• Accueil
  • > Archives pour septembre 2015

Le sang innocent répandu crie vers le ciel, siège du juge suprême.

Posté par diaconos le 22 septembre 2015

Caïn, qu’as-tu fait de ton frère ? La voix du sang de ton frère crie de la terre jusqu’à moi. Maintenant tu es maudit de la terre, qui a ouvert sa bouche pour recevoir de ta main le sang de ton frère. Quand tu cultiveras la terre, elle ne donnera plus ses fruits ; tu seras errant et fugitif sur la terre. (Genèse 4, 10)

Depuis cette première faute, un déferlement du péché envahit le monde entier : l’assassinat d’Abel par son frère Caïn en est un exemple parmi d’autres. Ce premier meurtre est présenté avec une éloquence singulière dans une page du livre de la Genèse (Gn 4, 1-8),  une page réécrite chaque jour dans le livre de l’histoire des peuples, sans trêve et d’une manière répétée qui est dégradante. Le livre de la Genèse nous donne quelques détails permettant de comprendre le cheminement de Caïn sur le chemin de la perdition : Caïn et Abel étaient enfants d’Adam et d’Ève. Le premier  cultivait la terre et son frère était berger. Après un certain temps, Caïn offrit au Seigneur des produits de sa récolte  et Abel, de son côté, présenta les premiers-nés de son troupeau, en offrant les meilleurs morceaux. (Gn 4, 4b) Lorsque que Caïn vit l’offrande d’Abel acceptée par Dieu, il s’irrita. Son dépit naquit donc de la jalousie ; cette douleur-là est ce que saint Paul appelle : « La contrariété engendrée par le monde ne produit que la mort. » (2 Co  7, 10) Le texte biblique ne révèle pas le motif pour lequel Dieu préféra le sacrifice d’Abel à celui de Caïn ; mais il montre clairement que, tout en préférant le don d’Abel, il resta en  dialogue avec Caïn. Il l’avertit en lui rappelant sa liberté face au mal : l’homme, créé à l’image de Dieu, n’est en rien prédestiné au mal.

Les mauvaises dispositions de son cœur ne se manifestèrent que par l’abattement  qui se peignit sur son visage, mais cet abattement était le signe  de mauvaises intentions. Ici encore, comme après la chute du couple Adam et Ève, Dieu, ayant remarqué son irritation ne laissa pas le pécheur à lui-même ; il consentit à lui parler pour le rendre conscient de sa faute et l’empêcher de descendre plus loin dans le mal. Mais Caïn ne réagit pas à cet appel. Caïn ne tint pas compte de l’avertissement de Dieu, et au lieu de renoncer à son projet, il entraîna son frère à l’écart pour le tuer… La jalousie et la colère l’emportèrent sur l’avertissement du Seigneur, et c’est pourquoi Caïn se jeta sur son frère et le tua. Le livre de la Genèse dans le récit du meurtre d’Abel par son frère Caïn, révèle, dès les débuts de l’histoire humaine, la présence dans l’homme de la colère et de la convoitise, conséquences du péché originel. L’homme est devenu l’ennemi de son semblable.

Pourtant, si Caïn avait renoncé à sa jalousie et à son irritation, il aurait été pardonné par Dieu. Caïn ayant refusé d’atténuer son crime en l’avouant, l’interrogatoire fit place à la sentence. Le Seigneur dit à Caïn :  » Qu’as-tu fait ? La voix du sang de ton frère crie de la terre vers moi ! Maintenant donc, sois maudit et chassé loin de cette terre qui a ouvert la bouche pour boire le sang de ton frère, versé par ta main.  Tu auras beau cultiver la terre, elle ne produira plus rien pour toi. Tu seras un errant, un vagabond à travers le monde. Maintenant donc, sois maudit !  » (Gn 4, 10-13a),  Qu’as-tu fait ? Question indignée qui n’attend aucune réponse ; elle a pour but de faire rentrer Caïn en lui-même. Aucun témoin ne vit le meurtre, Caïn crut pouvoir le cacher en le niant ; il dut se convaincre avec effroi de la toute-puissance de Dieu et de sa toute-présence. Le sang innocent répandu cria vers le ciel, siège du juge suprême, jusqu’à ce qu’il fût vengé. À l’aggravation de la faute correspondit celle de la peine : ce n’était plus comme pour Adam, la terre qui devint maudite à cause de sa faute, mais Caïn lui-même fut maudit. Dieu voulut dès le premier meurtre couper court à la vengeance individuelle. Le meurtrier fut condamné à quitter la contrée où il avait vécu jusqu’alors tout en sachant qu’en  plus où qu’il aille, il ne trouvera jamais la paix, ni le fruit de son travail.

