont le Seigneur est la confiance.
08 Il sera comme un arbre, planté près des eaux, qui pousse, vers le courant, ses racines. Il ne craint pas quand vient la chaleur : son feuillage reste vert. L’année de la sécheresse, il est sans inquiétude : il ne manque pas de porter du fruit.
09 Rien n’est plus faux que le cœur de l’homme, il est incurable. Qui peut le connaître ?
10 Moi, le Seigneur, qui pénètre les cœurs et qui scrute les reins, afin de rendre à chacun selon sa conduite, selon le fruit de ses actes.

« Copyright AELF – Paris – 1980 – Tous droits réservés ».

La confiance en l’homme et aux moyens humains, au lieu de la confiance en Dieu seul est l’une des causes de la ruine de Juda, déporté à Babylone à cause de ses péchés. Cet homme sera puni par 0ù il a péché (VV 5-6) Ces paroles bien que dures sont pourtant vraies : toute personne qui s’appuie uniquement sur ce qui vient de l’homme se détourne peu à peu de Dieu et fera son malheur, comme le mauvais riche dans la parabole du mauvais riche et du pauvre Lazare, rapportée par Luc dans son évangile au chapitre seize. Dans ce récit, Jésus avertit les égoïstes de ce monde, ceux qui ont pour dieu leur ventre, ceux qui mettent leur gloire dans ce qui fait leur honte, ceux qui ne pensent qu’aux choses de la terre, indifférents à la misère qui les entoure et qui parfois les implore. Le riche de la parabole a cédé à la tentation de la richesse sans se soucier  de ce malheureux Lazare couché sur le seuil de sa porte.

L’homme qui ne met pas sa confiance en Dieu sera comme un buisson sur une terre désolée, et ne connaitra pas le bonheur (v 6). Nous peinons à imaginer le vide de l’homme sans Dieu mais nous devons accepter la révélation de Dieu, lui-même, qui nous le dit :  « Béni soit l’homme qui met sa foi dans le Seigneur » (v 7a) : c’est la contrepartie. Dieu veut la vie, il veut notre bonheur. « Ne vous laissez pas voler l’espérance » (Pape François). Sans espérance, nous fermons l’avenir et il n’est plus possible de créer la nouveauté de Dieu dans nos vies. L’humanité se dénature et perd le goût du vrai bonheur. C’est un travail de chaque jour de vérité et d’humilité.

Toute personne qui mettra sa confiance dans le Seigneur sera comme un arbre, planté près des eaux, qui pousse, vers le courant, ses racines., son feuillage reste vert et il ne manquera pas de porter du fruit.  ( v 8) Le juste est comparable à un arbre fruitier qui donnera des fruits savoureux. Ma vie est-elle ainsi ? Rappelle-toi l’avertissement de Jésus : « Tout arbre qui ne produit pas de bons fruits sera coupé et jeté au feu. « 

« Rien n’est plus faux que le cœur de l’homme, il est incurable. Qui peut le connaître ? Moi, le Seigneur, qui pénètre les cœurs et qui scrute les reins, afin de rendre à chacun selon sa conduite, selon le fruit de ses actes.  (vv 9-10) Seigneur, sauve-moi puisque Tu me connais. je n’en sortirai pas tout seul. Dieu   rendra à chacun selon sa conduite, selon le fruit de ses actes. Comme nous sommes loin, comme je suis loin de prendre ainsi le temps de cette vie au sérieux, figé dans le bilan quotidien de ce que j’en fais, au lieu d’avoir regard, espérance et comportement en fonction du Dieu qui veut nous sauver.

Le pauvre Lazare et l’homme riche

Cette histoire racontée par Luc au chapitre seize (Lc 16, 19-31), nous parle du fossé qui sépare les riches des pauvres. Les personnes qui  acceptent cette situation se retrouveront à jamais de l’autre côté.  Les riches qui restent sourds à la détresse  resteront enfermés sur eux-mêmes et les pauvres franchiront les portes de la vraie vie, celle du Paradis. Un abîme sépare le riche dans sa fournaise (en Enfer)  de Lazare. Cet abîme, c’est le riche lui-même qui l’a creusé au cours de sa vie, alors qu’aveuglé par sa richesse il n’avait pas remarqué à sa porte le pauvre qui souffrait. Personne ne l’avait-il  averti des conséquences de son insouciance ?  L’Évangile ne dit pas quel péché a condamné le riche à l’Enfer. Son péché, c’était de ne pas voir Lazare couché devant sa porte. C’est la perversion de son esprit qui l’a conduit en Enfer et particulièrement lorsqu’elle lui inspirait haine et mépris pour  toutes les personnes qui réclamaient les exigences de la justice, telles que Moïse et les prophètes.

