Ouvrons notre coeur aux dimensions universelles du Christ.

Posté par diaconos le 13 avril 2016

Extrait du livre des Actes des Apôtres au chapitre huit

Philippe, l’un des Sept, arriva dans une ville de Samarie, et là il proclamait le Christ. Les foules, d’un même cœur, s’attachaient à ce que disait Philippe

Philippe, l’un des Sept, arriva dans une ville de Samarie,
et là il proclamait le Christ. Les foules, d’un même cœur,
s’attachaient à ce que disait Philippe

Le jour de la mort d’Étienne, éclata une violente persécution contre l’Église de Jérusalem. Tous se dispersèrent dans les campagnes de Judée et de Samarie, à l’exception des Apôtres. Des hommes religieux ensevelirent Étienne et célébrèrent pour lui un grand deuil. Quant à Saul, il ravageait l’Église, il pénétrait dans les maisons, pour en arracher hommes et femmes, et les jeter en prison.

Ceux qui s’étaient dispersés annonçaient la Bonne Nouvelle de la Parole là où ils passaient. C’est ainsi que Philippe, l’un des Sept, arriva dans une ville de Samarie, et là il proclamait le Christ. Les foules, d’un même cœur, s’attachaient à ce que disait Philippe, car elles entendaient parler des signes qu’il accomplissait, ou même les voyaient. Beaucoup de possédés étaient délivrés des esprits impurs, qui sortaient en poussant de grands cris. Beaucoup de paralysés et de boiteux furent guéris. Et il y eut dans cette ville une grande joie. (Ac 8, 1b-8) « Copyright AELF – Paris – 1980 – Tous droits réservés ».

En choisissant sept nouveaux serviteurs de la communauté parmi les chrétiens de langue grecque, l’Église créa un nouveau ministère, le diaconat. Elle manifesta ainsi son ouverture : l’unité ne doit pas porter préjudice à la diversité légitime des chrétiens. Cette ouverture fut capitale : ces sept premiers diacres ne se cantonnèrent pas dans un service matériel mais ouvrirent la communauté en annonçant l’Évangile hors de Jérusalem.

Le jeune diacre Étienne, cet homme choisi avec six autres hommes pour assurer le service d’entraide dans la communauté de Jérusalem, proclamait partout haut et fort son amour de Jésus Christ. Devant le Sanhédrin Étienne fut  confronté à des témoins qui l’accusèrent de quatre blasphèmes : contre Dieu, contre Moïse, contre la Loi et contre le Temple de Jérusalem, lieu saint. Dialecticien, Étienne se disculpa de ces accusations en résumant l’histoire d’Israël, dans laquelle il présenta une louange à la gloire de Dieu.; il loua ensuite Moïse pour sa ferveur, ses miracles et pour la qualité de son accès à Dieu.

Ensuite, il  s’en prit violemment à l’assemblée du Sanhédrin, reprochant à ses membres la dureté de leurs cœurs et la mise à mort des saints. Furieux, ils se jetèrent sur lui, le traînèrent hors de la ville et le lapidèrent. Après sa mort, le même jour commença une violente persécution contre l’Église de Jérusalem. Et paradoxalement débuta l’expansion missionnaire de l’Évangile.  C’est la persécution contre cette communauté qui la provoqua ! Pour y échapper, ils se dispersèrent dans les campagnes de Judée et de Samarie tout en proclamant l’Évangile. Parmi eux, il y avait le diacre Philippe. Philippe descendit dans une ville de Samarie où il prêcha la Bonne Nouvelle de l’Évangile. Sa prédication fut un succès. C’est donc par nos paroles que se transmettra la parole de Dieu. Pensons-y !

L’Église, telle qu’elle a été voulue par Jésus, portera l’Évangile partout dans le monde. Jésus l’a affirmé : « Allez donc ! De toutes les nations faites des disciples, baptisez-les au nom du Père, et du Fils, et du Saint-Esprit ; et apprenez-leur à garder tous les commandements que je vous ai donnés. Et moi, je suis avec vous tous les jours jusqu’à la fin du monde. » (Mt 28, 16-20)

Demandons au Christ d’ouvrir notre cœur aux dimensions de son projet universel.  Osons parler de l’Évangile là où nous vivons. Osons en parler avec nos petits enfants. Ce n’est plus le cas à l’école. Dans bien de cours de religion on trouve de tout sauf  l’essentiel : la Bonne Nouvelle de l’Évangile.  Soyons de vrais témoins du Christ.

Dans nos communautés aujourd’hui, il y a une répartition des tâches qui permet une bonne organisation : les prêtres prêchent et enseignent ; ils sont aidés par les catéchistes.  Il y a un conseil paroissial qui gère les problèmes matériels, un trésorier qui s’occupe des finances. De plus certaines églises ont un service d’entraide  aidant les gens dans le besoin, et participant à d’autres associations qui le font (Conférence Saint Vincent de Paul, Caritas Catholica, secours nutuel, …

Prions le Christ pour que de nos communautés émanent des chrétiens, ce quelque chose qui donne envie de le devenir.

Compléments

◊   Institution des sept premiers diacres → À l’origine du diaconat : l’acte fondateur (Ac 6, 1-7)

◊ Le premier martyr, témoins du Christ → La mort du diacre Étienne (Ac 7, 55-60)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

 

Salem alikoum |
Eazy Islam |
Josue |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | AEP Gresivaudan 4ieme 2007-08
| Une Paroisse virtuelle en F...
| VIENS ECOUTE ET VOIS