 À la base de toute violence contre autrui, il y a le fait de céder à la tentation  du démon, c’est-à-dire de celui qui était homicide dès le commencement. Depuis le commencement du monde, le démon a été homicide parce que la vérité n’était pas en lui et il ne s’est jamais maintenu dans la vérité. C’est un menteur et père du mensonge, le mensonge lui vient tout naturellement. L’Écriture atteste l’influence néfaste de celui que Jésus appela « l’homicide de l’origine. » (Jn 8, 44). Le démon essaya même de détourner Jésus de la mission reçue du Père. (Mt 4, 1-11). La plus grave en conséquence des œuvres du démon est la séduction mensongère qui nous induit à désobéir à Dieu. Le démon peut se servir de nous, à notre insu, pour faire son œuvre de destruction, de division : une parole désagréable peut faire mal, un geste non contrôlé peut provoquer de la violence, des blessures et même la mort. Notre cœur est le réceptacle d’un grand combat qu’il est bon de mesurer.

Nous devons nous aimer les uns les autres, c’est le message que nous avons reçu et entendu dès le commencement loin d’imiter Caïn qui appartenait au démon et qui égorgea son frère » (1 Jn 3,11-12). Ainsi, le meurtre du frère à l’aube de l’histoire donne un triste témoignage de la manière dont le mal progresse avec une rapidité impressionnante : à la révolte de l’homme contre Dieu au paradis terrestre s’ajoute la lutte mortelle de l’homme contre l’homme.

Chaque jour, nous recevons  des milliers de migrants, victimes de la guerre. Quel accueil feras-tu à ces gens ayant tout perdu ? Face à l’égoïsme de certains et à ,l’indifférence d’autres personnes, nous avons, et c’est heureux, des personnes qui accueillent, ici et là, des familles de migrants et ce sans faire le choix de leur race ou religion.

En Irak, les chrétiens et les yézidis sont les plus vulnérables car ils ne peuvent aller nulle part ailleurs, ayant été chassés de leurs terres ancestrales.  Ils ont besoin de paternité, de soutien et d’aide. Les chrétiens, mais aussi l’Occident et l’Europe doivent exercer cette paternité. Il faut rompre cette indifférence qui fait que le budget du Haut-commissariat aux Réfugiés de l’Onu (UNHCR) a été diminué de moitié. Lors de leur voyage en Irak, trois évêques ont été confrontés à des réfugiés chrétiens souhaitant partir à tout prix et à leurs responsables religieux qui tentent de préserver une présence dans ce pays. Les chrétiens ne seraient plus que 400 000 aujourd’hui en Irak contre un million en l’an 2000.

Liens externes

◊ De Zénit.org →  Irak : mission de solidarité des évêques belges

◊  L’émotion de trois évêques belges lors d’une mission en Irak →   flandreinfo.be video

Publié dans comportements, Histoire, Messages | Pas de Commentaire »

a.d.a.l. pour le vingt-septième dimanche du temps ordinaire de l’année B

Posté par diaconos le 21 septembre 2015

27me dimanche du temps ordinaire

Références bibliques : Gn 2, 18-24 ; ps 117 ; He 2, 9-11 ; Mc 2-16

Liturgie de la parole animée par des laïcs

Rappel  : Il ne peut y avoir d’assemblée sans prêtre dans l’église où est célébrée la messe le même dimanche ( y compris le samedi soir) ! L’assemblée dominicale est  animée par une équipe de laïcs en lien avec le prêtre chargé de la paroisse.

Aujourd'hui, les textes liturgiques nous proposent la méditation de l'amour infini de Dieu, depuis notre origine (première lecture) jusqu'au terme de notre vie (Évangile). Entre ces deux moments, durant toute notre vie, nous sommes faits pour aimer, à la manière de Jésus qui nous appelle ses frères (deuxième lecture) et nous donne sa grâce pour le suivre. Marchons donc selon ses voies et nous serons heureux (Psaume 127).  En ce dimanche, tout nous invite à examiner nos relations, à corriger, en cas de besoin,  les partenariats entre hommes et femmes, à réviser nos compromissions concernant l'amour conjugal, à redonner leurs lettres de noblesse au corps, à l'affectivité, à la tendresse comme expressions de l'amour selon le dessein originel de Dieu.