 Les “Lazare” de notre époque sont une multitude ; ils s’appellent le quart-monde. Les pays les plus puissants et les minorités privilégiées se sont emparés de la table à laquelle tous avaient droit : les industries nationales et les sources d’emploi sont systématiquement détruites par la mondialisation des échanges commerciaux  affranchis de toute morale sociale, par  la délocalisation  d’entreprises vers des pays où les salaires accordés aux travailleurs sont scandaleusement bas. Conséquence de cette politique : Ils sont des centaines de millions de “Lazare” qui s’enfoncent dans la désocialisation jusqu’à ce qu’ils meurent de misère, ou par la violence née d’une vie déshumanisée : actions terroristes, assassinats, carjacking, enlèvements, attaques à main armée… Les “Lazare” de nos grandes villes vivent dans   les couloirs de nos métros, des maisons insalubres, des abris de fortune et dans les pires des cas parmi les décombres et les immondices : ils deviennent des prostitués, des pickpockets…, jusqu’à qu’une mort prématurée leur permettent de trouver quelqu’un qui les aime, en compagnie d’Abraham et des anges. Cette parabole nous rappelle les exigences de l’amour du prochain.

Il  n’y a qu’un seul commandement nous dit le Christ. : Je vous donne un commandement nouveau, je vous demande de vous aimer comme moi je vous ai aimés. Cette parabole nous enseigne aussi l’importance unique de la Parole de Dieu.  Seule cette Parole pouvait convertir les frères du riche et les sauver. Ne restons pas aveuglés par nos richesses : richesses matérielles, culturelles, de nos amis ou relations, spirituelles, alors que nous croisons tant de pauvres dans la rue ! Lazare dans notre monde, aujourd’hui, c’est plus de soixante-dix pour cent de l’humanité qui sont couchés sur le seuil de notre porte.  Malédiction aux personnes qui, à un moment de prospérité, se contentent de vivre dans le luxe sans se soucier du sort des plus pauvres. La richesse insolente des uns est une insulte à l’égard des  gens qui sont obligés de compter sans cesse pour vivre ou qui sombrent chaque jour, un peu plus dans la misère et le manque de nécessaire. Sur ce fond de disparités sociales, cette parabole de l’évangile annonce un renversement  de situation dans l’au-delà. Cette révélation mérite notre extrême attention : ce que nous vivons aujourd’hui aura un retentissement éternel.

Pendant ce Carême, aide-mois Seigneur à m’appuyer davantage sur toi.

Lien externe

◊  Sans espérance, nous fermons l’avenir →    L’Espérance de Marthe nous stimule

Publié dans Ancien testament, Carême, comportements, Méditation | Pas de Commentaire »

Le plus grand est celui qui se fait serviteur

Posté par diaconos le 3 mars 2015

Si la possession du pouvoir conduit les chefs des nations, les chefs d'entreprises et autres à commander en maîtres, pour qui veut être disciple du Christ la grandeur s'acquiert par sa capacité à servir. Si Jésus est le Maître, c'est comme serviteur du projet de Dieu pour nous et et serviteur de ses frères jusqu'à mourir pour eux qu'il l'est devenu. (Mc 10, 43-45)

Si la possession du pouvoir conduit les chefs des nations, les chefs d’entreprises et autres à commander en maîtres, pour qui veut être disciple du Christ la grandeur s’acquiert par sa capacité à servir. Si Jésus est le Maître, c’est comme serviteur du projet de Dieu pour nous et et serviteur de ses frères jusqu’à mourir pour eux qu’il l’est devenu. (Mc 10, 43-45)

Parfois dans nos communautés, parce que nous agissons, nous attendons la reconnaissance des autres voir leur admiration. Pourtant Jésus nous rappelle que notre tâche est le service : « Quiconque veut être grand parmi vous sera votre serviteur.

