Pour vivre ensemble, rencontrons-nous !

Posté par diaconos le 14 décembre 2015

Pour que Noël soit une fête non seulement familiale, mais aussi fraternelle, osons la rencontre, ososn abattre les murs de l'indifférence, du repli sur soi, de la peur de l'étranger pour élargir le cercle de notre famille et vivre vraiment ensemble la joie de la Bonne Nouvelle d'un Dieu qui s'est fait homme.

Pour que Noël soit une fête non seulement familiale, mais aussi fraternelle, osons la rencontre, osons abattre les murs de l’indifférence, du repli sur soi, de la peur de l’étranger pour élargir le cercle de notre famille et vivre vraiment ensemble la joie de la Bonne Nouvelle d’un Dieu qui s’est fait homme.

En ces jours-là, Marie se mit en route et se rendit avec empressement vers la région montagneuse, dans une ville de Judée.     Elle entra dans la maison de Zacharie et salua Élisabeth. Or, quand Élisabeth entendit la salutation de Marie, l’enfant tressaillit en elle. Alors, Élisabeth fut remplie d’Esprit Saint, et s’écria d’une voix forte : « Tu es bénie entre toutes les femmes, et le fruit de tes entrailles est béni.
D’où m’est-il donné que la mère de mon Seigneur vienne jusqu’à moi ? Car, lorsque tes paroles de salutation sont parvenues à mes oreilles, l’enfant a tressailli d’allégresse en moi.     Heureuse celle qui a cru à  l’accomplissement des paroles qui lui furent dites de la part du Seigneur. »  (Lc 1, 39-45)

Marie, à l’annonce de la grossesse de sa vieille cousine par l’ange Gabriel (Luc 1, 26-39), se mit en route avec empressement pour être aux côtés d’Élisabeth enceinte de six mois de Jean Baptiste. Quelle fut cette urgence de partir si rapidement ? Se sentit-elle appelée à aller aider sa cousine très âgée ou eut-elle seulement envie d’aller partager sa joie ?

Les deux vraisemblablement. Une rencontre sincère est toujours source de joie. À  peine la salutation de Marie retentit-elle aux oreilles d’Élisabeth que l’enfant qu’elle portait tressaillit de joie en elle. Pour que Noël soit une fête pleinement réussie, osons la rencontre fraternelle, osons dépasser le cadre de la fête familiale, osons pousser les murs pour élargir le cercle de notre famille et vivre ensemble la joie de la Bonne Nouvelle d’un Dieu qui s’est fait homme.

Ce Dieu qui s’est fait homme est le berger, celui qui nous relève et nous permet de reprendre la route et en qui, nous pouvons avoir confiance pour avancer et aller vers les autres. Le service de l’autre, c’est l’essentiel de la foi, c’est par là que nous rencontrerons Dieu : « Quiconque accueille un petit enfant en mon nom, c’est moi qu’il accueille.  » (Mt 18, 5) Remettons cette dimension du service de l’autre à sa place dans notre paroisse, notre famille mais aussi dans notre vie.

Ne tombons pas dans l’indifférence qui humilie, dans l’habitude qui anesthésie l’âme et empêche de découvrir la nouveauté, dans le cynisme destructeur. Ouvrons nos yeux pour voir les misères du monde. Les blessures de tant de frères et de sœurs privés de dignité, et sentons-nous appelés à entendre leur cri qui appelle à l’aide. Que nos mains serrent leurs mains et les attirent vers nous afin qu’ils sentent la chaleur de notre présence, de l’amitié et de la fraternité. Que leur cri devienne le nôtre et qu’ensemble, nous puissions briser la barrière de l’indifférence qui règne en souveraine pour cacher l’hypocrisie et l’égoïsme.                        Pape François, Miséricordiae Vultus, avril 2015

Personne n’est trop petit, trop incompétent pour prétendre ne rien pouvoir changer. Que chacun tel qu’il est, où qu’il vive, se lève et agisse selon ses possibilités pour que le monde change et que l’amour de Dieu advienne partout sur la Terre. Soyons à l’écoute et au service de ces gens qui attendent un regard, un geste, une parole bienveillante afin que la joie de l’amour divin explose et essaime partout.

Pour vivre ensemble, rencontrons-nous ! Pour vivre ensemble, il nous faut comme Marie, quitter notre confort, notre univers connu, pour aller à la rencontre de l’autre, de ses différences, de ses qualités. Durant ce temps de Noël qui arrive, nous sommes invités à rencontrer vraiment les personnes que nous croisons souvent sans les voir.

Compléments

◊ Heureuse celle qui a cru   →   Quatrième dimanche de l’Avent, année C

◊ homélie → Dieu vient nous visiter ! … (Lc 1, 39-45)

◊  Catéchèse → Tu es bénie entre toutes les femmes, et le fruit de tes entrailles est béni. (Lc 1, 42)

Liens externes

◊ Quelles sont les œuvres de miséricorde ? → Questions et réponses – Josémaria Escriva

Ouverture solennelle de l’Année Sainte de la Miséricorde Divine

Image de prévisualisation YouTube

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

 

Salem alikoum |
Eazy Islam |
Josue |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | AEP Gresivaudan 4ieme 2007-08
| Une Paroisse virtuelle en F...
| VIENS ECOUTE ET VOIS