Aujourd’hui, les textes liturgiques nous proposent la méditation de l’amour infini de Dieu, depuis notre origine (première lecture) jusqu’au terme de notre vie (Évangile). Entre ces deux moments, durant toute notre vie, nous sommes faits pour aimer, à la manière de Jésus qui nous appelle ses frères (deuxième lecture) et nous donne sa grâce pour le suivre. Marchons donc selon ses voies et nous serons heureux (Psaume 127).
En ce dimanche, tout nous invite à examiner nos relations, à corriger, en cas de besoin, les partenariats entre hommes et femmes, à réviser nos compromissions concernant l’amour conjugal, à redonner leurs lettres de noblesse au corps, à l’affectivité, à la tendresse comme expressions de l’amour selon le dessein originel de Dieu.

Chant d’entrée

(Suggestion) : Foyer d’amour (O 17-26) ; Pour une alliance avec toi (O 57) ; Que tes œuvres sont belles (A 219)) ; C’est toi Seigneur qui nous as choisis (A 128) ; ou un autre de votre répertoire.

Animateur de la célébration : Au nom du Père et du Fils et du Saint- Esprit.      Tous : Amen

Animateur de la célébration : Au commencement comme au terme de notre vie, il y a l’Amour. Il y a Dieu, source d’amour et de vie. Les textes choisis pour cette liturgie de la Parole nous en proposent la méditation depuis notre origine jusqu’à le Royaume des cieux, notre destinée. Pour y arriver, Jésus nous rappelle la nécessité d’être comme un enfant pour rejoindre le Père. Entre les deux, durant toute notre vie, nous sommes faits pour aimer à la manière du Christ qui nous appelle ses amis.  Que Dieu notre Père et Jésus Christ notre Seigneur nous donnent las. grâce et la paix.

Tous : Béni soit Dieu maintenant et toujours !

Animateur de la célébration :  Nos familles ne sont pas toujours ce qu’elles devraient être…

 Un membre de l’équipe liturgique :

     – Toi qui as traversé toutes les épreuves. Seigneur, prends pitié de nous. (Chant Kyrie eleison ou autre)

  – Toi qui es venu guider nos pas sur le chemin de l’amour. Seigneur, prends pitié de nous. (Chant Kyrie eleison ou autre)

- Toi qui es venu partager notre vie d’hommes.  Prends pitié de nous, Seigneur. (Chant Kyrie eleison ou autre)

Animateur de la célébration : Que Dieu tout-puissant nous fasse miséricorde, qu’il nous renouvelle dans notre relation aux autres, qu’il nous conduise à la vie éternelle.

Tous : AMEN !

* On pourrait réserver le Gloire à Dieu pour les jours de fête… car il n’est pas opportun de chanter régulièrement le « gloire à Dieu »  dans une Adal car cet hymne est très liée à la célébration eucharistique (messe)Gloire à Dieu (Chant de louange)

Gloire à Dieu (Chant de louange)

Animateur de la célébration : Prions le Seigneur. Dans ton amour inépuisable, Dieu éternel et tout puissant, tu combles les personnes qui t’implorent bien au-delà de leurs mérites et de leurs désirs. Toi qui sais mieux que nous ce qu’il nous faut, donne-nous plus que nous n’osons demander. Nous t’en prions par Jésus Christ, ton Fils, notre Seigneur et notre Dieu, qui règne avec toi et le saint Esprit, maintenant et pour les siècles des siècles.

Tous : Amen

LITURGIE DE LA PAROLE

  ◊ Dans une célébration animée par des laïcs, le siège de la présidence ne sera pas occupé !

Un membre de l’équipe liturgique : dans la première lecture, tirée du livre de la Genèse au chapitre deux, son n auteur à trouvé un langage très correct pour nous dire comment expliquer que l’homme et .la femme sont égaux et que le mariage conduit à former de nouvelles cellules familiales. Voici cette célèbre page du récit de la création qui ne manque pas d’humour…

Première lecture par……………………………………………………………. (Gn 2, 18-24)

Animateur de la célébration : le psaume 127  le Seigneur. Avec le psalmiste, chantons l’amour de Dieu plus fort que toutes nos divisions.

 antienne du psaume 127

Le psaume 127 est chanté par la chorale ou lu par……………………………………………

 Un membre de l’équipe liturgique :………………………………………………………………………………….