Quiconque veut être le premier parmi vous sera l’esclave de tous. Car le Fils de l’homme est venu, non pour être servi, mais pour servir et donner sa vie en rançon pour beaucoup. » (Mc 9,35) .

Image de Jean-François KIEFFER: diacre du diocèse de verdun.

Il nous invite à quitter la spirale incessante de la reconnaissance, de faire taire en nous tous nos égocentrismes… pour simplement humblement, accepter de servir comme Lui : « Je suis au milieu de vous comme celui qui sert.  » (Lc 22,27)

Retrouvons les petits gestes du service et de l’hospitalité sans calcul. Retrouvons ces petits gestes que nous admirons tant dans certaines cultures et dans certaines familles.

Autour de nous, là où nous vivons, retrouvons ces petites attentions, ces regards emprunts d’humilité et de bienveillance, cette écoute respectueuse…, en bref, tout ce qui fait exister l’autre !

Vous avez seulement besoin d’un cœur plein de grâce, une âme générée par l’amour pour  être ce serviteur.

  • Martin Luther King a su, avec sa communauté, par les sacrifices et en prêchant la NON VIOLENCE, qu’il apprendra du Christ, apporter et
    Accomplissons les tâches qui nous incombent à l'image du Christ Serviteur.

    Accomplissons les tâches qui nous incombent à l’image du Christ Serviteur.

    rappeler à l’Humanité et à la communauté noire des USA, la dignité et la place qu’elle doit légitimement avoir !  il l’a payé de sa vie, et cela doit nous rappeler tous les jours, la folie du racisme, de la ségrégation, de la haine et de la violence contre l’autre.

  • Les frères du monastère de Tibhirine, en Algérie, offraient chaque jour ces gestes : frère Luc, par son travail de médecin disait volontiers : « Ici, je soigne même le diable ». Frère Amédée avait le souci d’accueillir comme portier à longueur de journée les personnes qui demandaient de l’aide et Père Christophe, par son travail dans les champs avec les associés de sa communauté.
  • Partout dans le monde, des milliers de gens « lavent » les pieds de leurs frères….  dans les décharges du Brésil, les bourgs de Calcutta, les routes où meurent des réfugiés affamés et dans tous les hôpitaux. Que notre vie, comme Lui, soit service et partage.

Liens externes

◊ Les frères du monastère de Tibhirine

Image de prévisualisation YouTube

◊ Vie de prière et de service

Publié dans Carême, Disciples de Jésus, Méditation, Messages | Pas de Commentaire »

Prière et confession de Daniel (Dn 9, 1-19)

Posté par diaconos le 2 mars 2015

Du livre du prophète Daniel au chapitre neuf

Je fis au Seigneur mon Dieu cette prière et cette confession : « Ah ! toi Seigneur, le Dieu grand et redoutable, qui garde alliance et fidélité à ceux qui l’aiment et qui observent ses commandements, nous avons péché, nous avons commis l’iniquité, nous avons fait le mal, nous avons été rebelles, nous nous sommes détournés de tes commandements et de tes ordonnances.
Nous n’avons pas écouté tes serviteurs les prophètes, qui ont parlé en ton nom à nos rois, à nos princes, à nos pères, à tout le peuple du pays. À toi, Seigneur, la justice ; à nous la honte au visage, comme on le voit aujourd’hui pour les gens de Juda, pour les habitants de Jérusalem et de tout Israël, pour ceux qui sont près et pour ceux qui sont loin, dans tous les pays où tu les as chassés, à cause des infidélités qu’ils ont commises envers toi.
Seigneur, à nous la honte au visage, à nos rois, à nos princes, à nos pères, parce que nous avons péché contre toi. Au Seigneur notre Dieu, la miséricorde et le pardon, car nous nous sommes révoltés contre lui, nous n’avons pas écouté la voix du Seigneur, notre Dieu, car nous n’avons pas suivi les lois qu’il nous proposait par ses serviteurs les prophètes. » (Dn 9, 4-10)

« Copyright AELF – Paris – 1980 – Tous droits réservés ».

♦.