Dans la deuxième lecture, tirée de la lettre de saint Paul aux Hébreux,  l’apôtre Paul nous conduit à découvrir comment l’abaissement de Jésus, jusque dans la mort a été transformé par Dieu en chemin de lumière pour nous.

Deuxième lecture par…………………………………………….. ………………         (He 2,9-11)

Acclamation par la chorale

Lecteur ou lectrice : Alléluia, Alléluia. Tes paroles, Seigneur, sont pour nous l’esprit et la vie. Tu as les paroles de la vie éternelles. (Jn 6, 63-68)

Reprise de l’acclamation par tous

L’animateur de la célébration dit alors :  De l’Évangile de Jésus Christ selon saint Marc 

Cette personne lit ensuite l’Évangile du jour  à Mc 10, 2-16

♦ Si c’est une personne laïque qui proclame l’Évangile, elle omet la salutation initiale et aussi l’acclamation finale      

Homélie : cliquez ici → Il faut avoir confiance en Dieu, mon enfant. (Mc 10, 2-16)

Animateur de la célébration :   Ensemble proclamons notre foi  (Credo récité ou chanté )

Prière universelle

Animateur de la célébration : dans une prière ouverte à toutes les familles de la terre, tournons-nous vers Dieu avec une confiance d’enfant……

 Intentions présentées par des jeunes…

prière universelle (17ème dimanche ordinaire, année B)

  • Pour les jeunes qui se préparent au mariage…, les couples qui s’efforcent de vivre au quotidien le « oui » de leur mariage et pour les couples qui ont fait le choix de ne pas se marier,  Seigneur, nous te prions ! (chant)
  •   Pour les couples en difficulté, les foyers brisés, les familles divisées ou recomposées, Seigneur, nous te prions ! (chant)
  •  Pour les couples sans enfant, les conjoints qui vivent l’expérience de la séparation ou du veuvage, Seigneur, nous te prions ! (chant)
  • Pour tous les enfants du monde, ceux qui ont la chance de vivre dans un foyer uni, ceux qui souffrent de la désunion de leurs parents, ceux qui n’ont plus de famille, Seigneur, nous te prions ! (chant)
  • Pour ton Église, peuple signe de ton Alliance d’amour et de fidélité, pour notre communauté, toutes nos familles, Seigneur, nous te prions ! (chant)

Animateur de la célébration :  Prions le Seigneur : Dieu créateur et maître de tout, accorde à toutes les personnes que ton Fils n’a pas honte d’appeler ses frères, d’annoncer en paroles et en actes la fidélité sans faille de ton Amour par Jésus Christ, ton Fils, notre Seigneur et notre Dieu, qui  règne avec toi et le saint Esprit, maintenant et pour les siècles des siècles.

Tous : Amen

Action de grâce et le Notre Père

Animateur de la célébration : Frères et sœurs, en ce dimanche le Christ ressuscité se tient au milieu de nous et c’est lui qui inspire notre prière rendons–lui grâce pour son amour et pour sa grâce en chantant…

Chant en l’honneur de Dieu

Suggestion : Que tes œuvres sont belles (A 219) ;  Peuple de prêtres (C 49) ; Terre entière (I 33) ; Peuple de Dieu, marche joyeux ; Chantons à Dieu ce chant nouveau (L 211)  Peuple, criez de joie (M 27) ou un autre chant de votre répertoire.

 Animateur de la célébration :    Il est bon de te louer, Dieu vivant ! Au matin de l’univers, tu fis la terre et tous ses habitants : nous bénissons Celui qui nous donne la vie. (Refrain)

Béni sois-tu O Dieu d'amour. Beni sois-tu pour Jésus Christ. Béni sois-tu, toi qui te souviens de ton alliance. Loué sois-tu pour tout ce que tu rends possible en ce monde, pour le bonheur toujours offert, pour tant de pardons et d’amours restaurés. (Refrain)

Loué sois-tu pour le Fils éternel de ta tendresse ! Tu as conclu avec l’humanité une alliance que rien ne pourra défaire. La passion de ton Fils nous dit ta folie pour les hommes et sa vie rend témoignage à ta fidélité. (Refrain)

C’est par lui, le Fils de l’homme né dans la chair, enfant de notre terre, que tu sauves nos amours atrophiés. C’est en lui, Premier-né du monde nouveau que tu changes nos cours de pierre  et les rends capables d’aimer comme toi seul aimes. Pour lui, en lui et avec lui, nous te bénissons. (Refrain)

Que monte aujourd’hui  vers toi la prière toujours nouvelle, la prière que Jésus lui-même nous a enseignée…

Notre Père…Chanté ou récité.

◊ L’animateur de la célébration introduit ici le signe de paix →   Soyons unis les uns aux autres dans le Christ et partageons la paix qui vient de lui.

La liturgie de la Parole animée par des laïcs s’achève ainsi. On passe ensuite à la prière de conclusion (voir plus loin), à moins que l’on ait prévu une liturgie de communion.

Liturgie de communion  (éventuellement)

Le cadre normal et habituel de la communion doit rester celui d’une célébration eucharistique. Une A.D.A.L. n’est en aucune manière une messe.

La personne qui a été désignée va après  le geste de paix au tabernacle chercher le pain consacré et il l’apporte sur l’autel. Elle s’incline ensuite profondément ou fait une génuflexion. Il est bon de prévoir à ce moment un temps de recueillement qu’on introduira ainsi…

Animateur de la célébration → Recueillons-nous dans le silence. Préparons-nous à accueillir le corps du Christ ; qu’il nous rassemble aussi en un seul corps !

Animateur de la célébration →  Le Christ Jésus nous a livré son corps et chaque messe en fait mémoire. Aujourd’hui, en attente d’une célébration eucharistique, recevons dans la foi le corps du Christ, l’Agneau de Dieu qui enlève le péché du monde.

Heureux les invités au Repas du Seigneur ! … “Saisi de pitié” pour les pécheurs que nous sommes, il est allé jusqu’au bout de l’amour : Voici l’Agneau de Dieu qui enlève le péché du monde.

Tous : Seigneur, je ne suis pas digne de te recevoir, mais, dis seulement une parole et je serai guéri.

Chant pour la communion

Suggestions de Chants pour la communion   Dieu nous invite à son festin (70); Tu es le Dieu fidèle (D 163) ; Pain rompu pour un monde nouveau ( D 283) ; Disciples de Jésus (D 291) ; En marchant vers toi Seigneur (D 380) ; Pain des merveilles (D 203) ; Pour aimer du plus grand amour (D 386) ;  Quel est don ce repas (D228)) ou selon votre répertoire.

Prière après la communion

  Par un membre de l’équipe liturgique………………………………………………………………………………… Dieu notre Père, tu as voulu que l’amour de l’homme et de la femme soit le signe de ton alliance avec nous, cette alliance que Jésus est venu sceller par le don de sa vie. Que ton Esprit nous donne la force de tenir dans la fidélité et l’audace d’accueillir tous les blessés de l’amour, toi le Dieu de l’amour infini, qui est vivant aujourd’hui et pour les siècles des siècles.

Tous : Amen

Suggestion pour le chant final  Peuples de frères (T122) ; Dieu parmi les hommes (E 118) ; Allez dans le monde entier (Z 95-3) ; Envoie tes messagers (881) ; Seigneur, tu nous aimes  (M 25) ; Dieu, nous te louons (981)  ou selon votre répertoire.

Après la prière de conclusion ou après le chant final s’il y en a un,  l’animateur de la célébration ajoute…

Que la joie de notre vie de famille, et que notre foi éclairent aux yeux des personnes que nous rencontrons.  En Jésus,  nous sommes de la même race…
Que Dieu tout-puissant nous bénisse  (Pas de bénédiction à donner ici !) : le Père, le Fils, et le Saint Esprit. Amen !

Décidés à être un plus pur reflet de son amour… Allons, dans la paix du Christ !

Tous :  Nous rendons grâce à Dieu.