Lors de la première année du règne de Darius, fils d’Artaxerxès, Daniel qui éait un homme pieux étudiant les écritures, s’intéressait particulièrement à la prophétie de Jérémie concernant les septante années de l’exil des Juifs à Babylone. Sa prière s’appuie ici toute entière sur la miséricorde de Dieu. C’est ce qui nous permet de ne pas perdre coeur quand nous pensons à nos péchés.

Il médita la parole de Dieu en lisant la Bible. Il fit ce que Dieu avait dit à Josué : « Que ce livre de la loi ne s’éloigne point de ta bouche, et médite-le jour et nuit pour t’appliquer à faire tout ce qui y est écrit, et alors tu prospéreras dans tes voies et tu réussiras. » (Jos 1, 8)  Il découvrit  en étudiant le livre de Jérémie  que la la fin de l’Exil serait proche. Il pria avec ferveur pour que cette prophétie se réalisa au plus vite.

 il s’adressa au Seigneur avec humilité :  « Ah ! toi Seigneur, le Dieu grand et redoutable, qui garde alliance et fidélité à ceux qui l’aiment et qui observent ses commandements, nous avons péché, nous avons commis l’iniquité, nous avons fait le mal, nous avons été rebelles, nous nous sommes détournés de tes commandements et de tes ordonnances. » C’est la première pensée qui devrait introduire notre prière : la grandeur, la perfection et la sainteté de Dieu.

Nous avons péché, nous nous sommes détournés de tes commandements. Nous avons fait le mal, le contraire de la perfection, le contraire de Dieu, l’égoïsme au lieu de l’amour, la saleté au lieu de la beauté ! En pensant, en ces jours de Carême, à nos péchés habituels esayons de comprendre comment ils sont un mal,  un manque. Essayons de voir comment, si je faisais le contraire, ce serait mieux.

Nous n’avons pas écouté tes serviteurs les prophètes et tous ceux qui ont parlé en ton nom… Cette prière pénitentielle de Daniel est très juste car elle s’adresse à Dieu dans une perspective communautaire  : « à nous la honte au visage parce que nous avons péché contre toi. »

Aide-moi, Seigneur, à m’adresser à Toi au nom de tous mes frères. Nous avons péché… Je suis donc solidaire des péchés des autres. Quand, en ces jours de Carême, je prononce des prières de pénitence, c’est pour les autres aussi que je prie car nous avons tous péché. Ainsi donc quand je prie seul à seul avec Toi, je prie aussi pour les autres. Je te prie, Seigneur, pour tous les pêcheurs, dont je suis : Saine Marie, mère de Dieu, priez pour nous pauvres pécheurs, maintenant et à l’heure de notre mort.

Au Seigneur notre Dieu, la miséricorde et le pardon. pour tes nombreux pardons tombés sur mes faiblesses, sois béni. La grandeur de Dieu, sa sainteté, son infini s’appliquent aussi à sa miséricorde.

Un jour Jésus disait à ses disciples : « Soyez miséricordieux comme votre Père est miséricordieux. Ne jugez pas, et vous ne serez pas jugés ; ne condamnez pas, et vous ne serez pas condamnés. Pardonnez, et vous serez pardonnés. Donnez, et l’on vous donnera : c’est une mesure bien pleine, tassée, secouée, débordante, qui sera versée dans le pan de votre vêtement ; car la mesure dont vous vous servez pour les autres servira de mesure aussi pour vous. » (Lc 6, 36-38)    « Copyright AELF – Paris – 1980 – Tous droits réservés ».

Ces lignes de l’évangile selon Luc sont une gifle pour notre amour intéressé. De fait, savons-nous aimer.donner, pardonner sans espoir de retour ?Ne faisons-nous pas comme tout le monde : « Il ne faut pas être poire… »  Alors que Jésus, le fils de Dieu a aimé, a pardonné, s’est livré et est mort pour les ingrats que nous sommes, osons faire partie de ses vrais disciples  en nous aimant les uns et les autres comme il nous a aimés.

 Lien externe

Image de prévisualisation YouTube

 

Publié dans Carême, Méditation, Prières | Pas de Commentaire »

1234
 

Salem alikoum |
Eazy Islam |
Josue |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | AEP Gresivaudan 4ieme 2007-08
| Une Paroisse virtuelle en F...
| VIENS ECOUTE ET VOIS