Ce texte tient compte des  directives  des évêques des diocèses francophones de notre pays pour les liturgies de la Parole animées par des laïcs (guide liturgique pour les assemblées dominicales   animées par des laïcs aux éditions C.I.P.L. 40, rue  des Prémontrés B 4000 Liège). 

croix diaconale

 

Michel Houyoux, diacre permanent

Compléments

◊ Catéchèse →  « Est-il permis à un mari de renvoyer sa femme ? » (Mc 10,1-12)

◊ Dans la lettre aux Hébreux le grand prêtre est le Sauveur →  L’épître aux Hébreux

Publié dans A.D.A.L., Temps ordinaire | Pas de Commentaire »

La Bible et le téléphone portable

Posté par diaconos le 17 septembre 2015

La Parole de Dieu Une Parole actuelle

La Parole de Dieu Une Parole actuelle

Le Père François Thiry S.J.

propose à votre méditation ce magnifique document.

 

 De Alicia- Musique de Benjamin-Godart- Berceuse

fichier pps La Bible et le téléphone portable

 

Contact

Père François Thiry s. j.

place Nervienne 10 / 8

                                                                                       7000 Mons (Belgique)

◊ téléphone → 0032 65 31 70 46 – Courriel → thiry.fr@skynet.be

vert-rouge-feuille-verte---fleurs-de-printemps_18-6045

 

Merci au Père François Thiry pour son envoi

Avec mes salutations amicales et fraternelles

croix diaconale

 

Michel Houyoux. diacre permanent

Publié dans Accueil sur mon blog, Bible, comportements, Messages | Pas de Commentaire »

Semons le bonheur autour de nous en lieu et place de la violence.

Posté par diaconos le 17 septembre 2015

paix sur Terre

ASBL « Paix sur Terre »
rue des Champs verts, 17
5020 Champlon-Namur (Belgique)

Suite aux violences dans les rues, les quartiers, les écoles , les familles est née l’ASBL « Paix sur terre » il y a treize ans : c’était le premier janvier 2002.

Quels sont les objectifs de notre ASBL ?

Aller à la rencontre des jeunes dans les écoles, les divers mouvements de jeunesse, partout où nous sommes invités, nous parlerons de tous les chemins conduisant à la  violence et proposerons  un message chrétien : semer le bonheur autour de soi en lieu et place de la violence.

Afin de donner de la couleur à leur engagement, l’ASBL « Paix sur terre » avait demandé à un directeur d’une école d’art que les élèves d’année terminale qu’ils dessinent chacun à leur façon la paix. Les travaux des élèves furent superbes et le classement des œuvres fut difficile. Finalement, une jeune fille d’Ottignies (Belgique) reçut le premier prix.

Elle dessina la paix comme étant deux mains, tenant une  colombe (symbole de la paix), dressées vers le ciel. Lorsque le président de l’ASBL lui demanda . « Pourquoi as-tu proposé ton dessin en bleu et en blanc ? » Elle répondit : « Je crois que c’étaient les couleurs des vêtements de la vierge Marie, et qu’elles représenteraient bien la Paix. »

Heureusement surpris par sa réponse, l’ASBL « Paix sur terre » confia son dessin à une petite entreprise qui confectionna 3000 badges ou pins.

L’ASBL propose aux jeunes,  souhaitant de semer le bonheur autour d’eux, en lieu et place de la violence, ce badge pour un euro seulement (1€) et surtout de le porter. Que ce badge soit le signe d’un engagement contre toute forme de violence. 

Qu’il soit le symbole d’un élan de soutien à tous les jeunes participant à cette action : « Moi, à partir d’aujourd’hui , je vais essayer de semer le bonheur autour de moi en lieu et place de la violence. « 

Pour acheter ce badge, on ne demande rien à ses parents, on prendra l’argent dans sa tirelire ou de ses bonbons. Et ça marche du tonnerre.

Pour acquérir ce badge, préciser en le nombre et voir ci-dessous les coordonnées de contact de l’ASBL. Merci déjà.

À ce jour plus de trente-cinq mille jeunes ont acheté ce badge 

et ont décidé de semer le bonheur autour d’eux en lieu et place de la violence. 

Ce petit badge fait encore d’autres heureux… Dans la cours de récréation d’une autre école, lors de la visite d’un membre de l’ASBL, un petit garçon demanda : « Je peux en acheter un de plus ? »  On lui demanda : « Mais pourquoi ? » Et sa réponse fut étonnante :  » Je me dispute souvent avec mon frère et je voudrais bien lui offrir le badge afin de me réconcilier avec lui. »

Depuis lors, ce badge s’appelle…

Badge de la Paix et de la réconciliation

Cette anecdote est, depuis ce jour là, racontée dans toutes les classes où l’ASBL « Paix sur terre » passe. Il est curieux de constater que dans beaucoup de classes visitées, le nombre de badges demandés est supérieur au nombre des élèves.

Voici d’autres exemples

  • À la sortie d’une église, l’abbé Boxus, missionnaire au Guatémala, demanda les documents afin de les traduire en langue espagnole :  » Je suis missionnaire depuis plus de trente ans au Guatémala… et que de violences. » Lui aussi a envoyé des délégués dans les écoles pour proposer ce message : « Sème le bonheur autour de toi en lieu et place de la violence. »
  • À la sortie d’une autre église, c’est une maman qui disait à monsieur Ruidant, président de l’ASBL « Paix sur terre » : « Moi aussi, je voudrais acheter et porter le badge pour dire à mes enfants et petits enfants que moi aussi, je veux semer le bonheur autour de moi…  » Elle avait tout compris cette maman ! Voilà pourquoi les badges sont disponibles dans des églises qui soutiennent l’ASBL « Paix sur terre » ou qui ont accepté la visite de membres de l’ASBL.
  • Dans une autre ville, après la messe dominicale, le docteur Deweer confiait au président de l’ASBL : « Je suis chirurgien et je vais souvent en Afrique pour opérer majoritairement des enfants victime de la violence. Voudriez-vous bien me remettre vos documents ? » Le chirurgien me présenta quelques photos en disant : « Voyez ces enfants, la plupart d’entre-deux ont perdu leurs parents dans des massacres ! »

L’ASBL « Paix sur terre » peut proposer aux adultes,  à la sortie des églises, de prendre le même engagement que les jeunes : « Sème le bonheur autour de toi en lieu et place de la violence. » Signe de ralliement : « le Badge de la Paix et de la réconciliation »

Le moment est venu de proposer aux familles de prendre le même engagement. C’est vrai qu’il existe des frictions dans des familles et que prendre l’engagement de semer le bonheur autour de soi, en lieu et place de violence, serait une bonne chose.

Où en sommes-nous aujourd’hui ?

L’ASBL « Paix sur terre » est bien présente dans les régions francophones de Belgique, tous réseaux d’enseignements confondus, toutes religions confondues y compris islamique. Dans d’autres pays, des personnes souhaiteraient développer un projet semblable : elles peuvent s’adresser à nous (Voir coordonnées ci-dessous).

Afin de vous informer sur la manière dont nous présentons notre projet dans les écoles, voici notre approche…

Nous expliquons aux jeunes les principales formes de violences qu’ils rencontreront autour d’eux. mais aussi d’où partent nos violences et vers qui  vont-elles ? Elles vont vers les « Pas sympas » car ces mots sont souvent utilisés par les jeunes et ils comprennent très bien leur sens.

Par des histoires de jeunes qui ont posé de très beaux gestes dans leur vie, nous les engageons à suivre le même chemin et à suivre l’engagement de semer le bonheur autour d’eux.

Viens alors le moment de parler de ce Jésus, victime de la violence, lui qui donna sa vie pour tous, afin de nous ouvrir les portes du ciel où il nous invite pour un bonheur éternel.

Tout à la fin de la rencontre, nous disons ceci :  » Si il y en a parmi vous qui ont déjà souffert de la violence  ou de tout autre chose, allez confier votre souffrance à quelqu’un que vous aimez bien !

Heureux les artisans de paix,  car ils seront appelés fils de Dieu.

 

Contact

Robert Ruidant, diacre permanent, président de l’ASBL « Paix sur terre »

téléphone : 0032 81 21 00 81  (après 18h00)

Courriel :   annetteroche@skynet.be

Si vous avez déjà souffert de la violence, vous pouvez aussi apporter votre témoignage  en appuyant sur « pas de commentaires » ou « commentaires » en bas de cet article. Merci en précisant comment vous avez été aidé pour retrouver la paix.

images2.jpg

Merci à Monsieur le Diacre Robert Ruidant

  Avec mes salutations amicales et fraternelles

   croix-diaconale4 eucharistie dans HoméliesMichel Houyoux, diacre permanent

 

Courriel → annetteroche@shynet.be

Publié dans Accueil sur mon blog, comportements, Messages, Page jeunesse | Pas de Commentaire »

12
 

Salem alikoum |
Eazy Islam |
Josue |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | AEP Gresivaudan 4ieme 2007-08
| Une Paroisse virtuelle en F...
| VIENS ECOUTE ET VOIS